Wissembourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Wissembourg
Wissembourg
Hôtel de ville de Wissembourg.
Blason de Wissembourg
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Bas-Rhin
Arrondissement Haguenau-Wissembourg
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Wissembourg
(siège)
Maire
Mandat
Sandra Fischer Junck (DVD)
2020-2026
Code postal 67160
Code commune 67544
Démographie
Gentilé Wissembourgeois
Population
municipale
7 519 hab. (2018 en diminution de 3,07 % par rapport à 2013)
Densité 156 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 02′ 18″ nord, 7° 56′ 49″ est
Altitude Min. 133 m
Max. 527 m
Superficie 48,18 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Wissembourg (partie française)
(ville isolée)
Aire d'attraction Wissembourg (partie française)
(commune-centre)
Élections
Départementales Canton de Wissembourg
(bureau centralisateur)
Législatives Huitième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Wissembourg
Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin
Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Wissembourg
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Wissembourg
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Wissembourg
Liens
Site web wissembourg.fr

Wissembourg [visɑ̃buʁ] (prononcé Waïssebouaïsch[pas clair] en francique méridional, le dialecte germanique local) est une commune française située dans la circonscription administrative du Bas-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Ses habitants sont appelés les Wissembourgeois.

Elle avait le statut de sous-préfecture jusqu'au , date du rattachement de l'arrondissement avec celui de Haguenau pour former l'arrondissement de Haguenau-Wissembourg[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Vue de Wissembourg et du clocher de l'église Saint-Pierre-et-Paul.

Wissembourg est située dans l'extrême nord de l'Alsace, à la pointe nord-est de la France. Elle est à la frontière avec l'Allemagne, plus précisément l'État de Rhénanie-Palatinat. La commune est traversée par la Lauter, affluent gauche du Rhin, qui prend sa source en Allemagne.

Wissembourg est aussi éloigné à vol d'oiseau de Kaliningrad, dans l'enclave russe du même nom, que de Hendaye dans les Pyrénées-Atlantiques, soit 987 km.

La partie ouest du ban communal de Wissembourg fait partie du parc naturel régional des Vosges du Nord. La ville est, par ailleurs, ville-porte du parc. Traversée par l'itinéraire cyclable de la Lauter (Lauterbourg – Dahn) et par un des chemins de Compostelle en provenance de Rhénanie-Palatinat, elle est ville départ du sentier de grande randonnée 53 (rectangle rouge) qui, par les crêtes des Vosges, rallie Masevaux, à l'extrémité sud.

La commune de Wissembourg administre également la forêt du Mundat située sur le territoire allemand.

La gare de Wissembourg se trouve sur l'axe ferroviaire StrasbourgLandau in der Pfalz via Haguenau.

Lors de l'effondrement du fossé rhénan, les terrains jurassiques ont été érodés. Au sud des Vosges, l'érosion s'est poursuivie, s'attaquant également aux terrains triasiques, mettant le socle hercynien à nu, alors qu'au nord des Vosges, les terrains triasiques recouvrent encore le socle. Seul à Windstein, de rares effleurements du granite sont visibles, et à Weiler, lieu-dit de Wissembourg, on peut voir des grauwackes[2].

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Écarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Altenstadt, un village à part entière de 1 012 habitants et qui a fusionné avec Wissembourg en 1974 ;
  • Geisberg, avec implantation mennonite ;
  • Geitershof ;
  • Weiler ;
  • Welschdorf.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Wissembourg est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine de Wissembourg (partie française), une agglomération internationale dont la partie française regroupe 1 communes[6] et 7 537 habitants en 2017, constituant une ville isolée[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Wissembourg (partie française), dont elle est la commune-centre[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 11 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (52,1 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (51,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (52,1 %), terres arables (22,1 %), zones agricoles hétérogènes (9,3 %), zones urbanisées (5,7 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (4,2 %), cultures permanentes (3,4 %), prairies (2 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,7 %), mines, décharges et chantiers (0,6 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[12].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Le nom latin, utilisé dans les sources ecclésiastiques, était Sebusium[13].
  • D'un nom de personne germanique Wizzo(n) + burg[14].
  • Anciennes mentions : Wizunburg (774)[14], Wizenburg (780)[14], Wissembourg (1793)[15], Vissembourg (XIXe siècle).
  • Au XVIIIe siècle, les Allemands, pour distinguer ce Wissembourg de plusieurs autres endroits du même nom, l'appelait Kronweissenbourg[16].
  • Waisseburch ou Weisseburch en francique méridional, Wisseburi en alémanique, Weißenburg en allemand.[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

