TMC (chaîne de télévision)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

TMC
Caractéristiques
Création
(69 ans)
Propriétaire
Slogan
« TMC toujours plus proche de vous »
Format d'image
Langue
Pays
Statut
Généraliste nationale privée
Siège social
Ancien nom
Télé Monte-Carlo (1954–1963)
TMC (1963–1993 / 2002–2003)
Monte-Carlo TMC (1993–2002)
TMC Monte-Carlo (2003–2009)
Chaîne sœur
Site web
Diffusion
Aire
Diffusion

Télé Monte-Carlo, plus connue par son sigle de TMC, est une chaîne de télévision généraliste, d'origine monégasque. Diffusée dès 1954 à Monaco, elle est la plus ancienne chaîne de télévision commerciale privée d'Europe. Depuis 2005, la chaîne appartient au groupe TF1.

La chaîne émet par voie terrestre à Monaco, en France métropolitaine et en France d'outre-mer, elle est également diffusée sur les réseaux câblés en Suisse et en Belgique.

Originellement retransmise uniquement en principauté de Monaco et ses environs, couvrant environ un rayon de 100 km depuis l'émetteur installé à Monaco, sa diffusion est progressivement étendue au cours des décennies 1970 et 1980, vers le Sud-Est de la France et le nord de l'Italie, avant d'acquérir une plus grande visibilité grâce au câble et au satellite.

En 1989, TMC est à l’origine de la création de la chaîne musicale « Monte-Carlo Musique », dont l'acronyme est MCM.

Depuis juin 2016 et le désengagement la Principauté de Monaco dans son capital, TMC est détenue à 100 % par Monte Carlo Participations SAS, filiale du groupe TF1.

La chaîne est membre de l'Union européenne de radio-télévision (UER) depuis sa création en 1954, jusqu'à l'année 2021[1].

Historique de la chaîne[modifier | modifier le code]

Une chaîne pionnière du sud-est de la France[modifier | modifier le code]

La genèse[modifier | modifier le code]

En 1939, Charles Michelson obtient une concession pour exploiter Radio Tanger. Le projet est cependant récupéré par les autorités françaises après-guerre pour créer Radio Impériale. Le , il obtient en compensation, un contrat de régie pour cinq ans des ondes courtes de Radio Monte-Carlo. La régie est majoritairement détenue par la Sofirad et à travers elle, par l'État français[2]. L'échec des expérimentations techniques de ce mode de retransmission amène François Mitterrand, ministre français de l'Information de l'époque, à faire une concession à Michelson. Le , il bénéficie d'une « option de sous concession » de la télévision dans la Principauté de Monaco, auprès de la société qui détient Radio Monte-Carlo. L'opportunité est d'autant plus intéressante que le 1949, le président de la Sofirad Jacques Meyer , annonce au conseil d’administration de Radio Monte-Carlo que le gouvernement français renonce à déployer la télévision de la R.T.F. à Marseille. Cette décision politique procure à la station monégasque, un monopole de fait pour la télévision dans le Sud-Est de la France[3]. Michelson crée dès lors la société de droit monégasque Image et Son dont l'objectif initial est de constituer un réseau de stations de télévision privées en France. Pour calmer les inquiétudes de Pierre-Henri Teitgen, nouveau ministre français de l'information, lui-même opposé à cette entaille au monopole de la R.T.F., Charles Michelson cède tous ses droits le au Prince Rainier III de Monaco. Le monarque devient dès lors actionnaire et investit dans Image et Son[4]. Le , la création de la télévision monégasque est confirmée par les pouvoirs publics français qui signent le la convention de mise en œuvre de l’option Télé Monte-Carlo. L'État français supprime toutefois le droit d’extension sur le territoire français par des relais installés sur son sol, limitant ainsi significativement le développement de cette nouvelle chaîne de télévision[5]. Au début de l'année 1954, Michelson apporte un second gage aux autorités françaises : il fait entrer au capital d'Images et Son, la société RVB Radio-Industrie, fabricant d'équipements audiovisuels. Cette entreprise fournit la totalité du matériel de télévision conforme à la nouvelle norme française haute définition 819 lignes, inventé par le propre gendre du directeur de la société Armand Vorms, l’ingénieur Henri de France.

Les débuts (Image & Son : 1954 - 1957)[modifier | modifier le code]

Télé Monte Carlo en 1954, en Haute Définition à la norme 819 lignes.

Le jour de la fête nationale monégasque, Télé Monte-Carlo est inaugurée le par le prince Rainier III, en présence de Charles Michelson et d'Henri de France[6]. Deuxième chaîne de télévision privée en Europe après Télé Saar qui a commencé ses programmes en Sarre en février de la même année. Ces antennes sont toutes deux la propriété de la société du Prince Rainier III et de Charles Michelson, Images et Son[7]. Le siège de la chaîne se situe provisoirement dans les locaux de Radio Monte-Carlo au 16, boulevard Princesse-Charlotte à Monte-Carlo, où elle occupe un studio TV avec télécinéma conçu par Henri de France. Sa télédiffusion s'opère depuis la puissante antenne panneau de 50 kilowatts du Mont Agel (Alpes-Maritimes) orientée vers la Principauté, mais dont le canal VHF 10-H au standard 819 lignes attribué par l'UER peut être capté correctement par toute la Côte d'Azur de Saint-Tropez à Menton avec des débordements à Toulon, au littoral nord de la Corse et jusque dans les hauts quartiers de Marseille. Cette couverture dépasse largement les études initiales. Elle permettant également à ces territoires français de recevoir la télévision, bien avant l’arrivée de la Radiodiffusion-télévision française, laquelle est loin de couvrir tout le territoire métropolitain. Afin de toucher les vallées encaissées dans lesquelles la bande I (41-68 MHz) passe mieux que les fréquences plus élevées du canal 10 en bande III, la principauté obtient de l'UER l'autorisation de pratiquer des essais sur le canal 2-H français (41,25-52,40 MHz) avec la même puissance (50 kW) mais ceux-ci s'avèrent peu concluants. La mise en service en 1960 de l'émetteur RTF définitif de Bastia sur ce même canal, risquant d'être brouillé par celui du Mont Agel, met fin à la double diffusion de TMC en bandes I et III.

Le , Télé Monte-Carlo retransmet en Eurovision le mariage du prince Rainier III avec l'actrice américaine Grace Kelly[8], ainsi que le 13e Grand Prix automobile de Monaco.

Société spéciale d'entreprise (Sofirad, 1958 - 1972)[modifier | modifier le code]

En 1958, la Société spéciale d'entreprise (SSE) contrôle Télé Monte-Carlo, devenant une filiale à 32 % d'Europe no 1 (contrôlée par la Sofirad) et se distinguant de Radio Monte-Carlo qui appartient à la maison-mère Sofirad. La SSE exploite la station de Télé Monte-Carlo en vertu d'une convention conclue en 1952 avec Radio Monte-Carlo concessionnaire exclusif des droits d'émission en principauté de Monaco[9].

Dès ses débuts, Télé Monte-Carlo propose deux bulletins d'information de 20 minutes (Télé-Soir, à 20h00, et Télé-Dernière, à 22h15)[10],[11] et un programme dédié aux enfants, le Club Tintin[12].

Denise Fabre débute en 1961 comme speakerine sur la chaîne et y officie jusqu'en décembre 1963. En 1963, la chaîne est désormais siglée TMC. Jacques Antoine devient directeur des programmes, place qu'il va occuper jusqu'en 1977. Le créateur de jeux en tous genres installe plusieurs de ses créations sur la grille comme L’objet mystérieux, précurseur du Schmilblick. La grille de la chaîne est constituée de jeux, de séries inédites et d’un film tous les soirs. Contrairement à la télévision française, la publicité y est ouverte à tous les domaines sauf le tabac et l’alcool.

À partir de 1967, Jean Frydman administre la SSE qui contrôle Télé Monte-Carlo avant de prendre la direction de la chaîne, deux ans plus tard. En juin 1970, devenu patron de Télé Monte Carlo, Jean Frydman décide de créer une autre télévision commerciale privée baptisée « Canal 10 », laquelle devrait être une version distincte de la chaîne monégasque. Bien qu'après le départ de De Gaulle, le nouveau président de la République, Georges Pompidou, semble plutôt favorable à de nouvelles chaînes de télévision, le dossier va rester à l'état de projet[13].

En 1969, Jean-Pierre Foucault, encore jeune animateur radio, fait ses débuts sur l’antenne de TMC pour présenter une émission de plateau. Jean Frydman prend la direction de Télé Monte-Carlo et dans le but d'alimenter la grille, il devient propriétaire d'un riche catalogue de films. Il souhaite dès lors créer la première chaîne nationale de télévision commerciale en France au début des années 1970. Le modèle économique consiste à exloiter le conséquent marché publicitaire télévisé très peu exploité par le service public ORTF; s'inspirant du modèle télévisuel britannique BBC-ITV.

Ainsi, Frydman initie le projet « Canal 10 » consistant à étendre la diffusion de TMC en 625 lignes UHF sur une grande moitié sud de la France jusqu'à Paris et reçoit l'appui du ministre des finances français, Valéry Giscard d'Estaing. Toutefois, ce projet ne verra jamais le jour car le président Georges Pompidou, farouche partisan du monopole de l'ORTF, s'y oppose. De même, en 1971, lors de la bataille entre les standards PAL et SÉCAM en Italie, les industriels français suggèrent au président Pompidou d'autoriser TMC à émettre en italien et en couleur au standard SÉCAM en direction de Rome et de la côte italienne, à partir du puissant émetteur ORTF de Bastia, pour inciter les Italiens à acheter massivement des récepteurs au standard SÉCAM et mieux pénétrer ce marché. Encore une fois, le Président de la République s'y refuse.

Des essais techniques en couleur SÉCAM destinés à l'Italie ont lieu dès le mois de juin 1971[14] avec la mise en place du canal 35 UHF, diffusé à la norme G avec une puissance de 50 kW. Après plusiers essais, en 1973 TMC diffuse de façon expérimentale quelques émissions en italien sur ce canal, qui deviendra par la suite Tele Monte Carlo en 1974[15],[16].

TMC en couleur (Sofirad, 1973 - 1987)[modifier | modifier le code]

Le TMC offre finalement au public dès la veille de Noël, ses premières émissions en couleur au standard français SÉCAM L/L', à la fois sur le canal 10 de la bande VHF reconverti à partir de la norme 819 lignes, dans le format 625 lignes, recevable de Saint-Tropez à Menton et sur le nouveau canal 30 de la bande UHF, dont la zone de réception est bien plus réduite, de Cannes à Menton.

Officiellement créée pour répondre aux besoins de la forte communauté italienne installé en Principauté, une version italienne de Télé Monte-Carlo est mise en ondes, le , émettant depuis Monaco.

