Antisanti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Haute-Corse
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Haute-Corse.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Antisanti
Antisanti (co)
Vue du village
Vue du village
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Corse
Département Haute-Corse
Arrondissement Corte
Canton Ghisonaccia
Intercommunalité Communauté de communes de l'Oriente
Maire
Mandat
Anthony Alessandrini
2014-2020
Code postal 20270
Code commune 2B016
Démographie
Gentilé Antisantais
Antisantichi (co)
Population
municipale
430 hab. (2013)
Densité 9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 10′ 04″ Nord 9° 20′ 48″ Est / 42.1677777778, 9.34666666667
Altitude 750 m (min. : 5 m) (max. : 780 m)
Superficie 47,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte administrative de Corse
City locator 14.svg
Antisanti
Antisanti (co)

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte topographique de Corse
City locator 14.svg
Antisanti
Antisanti (co)

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Antisanti
Antisanti (co)

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Antisanti
Antisanti (co)

Antisanti (en corse Antisanti, prononcé [ɑ̃ŋ.ti.ˈzɑ̃ːŋ.ti]) est une commune française située dans le département de la Haute-Corse et la région Corse. La commune appartient à la microrégion de la Rogna in La, au nord du Fiumorbo.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Antisanti est une commune de la façade orientale de la Corse, sans littoral, surplombant la Plaine orientale de l'île. Elle appartenait à l'ancienne pieve de Rogna et fait aujourd'hui partie de la Rogna in La, microrégion située en rive droite du Tavignano s'étendant de Vivario jusqu'à la plaine.

Communes limitrophes
Rose des vents Piedicorte-di-Gaggio Piedicorte-di-Gaggio, Giuncaggio Giuncaggio Rose des vents
Vezzani N Giuncaggio
O    Antisanti    E
S
Vezzani Casevecchie, Aghione Aléria

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Les monts d'Antisanti vus depuis Venaco

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat et végétation[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès routiers[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Pylone de télécommunications.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Au XVIIIe siècle, en 1770, Antisanti est une des communes les moins peuplées de la piève de Rogna[1].
Avec la Révolution de 1789, la pieve de Sorba devient le canton de Vezzani, du district de Bastia.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Monument aux morts.

Depuis 1954, Antisanti fait partie du canton de Vezzani, avec les communes de Aghione, Casevecchie, Noceta, Pietroso, Rospigliani et Vezzani[2].

Économie[modifier | modifier le code]

Antisanti met sur le marché 40 % de la production nationale de clémentines grâce à ses immenses vergers.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Plaque Dr Baud maire
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Anthony Alessandrini PRG Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 430 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
379 373 474 575 649 664 795 775 779
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
681 687 801 821 777 795 819 827 897
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
900 823 728 708 655 613 530 589 493
1968 1975 1982 1990 1999 2007 2008 2012 2013
486 534 661 500 418 378 386 429 430
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Monument aux morts sur la façade latérale de l'église paroissiale.

Église paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens[modifier | modifier le code]

Construite en 1894, la petite église de style baroque a été remaniée, agrandie en 1944.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

ZNIEFF[modifier | modifier le code]

La commune est concernée par une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique de 2e génération :

Basse vallée du Tavignano

Dix communes se partagent cette zone d'une superficie de 1 057 ha qui s’étale le long du fleuve, depuis Aléria jusqu’au pont de Noceta. « La basse vallée du Tavignano est le seul endroit de Corse où l'Alose feinte se reproduit actuellement ; le fleuve abrite en outre la blennie fluviatile et de nombreux invertébrés macrobenthiques déterminants »[5].

Natura 2000[modifier | modifier le code]

Site d'Intérêt Communautaire (Dir. Habitat)
Basse vallée du Tavignano
La Basse vallée du Tavignano abrite un SIC de la directive "Habitats, faune, flore", d'une superficie de 770 ha concernant sept communes : Aléria, Altiani, Antisanti, Erbajolo, Focicchia, Giuncaggio, Noceta, Piedicorte-di-Gaggio et Venaco. L'importance du site réside dans le fait qu'il est le seul endroit de Corse où l'Alose feinte se reproduit actuellement. S'y trouve également la plus grosse colonie de Corse de Murins à Oreilles échancrées (Myotis emarginatus (E. Geoffroy, 1806)) (annexe II) et plusieurs colonies importantes de Petits Rhinolophes. Le SIC est inscrit à l'Inventaire national du patrimoine naturel sous la fiche FR9400602 - Basse vallée du Tavignano[6].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Georges Benedetti, homme politique français, né à Antisanti le 29 juillet 1930
  • Petru Ciavatti (Antisanti 1911 ? - † La Ciotat 1996, inhumé à Antisanti). Directeur-fondateur de U Muntese, mensuel du dialecte et des traditions corses (1955).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :