Orange Business Services

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Orange Business Services
logo de Orange Business Services

Création 2006
Personnages clés Stéphane Richard
(CEO, Orange S.A.)
Helmut Reisinger, (CEO, Orange Business Services
Forme juridique marque commerciale
Siège social Paris
Drapeau de France France
Actionnaires OrangeVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Télécommunication, Services informatiques
Produits Office Together, Audiotel, Numéro vert
Société mère Orange
Filiales Orange Business Services India (en)
Effectif plus de 20000 personnes dans 166 pays
Site web Orange Business Services

Orange Business Services est une marque commerciale du groupe Orange. Elle est l’intégrateur du groupe Orange fournissant des services de télécommunication et informatiques pour les entreprises en France et dans le monde.

Orange Business Services fournit des services de communication intégrée aux entreprises dans les domaines du cloud computing, des télécommunications, des communications unifiées et de la collaboration[1].

Elle regroupe les activités Business to business du groupe Orange réalisées par différentes filiales en France et à l'étranger.

Présentation[modifier | modifier le code]

Orange Business Services est une identité commerciale du groupe Orange qui a été constituée le [2], afin d'offrir une marque unique des services de télécommunication (données, téléphonie et convergence) et informatiques pour les entreprises. Elle opère dans 220 pays et territoires et emploie plus de 21 000 personnes réparties sur 166 pays[3].

Orange Business Services est le résultat de la consolidation et du regroupement sous une seule marque, d’entités issues de trois entreprises aujourd’hui dissoutes : France Telecom, Equant et Wanadoo[2].

Entités[modifier | modifier le code]

Les services de cette marque sont fournis par un ensemble de filiales ou entités qui sont Orange, Equant, Transpac et France Télécom, ainsi que Almerys, EGT[Quoi ?], Orange Consulting, France Télécom Intelmatique, SETIB, OAB ou Orange Applications for Business (dans lequel a été fusionné l'ancien IT&L@bs), Cofratel et Solicia et Orange Cloud for Business. Certaines filiales ont fusionné avec la maison mère France Telecom en 2005/2006, d'autres continuent d'avoir leur statut de filiale. Les entreprises aujourd'hui regroupées sous le nom d'Orange Business Services appartenaient autrefois à France Télécom SA, à Equant SA ou encore à Wanadoo SA (fusionné avec France Télécom SA en 2004)

Plusieurs entreprises fournissent, ou ont fourni, des services pour Orange Business Services, telles par exemple Almerys, opérateur de tiers-payant santé ; tiers de confiance en dématérialisation de données (cette filiale a cédée en avril 2015[4] ou Oléane un fournisseur d'accès à destination des professionnels, registrar et hébergeur de sites Internet[5] entreprise fondée en 1989[6]. En 1997, la société est devenue le deuxième fournisseur d'accès en France, derrière France Télécom[7], qui rachète Oléane l'année suivante[5],[8].

Depuis le , certaines autre filiales ont fusionné pour former Orange Business Services SA[9].

Dirigeants[modifier | modifier le code]

  • Président directeur général : Stéphane Richard
  • Directeur exécutif (CEO ou Chief Executive Officer) : Helmut Reisinger[10]

Orange Cloud for Business[modifier | modifier le code]

Orange Cloud for Business est la filiale d'Orange Business Services spécialisée dans les infrastructures cloud computing (IaaS et PaaS) pour les entreprises[11]. Elle regroupe les activités de cloud computing, d'hébergement, et de stockage dans le cloud. Créée en juillet 2014, elle regroupe toutes les entités d'Orange Business Services qui étaient spécialisées dans les activités d'infrastructure cloud : cloud public, cloud privé, cloud hybride et aussi toutes les activités liées aux postes de travail et leur virtualisation au sein de la filiale Neocles.

Historique de la création[modifier | modifier le code]

Orange a pris part, dès 2011, à un projet d’État de cloud computing nommé Andromède, lancé dans le cadre du grand emprunt[12]. Ce projet a ensuite été ensuite scindé en deux en 2012 : Numergy (avec SFR et Bull) d’une part et Cloudwatt d’autre part (avec Orange et Thalès)[13]. Fin 2013, en parallèle du projet Cloudwatt, Orange Business Services lançait une initiative interne qui consistait à regrouper progressivement l’ensemble de ses ressources et compétences dans une entité destinée à représenter le cloud computing d’infrastructure dans la division Business to Business de l’opérateur. Ce projet, nommé Onecloud (un nom de code qui ne fut pas utilisé à l’extérieur de l’entreprise) n’a pas remis en cause la participation financière d’Orange dans Cloudwatt[14]. Le projet Onecloud a donné ensuite naissance en juillet 2014 à une nouvelle filiale nommée Orange Cloud for Business ; Orange se base ainsi sur le projet interne Onecloud pour créer l'entité Orange Cloud for Business.

Le , Orange Cloud for Business a annoncé son intention de racheter Cloudwatt, l’un des deux opérateurs de cloud souverain, dont Orange détient déjà 44,4 % du capital[Note 1].

Le centre de données de Val-de-Reuil[modifier | modifier le code]

Orange Cloud for Business a fait construire un centre de données, opérationnel depuis le 10 octobre 2013. Il est situé dans la zone d’activité de Val-de-Reuil. Ce centre de données permet de réaliser des économies en énergie et de réduire le coût de stockage[15] par la technique du free cooling[16]. Cette technique permettrait d'économiser annuellement l'équivalent de la consommation d'une ville de 30 000 habitants[17][source insuffisante].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Orange Business Services names data communications service provider of the year 2012 », sur telecomtiger.com, (consulté le 30 avril 2018)
  2. a et b (en) « Company overview of Orange Business Services SAS », sur bloomberg.com, (consulté le 30 avril 2018)
  3. (en) « Discover Orange Business Services », sur orange-business.com, (consulté le 30 avril 2018)
  4. « Edmond de Rothschild Corporate Finance conseille Global Services Santé en vue de l'acquisition de la participation d'Orange SA au sein d'Almerys », sur edmond-de-rotschild.com, (consulté le 3 mai 2018)
  5. a et b « France Télécom acquiert le pionnier français d'Internet, Oléane », sur le site atelier.net, (consulté le 3 juillet 2015).
  6. Fabrice Deblock, « Jean-Michel Planche : un entrepreneur réconciliant ambition et valeurs », sur le site Le Journal du Net, (consulté le 3 juillet 2015).
  7. « Oléane suscite les convoitises », sur le site internet du magazine Stratégies, (consulté le 3 juillet 2015).
  8. Fabrice Deblock, « Avec Witbe, la volonté de créer un leader mondial... depuis la France », sur le site Le Journal du Net, (consulté le 3 juillet 2015).
  9. « Orange Business Services absorbe ses filiales | CBP (Channel Business Partners) », sur www.channelbp.com (consulté le 11 février 2019)
  10. (en-GB) « Orange expands executive committee », Broadband TV News,‎ (lire en ligne, consulté le 30 avril 2018)
  11. fiche de Orange Cloud for Business dans l'annuaire en ligne Societe.com
  12. annonce et commentaire de l'Usine Nouvelle sur le rachat en cours de Cloudwatt par Orange Cloud for Business
  13. « Cloudwatt et Numergy lancent le cloud public souverain », sur http://www.solutions-logiciels.com, (consulté le 11 février 2015)
  14. « Orange Business Services met les bouchées doubles dans le cloud », sur itespresso.fr, (consulté le 24 février 2015)
  15. « Data center 'Normandie' à Val-de-Reuil, nouveau lieu de mémoire », sur http://www.lecourrierdelarchitecte.com, (consulté le 11 février 2015)
  16. « Val de Reuil, un datacenter Orange qui profite du climat normand », sur http://www.lemondeinformatique.fr, (consulté le 11 février 2015)
  17. « Data center : Orange adepte du free cooling en Normandie », sur http://www.itespresso.fr, (consulté le 11 février 2015)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (cf. l'historique du cloud souverain sur Wikipedia). Le cloud souverain est le vocable utilisé par les professionnels de l'informatique afin de qualifier les fournisseurs de cloud computing dont les hébergements sont basés en France et validés par l'État français, par opposition aux fournisseurs de cloud américains qui hébergent leurs données principalement aux États-Unis et se soumettent ainsi au Patriot Act, la loi permettant au gouvernement américain d'accéder aux données ainsi hébergées sans préavis

Liens externes des sites[modifier | modifier le code]