Cenves

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cenves
Cenves
Le village vu depuis le col de Gerbet.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Villefranche-sur-Saône
Intercommunalité Communauté de communes Saône-Beaujolais
Maire
Mandat
Pierre-Yves Pelle-Boudon
2020-2026
Code postal 69840
Code commune 69035
Démographie
Gentilé Cenvards
Population
municipale
381 hab. (2019 en diminution de 6,39 % par rapport à 2013)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 16′ 17″ nord, 4° 38′ 51″ est
Altitude Min. 335 m
Max. 747 m
Superficie 26,48 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Mâcon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Belleville-en-Beaujolais
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Rhône
Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Cenves
Géolocalisation sur la carte : Rhône
Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Cenves
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cenves
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cenves
Liens
Site web cenves.org

Cenves est une commune française située dans le département du Rhône, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cenves fait partie du Haut Beaujolais. Le village est environné de cols, au nord, celui du Carcan à 646 mètres et au sud, ceux de Boubon et de Sibérie, tous deux à 638 mètres et celui de Gerbet à 610 mètres.

La rivière, la Petite Grosne, prend sa source à Cenves.

La commune comprend 47 hameaux :
la Baisse - la Barre - Vers le Bois - Bouchacourt - Bourbois - les Bressans - le Breuil - Bruyères - Burcerat - Burnaizé - Champburnay - les Chapuis - la Chevrette - le Clozat - le Coin - les Coraillers - le Cotat - Crochet - Gerbet - les Gonons - Grange-du-Bois - La Grange-Paisseaud - les Grolliers - Gronans - les Guérins - les Haires les Hayes - les Jonnets - Lachat - les Luquets - les Millards - les Molliers - Montgeraud - Moulin-Paissaud - les Noyers - l'Oiseau - Paturat - Vers les Pins - les Places - Vers le Pont - les Poulets - Prémessins - les Roches - Rousset - Rudin - les Vernes - Vieux-Château.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Tramayes
(Saône-et-Loire)
Serrières (Saône-et-Loire) Vergisson
(Saône-et-Loire)
Solutré-Pouilly
(Saône-et-Loire)
Rose des vents
Germolles-sur-Grosne
(Saône-et-Loire)
N Chasselas
(Saône-et-Loire)
Pruzilly, Leynes
(Saône-et-Loire)
O    Cenves    E
S
Saint-Jacques-des-Arrêts Jullié Juliénas

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Cenves est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Macon dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 105 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (60,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (60,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (60,6 %), prairies (28,1 %), zones agricoles hétérogènes (11,3 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée.

Cenves dérive d'un mot gaulois signifiant montagne (comme dans Cévennes).

Histoire[modifier | modifier le code]

Les seigneurs de Cenves[modifier | modifier le code]

Armes des Rochebaron.

On trouve tour à tour :

  • les comtes de Mâcon ;
  • une branche de la maison d'Albon, dont Guillaume de Beaujeu (mort en 1406), seigneur de Cenves qui dépendait de la baronnie de Berzé ;
  • une branche de la famille Rochebaron, seigneurs de Berzé de 1539 à 1594, puis les ducs d'Aumont-Rochebaron, comtes de Berzé, de 1594 à 1710 ;
  • les Michon, seigneurs de Cenves, Berzé, Pierreclos et Milly de 1710 à 1789, à la suite de l'acquisition de la seigneurie aux ducs d'Aumont dont :
    • Aimé Gabriel, qui achète le fief et devient baron de Cenves de 1710 à 1747,
    • Jean-Baptiste, son fils, qui est emprisonné en 1793,
    • Benoît Guillaume, fils du précédent, qui meurt en 1809.

Autres repères chronologiques[modifier | modifier le code]

  • La première mention écrite de Cenves date de 1031.
  • Le 25 avril 1712, le clocher de l'église s'effondre ; il sera reconstruit et une cérémonie de bénédiction sera donnée le 1er mars 1717[8].
  • En 1081, la commune est érigée en paroisse par Landric ou Landry de Berzé, évêque de Mâcon.
  • En 1816, les terres des anciens seigneurs de Cenves sont rachetées par les habitants.
  • En 1877, la commune est scindée en deux paroisses, la seconde étant regroupée autour du hameau de Vieux Château.