Le 15 janvier 1975, le conseil d'administration de Télé Monte-Carlo sous l'égide de Jean Frydman décide de diffuser TMC en Italie, dans la région de Milan, à partir d'un émetteur situé en Corse. Le signal doit être conforme à la norme française « L » et au standard couleurs Sécam. Selon la presse, ce projet est très proche du dossier « Canal 10 », déjà élaboré par Frydman dès 1970[17]. De 1976 à 1980, Henri de France participe à l’implantation et à l’exploitation du réseau de retransmission de Télé Monte-Carlo en Italie.

En décembre 1976, Europe 1 (société Images et Son) acquiert 22 % des parts de la Société Spéciale d'Entreprise (S.S.E.) qui exploite la station Télé-Monte-Carlo, antérieurement détenus par la revue Jours de France. Ainsi, Europe 1 contrôle la majorité (54 %) du capital de Télé Monte-Carlo, les autres participants étant Publicis S.A. (27,5 %) et la Principauté de Monaco (18,5 %)[18].

En mai 1981, l'alternance politique en France modifie significativement le contexte audiovisuel. La loi française du sur la communication audiovisuelle instaure un régime d'autorisation préalable pour émettre sur le territoire français.

En 1983, à la suite de l'arrêt définitif du réseau 819 lignes noir et blanc de TF1 reconverti par TDF à la norme « L » 625 lignes couleur pour la diffusion prochaine de la chaîne payante Canal+, la diffusion du canal numéro 10 VHF de TMC est également remplacée par le canal numéro 8 à la norme « L », bien plus compatible avec la majorité de téléviseurs couleurs commercialisés à l'époque.

Un accord est conclu pour dix ans, le , entre le président de TMC et le gouvernement français, accord qui régit les modalités de diffusion de TMC en France. Au début de l'année 1984, le président français François Mitterrand, en visite officielle en Principauté, signe avec le prince Rainier III, un accord pour l’extension de la zone de diffusion de la chaîne sur le Sud-Est de la France, via des relais UHF installés à Toulon, Marseille et Avignon ainsi que jusqu'à Montpellier, triplant ainsi sa couverture (2,7 millions de téléspectateurs potentiels de Montpellier à Menton).

Le , la chaîne est distribuée sur les réseaux câblés français, dès leur lancement à Cergy-Pontoise. Progressivement, son réseau est étendu dans certaines villes françaises et sur les réseaux câblés de Suisse romande.

Les émissions de jeux, de variété et d'information aux multiples animateurs et journalistes, officiant à la fois sur RMC et TMC, confirment le traitement local et de divertissements à la chaîne, toute la première moitié des années 1980 avec notamment Michel Daner, José Sacré, Carole Chabrier, Alice Jordi, Max Lafontaine ou encore Nicole Cimadoré.

Toutefois, le bouleversement du paysage audiovisuel français à la suite de l'arrivée des chaînes privées nationales commerciales Canal+ en 1984, puis La Cinq et TV6 l'année suivante, affecte la chaîne monégasque. Cette nouvelle concurrence touche directement TMC et RTL Télévision, contraintes de partager désormais un gâteau publicitaire non extensible avec leurs compétitrices nationales.

À la suite des élections législatives françaises de mars 1986, le gouvernement de Jacques Chirac entame une politique de privatisation que François Léotard, nouveau ministre de la Communication est chargé de mettre en œuvre dans l'audiovisuel. L'un de ces dossiers concerne la vente des actifs de l'État détenus par la Sofirad et dont un lot concerne la station de radio RMC et sa filiale télé TMC. François Léotard nomme son ancien chef de cabinet, Pierrick Borvo à la direction générale de RMC, lequel s'adjoint les services de Patrice Duhamel, pour créer rapidement une plus puissante radio-télévision du « grand Sud » plus compétitive, qui étendrait sa zone de diffusion jusqu'à Bordeaux et Lyon, en passant par Toulouse et l'Auvergne.

Quatre repreneurs s'intéressent à TMC : Jean-Claude Decaux et son associé la Compagnie générale des eaux lesquels ont la préférence de Jacques Chirac, Claude Douce et ses partenaires M. Leven, patron de Perrier et M. Descours, patron des chaussures André, qui ont la préférence de François Léotard, James Goldsmith et les éditions Mondiales et enfin la Compagnie luxembourgeoise de télédiffusion. Les deux derniers, qui postulent également pour la reprise de La Cinq et de la sixième chaîne dont les émetteurs dans le sud de la France sont quasi inexistants, s'intéressent à TMC pour sa couverture de diffusion sur cette zone et souhaitent en faire une chaîne affiliée à un réseau national qui proposerait par décrochage un programme de complément. Selon ce projet, TMC vivrait de recettes de publicité locale et régionale ainsi d'une quote-part des recettes nationales du réseau auquel elle serait affiliée.

Le groupe Hachette qui concourt pour la reprise de TF1 en cours de privatisation, revend en février 1987 pour un franc symbolique à RMC, les 30 % détenus par sa filiale Europe 1 Communication dans le capital de TMC, se refusant depuis un an déjà à régler sa quote-part du déficit de la chaîne.

Dès lors, la Sofirad peut mettre aux enchères ce réseau, en se désengageant complètement. La mise à prix de RMC et TMC est fixée à 600 millions de francs par un cabinet d'experts indépendants.

Toutefois, la Principauté de Monaco tardant à approuver le cahier des charges de la privatisation, ainsi que la complexité du capital de RMC et les interdépendances liant RMC, la principauté et l’État Français, cette opération ne se réalise pas[19]. Elle est reposée sine die une première fois en 1988.

La traversée du désert (partenariat avec M6, création de MCM, 1988 - 1993)[modifier | modifier le code]

À partir de cette période, TMC entame alors cinq années de difficultés financières, les programmes et les investisseurs se faisant rares; ce contexte la forçant dès le début 1987, à réduire sa grille de programmes originaux de 10 h 30 à 11 h et de 18 h 15 à 20 h.

Venue de RTL Télévision, Michèle Navadic est recrutée comme directrice des programmes, pour reconstruire complètement la grille et lancer de nouveaux jeux et émissions pour la plage de diffusion 18 h 15 - 20 h. Ainsi, on découvre Musicolles, Téléphot', Des clips et des claps, Plein tube, Magasin Magazine, Via l’étrange, MC Monaco, S’il te plaît, montre-moi nos histoires, Animalement Vôtre[20] et TMC Sport.

Nombre de futurs animateurs vedettes de télévision en France débutent sur la chaîne monégasque à cette période : Marc Toesca, Valérie Payet, Caroline Avon ou encore Nagui.

À partir du jeudi de l'Ascension à 9 h, les émetteurs de TMC retransmettent de 9 h à 1 h du matin la nouvelle chaîne nationale commerciale française M6. Les émissions de TMC retransmises de 18h15 à 20h uniquement prennent la forme d’un décrochage quotidien du programme de M6. Instauré pour des motifs économiques, ce partenariat permet aux deux chaînes concurrentes d'unifier provisoirement leurs moyens[21]. Hors de Marseille, la six ne disposant pas d'émetteurs pour couvrir efficacement tout le sud de la France.

Treize mois plus tard, le , M6 ayant pu déployer ses propres émetteurs dans le sud de la France, le partenariat de diffusion avec TMC cesse[22],[23].

Télé Monte-Carlo dont les moyens propres se limitent dorénavant à ne diffuser qu'en soirée, met à l'antenne à partir du 1er juillet 1989, le nouveau programme « Monte-Carlo Musique »[24] (ou MCM Euromusique), une grille musicale créée par Europe 1 Communication et Télé Monte-Carlo[25]. MCM est diffusée toute la journée sur son antenne, sauf en soirée où TMC diffuse ses propres programmes. Ce reformatage de l'antenne permet à TMC d'augmenter sa diffusion via les réseaux câblés français, comme seule chaîne musicale française, après la suppression de TV6, complétée par une diffusion par satellite à la norme D2MAC, sur TDF-1/TDF2.

Lagardère SCA, qui contrôle MCM au travers d'Europe 1 Communication, décide en 1992 de faire de ce programme musical une chaîne thématique musicale à part entière, diffusée sur le câble en France et dès le 14 novembre 1992, sur le nouveau bouquet diffusé sur le satellite Télécom 2 intitulé CanalSatellite, dont il est co-actionnaire avec Canal+.

Dès la fin de l’été 1992 et l’arrêt de la reprise de MCM, la chaîne TMC est à nouveau confrontée à la question du coût de sa grille de programme face à une audience qui s'écroule à la suite du départ de MCM. TMC ne diffuse alors que l’après-midi entre 14h et 23h avec un journal local à 18h55, deux fictions à 20h30 et des séries multi diffusées l’après-midi (Derrick, Arnold & Willy,…). Le reste de l’antenne étant une image fixe sur fond vert, annonçant les programmes à venir de la journée, avec la radio Nostalgie en bande sonore[26].

En mars 1992, malgré trois propositions de rachat formulées par Havas, Alcatel et NRJ, le gouvernement monégasque préféré repousser sine die la privatisation de RMC (et de sa filiale télé TMC), pour insuffisance de prix[27].

Depuis le début des années 1980, RMC consent à sa filiale de télévision des apports financiers de plus en plus importants, dont le montant cumulé atteint 291,8 millions de francs à la fin de 1993 selon un rapport de la Cour des comptes. Les créances de RMC et de sa filiale TMC sont apurées courant 1994, dans les conditions suivantes : le gouvernement monégasque ayant racheté l'immeuble de RMC pour un « prix global » de 385 millions de francs[27], un premier abandon de créance a été consenti le 29 mars pour un montant de 13,5 millions de francs, un second le 29 novembre pour 202,3 MF à quoi s'est ajoutée la réduction de 82,1 MF à 38,1 MF de la part du passif dans TMC revenant à la Principauté, cette dernière faisant à son tour abandon de sa créance.

RMC rétrocède également pour 40 millions de francs à la Sofirad sa participation dans la SSE Télé Monte-Carlo qui sera désormais détenue à 50 % par la Sofirad et à 50% par la Principauté de Monaco[27]. Ainsi TMC est désormais officiellement séparée des capitaux de RMC et une troisième entité Monte-Carlo Radiodiffusion (MCR) est créée pour gérer les émetteurs et les fréquences monégasques[27].

La chaîne régionale et thématique (Monégasque des ondes, groupe Canal+, fin 1993 - 2001)[modifier | modifier le code]

AB Groupe et Fidimages, filiale de la Compagnie générale d'images appartenant à la Générale des eaux fondent ensemble la « Société de programme Monégasque des ondes » (MDO) et signent le un accord avec le concessionnaire du gouvernement monégasque (la SSE Télé Monte-Carlo) pour assurer la production déléguée des programmes de la chaîne et bénéficier des recettes publicitaires.

La Générale d'images devient opérateur de la chaîne par le biais de sa filiale MDO et ambitionne par cet accord, de transformer TMC en une grande chaîne généraliste du câble français dont elle est l'un des opérateurs principaux. La diffusion des programmes est dès lors effectuée depuis La Plaine Saint-Denis, via la régie de AB Groupe.