Wissembourg au XVIIe siècle.
  • L'abbaye Saint-Pierre-et-Saint-Paul est fondée sur le site au VIIe siècle par des nobles austrasiens sur une île de la Lauter. Saint Pirmin y a introduit la règle de saint Benoît. Elle s'éleva bientôt à la tête d'un vaste domaine de plus de 200 km2, et s’enrichit au point de devenir l’abbaye la plus riche d’Alsace et d'obtenir le rang de principauté en 974.
  • Le XIe siècle est marqué par la construction d’une église romane, dont il subsiste le clocher-beffroi.
  • Pendant le XIIe siècle et le XIIIe siècle, le village qui naît autour de l'abbaye s'étend rapidement et cherche à s'émanciper de sa tutelle, d'où de nombreux conflits.
  • La ville obtient d'avoir des membres au conseil et atteint alors son apogée. Sa richesse lui vient de la production de draps, de vins et de châtaignes.
  • Au XIVe siècle, Wissembourg accentue son indépendance vis-à-vis de l’abbaye, et la ville devient membre de la Décapole en 1354. Ses dirigeants refusent alors de prêter allégeance au nouvel abbé.
  • À la mort de l'abbé Philippe d'Erpach, en 1469, il laissa l'abbaye considérablement endettée. Le nouvel abbé, Jean de Bruck, essaya de relever l'abbaye. Cependant le comte palatin Frédéric Ier le Victorieux, landvogt de Haguenau, décida d'intervenir en tant que préfet de la Décapole. Il envoya dans l'abbaye des inspecteurs et des moines de la congrégation de Burckfeld. Mais l'abbé décida de se retirer au château de Drachenfels avec le prieur Antoine de Linange. Les interventions des moines remirent en cause les biens-fonds que possédaient des bourgeois de Wissembourg qui se révoltèrent et chassèrent les hommes du comte palatin. Ils demandèrent alors à l'abbé de revenir à Wissembourg. Les dégâts importants qui en résultèrent sur les biens poussèrent les deux partis à discuter en février 1470. Cependant l'empereur Frédéric III attisa le conflit. En décembre 1471, la paix fut conclue. L'abbé Jean de Bruck et son prieur restèrent en place, mais aussi les moines réformateurs.
  • Ces différents conflits mènent au XVe siècle à la destruction de la ville par le comte Palatin, allié de l’abbaye. Le comte palatin décida d'assiéger la ville et de la bombarder.
  • De 1485 à 1503, Jean de Dratt, grand maréchal du comte palatin Philippe l'Ingénu, tyrannisa les habitants de Wissembourg. Il est à l'origine de la légende de Hans Trapp.
  • Au XVIe siècle, la Réforme fait son apparition dans la ville et connaît un grand succès. Arrive alors une période sombre : Guerre des paysans en Alsace et en Lorraine (1525), guerre de Trente Ans et les passages des multiples armées. En 1648, il ne lui reste plus alors que 140 habitants.
  • À la signature du deuxième traité de Westphalie en 1648, qui clôt cette guerre de Trente Ans, la France considère que les villes de la Décapole, dont Wissembourg, passent sous sa domination (avec les possessions des Habsbourg en Alsace, et non toute l'Alsace comme on le voit souvent écrit). Ce traité de Münster, en effet, est ambigu et sujet à interprétation. Cependant, la Décapole n'entend nullement se soumettre aux Français, et ses villes refusent de reconnaître Louis XIV comme leur souverain. Il s'ensuivra une sévère campagne militaire de mise au pas, et Wissembourg sera prise, incendiée et pillée le . Elle finira alors, avec ses consœurs de la Décapole, par se soumettre à la France en 1680, le Saint-Empire romain germanique n'ayant pas pu les secourir.
  • Stanislas Leszczynski, roi de Pologne en exil, séjourne à Wissembourg de 1719 à 1725, avec sa famille, notamment sa fille Marie. Ils sont hébergés dans une maison prêtée par le bailli Weber, ensuite appelée palais Stanislas. Protégé par le duc de Bourbon, principal ministre depuis la mort du Régent, Stanislas envisage de lui faire épouser Marie. Mais, en 1725, le duc d'Antin arrive de Paris et annonce que c'est Louis XV, le roi de France (âgé de 15 ans), qui a pour se marier fixé son choix sur Marie (22 ans).
    Un mariage par procuration (le roi est représenté par Louis d'Orléans) a lieu à la cathédrale de Strasbourg le (Marie devient dès cette date la reine), avant la cérémonie définitive, le , à Fontainebleau.
  • À la Révolution, les moines sont expulsés et les biens de l’abbaye sont vendus.
  • La bataille de Wissembourg (décembre 1793) fut une bataille de la Révolution française. Elle est inscrite en hommage sur l'Arc de Triomphe.
Wissembourg au XIXe siècle (plan du commandant Delaperche, vers 1853).
Vue panoramique partielle de Wissembourg avec, tout à droite, la maison du Sel (XVe siècle).