Cenves (hameau de La Grange-du-Bois, à 621 mètres d'altitude) disposa durant toute la première moitié du XIXe siècle de l'une des onze stations (ou postes télégraphiques aériens) du télégraphe Chappe implantées en Saône-et-Loire (le long de la ligne Paris-Toulon), installation mise en service en 1807 et qui cessa de fonctionner en 1853, remplacée par la télégraphie électrique[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Marcel Guillaumin DVD  
mars 2014 En cours Pierre Tavernier    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes Saône Beaujolais.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[11].

En 2019, la commune comptait 381 habitants[Note 3], en diminution de 6,39 % par rapport à 2013 (Rhône : +5,39 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0801 0361 1511 2251 3701 4401 4461 5051 479
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4281 2941 2291 1141 1171 0591 0481 042957
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
887801721611603572503430372
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
320279283308319328380396407
2018 2019 - - - - - - -
383381-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Vie scolaire[modifier | modifier le code]

Cenves est en regroupement pédagogique avec le village de Serrières, en Saône-et-Loire. Les cycles 1 et 3 se trouvent à Cenves et le cycle 2 à Serrières.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Cenves était la première étape du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle qui partait de Cluny et rejoignait Le Puy-en-Velay. Aujourd'hui, le GR 7, qui suit approximativement cet itinéraire, passe à l'ouest de la commune.
  • Le prieuré de la Grange-du-Bois, fondé vers 1145 par Geoffroy, seigneur de Joinville. L'édifice consiste en un long bâtiment de plan rectangulaire, avec, à l'est, un clocher latéral de plan carré, mince et étroit[14].
  • L'église du XIXe siècle a remplacé une église gothique, elle-même ayant succédé à un édifice du XIe siècle.
  • Au bourg : calvaire portant la date de 1826 et sorti de l'atelier du tailleur de pierre Jean Bare de Chaintré[15].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Armes des La Sarra/Lassarat.
  • Messire Pierre de la Sarra/de Lassarat : notaire et procureur royal en Beaujolais au XVIIe siècle.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Communes et anciennes paroisses du Rhône : 69, Paris, Editions généalogiques de la Voûte, coll. « Noms des communes & anciennes paroisses de France », (ISBN 9782847661101), (ISBN 2-84766-110-0) édité erroné
  • Maurice Garden, Christine Bronnert et Brigitte Chappé, Paroisses et communes de France : Dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 5 : Rhône, CNRS, , 384 p. (BNF 36598217)
  • Guigue Georges, Archives des communes du Rhône antérieures à 1790 : inventaire sommaire, Archives départementales du Rhône ; H. Georg, 1902-1906, 3 volumes (BNF 34017317)
  • E. de Rolland et Denys Clouzet, Dictionnaire illustré des communes du département du Rhône, Dizain & Storck, 1901-1902, 2 volumes (BNF 34107275)
  • François-andré Varnet, Département du Rhône, dictionnaire des communes, Res Universis, (réimpr. Reprod. en fac-sim. de "Géographie du département du Rhône") (1re éd. 1897)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Mâcon », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. « Mnesys visualisation », sur archives.rhone.fr (consulté le ).
  9. « Le télégraphe Chappe en Saône-et-Loire (1799-1853) », article de Pierre Laffont paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 84 (hiver 1990-1991), pages 17 à 24.
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  14. « Un singulier destin monastique : la Grange-du-Bois, en Mâconnais », article de Raymond Oursel paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 138 de juin 2004 (pages 9 à 12).
  15. Source : Calvaires et croix de chemin de l'arrondissement de Mâcon, article d'André Jeannet paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » no 26 de juin 1975, pages 3 à 9.