Le , la Monégasque des ondes confie à Ellipse Câble, filiale de Canal+ spécialisée dans la création de chaînes thématiques et de programmes originaux pour le câble, le soin de revoir toute la programmation de la chaîne et de fournir les éléments de programme permettant d'assurer la totalité des heures de diffusion prévues. Faisant table rase du passé, la chaîne est lancée le à 11h30 avec un nom, une programmation et un habillage entièrement repensée, ceci après seulement trois semaines de préparation[28].

Ellipse Câble et son directeur général Michel Thoulouze, ambitionnent de remplacer La Cinq disparue quelques mois plus tôt, non plus sur le réseau hertzien national français mais via les réseaux câblés français et la télédiffusion terrestre monégasque (et aux alentours), sous le nom de Monte-Carlo TMC. Le nouveaux programme est mis à l'antenne en octobre 1993[29], avec un habillage d'antenne mêlant le marbre et le velours. Le programme s'affiche à la fois familial, sans contenus violents, avec des animateurs, chaleureux, glamour, relayant les événements de la Principauté et de Monte-Carlo et cultivant l’accent du Sud. La production s'étend à dix-huit heures de programmes régionaux originaux par semaine et une ouverture revendiquée sur « le monde méditerranéen ». La voix du comédien Didier Gircourt, entendu dans les bandes annonces de TF1, est alors choisie pour présenter les programmes; il va rester la voix et la plume des bandes annonces de la chaîne jusqu'en 2001.

La chaîne bénéficie d'une partie du catalogue de films du groupe Canal+ et de nombreuses nouvelles émissions sont mises à l'antenne aux commandes desquelles, on retrouve plusieurs célèbres animateurs français pour incarner la chaîne. Trente ans après son départ, Denise Fabre revient sur TMC pour présenter Boléro, le magazine glamour tourné en principauté, Michel Cardoze part tous les dimanches à la découverte du grand Sud dans son magazine SUD, Stéphane Paoli anime chaque soir Télé TV et Patrick Sabatier reçoit chaque soir un invité, dans l'émission Pendant la pub.

En juillet 1995, Canal+ et le groupe allemand CLT-UFA reprennent conjointement 47,5 % du capital de la Monégasque des ondes (MDO) à la Générale d'images filiale de la Générale des eaux, laquelle conserve 47,5 %, alors qu'AB Groupe conserve les 5% restants[30].

Reformatée avec succès voilà deux ans par Michel Thoulouze, TMC perd néanmoins encore de l'argent comme toutes les chaînes thématiques à l'exception de Planète. Monte-Carlo TMC, la chaîne du Sud, a choisi de se positionner «tous publics» avec un ton qui se veut chaleureux et une forte coloration régionale dans ses programmes, un positionnement thématique familiale indispensable dans la composition à moyen terme des futurs bouquets numériques sur satellite, ce qui justifie amplement l'investissement, selon la direction du groupe Canal+ [31].

En plus de sa diffusion locale hertzienne et par câble en France, le signal de Monte-Carlo TMC est présente sur 80% des réseaux câblés en Suisse romande[31] et est aussi retransmis crypté, dans le nouveau bouquet satellitaire CanalSatellite en analogique sur Telecom 2B, étendant ainsi son bassin de diffusion à toute la France métropolitaine et d'outre-mer.

Comme durant les décennies 1960 et 1970 et 1980, la chaîne assure la couverture médiatique des grands événements en Principauté, parmi lesquels les cérémonies du 700e anniversaire de la dynastie Grimaldi en 1997 (retransmises en Eurovision) ou les grands prix de Formule 1 de Monaco. La chaîne retrouve un public plus large et atteint les 3 % de part de marché et se place en 1997, selon Médiamétrie, à la 3ème place des chaînes du câble et du satellite (après RTL9 et Eurosport), elle est 4ème en 1998[32].

Le format développé par Michel Thoulouze pour « Monte-Carlo TMC » restera quasiment inchangé durant 9 années de 1993 à 2002, il confirmera un succès populaire et assiéra la notoriété national de la chaîne.

La chaîne devient nationale (groupe Pathé, 2002 - 2004)[modifier | modifier le code]

Le groupe Pathé acquiert en janvier 2002, 50 % de la SSE Télé Monte-Carlo par le rachat des parts de la Sofirad, enfin mise en liquidation par l'Etat français. En mars 2002, le Groupe Canal+ sort du capital de la Monégasque des ondes (MDO) et récupère la chaîne Pathé Sport à la suite d'un échange de parts avec le groupe Pathé[33]. Pathé obtient par ailleurs l'accord du gouvernement monégasque pour porter sa participation à 80 % dans la SSE Télé Monte-Carlo, qui est désormais en situation de postuler à l'attribution d'une fréquence nationale française en télévision numérique terrestre (TNT).

Le groupe Pathé devient ainsi opérateur de Monte-Carlo TMC et souhaite lui donner un ton plus jeune. En effet, le public de la chaîne est relativement âgé ce qui impacte négativement le ciblage publicitaire. Un nouvel habillage d'antenne est adopté en mars 2002. Le nom de la chaîne redevenant simplement TMC et la programmation s'axant davantage sur la diffusion de fictions chaque soir. Toutefois le succès n'est pas au rendez-vous et l'audience est dégradée.

En 2002, le nouveau directeur général adjoint et directeur des programmes Gérald-Brice Viret, engage une politique visant à renouer avec « l'époque glorieuse » et à assoir la crédibilité de TMC comme chaîne généraliste. Cette mutation entend préparer la candidature que Pathé compte présenter au CSA, en vue de l'obtention d'un canal sur la prochaine télévision numérique terrestre française.

TMC déménage sur le quai Antoine-Ier à proximité immédiate du port de Monaco dans de nouveaux studios construits à cet effet. Le , le groupe Pathé présente un dossier de candidature à l'obtention d'un canal national pour la chaîne[34].

Le 21 mars 2003, la chaîne change une nouvelle fois d'identité, une année après la précédente tentative d'habillage qui n'aura pas donné satisfaction. TMC se dote d'un habillage 3D considéré comme plus moderne et d'un nouveau nom, TMC Monte-Carlo. Les émissions de plateau avec invités reviennent à l'antenne, comme notamment Tout Nouveau Tout Beau, animée depuis les studios parisiens de Pathé par Christophe Ruault, venu de la chaîne Voyage. Claude Belleï est nommé directeur de l'information; il installe le magazine politique national hebdomadaire 15 minutes pour le dire et un magazine d'actualité régionale. Plusieurs séries culte sont mises à l'antenne, telles que Hercule Poirot, renforcées par des films issus du catalogue Pathé. Enfin, la chaîne reprend la couverture en direct des événements majeurs de la Principauté ; fête nationale, Grand-Prix automobile, matchs de l'AS Monaco) et en région Provence-Alpes-Côte d'Azur, tournoi international de pétanque, beach-volley.

Le , TMC Monte Carlo est retenue par le CSA pour être diffusée en clair sur le canal national no 10 de l'offre gratuite de la TNT[35],[36]. Cette situation lui permet de bénéficier d'une couverture nationale satisfaisante du territoire français dès son lancement sur la TNT le à 18h05 et de rivaliser avec les autres chaînes généralistes.

Toutefois, le [37], à quelques mois du lancement de la TNT nationale, et alors que la chaîne fête ses 50 ans avec faste durant tout un week-end en relatant les souvenirs de ses animateurs successifs et diffusant nombre d'images d'archives retraçant son histoire[38],[39], le groupe Pathé décide de se désengager de l'audiovisuel[40]. Il revend ses parts dans la chaîne, soit 80%, pour près de 50 millions d'euros au groupe TF1 (40%) et au groupe AB (40%) qui en deviennent opérateurs, la Principauté de Monaco conservant 20% du capital[41].

Principale chaîne nationale généraliste de la TNT (groupe TF1, 2005 - actuellement)[modifier | modifier le code]

Dès son lancement sur la TNT en mars 2005, la nouvelle direction de la chaîne confirme alors que TMC Monte Carlo n'est plus vouée à investir et à produire des programmes originaux mais est contrainte diffuser des produits achetés à l'extérieur, contrairement aux promesses d'investissements figurant dans le dossier de candidature remis par Pathé au CSA lors de sa sélection pour la Télévision numérique terrestre française gratuite[42].

Les actionnaires justifient leur décision par les considérables pertes affichées par le Groupe TMC composé de la chaîne Télé Monte-Carlo (Société anonyme monégasque S.A.M. Télé Monte-Carlo), dont les comptes sont à l'équilibre et de la Monégasque des ondes (MDO) créatrices des contenus produits en principauté, qui est largement déficitaire[43].

Le , le modèle économique de TMC Monte Carlo passe du câble-satellite payant bénéficiant des abonnements générant près des trois quarts des recettes, à une diffusion en clair sur la TNT gratuite, financée par la publicité. Le format est revu par TF1 et AB Groupe, qui s'inspirent de leurs expériences réciproques avec TV Breizh pour la Une et sur RTL9 et NT1 pour AB; leur stratégie consiste à mettre à l'antenne un programme minimaliste moins coûteux, constitué de rediffusions de séries et fictions issues des catalogues des deux coactionnaires et de quelques programmes courts, produits en Principauté.

Le , le président du Conseil national de la Principauté, Stéphane Valéri, réclame des garanties « concernant le maintien d'une activité effective et des emplois qui y sont associés, de TMC en Principauté », rappelant que « la participation financière substantielle de l'État monégasque dans ce projet (de rapatriement de la diffusion à Monaco), de 1,4 million d'euros, ne peut se concevoir sans la garantie que TMC assume pleinement son rôle de relais médiatique de la Principauté ». Depuis , un an après son rachat par les groupes TF1 et AB Groupe, la télédiffusion de TMC est à nouveau opérée depuis le territoire de Monaco. Antérieurement à sa reprise en 1993, son signal a été techniquement retransmis par le Groupe AB, à partir de son siège situé à la Plaine Saint-Denis, en région parisienne[43].

Le 29 juin 2006, la Monegasque des ondes (MDO) est dissoute et absorbée par la « S.A.M. Télé Monte Carlo ».

Sur les autres projets Wikimedia :

Les deux coactionnaires TF1 et AB cherchent à réduire leurs coûts dans l'attente de rentabiliser leur investissement, d'où la diffusion de nombreuses séries. Cette nouvelle prise de contrôle est toutefois validée par le Conseil d'État par un arrêt rendu le .

Le 16 février 2009, l'habillage d'antenne est integralement revu pour son passage au format 16/9 et la châine reprend son nom historique de TMC et la couleur rouge grenadine de la principauté de Monaco[44].

En 2008 et 2009, TMC est une des chaînes leader en termes d'audience sur la TNT[45].

Au début de l'année 2010, le groupe TF1 acquiert les 40 % encore détenus par le groupe AB, après l'avis du CSA. TMC est consolidée à 100 % dans les comptes de TF1, à compter du mois de juillet 2010.

Le , TMC retransmet en Eurovision le mariage du prince Albert II avec la nageuse sud-africaine Charlene Wittstock, en direct depuis la cour d'honneur du palais de Monaco.

Le , la chaîne enregistre son record historique en termes d'audience avec 2 025 000 téléspectateurs, soit 7,5 % de parts de marché, en diffusant le film Bodyguard, en hommage à la chanteuse Whitney Houston, décédée deux jours auparavant.

En , TMC réalise plusieurs records d'audience grâce à la Coupe des Confédérations qui totalise 19 millions de téléspectateurs[46].

Le , le signal de la chaîne TMC passe à la Haute Définition.

Le , le Groupe TF1 annonce l'arrivée de l'animateur Yann Barthès et de son équipe issue du Petit Journal de Canal+ sur les chaînes TF1 et TMC[47]. L'animateur du Petit Journal et sa société de production Bangumi vont produire deux nouvelles émissions; un rendez-vous hebdomadaire sur TF1 et une quotidienne sur TMC intitulée Quotidien, diffusée entre 19 h et 21 h[48].

Le , le Groupe TF1 rachète à la principauté de Monaco, l'unique participation de 20 % qu'elle détient dans TMC et devient ainsi le seul propriétaire de la chaîne. Précise le groupe TF1 précise que « Ce rachat va s’opérer via un échange d’actions qui permet à la Principauté de faire son entrée au capital du premier groupe privé de télévision en France. Monaco détiendra ainsi 1,1 % de TF1 » et que « Cette transaction ne modifie en rien le fonctionnement actuel de la chaîne TMC, dont le siège et les activités se trouvent à Monaco. Le groupe TF1 confirme ainsi la mise en œuvre de sa stratégie multi-chaînes »[49].

Le , à l'occasion du changement de ligne éditoriale se revendiquant plus haut de gamme, l'habillage et le logo sont modifiés et lancés par Yann Barthès[50], lors de la première de son émission Quotidien.

Le 2 juin 2017, la chaîne retransmet pour la première fois une rencontre en direct de l'équipe de France de football, France - Paraguay match amical, depuis le Roazhon Park à Rennes. La rencontre est commentée par Grégoire Margotton, Bixente Lizarazu et Frédéric Calenge.

Le 4 juin 2017 TMC diffuse le concert caritatif de la chanteuse Ariana Grande à 20 h, après le terrible attentat de Manchester qui a entraîné la mort à 22 personnes et plus de 50 blessés. Près d'une quarantaine de diffuseurs assurent la retransmission du concert One Love Manchester dont TMC[51].

Fin 2019, renouant avec la retransmission historique de la Formule 1 durant les années 1960 et 1970, la chaîne TMC diffuse pour la première fois sur son antenne, le Grand Prix des États-Unis. Le groupe TF1 ayant acquis d'autres droits sur la saison 2020, TMC diffuse deux nouvelles courses en octobre et novembre, avec les Grand Prix d'Émilie-Romagne et du Portugal[52].

En 2023, TMC décide de ne plus produire et réaliser la captation TV du Grand Prix de Monaco, alors qu’historiquement, la chaîne a toujours été chargée de la réalisation des images des courses à Monaco[53].

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Le premier logo de Télé Monte-Carlo de 1954 à 1963 est constitué d'un écran de télévision blanc portant la mention Télé Monte-Carlo sur bandeau rouge et derrière lequel se lève un soleil[54].

Pour accompagner son passage à la couleur le , TMC se dote d'un indicatif d'ouverture d'antenne, jouant avec ses trois lettres projetées alternativement à l'écran dans une explosion de couleurs[55].

À partir de 1984[56], le logo de TMC paraît affirmer l'identité nationale de la chaîne monégasque, en accrochant chacune de ses trois lettres sur un losange rouge, directement inspiré du blason officiel de la Principauté.

Ce logo va connaitre diverses déclinaisons :

  • En 1985, le logo s'affine avec des lettres blanches, marbrées de vagues et posées sur des losanges rouge[57].
  • En 1986, avec le lancement de La Cinq et de TV6 en France, TMC se dote d'un nouvel habillage d'antenne se voulant plus dynamique et commercial, les lettres TMC passent au noir, marbrées de rayons cosmiques et posées sur des losanges rouges[58],[59].
  • En 1988, le nouvel habillage d'antenne mêle synthétiseur et jeux d'effets vidéos en trois dimensions est censé rajeunir l'image de la chaîne, confrontée à la forte concurrence des nouvelles chaînes nationales commerciales françaises[60],[61]. A partir du , pendant le relai de diffusion des programmes de M6 sur les émetteurs de TMC, la chaîne modifie ses jingles de publicités[62].
  • En 1989, le logo aux losanges est modifié dans une version 2D plus institutionnelle, adoptant les couleurs de la Principauté, rouge et blanc[63]. Cet ancien logo est repris le 6 avril 2022 pour la bande annonce de l'émission Canap 89 d'Etienne Carbonnier, laquelle revisite l'année 1989 sur la chaîne[64].
  • En 1990, TMC modifie son logo avec le losange rouge passant au-dessus des lettres TMC[65]. L'habillage d'antenne est également entièrement repensé[66].
  • En 1992, ce même logo est doté d'un fond vert, pour faire référence au Casino de Monte-Carlo, avec toutefois une refonte de l'habillage d'antenne, aux effets et aux sonorités minimalistes[67] et peu gracieuses[29].

En 1993, Ellipse Câble remplace le nom de la chaîne en Monte-Carlo TMC et l'habille de marbre et de velours[68]. La chaîne exploite un habillage en trois dimensions (3D) entièrement réalisés par ordinateur, une première européenne[69]. Cet habillage restera quasiment inchangé pendant neuf années.

Le , le groupe Pathé rebaptise la chaîne TMC souhaitant rajeunir son image[70] et ce « lifting » s'accompagne d'un nouvel habillage à base de vagues aux sons et couleurs du sud[71],[72] avec un nouveau logo rond dissimulant un soleil, signé par l'agence TV Gédéon qui est censé favoriser l'audience et la pénétration de TMC. « Télé Monte-Carlo a opéré sa mue. La chaîne, née à la Libération, se rebaptise TMC. Le côté princier n'avait plus lieu d'être », explique Jean-François Dion, directeur général délégué[70].

Le , cet habillage est abandonné au bout d'un an pour un nouvel habillage 3D conçu par l'agence Aart Design et un nouveau logo mis à l'antenne[73], alors que la chaîne change encore de nom pour TMC Monte-Carlo en vue de préparer sa future diffusion nationale sur la TNT française.

Le la chaîne se renomme une nouvelle fois TMC et apparaît un nouveau logo de forme ronde et aux couleurs de la Principauté rouge corail et blanc, créé par l'agence TV Dream On. Il réagit comme un bouton poussoir, en déclenchant des actions dans l'habillage antenne[74].

Le , à l'occasion du changement de ligne éditoriale censé être plus haut de gamme, l'habillage et le logo sont modifiés et lancés par Yann Barthès[50], lors de la première de son émission Quotidien. Son habillage est conçu par l'agence Superestudio et son logo par l'agence W&Cie. L'habillage met en valeur le canal numéro 10 de son numéro sur la TNT. Le 1 se transformant en M, et le 0 se transformant en C de TMC. La Principauté de Monaco ayant quitté le capital de la chaîne en juin, le rouge corail qui faisait référence à la principauté, est abandonné.

Autres logos

Slogans[modifier | modifier le code]

  • 1988-1991 : « Mais c'est bien Sud ! »
  • 1993-1996 : « Votre famille du Sud »
  • 1996-2010 : « Le meilleur pour vous ! »
  • Depuis 2010 : « TMC toujours plus proche de vous »

Voix-off[modifier | modifier le code]

Logos incrustés[modifier | modifier le code]

Le logo incrusté apparaît à l'antenne sur le haut de l'écran a gauche en 1984.

Jusqu'en 1986, il est constitué des sigles "TMC-MC30"[77], en référence au canal d'émission de l'émetteur. Pour le canal 8, la mention est différente.

En 1986, le logo incrusté est composé des sigles "TMC" situées sur le bas droit de l'écran[78],[79].

En 1987, le logo incrusté est "TMC Tele Montecarlo" (en majuscules blanches, utilisé aussi pour la version italienne Tele Montecarlo), à nouveau situé à gauche sur le haut de l'écran[80].

Début 1988, le logo incrusté est "TMC" dans le format de 1986, situé à droite sur le haut de l'écran[81],[82],[83].

À partir du 12 mai 1988[84], le logo incrusté est le même que celui de la chaîne et est situé à gauche sur le haut de l'écran.

À partir de 1990, le logo incrusté est le même que celui de la chaîne et est situé à droite sur le haut de l'écran[65].

De 1992 à 1993, le logo incrusté de la chaîne utilise les sigles "TMC" en lettres blanches semi-transparentes[85],[86], puis de 1993 à 1994, la chaîne utilise les sigles "TMC" entourés d'un rectangle rouge[69],[87],[88].

À partir de 1994, le logo incrusté est exactement le même que celui de la chaîne[89],[90].

Organisation[modifier | modifier le code]

Capital[modifier | modifier le code]

TMC est éditée par la Société spéciale d'entreprises (SSE) Télé Monte-Carlo, société anonyme de droit monégasque au capital social de 25 166 475 euros, immatriculée le au registre du commerce et des sociétés de Monaco sous le numéro 56 S 00567. Cette société, qui est titulaire de la concession de service public de l'État monégasque pour émettre sur une fréquence de télévision et qui a également obtenu l'autorisation de re-émettre en France, est la propriété à sa création de la société Images et Son, société de droit monégasque fondée en 1949, détenue par Charles Michelson (Fondateur d'Europe 1), le Prince Rainier III de Monaco, RBV Radio-Industrie et la Banque monégasque des métaux précieux. La faillite de la Banque des métaux précieux, le , suivie par le dépôt de bilan de la RBV-RI, le , sonne le glas d'Images et Son dont les actions sont détenues conjointement par les deux sociétés en faillite, placées sous administration judiciaire. L'homme d'affaires français Sylvain Floirat réprend RBV-RI et ses 49 500 actions d’Images et Son et acquiert officiellement le les titres Images et Son de la Banque des métaux précieux, pour une somme de 1 300 000 000 francs payables en quinze annuités, sans intérêts. Mais RBV-RI est mise en faillite en , ce qui permet à la Sofirad, société que l’État français contrôle à 98 %, de racheter les actions d’Images et Son (30 % des parts) pour la somme de 12 millions de francs. La SSE Télé Monte-Carlo devient une filiale à 30 % de Radio Monte-Carlo, l'ensemble étant contrôlé par la Sofirad, la Trésorerie générale de la Principauté de Monaco possédant 40 % du capital et Europe 1 Communication 30 % qu'il revend à RMC en .

