Pignans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pignans
Pignans
Beffroi de Pignans, avec sa cloche de 1607
Blason de Pignans
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Var
Arrondissement Brignoles
Intercommunalité Communauté de communes Cœur du Var
Maire
Mandat
Fernand Brun
2020-2026
Code postal 83790
Code commune 83092
Démographie
Gentilé Pignantais/Pignantaises
Population
municipale
4 588 hab. (2019 en augmentation de 24,37 % par rapport à 2013)
Densité 132 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 18′ 05″ nord, 6° 13′ 38″ est
Altitude Min. 146 m
Max. 766 m
Superficie 34,87 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Gonfaron
(ville-centre)
Aire d'attraction Toulon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Luc
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Pignans
Géolocalisation sur la carte : Var
Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
Pignans
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pignans
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pignans
Liens
Site web pignans.fr

Pignans est une commune française située dans le département du Var, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Pignans fait partie de l'intercommunalité communauté de communes Cœur du Var, avec dix autres communes voisines[1] dont Puget-Ville à 9,8 km et 10,2 de Besse-sur-issole[2].

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Le village de Pignans est accessible par la route départementale RD 97, qui relie Toulon au Luc-en-Provence. La commune est également traversée par l'autoroute A57, dont la jonction la plus proche est à Carnoules, Sortie 11.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La gare de Pignans est ouverte au trafic voyageur, mais ne dispose pas de guichet[3]. Plusieurs navettes de TER desservent quotidiennement la gare, entre la gare des Arcs - Draguignan et celle de Toulon[4].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Pignans est arrosée par le Réal Martin, cours d'eau de 27,9 km[6], ainsi que par le Réal Rimauresq[7] et que le Vallon de Notre Dames-des-Anges[8], ses affluent et sous-affluent.

Cours d'eau sur la commune ou à son aval[9] :

  • le Réal Martin,
  • le Réal Rimauresq,
  • val de Garnier,
  • vallons de Notre-Dame des Anges, des Bîmes,
  • le Grand Vallat.

Sismicité[modifier | modifier le code]

La commune est en zone sismique 2 Faible[10]

Climat[modifier | modifier le code]

La commune est classée Cfb dans la classification de Köppen et Geiger[11].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Pignans est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[12],[13],[14]. Elle appartient à l'unité urbaine de Gonfaron, une agglomération intra-départementale regroupant 4 communes[15] et 15 006 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[16],[17].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Toulon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 35 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[18],[19].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (70 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (69,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (60,5 %), cultures permanentes (21,5 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (9,5 %), zones urbanisées (4,5 %), zones agricoles hétérogènes (2,6 %), prairies (1,5 %)[20].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[21].

Histoire [22],[23],[24][modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Un fragment de silex découvert au quartier du Pouverel et les vestiges d’une enceinte d’oppidum à Notre Dame des Anges, montrent que des hommes préhistoriques vivaient déjà sur le territoire pignantais.

Des fouilles, quartier Berthoire, ont permis d’identifier Pignans comme un vicus routier, agglomération située sur une voie. Au Ier siècle de notre ère celle-ci reliait Forum Voconii (à proximité du Cannet des Maures) à Telo Martius (Toulon). Le village romain de Pignans s’étendait à l’origine depuis le Carry jusqu’à Berthoire, où sont encore visibles les fondations de bâtiments et de maisons avec des restes de cuves et de pressoirs à vin. Il s'agirait de l'antique " Civitas Pignacensis ".

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

En 517, la décision de construire un église, tel que le montre la “Charte de Thierri”, fils de Clovis, Comte de la Gaule narbonnaise et de Provence, va fixer définitivement la population.

Le nom de Pignanum apparut dans les archives médiévales en 1039. À partir de 1080, une collégiale y fut attestée et une bulle papale (acte d’authentification) de 1152 signale son importance. Le Chapitre des Chanoines de Pignans, soumis à la règle de St Augustin, avaient des dépendances dans une trentaine de prieurés de la région.

Dès le XIIe siècle, les seigneuries de Besse et de Gonfaron étaient passées entre les mains des moines seigneurs de Pignans. Signe de cette richesse, les procès qui émaillèrent le Moyen Âge comme celui qui opposa les Augustins de Pignans aux Cisterciens du Thoronet à propos de l’occupation d’un monastère sur l’île de Porquerolles. Cette puissance pourrait trouver son origine dans l’antiquité. En effet, en 1246 est attesté un cloître, dont l'ensemble des bâtiments religieux forment un monastère. Ce monastère, véritable château avec une haute muraille flanquée de 13 tours, est incendié et pillé durant les guerres de religions par les huguenots, le .