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Wissembourg

Les armes de Wissembourg se blasonnent ainsi :
« De gueules au château coulissé d'argent, ouvert du champ, ajouré et maçonné de sable. »[17].


Le village d'Altenstadt a son propre blason.


Blason d'Altenstadt.

Les armes d'Altenstadt se blasonnent ainsi : « d'argent à un fer à cheval de sable ».


Économie & Industrie[modifier | modifier le code]

  • Taux de chômage 2016 : 6,4 %[18] ;
  • Revenu médian 2012 : 20 083 /an[19] ;
  • L'entreprise Bruker fabrique des spectromètres et des appareils de résonance magnétique.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • L'intersection du 49e parallèle nord et du 8e méridien à l'est de Greenwich se trouve sur le territoire de la commune (voir aussi le Degree Confluence Project).
  • Synagogue la première datée de 1805, remplacée par une nouvelle en 1872 et détruite au cours de la Seconde Guerre mondiale. Une troisième fut construite après la guerre[48].
  • Cimetières : cimetière de l'église paroissiale Saint-Ulrich, cimetière chrétien, cimetière juif[49],[50],[51].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

En 2014, la liste conduite par Christian Gliech (DVG) remporte l'élection municipale de Wissembourg avec 28 voix d'avance sur la liste de Jean-Max Tyburn (DVD)[52]. Toutes les listes présentes au premier tour se sont maintenues au second tour [53], à l'exception de celle conduite par Michèle Motsch, qui a fusionné avec celle de Jean-Max Tyburn[54].

Résultats de l'élection municipale des 23 et à Wissembourg[55]
Tête de liste Liste Premier tour Second tour Sièges
Voix % Voix % CM CC
Christian Gliech * DVG 1 169 32,93 1 422 39,16 21 10
Jean-Max Tyburn DVD 818 23,04 1 394 38,39 6 3
André Krieger UMP 573 16,14 464 12,77 1
Michèle Motsch DVD 532 14,99
Gabriel Bastian FN 457 12,87 351 9,66 1
Inscrits 5 861 100,00 5 861 100,00
Abstentions 2 222 37,91 2 116 36,10
Votants 3 639 62,09 3 745 63,90
Blancs et nuls 90 2,47 114 3,04
Exprimés 3 549 97,53 3 631 96,96
* Liste du maire sortant

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Maire en 1980[56] Alfred Zoog UDR puis RPR Conseiller général du canton de Wissembourg (1973 → 1985)
Pierre Bertrand[57] RPR puis UMP Chef d'entreprise
Conseiller général du canton de Wissembourg (1985 → 2015)
1er vice-président du conseil général du Bas-Rhin (2001 → 2008)
Vice-président du conseil général du Bas-Rhin (1992 → 2015)
Christian Gliech[58] DVG puis LREM[59] Chef d'entreprise
1er vice-président de la CC du Pays de Wissembourg
juillet 2020 En cours Sandra Fischer-Junck [60]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[61]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[62].

En 2018, la commune comptait 7 519 habitants[Note 3], en diminution de 3,07 % par rapport à 2013 (Bas-Rhin : +2,17 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 6854 0974 7635 6966 0976 2456 8116 8846 550
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
5 7845 3765 5705 8866 1526 1855 9685 8466 260
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
6 9466 7886 7725 1165 3325 3365 7384 7794 940
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
5 2785 7046 7847 3117 4438 1708 0087 9787 757
2017 2018 - - - - - - -
7 5377 519-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[63].)
Histogramme de l'évolution démographique

Histoire postale[modifier | modifier le code]

Lettre de 1868 avec le cachet Gros Chiffre 4345.

Un bureau de poste a été créé à Wissembourg en 1648[64].

À partir de 1792, ce bureau utilise des marques postales linéaires qui sont libellées avec le numéro 67 (par exemple 67 WISSEMBOURG - on trouve également des marques un peu plus rares avec l'orthographe 67 WEISSEMBOURG)[64]. Les premiers cachets à date apparaissent en 1831[65].