Le , RMC, après une réorganisation du capital, rétrocède pour 40 millions de francs à la Sofirad sa participation dans la société spéciale d'entreprises (SSE) Télé Monté-Carlo qui est désormais détenue à parts égales par la Sofirad et la Trésorerie générale de Monaco qui passe de 40 % à 50 % du capital[27].

Le , la société spéciale d'entreprises (SSE) Télé Monte-Carlo a confié la production déléguée de l'ensemble des émissions diffusées à la S.A.M. Monégasque des Ondes (MDO), société anonyme monégasque au capital de 22 800 000 euros, immatriculée au Répertoire du Commerce et de l'Industrie de Monaco sous le numéro 90 S 02641, détenue à 95 % par Fidimages, filiale de la Compagnie générale d'images et à 5 % par AB Groupe. Canal+ SA et la CLT-UFA rachètent 47,5 % du capital de la Monégasque des Ondes à la Générale d'images[94] en juillet 1995, qu'ils se partagent à parts égales, tandis que Fidimages rachète les parts d'AB Groupe pour monter à 52,50 % du capital. RTL Group cède peu après ses 23,75 % à Fidimages qui porte ainsi sa participation à 76,25 %.

Pathé rachète les parts de la Sofirad[95] en janvier 2002, à la suite de sa mise en liquidation par l’État français[70] et obtient en même temps l'accord du gouvernement monégasque pour porter sa participation à 80 % du capital de Télé Monte-Carlo, l'État monégasque conservant 20 %. En , Pathé rachète 60 % du capital de MDO[33] à Fidimages et au Groupe Canal+ et prend le management de cette société.

Le , Pathé cède ses 80 % du capital de Télé Monte-Carlo à la société Monte Carlo Participations SAS, codétenue par le Groupe TF1 et AB Groupe qui exercent un contrôle conjoint indirect sur Télé Monte-Carlo.

Le , Télé Monte-Carlo a décidé la dissolution attribution[96] de la Monégasque des Ondes portant transmission universelle du patrimoine social de ladite société au capital de 50 090 141 euros à Télé Monte-Carlo avec effet rétroactif au , sans qu'il y ait lieu à liquidation.

Lors de sa prise de contrôle par les groupes TF1 et AB, Télé Monte-Carlo a dû créer une filiale pour gérer sa régie publicitaire, afin que celle-ci ne tombe pas dans le giron de TF1 Publicité, ce qui aurait accentué la position dominante du groupe TF1 sur le marché français de la publicité. TMC Régie gère donc les espaces commerciaux des chaînes TMC et TFX depuis . Son siège, qui se trouve initialement dans les locaux d'AB Groupe à la Plaine Saint-Denis, est installé sur l'île de la Jatte à Neuilly-sur-Seine.

Le , TF1 a été autorisé par le CSA à racheter la part du groupe AB dans Monte Carlo Participations SAS[97], devenant l'unique opérateur de la chaîne TMC et de sa régie publicitaire TMC Régie.

Depuis le , le groupe TF1 a récupéré le contrôle de la régie publicitaire de TMC et TFX. Parmi les atouts dont dispose désormais le groupe privé, la possibilité de faire circuler un programme de TF1 sur plus d'une antenne, ce qui est interdit jusqu'alors. Autre opportunité, celle de proposer des écrans publicitaires couplés sur ses quatre antennes gratuites (TF1, TF1 Series Films, TFX et TMC)[98].

Sièges[modifier | modifier le code]

Le siège initial et les studios de Télé Monte-Carlo ont été situés au 2e étage de l'immeuble de RMC au 16, boulevard Princesse-Charlotte à Monaco. En 2001, la chaîne déménage au 6 bis, quai Antoine-Ier au bord du port de Monaco dans des locaux tout neufs, mieux adaptés à son activité.

TMC dispose aussi de bureaux parisiens, d'abord en 2001 dans les locaux de Pathé au 241, boulevard Pereire dans le XVIIe arrondissement de Paris (ancien siège de La Cinq), puis dans ceux de TF1 dans l'immeuble Arcs de Seine situé au 18, quai du Point-du-Jour à Boulogne-Billancourt depuis fin 2005.

Programmes[modifier | modifier le code]

Émissions[modifier | modifier le code]

Émissions actuelles[modifier | modifier le code]

Information :

  • Monacoscope : magazine de 6 minutes en image commenté par Emilie Rousseau ou Patricia Navarro et diffusé tous les dimanches matin à h 45, cette émission préparée par le service de presse du Palais Princier, résume une semaine d’événements politiques, mondains, économiques ou culturels en Principauté.

Magazines :

Divertissement

Sport

Football (commentaire : Grégoire Margotton et Bixente Lizarazu, d'autres duos existent comme Julien Brun et Youri Djorkaeff ou Sabrina Delannoye

Il s'agit des autres pays car les équipes de france masculin ou féminine sont diffusées sur TF1 :

Handball (commentaire : Grégoire Margotton avec...)

Emission rediffusées[modifier | modifier le code]

Divertissement

Séries[modifier | modifier le code]

Séries actuelles[modifier | modifier le code]

Séries françaises

Séries rediffusées (dernière maj avril 2024)[modifier | modifier le code]

Drapeau des États-Unis Séries Américaines
Drapeau du Royaume-Uni Séries britanniques
Séries françaises

Animateurs et présentateurs[modifier | modifier le code]

Animateurs et présentateurs actuels[modifier | modifier le code]

Audiences[modifier | modifier le code]

Audiences globales[modifier | modifier le code]

D'après Médiamétrie, TMC est, en 2021, la sixième chaîne nationale en termes d'audience en France.

Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Moyenne annuelle
2005
2006
2007 1,2 %** 1,4 % 1,2 %** 1,4 % 1,2 %** 1,4 % 1,5 % 1,7 % 1,4 %**
2008 1,7 % 2,0 % 2,1 % 2,2 % 2,1 % 2,0 % 2,3 % 2,4 % 2,3 % 2,1 %
2009 2,4 % 2,5 % 2,6 % 2,5 % 2,6 % 2,8 % 2,9 % 2,6 %
2010 3,1 % 3,0 % 3,2 % 3,1 % 3,2 % 3,7 % 3,6 % 3,5 % 3,4 % 3,2 % 3,3 %
2011 3,4 % 3,5 % 3,2 % 3,7 % 3,6 % 3,4 % 3,9 %* 3,7 % 3,5 % 3,6 % 3,4 % 3,5 %
2012 3,5 % 3,4 % 3,6 % 3,7 % 3,6 % 3,7 % 3,6 % 3,7 % 3,6 %*
2013 3,3 % 3,5 % 3,6 % 3,4 % 3,7 % 3,3 % 3,6 % 3,1 % 3,3 % 3,4 % 3,5 % 3,4 %
2014 3,3 % 3,1 % 3,2 % 3,1 % 3,3 % 3,0 % 3,1 % 3,2 % 2,9 % 3,0 % 3,1 % 3,2 % 3,1 %
2015 2,9 % 3,2 % 3,3 % 3,2 % 3,1 % 2,9 % 3,1 % 3,2 % 2,9 % 3,0 % 3,1 %
2016 2,9 % 2,8 % 2,7 % 2,6 % 2,8 % 2,6 % 2,9 % 3,1 % 3,2 % 3,5 % 3,3 % 3,0 %
2017 3,4 % 3,5 % 3,4 % 3,1 % 3,5 % 2,4 % 2,7 % 3,1 % 3,2 % 3,4 % 3,2 % 3,2 %
2018 2,9 % 3,0 % 3,1 %[100],[101] 2,9 %[102] 2,3 %[103] 2,9 %[104] 3,2 %[105] 3,1 %[106] 3,2 % 3.0 % 3,0 %
2019 2,8 % 2,9 % 3,1 % 3,4 % 3,5 %[107] 2,7 %[108] 3,1 % 3,2 % 3,3 % 3,4 % 3,1 %
2020 3,0 %[109] 2,9 %[110] 2,8 %[111] 2,7 %[112] 3,3 %[113] 3,4 %[114] 2,8 %[115] 2,6 %[116] 3,2 %[117] 3,1 %[118] 3,3 %[119] 3,0 %[120] 3,0 %[121]
2021 3,0 %[122] 2,9 %[123] 3,0 %[124],[125] 3,3 %[126] 3,2 %[127] 2,5 %[128],[129] 3,1 %[130] 3,0 %[131] 3,2 %[132] 3,1 %[133] 3,0 %[134]
2022 2,9 %[135],[136] 3,0 %[137] 3,1 %[138] 2,9 %[139],[140],[141] 3,0 %[142],[143] 2,9 %[144] 3,4 %[145] 3,2 %[146] 3,0 %[147]
2023 3,2 %[148] 3,0 %[149],[150] 2,9 %[151] 3,1 %[152] 2,9 %[153] 2,6 %[154] 2,8 %[155] 3,0 %[156] 3,2 %[157] 3,5 %[158] 3,4 % 3,1 %[159]
2024 3,0 %[160] 2,9 %[161] 3,0 %[162]

Source : Médiamétrie[163]

Records d'audience[modifier | modifier le code]

Les 15 meilleures audiences de la chaîne
Date Programme Genre Téléspectateurs PDM
1 Quart de finale du Championnat du monde de handball 2017 : France / Suède Sport 4 720 000[164] 18,1 %
2 Match amical de football : France / Colombie Sport 4 690 000[165] 19,7 %
3 Championnat d'Europe de football 2016 : Slovaquie / Angleterre Sport 3 540 000[166] 15,2 %
4 Demi-finale du Championnat du monde de handball 2015 : Espagne / France Sport 3 300 000[167] 14,6 %
5 Match amical de football : France / Paraguay Sport 3 128 000 13,6 %
6 Match amical de football : France / Bolivie Sport 2 955 000[168] 13,8 %
7 22 novembre 2023 Quotidien Émission 2 890 000 13.6 %
8 Qu'est-ce qu'on a fait au bon dieu ? Film 2 876 000 14,2 %
9 22 mars 2023 Quotidien Émission 2 670 000 11,8%
10 Quotidien Émission 2 500 000[169] 10,0 %
11 Quotidien Émission 2 409 000 8,3 %
12 Quotidien Émission 2 386 000 8,9 %
13 On a retrouvé la septième compagnie Film 2 284 000 10 %
14 Mais où est donc passée la septième compagnie ? Film 2 265 000[170] 9,7 %
15 Oblivion Film 2 452 000[171] 9,2 %

Diffusion[modifier | modifier le code]

À sa création, Télé Monte-Carlo diffuse ses programmes depuis l'antenne-panneau analogique hertzienne de 50 kW[172] puissance apparente rayonnée (PAR) située sur le Mont Agel[173], au-dessus de la Principauté de Monaco, parcelle du domaine public militaire français concédée par le ministère français des Armées à Radio Monte-Carlo en 1952, assez élevé et dégagé pour toucher toute la Côte d'Azur de Menton à Toulon ainsi que le nord de la Corse.

Télé Monte-Carlo est diffusée à la norme française très haute fréquence à haute définition 819 lignes, au développement duquel a participé son président, Henri de France.

L'Union européenne de radio-télévision accorde à la chaîne de pouvoir émettre à la fois en bande III sur le canal F10-H et de façon expérimentale en bande I sur le canal F2-H, mais ce dernier canal, utilisé entretemps par la Radiodiffusion-télévision française (RTF) à Bastia, est rapidement abandonné, sa zone de réception effective n'apportant pas le « plus » en audience qu'aurait pu laisser espérer la portion de ses fréquences en bande basse.

Le , TMC diffuse ses premières émissions en couleur au standard français SÉCAM L/L', à la fois sur le canal F10 de la bande très haute fréquence reconverti du standard 819 lignes au nouveau standard français 625 lignes (avec une largeur de 14 MHz et un écart entre porteuses de 11,15 MHz) et sur le nouveau canal 30 (1 000 kW PAR) de la bande UHF dont la zone de réception est bien plus réduite. À la suite de la redéfinition par TDF des canaux VHF avec une largeur de 8 MHz pour le lancement de Canal+ en France, le canal VHF F10 est remplacé en 1983 par un nouveau canal VHF L8, mieux adapté à la diffusion en couleur et qui, correspondant à peu près à l'ancien canal F10, permet de garder les antennes existantes.

Un accord franco-monégasque conclu le autorise l’extension de la zone de diffusion de TMC via l'ouverture de relais UHF installés à Toulon (canal 33), Marseille (canaux 35 et 51), Avignon et Nîmes et recevable jusqu'à Montpellier, triplant ainsi sa couverture (2,7 millions de téléspectateurs potentiels).

Liste des émetteurs analogique de TMC (jusqu'en 2011)[modifier | modifier le code]

06-MONT AGEL (Monaco) canal 8, 50 kW PAR 

06-MONT AGEL (Monaco) canal 30, 1000 kW PAR

13-GRANDE ETOILE (Marseille) canal 35, 160 kW PAR 

13-POMEGUES (Marseille) canal 51, 22 kW PAR 

84-MONT VENTOUX (Avignon) canal 57, 4,4 kW PAR   

30-BAS RHONE (Nîmes) canal 58, 0,1 kW PAR 

83-CAP SICIE (Toulon) canal 33, 25 kW PAR

À la suite de l'extinction anticipée des émetteurs analogiques VHF diffusant Canal+ sur la Côte d'Azur le dans le cadre du basculement progressif de la France vers la diffusion numérique terrestre, l'émetteur VHF de 50 kW du Mont Agel diffusant TMC est définitivement éteint. Un décret présidentiel du valide la dénonciation de l'accord entre la principauté de Monaco et la république française concernant l'installation sur le territoire français des émetteurs analogiques diffusant TMC « compte tenu de l'évolution des modes de diffusion de la télévision sur le territoire national »[174]. Les dates d'arrêt des émetteurs suivent celles de la fin de la télévision analogique selon les régions (le pour la Côte d'Azur et le pour la Provence); le dernier site concerné est celui de Nîmes, lequel est arrêté le .

Depuis le passage de la France à la diffusion numérique terrestre hertzienne exclusive, TMC a définitivement abandonné la diffusion analogique terrestre en SÉCAM L/L' et l'émetteur UHF du Mont-Agel est éteint.

Depuis le , TMC dispose de sa version en haute définition qui émet par satellite (sur le bouquet Fransat)[175].

Depuis le , la version haute définition est aussi disponible dans l'offre Freebox TV avant sa généralisation sur les différentes offres Télévision via les box IP[176].

Hertzien numérique[modifier | modifier le code]

À partir du , TMC est diffusée partout en France dans la norme numérique DVB-T en gamme UHF et au format vidéo MPEG-2 (SDTV) sur le multiplexe multiplex R6 de la TNT par TDF, Towercast et OneCast.

La chaîne est contrainte de passer du multiplex R2 au multiplex R6 de la TNT le à h, sur décision du CSA du , afin de libérer des fréquences de diffusion locale[177].

Depuis le , TMC est diffusée à la norme DVB-T en UHF au format MPEG-4 à HDTV sur le multiplexe national multiplex R6 de la TNT[178].

Câble[modifier | modifier le code]

TMC est télédistribué sur les réseaux câblés français depuis leur lancement en 1985 et est aussi disponible par câble en Suisse romande. En Principauté de Monaco, la chaîne peut être reçue par ce mode de réception (programme no 2 du bouquet Starter Monaco Télécom) et par réception satellite à la condition de ne pas installer d'antenne individuelle visible, la loi interdisant les antennes hertziennes sur les toits et les balcons[réf. nécessaire].

La télédiffusion par câble se déploie d'abord depuis le territoire de Monaco en 1985 puis à partir de 1992, depuis le siège de Multithématiques à Paris. En 2001 il provient des studios parisiens du groupe Pathé, en 2005 depuis le siège du Groupe AB à la Plaine Saint-Denis et enfin à nouveau depuis Monaco, à partir de février 2006.

Satellite[modifier | modifier le code]

TMC est diffusée par satellite depuis 1991 dans un premier temps sur Telecom 2B et ses programmes sont cryptés l'année suivante, lors de sa diffusion sur le nouveau bouquet CanalSatellite. Le signal est diffusé en clair en analogique sur le satellite Hot-Bird d'avril 1996 à août 2004 puis sur le bouquet technique du Groupement de la TNT, Fransat, via Atlantic Bird 3 en DVB-S MPEG-4. La chaîne est diffusée par le bouquet sans abonnement TNT Sat crypté disponible en France et par La TV d'Orange via Astra 1M en DVB-S MPEG-2. Tout terminal de réception numérique utilisant la norme DVB-S peut recevoir la chaîne, contrairement aux autres chaînes privées[179].

Depuis Octobre 2022, la chaîne TMC ainsi que les chaines gratuites de la TNT du groupe TF1 sont provisoirement accessibles sans abonnement en free to air, via le satellite Astra 1. Cette diffusion fait suite à une interruption momentanée de la diffusion en cryptée auprès des abonnés Canal+ et TNTSAT, à la suite d'un différend commercial entre les groupes Canal+ et TF1[180]. Après le retour de la diffusion en crypté au sein des bouquets Canal+ et TNTSAT, cette diffusion en free to air se poursuit. TMC bénéficie ainsi d'une télédiffusion sans abonnement, sur la quasi-totalité de l'Europe Continentale[181].

TMC Suisse[modifier | modifier le code]

Depuis le [182], TMC émet un programme identique à destination de la Suisse via satellite, sous le nom de « TMC Suisse ». Seules les pages publicitaires sont adaptées au marché suisse. Bien que conventionnée en France par le CSA, la chaîne doit se soumettre aux dispositions françaises et suisses réglementant la publicité télévisée.

Télévision sur IP[modifier | modifier le code]

La chaîne est distribuée par les bouquets DSL et fibre de Freebox TV, La TV d'Orange, Bouquet TV de SFR, la box Numericable et sur la Bbox de Bouygues Telecom.

En Belgique[modifier | modifier le code]