Au lieu de disparaître, cette agglomération aurait traversé le désordre du haut Moyen Âge favorisant ainsi son hégémonie au moment du renouveau de la Provence au XIe siècle. Le Pignans médiéval du XIe et du XIIe siècle bâti à partir de l’église, s’étendit ensuite au sud, du XIIIe au XVe siècle, et était fermé si besoin par des portes, comme l’atteste celle bien conservée, située au débouché de la rue de l’Église sur la place des Armistices.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

À la fin du XVIIe siècle, Louis XIV décida d’unir la prévôté de Pignans au séminaire royal de Toulon tenu par les jésuites. En 1717, la prévôté fut rétablie dans ses droits et son rayonnement se poursuivit jusqu’à la vente des biens de l’église en 1791.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Grâce à une hydrographie exceptionnelle, une petite industrie liée à l’eau s’est développée au cours du XVIIIe et du XIXe siècle. Durant cette période, Pignans dut sa prospérité à ses fabriques de papier et de martinet en cuivre et à ses moulins (farine et huile). Le liège fut également exploité, le village comptera jusqu’à quatre bouchonneries.

Les Pignantais étaient alors appelés « lei bras cargats » (les bras chargés).

Jules Gérard, né à Pignans en 1817, s’engagea dans les Spahis et devient lieutenant. Tireur aussi intrépide qu’habile, il se rendit célèbre en faisant la chasse aux lions qui dévastaient l'Algérie. En 11 ans il en tua pas moins de 25.

Il a écrit “La chasse aux lions” et “Tueur de lions”.

Lors des guerres 14-18 et 39-45, Pignans subit des pertes importantes.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Pignans (Var).svg

Les armoiries de Pignans se blasonnent ainsi[25] :

D'azur aux trois pommes de pin tigées et feuillées d'or.


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Fernand Arnaud Rad.soc. Négociant en vins et huiles, propriétaire
Henri Mouttet[27] SFIO Pharmacien
Conseiller général du canton de Besse-sur-Issole (1913 → 1919)
Les données manquantes sont à compléter.
Henri Mouttet[27] SFIO Pharmacien de la Marine
Conseiller général du canton de Besse-sur-Issole (1925 → 1931)

(démission)
Léopold Imbert[28] SFIO Commerçant
Les données manquantes sont à compléter.
Georges Platel[29] SFIO puis FGDS
puis PS
Agriculteur
Conseiller général du canton de Besse-sur-Issole (1967 → 1973)
Réélu en 1947, 1953, 1959 et 1965
Les données manquantes sont à compléter.
Hubert Falco UDF-PR
puis DL
Directeur général d'entreprise
Sénateur du Var (1995 → 2002)
Député de la 6e circonscription du Var
Conseiller général du canton de Besse-sur-Issole (1985 → 2002)
Président du conseil général du Var (1994 → 2002)
Réélu en 1989 et 1995

(décès)
Jean-Louis Raybaud DL puis UMP Viticulteur
Conseiller général du canton de Besse-sur-Issole (2002 → 2007)
Chevalier du Mérite agricole
[30]
(décès)
Patrick Astesana UMP Viticulteur
2e vice-président de la CC Cœur du Var [Quand ?]
Réélu en 2008
Robert Michel UMP-LR Cadre de banque retraité
5e vice-président de la CC Cœur du Var (2014 → 2020)
Réélu en 2014
En cours
(au 6 juillet 2020)
Fernand Brun DVD Retraité de la fonction publique hospitalière
4e vice-président de la CC Cœur du Var[31] (2020 → )

Intercommunalités[modifier | modifier le code]

Flassans-sur-Issole est membre de la communauté de communes Cœur du Var de 37 829 habitants, créée en [32].

Les onze communes composant la communauté de communes en 2012 sont (par ordre alphabétique) :

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Pignans dispose depuis juin 2016 d'une station d'épuration d'une capacité de 6 500 équivalent-habitants[33],[34],[35].

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune n'est jumelée à aucune ville et aucun village pour le moment.

Budget et fiscalité 2019[modifier | modifier le code]

Mairie de Pignans[36].

En 2019, le budget de la commune était constitué ainsi[37] :

  • total des produits de fonctionnement : 3 833 000 , soit 944  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 3 612 000 , soit 889  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 680 000 , soit 167  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 1 276 000 , soit 314  par habitant ;
  • endettement : 1 721 000 , soit 424  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 19,58 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 16,54 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 117,58 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2018 : Médiane en 2018 du revenu disponible, par unité de consommation : 20 380 [38].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[39]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[40].

En 2019, la commune comptait 4 588 habitants[Note 3], en augmentation de 24,37 % par rapport à 2013 (Var : +4,68 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 5002 2302 0512 4212 3802 3402 3032 2782 296
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 3752 7032 6262 5172 4472 1142 0261 9241 754
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 8401 7161 6771 6001 6251 5691 6091 4851 493
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 5201 7921 6741 7892 3382 5982 9153 0253 296
2014 2019 - - - - - - -
3 7954 588-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[41] puis Insee à partir de 2006[42].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Industrie[modifier | modifier le code]

  • Usine de papeterie[43].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Patrimoine agricole

  • Moulin à farine[44].
  • Moulins à huile[45],[46],[47].
  • Coopérative vinicole dite Coopérative la Bourgade, puis le Cellier des Trois Pignes[48].
  • Coopérative vinicole dite Coopérative la Ruche, puis le Cellier des Trois Pignes[49].

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Hôtel de voyageurs[50].
  • Gîtes, chambres d'hôtes.

Commerce[modifier | modifier le code]

  • Comme de nombreux villes et villages de Provence, un marché est organisé à Pignans. Il a lieu tous les jeudis et dimanches matin[51].
  • Commerces de proximité, bars, restaurants[52].

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

École primaire[53].

La commune dépend de l'académie de Nice. Les élèves de Pignans commencent leur scolarité dans la commune, à l'école maternelle « Le Colombier » (140 enfants)[54], puis à l'école primaire du village (246 écoliers)[55]. Les collèges les plus proches se situent à Besse-sur-Issole et au Luc en Provence. Un service de transport scolaire est à disposition des collégiens[56].

Sports[modifier | modifier le code]

Divers équipements sportifs, tel qu'un stade municipal, une salle polyvalente ou encore des courts de tennis permettent d'effectuer diverses activités sportives telles que :

  • Basket-ball,
  • Judo,
  • Karaté,
  • Danse,
  • Gym,
  • Rugby
  • Tennis
  • Football
  • Badminton

Santé[modifier | modifier le code]

Professionnels et établissements de santé :

  • Médecins[57].
  • Hôpital Saint-Jacques[58].
  • Hôpitaux proches[59] : Pierrefeu-du-Var, Le Luc, Brignoles.

Culte[modifier | modifier le code]

La paroisse catholique de Pignans dépend du diocèse de Fréjus-Toulon et du doyenné de Brignoles[60]. La communauté dispose de la collégiale Notre-Dame-de-la-Nativité placée aussi sous le vocable de Notre-Dame-de-l'Assomption.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil

Patrimoine religieux

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. communauté de communes cœur du Var
  2. Itinéraires
  3. Gare de Pignans
  4. horaire gare de Pignans
  5. Le Réal Martin rivière saint-pierre
  6. Réal Martin sur le site du Sandre
  7. Réal Rimauresq sur le site du Sandre
  8. Vallon de Notre Dames-des-Anges sur le site du Sandre
  9. L'eau dans la commune
  10. Les risques naturels
  11. Table climatique
  12. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  14. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Unité urbaine 2020 de Gonfaron », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  16. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  17. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  18. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Toulon », sur insee.fr (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  21. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  22. « Un peu d'histoire • Pignans », sur Pignans (consulté le ).
  23. « Secrets de... Pignans », sur www.coeurduvartourisme.com (consulté le ).
  24. « Pignans à visiter (83) | Provence 7 » (consulté le ).
  25. Coeur du Var Plaine des Maures : Pignans, Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau
  26. Joseph Salvarelli, Les Administrateurs du département du Var (1790-1897). Notices biographiques, Draguignan, 1897, pp.359-360[1]
  27. a et b La fiche biographique de MOUTTET Henri sur le Maitron en ligne
  28. La fiche biographique de IMBERT Léopold sur le Maitron en ligne
  29. La fiche biographique de PLATEL Georges, Léon, Achille, Edmond sur le Maitron en ligne
  30. « Patrick Astesana, maire de Pignans, est mort », Var-Matin,‎ (lire en ligne).
  31. [2]
  32. Communes appartenant au Groupement Fiscalisé : Communauté de communes Cœur du Var et les Comptes des communes : Commune Flassans-sur-Issole
  33. Diagnostic SAGE Gapeau_VF, p.93
  34. Service : Pignans / assainissement collectif
  35. La nouvelle station d'épuration inaugurée à Pignans, Var-Matin
  36. « Hôtel de ville », notice no IA00127370, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  37. Les comptes de la commune
  38. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  39. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  40. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  41. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  42. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  43. « Usine de Papeterie », notice no IA00127478, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  44. « Moulin à farine », notice no IA00127471, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  45. « Mairie, Moulin à huile », notice no IA00127369, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  46. « Moulin à huile lieu-dit Rimauret », notice no IA00127470, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  47. « Moulin à huile lieu-dit le Paradou », notice no PA00081562, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  48. « Coopérative vinicole dite Coopérative la Bourgade, puis le Cellier des Trois Pignes », notice no IA00127436, base Mérimée, ministère français de la Culture pré-inventaire normalisé ; enquête thématique régionale (coopératives agricoles de Provence-Alpes-Côte d'Azur)
  49. « Coopérative vinicole dite Coopérative la Ruche, puis le Cellier des Trois Pignes », notice no IA00127437, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  50. « hôtel de voyageurs », notice no IA00127435, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  51. marché à Pignans
  52. Tourisme à Pignans
  53. « Ecole primaire », notice no IA00127373, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  54. école maternelle Le Colombier
  55. école primaire de Pignans
  56. transports scolaires
  57. Professionnels de santé
  58. « Hôpital Saint-Jacques », notice no IA00127372, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  59. Hôpitaux proches
  60. paroisse de Pignans
  61. Monument aux Morts place des Armistices
  62. « Monument aux morts de la Guerre de 1914-1918 », notice no IA00127368, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  63. « croix monumentale ; monument aux morts », notice no IA83000788, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  64. Notice no PM83002055, base Palissy, ministère français de la Culture plaque commémorative no 1 église paroissiale, collégiale de l'Assomption
  65. Notice no PM83002056, base Palissy, ministère français de la Culture plaque commémorative no 2.
  66. « Beffroi », notice no IA00127371, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  67. Notice no PM83000408, base Palissy, ministère français de la Culture cloche de la tour de l'horloge
  68. « Porte de Ville », notice no IA00127374, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  69. « Fontaine, Monument place des écoles », notice no IA00127438, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  70. « fontaine place de l'Eglise », notice no IA00127439, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  71. « fontaine Grande Rue », notice no IA83000752, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  72. « fontaine place Mazel », notice no IA00127443, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  73. « 1ère fontaine les Placettes », notice no IA00127445, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  74. « borne-fontaine Suzette », notice no IA83000751, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  75. « 2e fontaine les Placettes », notice no IA00127446, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  76. « fontaine place Saint André », notice no IA00127447, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  77. « Dolmen de la Gastée », notice no PA00081562, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  78. « lavoir dit fontaine des Laines », notice no IA83000753, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  79. « 1ère fontaine lavoir rue des Maisons Neuves », notice no IA00127441, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  80. « lavoir des Prés », notice no IA83000755, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  81. « 2e fontaine lavoir rue des Maisons Neuves », notice no IA00127442, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  82. « lavoir; fontaine rue Saint-Roch », notice no IA83000791, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  83. Pignans - Notre-Dame de la Nativité
  84. « Collégiale Assomption, Eglise paroissiale », notice no IA00127361, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  85. Notice no PM83001463, base Palissy, ministère français de la Culture orgue de tribune de l'église de la Nativité-de-la-Vierge
  86. Notice no PM83000401, base Palissy, ministère français de la Culture orgue de tribune : buffet d'orgue
  87. Notice no PM83000400, base Palissy, ministère français de la Culture orgue de tribune : partie instrumentale de l'orgue
  88. « Chapelle de Pénitents Blancs Notre-Dame-de-L'Annonciade », notice no IA00127363, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  89. « Chapelle de Pénitents Saint-André », notice no IA00127364, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  90. « Chapelle de la Congrégation des Filles », notice no IA00127362, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  91. « Chapelle Notre-Dame-des-Anges », notice no IA00127463, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  92. Le sanctuaire de Notre Dame des Anges
  93. Historique de la chapelle Notre-Dame des Anges
  94. Les nombreux ex-voto de la chapelle Notre-Dame-des Anges
  95. Un crocodile pour ex-voto à Notre Dame des Anges
  96. « Guide de la Provence Mystérieuse », page 386
  97. Robert Bailly, Chapelles de Provence, Bouches-du-Rhône, Alpes-Maritimes, Alpes-de-Haute-Provence, Var, Vaucluse : Origines, Architecture, Croyances, Le-Coteau, Horvath, 1988, (ISBN 2-7171-0565-4), p. 17
  98. « Chapelle Saint-Pierre », notice no IA00127473, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  99. « Chapelle Saint-Barthélémy », notice no IA00127472, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  100. « Couvent d'Augustins Saint-Paul », notice no IA00127365, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  101. « Croix monumentale dite Croix de mission », notice no IA00127367, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  102. « Oratoire Saint-Pierre », notice no IA00127366, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  103. « ensemble de 12 oratoires », notice no IA83000789, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  104. « oratoire lieu-dit Val Redonne », notice no IA00127479, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  105. « Oratoire Notre-Dame-de-la-Salette », notice no IA00127466, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  106. « Oratoire Notre-Dame-de-la-Garde », notice no IA00127465, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  107. « oratoire lieu-dit Migranon », notice no IA00127462, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  108. « Oratoire lieu-dit le Carry », notice no IA00127453, base Mérimée, ministère français de la Culture.