En 1852, la poste affecte le numéro de cachet petit chiffre 3693 à Wissembourg. En 1862, ce numéro est remplacé par le cachet « Gros Chiffres » 4345 (voir figure). En 1872, à la suite de l'annexion par l'Allemagne, ce numéro est affecté à la commune de Saint-Just-la-Pendue[66].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Aspects culturels de Wissembourg et de sa région à travers les âges : exposition, 14-, Relais culturel régional, Wissembourg, 1981, 60 p.
  • Fritz Eyer, Wissembourg, art et histoire, Éd. de la Tour blanche, Wissembourg, 1980, 65 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. le décret 2014-1722 du 29 décembre 2014 voit la suppression de l'arrondissement de Wissembourg fusionné à celui de Haguenau à compter du 1er janvier 2015.
  2. Alsace, des fossiles et des hommes. Jean-Claude GALL. p. 66. (ISBN 2-7165-0655-8).
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Unité urbaine 2020 de Wissembourg (partie française) », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Wissembourg (partie française) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  12. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  13. Jaucourt, L'Encyclopédie, édition 1re, (1751), Vol. XVII, pp. 595-96.
  14. a b et c Ernest Nègre - Toponymie générale de la France, Volume 2 (1996)
  15. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Géographie Universelle traduite de l'Allemand de Mr. Büsching, tome 4, contenant la France (première partie), Strasbourg, Bauer & Cie, 1770
  17. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.labanquedublason2.com (consulté le ).
  18. « Emploi, chômage : les contrastes du Grand Est » (consulté le ).
  19. « Insee - Chiffres clés : Commune de Wissembourg (67544) », sur www.insee.fr (consulté le ).
  20. François Lotz, Artistes-peintres alsaciens décédés avant 1800 : Avec un complément concernant des artistes-peintres alsaciens ayant œuvré après 1800 (Artistes-peintres alsaciens.), Printek, , 383 p., p.223.
  21. Notice no PA00085247, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  22. Notice no PA00085243, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. Notice no PA00085244, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  24. Notice no PA00085246, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  25. Notice no PA00085249, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  26. Notice no PA00085251, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  27. Notice no PA00085252, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  28. Notice no PA00085256, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  29. Notice no PA00132524, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  30. Notice no PA67000023, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  31. [Notice no PA00085250, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  32. Notice no PA00085258, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  33. Notice no PA00085253, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  34. Notice no PA00085245, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  35. Notice no PA67000021, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  36. Notice no PA00085275, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  37. Notice no PA00085288, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  38. Notice no PA00085260, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  39. Notice no PA00085259, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  40. Notice no PA00085257, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  41. Notice no PA00085254, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  42. Notice no PA00085255, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  43. [Notice no PA00085287, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  44. Notice no PA67000080, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  45. Notice no PA00085261, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  46. Notice no PA00085262, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  47. Notice no PA00085248, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  48. Notice no IA67008057, base Mérimée, ministère français de la Culture Synagogue
  49. Notice no IA67008250, base Mérimée, ministère français de la Culture Cimetière de l'église paroissiale Saint-Ulrich
  50. Notice no IA67008058, base Mérimée, ministère français de la Culture Cimetière chrétien
  51. Notice no IA67008059, base Mérimée, ministère français de la Culture Cimetière juif
  52. Municipales à Wissembourg : Christian Gliech réélu
  53. Municipales : à Wissembourg, les électeurs ont choisi de ne pas choisir ...
  54. Elections "Pour les Wissembourgeois"
  55. Résultats officiels pour la commune Wissembourg
  56. Article du journal Le Monde en date du 15 septembre 1980
  57. Notice NetDBA de BERTRAND Pierre, alsace-histoire.org, Fédération des Sociétés d’Histoire et d’Archéologie d’Alsace.
  58. [PDF] Liste des maires sur le site de la préfecture du Bas-Rhin.
  59. Christian Gliech a été candidat du mouvement La République en marche aux élections législatives des 11 et 18 juin 2017 dans la 8e circonscription du Bas-Rhin [1]
  60. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  61. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  62. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  63. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  64. a et b Jean et Vincent Pothion, Catalogue des marques postales linéaires France 1792-1832. La poste aux lettres Paris 1987
  65. Jean Chevalier, Catalogue des cachets à date, types 11-12-13-14-15, Bureaux de direction, Départements français et Algérie, 1829-1869, Jean Chevalier, Paris, 1995
  66. Vincent Pothion, Nomenclature des bureaux de poste français 1852-1876, La poste aux lettres, Paris, 1998