TMC a été diffusée en option payante en Belgique via l'IPTV sur l'offre Proximus depuis le . En 2020, elle est distribuée sans abonnement, la chaîne payante TF1 Séries Films l'ayant remplacée. Sur le câble, elle est disponible dans l'offre de base de l'offre Voo (canal no 19) depuis le et de Telenet (canal no 32), depuis le 9 juillet 2018 ainsi qu'en Flandre depuis le 1er mars 2021, sur le canal 142. Elle est disponible dans les offres basiques de TéléSAT (canal 25) et de TV Vlaanderen Digitaal (canal 464).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « TV Monaco devient membre de l’UER - The Media Leader FR », sur the-media-leader.fr, (consulté le )
  2. L’affaire "Images et Son", Page 1 : Charles Michelson
  3. L’affaire "Images et Son", Page 2 : Le "cadeau" de François Mitterrand à Charles Michelson
  4. L’affaire "Images et Son", Page 3 : Rainier s’associe à Michelson
  5. L’affaire "Images et Son", Page 4 : Michelson fonde Europe no 1
  6. Inauguration de Télé Monte-Carlo par le Prince Rainier III, TMC 50 ans - TMC Monte Carlo novembre 2004 sur Dailymotion
  7. TMC : histoire de la chaîne monégasque
  8. Cérémonie du mariage de S.A.S. le Prince Rainier III de Monaco avec Grace Kelly, 18 avril 1956, Télé Monte-Carlo - RTF sur ina.fr
  9. Rapport du Sénat 1972-1973. Annexe au procès-verbal de la séance du 21 novembre 1972.
  10. Télé Monte-Carlo (TMC) - générique Télé-Soir - 1954-1963-YouTube
  11. Télé Magazine N° 264 du 13 au 19 novembre 1960 - Jean-Claude Brialy - Programmes TV + Radio + Tous sujets Société-www.delcampe.net
  12. DOC CLUB TINTIN TMC ET BLANCHE NEIGE MONTE CARLO-www.delcampe.net
  13. [1] La création d'une chaîne indépendante de télévision pourrait menacer le monopole de l'ORTF, article paru dans Le Monde, le 9 juin 1970
  14. Le Secam tente une sortie-L'Express, 31 mai-6 juin 1971
  15. TÉLÉ-MONTE-CARLO ENGAGERA LA BATAILLE DE LA TV-COULEUR SUR LE " FRONT ITALIEN "-Le Monde-21/06/1971
  16. 22 anni fa nasceva TeleMonteCarlo
  17. [2] La station Télé Monte-Carlo se lance à la conquête de Milan, article paru dans Le Monde, le 15 janvier 1975
  18. [3] D'une chaîne à l'autre, article paru dans Le Monde, le 28 décembre 1976
  19. « Un entretien avec M. Antoine Schwarz, président de la SOFIRAD », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  20. [4], maxlafontaine.webne.ch.
  21. Début de la diffusion des programmes de M6 sur TMC le 12 mai 1988, TMC sur Dailymotion
  22. Bande-annonce de la fin de diffusion de M6 sur TMC pour la région de Nice en 1989, TMC sur Dailymotion
  23. Bande-annonce de la fin de diffusion de M6 sur TMC pour Marseille et la Côte d'Azur en 1989 sur Dailymotion
  24. « MCM sur TLM - 1990 - Vidéo Dailymotion », sur Dailymotion, (consulté le )
  25. Première émission de MCM Euromusique sur TMC le 1er juillet 1989 sur Dailymotion
  26. « Mire TMC Affichant La Date L'heur et Le Programe (sic) 5 Juin 1993 - Vidéo Dailymotion », sur Dailymotion, (consulté le )
  27. a b c d et e Monaco renouvelle le contrat de concession de RMC pour vingt ans, Les Échos no 16782 du 30 novembre 1994
  28. « TMC - Octobre 1993 - Première émission complète » (consulté le )
  29. a et b « TMC - 13 Octobre 1993 - Ouverture antenne » (consulté le )
  30. « Canal+ reprend 47,5 % de la Monégasque des ondes », sur Les Echos, (consulté le )
  31. a et b Martine ESQUIROU, « Canal+ fortifie ses liens avec BertelsmannLes deux groupes vont se partager 47,5% du capital de la société qui gère TMC. », sur Libération (consulté le )
  32. Par Marc PELLERIN Le 6 mai 1998 à 00h00, « Le hit-parade des chaînes par câble et satellite », sur leparisien.fr, (consulté le )
  33. a et b Pathé et le Groupe Canal+ viennent de signer des accords portant sur le capital et sur le management des sociétés Pathé Sport et Monégasque des Ondes
  34. Audition de TMC devant le CSA le 17 juin 2002 pour l'attribution d'une fréquence sur la TNT [PDF]
  35. Décret no 2003-808 du 22 août 2003 portant publication de l'accord entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de Son Altesse Sérénissime le Prince de Monaco relatif à l'attribution et à l'utilisation par la société Télé Monte Carlo de fréquences hertziennes terrestres pour la diffusion de son programme à partir d'installation d'émissions implantées en territoire français
  36. Ordonnance Souveraine n° 16.066 du 21 novembre 2003 rendant exécutoire l'accord entre le Gouvernement de la Principauté de Monaco et le Gouvernement de la République française relatif à l'attribution et à l'utilisation par la société Télé Monte Carlo de fréquences hertziennes terrestres pour la diffusion de son programme à partir d'installation d'émissions implantées en territoire français
  37. « Le CSA donne son feu vert au rachat de TMC », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  38. Bande-annonce des 50 ans de TMC (1954-2004)
  39. TMC fête ses 50 ans avec Foucault, Nagui, Montiel et les autres... Toutelatele.com, 21 octobre 2004
  40. « Le groupe Pathé s'apprête à se désengager de la télévision, en cédant ses... », sur www.telesatellite.com (consulté le )
  41. « Pathé et la télé, c’est fini », sur www.20minutes.fr, (consulté le )
  42. « TMC rapatrie ses activités de diffusion à Monaco », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  43. a et b « TMC rapatrie ses activités de diffusion à Monaco », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  44. Julien, « TMC passe en 16/9ème aujourd'hui », sur alloforfait.fr, (consulté le )
  45. Guillaume Leroy, « TMC toujours leader des chaînes de la TNT », sur Télé 2 semaines, (consulté le )
  46. « Coupe des Confédérations: TMC enchaîne les records d'audience », sur BFM Business (consulté le )
  47. Alexis Delcambre et Alexandre Piquard, « Yann Barthès et son équipe passent sur TF1 et TMC », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le )
  48. « Yann Barthès rejoint TF1 en hebdo, TMC en quotidienne », sur ozap.com (consulté le )
  49. TF1 devient l'unique propriétaire de TMC en rachetant les 20 % de la Principauté de Monaco
  50. a et b « La rentrée des télés : "Quotidien", on reprend les mêmes et ça fait du bien », sur ozap.com, (consulté le )
  51. « TMC va diffuser le concert d'Ariana Grande à Manchester ce soir », ozap.com (consulté le )
  52. « TMC diffusera les courses de F1 du Portugal et d’Emilie-Romagne en Italie », sur Sport Strtatégies (consulté le )
  53. « La F1 récupère la réalisation TV du Grand Prix de Monaco », sur Nextgen-Auto.com, (consulté le )
  54. Indicatif d'ouverture d'antenne de Télé Monte Carlo de 1954 à 1963 sur YouTube
  55. Indicatif d'ouverture d'antenne de TMC de 1973 à 1986 sur Dailymotion
  56. a et b « C'est assez chaud - TMC - 1984 » (consulté le )
  57. a et b « TMC programme du 20 février 1985 - Vidéo Dailymotion », sur Dailymotion, (consulté le )
  58. Indicatif d'ouverture d'antenne de TMC de 1986 à 1988 sur Dailymotion
  59. Indicatif de fermeture d'antenne de TMC de 1986 à 1988 sur Dailymotion
  60. Jingle TMC en 1988 sur Dailymotion
  61. Indicatif d'ouverture d'antenne de TMC de 1988 à 1989 sur Dailymotion
  62. Jingle pub et bande annonce TMC en 1988 sur Dailymotion
  63. Indicatif d'ouverture d'antenne de TMC de 1989 à 1991 sur Dailymotion
  64. « "Canap 89" : Etienne Carbonnier revisite l'année 1989 ce soir sur TMC - Vidéo Dailymotion », sur Dailymotion, (consulté le )
  65. a et b « TMC - Eté 1991 - Publicités - Vidéo Dailymotion », sur Dailymotion, (consulté le )
  66. a et b « TMC dimanche 16 décembre 1990 » (consulté le )
  67. « Page De Publicité 1992 TMC - Vidéo Dailymotion », sur Dailymotion
  68. Indicatif d'ouverture d'antenne de Monte-Carlo TMC de 1993 à 2002 sur YouTube
  69. a et b « TMC - Octobre 1993 - Première émission complète » (consulté le )
  70. a b et c « Les habits neufs de TMC », sur Stratégies, (version du sur Internet Archive)
  71. Mire musicale TMC en 2002 sur YouTube
  72. Bande-annonce TMC en 2002 sur YouTube
  73. « Nouvel habillage pour TMC le 21 mars », sur Stratégies, (version du sur Internet Archive)
  74. Début du nouvel habillage de TMC - 16/02/2009 sur Dailymotion
  75. Télé Monte-Carlo en couleur-Le Figaro-25/02/1974
  76. TMC/M6 - bande-annonce TMC+transition M6 - mai 1988-YouTube
  77. C'est assez chaud - TMC - 1984-YouTube
  78. TMC Télé Monte-Carlo - ouverture et fermeture antenne - 1986-1988-YouTube
  79. TMC News - générique - TMC Télé Monte-Carlo - 1987-YouTube
  80. TMC News, Meteo (Chantal Bultez) et BA : samedi 30 mai 1987-YouTube
  81. TMC Sports - générique - Télé Monte-Carlo - 1988-YouTube
  82. « JINGLE TMC - 1988 - Vidéo Dailymotion », sur Dailymotion, (consulté le )
  83. Jingle pub TMC 1988-YouTube
  84. Démarrage commun TMC-M6 - 1988-YouTube
  85. Page De Publicité 1992 TMC-Dailymotion
  86. Mire TMC Affichant La Date L'heure et Le Programe 15 Février 1993 TMC-Dailymotion
  87. Extraits De L'emission Récré Kids Novembre 1993 TMC-Dailymotion
  88. Récré Kids émission Du 04 Avril 1994 TMC-Dailymotion
  89. La Météo Du 29 Octobre 1994 TMC-Dailymotion
  90. Transformers Extrait De L'emission Récré Kids 1994 TMC-Dailymotion
  91. Jean-Antoine Laborie, Who's Who France
  92. Mort de Joseph Pasteur, France-Soir, 3 avril 2011
  93. Gérard Emery, Who's Who France
  94. Canal+ fortifie ses liens avec Bertelsmann, Libération du 29 juillet 1995.
  95. Monte Carlo TMC modifie son capital
  96. Avis de dissolution - Attribution - TELE MONTE-CARLO
  97. Achat de TMC et NT1 par TF1 : accord du CSA assorti d’engagements substantiels - Communiqué du CSA du 25 mars 2010
  98. « TF1 intègre la régie de TMC et NT1 » (consulté le )
  99. « LE GROUPE TF1 ACQUIERT EN EXCLUSIVITE LES DROITS DE DIFFUSION DE L’UEFA EURO FEMININ », sur groupe-tf1.fr, (consulté le )
  100. « Audiences avril : TF1 se maintient, France 2 recule, M6 en difficulté, W9 remonte », ozap.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  101. « Audiences mai : TF1 sous les 20%, France 2 en forme, M6 souffre encore, RMC Découverte au plus haut », ozap.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  102. « Audiences juin : TF1 s'envole grâce à la Coupe du monde, France 3 résiste bien, M6 au plus bas », ozap.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  103. « Audiences juillet : TF1 au plus haut depuis 2015 grâce à la Coupe du monde, pire mois historique pour M6 et Canal+ », ozap.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  104. « Audiences août : TF1 repasse sous les 20%, RMC Découverte, Numéro 23, Chérie 25 et Franceinfo au plus haut », ozap.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  105. « Audiences septembre : TF1 leader en légère hausse, France 2 progresse fortement, M6 repasse devant France 3 », ozap.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  106. « Audiences octobre : TF1 leader en forte hausse, France 3 en forme, TFX et 6ter en difficulté », ozap.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  107. « Audiences juin : TF1 garde la tête, France 2 en forme, M6 faiblit, TMC puissante avec la Coupe du monde féminine », sur ozap.com (consulté le ).
  108. « Audiences juillet : TF1 à son plus bas historique, France 2 au plus haut depuis 2010, C8 et Gulli souffrent », sur ozap.com (consulté le ).
  109. « Audiences janvier : TF1 à l'un de ses plus bas niveaux, France 2 en grande forme, Gulli et CStar en difficultés », sur ozap.com (consulté le )
  110. « Audiences février : TF1 leader, France 2 en forme, France 5 et RMC Story ai plus haut, NRJ 12 au plus bas depuis 2009 », sur ozap.com (consulté le )
  111. « Audiences mars : TF1 leader en baisse, France 2 brille, record historique pour BFMTV, LCI et Franceinfo », sur ozap.com (consulté le )
  112. « Audiences avril : TF1 petit leader, France 2 en forme, M6 reprend des couleurs, Arte, RMC Découverte et LCI au plus haut », sur ozap.com (consulté le )
  113. « Audiences mai : TF1 reprend des couleurs, F2 se tasse, F3, M6, BFMTV, les RMC et LCI en forme, F4 au plus bas », sur ozap.com (consulté le )
  114. « Audiences juin : TF1 leader en baisse, France 3 et W9 en forme, Arte et RMC Story au top », sur ozap.com (consulté le )
  115. « Audiences juillet : TF1 leader, M6 au plus bas, records historiques pour Arte, les RMC, TF1SF et Franceinfo », sur ozap.com (consulté le )
  116. « Audiences août : TF1 leader en hausse, record historique pour L'Equipe, M6, TMC et France 4 en difficulté », sur ozap.com (consulté le )
  117. « Audiences septembre : TF1 petit leader, F2 et F3 très en forme, C8 battue par TMC, W9, Arte et BFMTV, CNews au top », sur ozap.com (consulté le )
  118. « Audiences octobre : TF1 leader, M6 et BFMTV en forme, Arte au top, record historique pour CNews, F4 et C8 dévissent », sur ozap.com (consulté le )
  119. « Audiences novembre : TF1 leader au-dessus des 20%, M6 stable, les chaînes info au top, France 4 s'enfonce », sur ozap.com (consulté le )
  120. « Audiences décembre : TF1 et M6 au plus haut en 2020, Arte et TMC à égalité, CNews en hausse, France 4 chute », sur ozap.com (consulté le )
  121. « Audiences annuelles 2020 : TF1 petit leader, F2, F3 et M6 en hausse, les chaînes info au top, C8 dévisse », sur ozap.com (consulté le )
  122. « Audiences janvier : TF1 en forme, BFMTV 6e chaîne de France devant Arte et TMC, record historique pour CNews », sur ozap.com (consulté le )
  123. « Audiences février : TF1 leader en forme, F2 en hausse, M6 au top grimpe sur le podium, Arte et CNews survitaminées », sur ozap.com (consulté le )
  124. « Audiences mars : TF1 à la fête, M6 au top sur les FRDA-50, record historique égalé pour CNews, France 4 en souffrance », sur ozap.com (consulté le )
  125. « Audiences avril : TF1 et M6 en forme, France 2 stable, France 5 5e mais en baisse, BFMTV agrandit l'écart avec CNews », sur ozap.com (consulté le )
  126. « Audiences mai : TF1 frôle les 20%, France 2 en forme, M6 et F3 au coude-à-coude, record historique pour CNews », sur ozap.com (consulté le )
  127. « Audiences juin : TF1 petit leader, France 2 et M6 bondissent, TMC bat France 5, BFMTV creuse l'écart avec CNews », sur ozap.com (consulté le )
  128. « Audiences juillet : TF1 solide, France 2 et France 3 s'envolent, M6 faiblarde, BFMTV tient en respect CNews », sur ozap.com (consulté le )
  129. « Audiences août : TF1 recule, F2 et F3 à un bon niveau, M6 en difficulté, records pour BFMTV et CNews », sur ozap.com (consulté le )
  130. « Audiences septembre : TF1 solide leader creuse l'écart, F2 et F3 souffrent, rentrée record pour BFMTV et CNews », sur ozap.com (consulté le )
  131. « Audiences octobre : TF1 solide leader, M6 double F3, C8 en forme, CNews se rapproche de BFMTV », sur ozap.com (consulté le )
  132. « Audiences novembre : TF1 leader mais en baisse, F2 au top, F3 en repli, C8 et Cnews en forme », sur ozap.com (consulté le )
  133. « Audiences décembre : TF1 proche de son plus bas historique, F2 et F5 paradent, M6 souffre, les chaînes infos en hausse », sur ozap.com (consulté le )
  134. « Audiences annuelles 2021 : TF1 leader en hausse, F2 au top réduit l'écart, records historiques pour CNews et RMC Story », sur ozap.com (consulté le )
  135. « Audiences janvier : TF1 leader très faible, France 2 et France 3 à la fête, M6 en baisse, C8 et TMC à égalité », sur ozap.com (consulté le )
  136. « Audiences février : TF1 leader égale son plus bas historique, F2 et F3 boostées par les JO, les chaînes info au top », sur ozap.com (consulté le )
  137. « Audiences mars : TF1 en petite forme, France 3 et M6 font jeu égal, records historiques pour les chaînes info », sur ozap.com (consulté le )
  138. « Audiences avril : TF1 leader en forte baisse, F2 progresse, M6 faible, BFMTV et LCI bondissent », sur ozap.com (consulté le )
  139. « Audiences mai : TF1 leader en nette baisse, F2 en hausse, F3 plus forte que M6, BFMTV et LCI au top », sur ozap.com (consulté le )
  140. « Audiences juin : TF1 limite la casse, M6 souffre, BFMTV en forme, record historique égalé pour L'équipe », sur ozap.com (consulté le )
  141. « Audiences juillet : TF1 et M6 au plus bas historique, France Télévisions rafle la mise », sur ozap.com (consulté le )
  142. « Audiences TV TNT (Août 2022) : LCI au coude à coude avec CNews, TF1 Séries Films chute, BFMTV puissante... », sur toutelatele.com (consulté le )
  143. « Audiences septembre 2022 : La crise avec Canal+ fait plonger la moyenne de TF1 à son plus bas historique », sur ozap.com (consulté le )
  144. « Audiences octobre 2022 : TF1 égale sa pire audience historique, M6 plonge, C8 en forme, record pour LCI proche de CNews », sur ozap.com (consulté le )
  145. « Audiences novembre 2022 : TF1 dopée par la Coupe du monde, France 3 double M6 qui s'effondre, succès confirmé pour LCI », sur ozap.com (consulté le )
  146. « L'audience de la télévision en 2022 », sur mediametrie.fr (consulté le )
  147. « Audiences annuelles 2022 : TF1, historiquement faible mais leader devant France 2, M6 à son plus bas depuis 1992 », sur oazp.com (consulté le )
  148. « Audiences janvier 2023 : TF1 leader en baisse avec France 2 à ses trousses, M6 dévisse encore, C8 double Arte et TMC », sur ozap.com (consulté le )
  149. « Audiences février 2023 : France 2 grossit dans le rétroviseur de TF1, France 3 en nette baisse, LCI progresse encore », sur ozap.com (consulté le )
  150. « Audiences mars 2023 : TF1 respire, France 2 grignote son retard, C8 s'envole, BFMTV et franceinfo: trébuchent », sur ozap.com (consulté le )
  151. « Audiences avril 2023 : TF1 leader à la peine devant France 2 qui remonte, belle percée de France 3 et C8, BFMTV chute », sur ozap.com (consulté le )
  152. « Audiences mai 2023 : TF1 leader stable, France 2 progresse encore, record historique pour LCI qui rattrape CNews », sur ozap.com, (consulté le )
  153. « Audiences juin 2023 : France 2 réduit encore l'écart avec TF1, France 3 dévisse, M6 s'enfonce sous les 8% », sur ozap.com, (consulté le )
  154. « Audiences juillet 2023 : TF1 s'impose au finish contre France 2 au terme d'un match à suspense », sur ozap.com, (consulté le )
  155. « Audiences août 2023 : TF1 à la fête grâce au XV de France et l'information, plus mauvais mois de l'année pour France 2 », sur ozap.com, (consulté le )
  156. « Audiences septembre 2023 : TF1 à son plus haut niveau de l'année, dopée par le rugby, M6 fait jeu égal avec France 3 », sur ozap.com, (consulté le )
  157. « Audiences octobre 2023 : Record de l'année pour TF1, M6 double France 3, une première depuis 17 mois », sur ozap.com, (consulté le )
  158. « Audiences novembre 2023 : TF1 leader en baisse, France 2 s'envole, France 3 reprend l'avantage sur M6, TMC au plus haut depuis 4 ans », sur ozap.com, (consulté le )
  159. « Audiences annuelles 2023 : TF1 leader quasi-stable, France 2 en forte hausse, France 3 plonge, M6 s'enfonce », sur ozap.com, (consulté le )
  160. « Audiences janvier 2024 : TF1 démarre l'année en beauté, France 2 dévisse, M6 en grande difficulté, C8 dégringole au classement », sur ozap.com, (consulté le )
  161. « Audiences février 2024 : TF1, leader et seule chaîne du top 6 en progression, France 2 dégringole, M6 à son plus bas depuis 30 ans », sur ozap.com, (consulté le )
  162. « Audiences mars 2024 : TF1, seule chaîne du top 4 à progresser, s'envole, France 2 recule, le leadership de France Télévisions menacé au classement des groupes », sur ozap.com, (consulté le )
  163. Médiamétrie, mesure d'audience, Mediametrie.fr
  164. Benjamin Meffre, « Audiences : Le handball booste TF1 et permet à TMC de signer son record historique », PureMédias,‎ (lire en ligne, consulté le )
  165. Florian Guadalupe, « Audiences TMC leader avec le foot signe son record historique, "Koh-Lanta" en baisse devant "Caïn" », PureMédias,‎ (lire en ligne, consulté le )
  166. Kevin Boucher, « Audiences : "Esprits criminels" leader sur TF1, TMC signe son record historique avec Slovaquie-Angleterre », PureMédias,‎ (lire en ligne, consulté le )
  167. Kevin Boucher, « Audiences : Record historique pour le handball sur TMC », PureMédias,‎ (lire en ligne, consulté le )
  168. Benjamin Meffre, « Audiences : TF1 leader avec "After Earth" devant France/Bolivie sur TMC, France 2 et "Zone interdite" en forme », sur www.ozap.com, PureMédias, (consulté le )
  169. Christophe Gazzano, « Audiences access 20h : Record historique pour "Quotidien", "A prendre ou à laisser" au plus haut, "28 minutes" en forme », sur www.ozap.com, PureMédias, (consulté le ).
  170. Kevin boucher, « Audiences : "Alice Nevers" leader en baisse, TMC talonne France 2 et M6, "The Missing" chute encore », PureMédias,‎ (lire en ligne, consulté le )
  171. Benoît Daragon, « Audiences : "Le Dîner de cons" en tête devant la soirée électorale de France 3, TMC bat M6 et France 2 », PureMédias,‎ (lire en ligne, consulté le )
  172. (en) World Radio Television Handbook, , p. 146.
  173. Thierry Vignaud, « Émetteur du Mont Agel », sur tvignaud.pagesperso-orange.fr.
  174. Décret no 2011-1014 du 24 août 2011 portant publication de l'accord sous forme d'échange de lettres entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de Son Altesse Sérénissime le Prince de Monaco portant dénonciation de l'accord relatif à l'attribution et à l'utilisation par la société Télé Monte Carlo (TMC) de fréquences hertziennes terrestres pour la diffusion de son programme à partir d'installations d'émission implantées en territoire français, signé à Monaco le 15 mars 2002
  175. TMC et NT1 choisissent le bouquet FRANSAT pour passer à la haute définition, le 19 mai 2015 sur zonebourse.com
  176. TMC et NT1 désormais en HD sur Free… et bientôt chez tous les opérateurs, le sur programme.tv
  177. Décision no 2006-836 du 19 décembre 2006 du CSA modifiant la décision no 2003-307 du 10 juin 2003 autorisant la société Télé Monte-Carlo à utiliser une ressource radioélectrique pour l'exploitation d'un service de télévision à caractère national diffusé en clair par voie hertzienne terrestre en mode numérique.
  178. « Passage TNT HD »
  179. « Les 25 meilleures audiences de la TNT en 2021 », sur ozap.com (consulté le )
  180. « CANAL+ demande que les chaînes de TF1, gratuites dans la loi, le restent », sur CANAL+ Assistance (consulté le )
  181. « TF1 toujours en clair par satellite », sur www.telesatellite.com (consulté le )
  182. Convention de la chaîne TMC Suisse, CSA, consulté le 19 février 2015

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]