Vidéo à la demande

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Une plateforme de vidéo à la demande (VAD)[1],[2], souvent abrégée en VOD ou VoD (de l’anglais video on demand), est une technique de diffusion de contenus vidéo numériques bidirectionnelle (interactive) offerts ou vendus par les réseaux câblés, comme Internet, ou les réseaux non câblés, comme la téléphonie troisième génération. On parle aussi de service de vidéo à la demande par abonnement (VADA)[3] (ou SVOD, de l’anglais subscription video on demand).

La vidéo à la demande se développe depuis le début des années 2000 à la suite de l’explosion des accès à très haut débit proposés aux particuliers. Son principe repose sur une diffusion unicast. Il est une évolution logique des technologies de télédiffusion, par exemple la télévision à la carte. Plus souple pour les clients, qui s’affranchissent des horaires de diffusion, cette technologie est en contrepartie plus gourmande en ressources réseau. Ceci explique que son développement soit intimement lié à l’augmentation de la bande passante des réseaux.

En France, ces services sont dits « immatériels » et sont régis par les articles L. 111- 1, L .113-3 et L. 121-18 et suivants du Code de la consommation et aux articles 1369-1 et 1369-2 du Code civil.

Au niveau logiciel applicatif, un certain nombre de lecteurs multimédia payants ou gratuits existent, en fonction du système d’exploitation, et des fonctionnalités demandées. Une des caractéristiques importante est la gestion des droits numériques (Digital Right Management, DRM) : dans le cadre de contenus non libres de droits, ce système associé à des lecteurs tels que le Lecteur Windows Media ou Divx Player, permet de garantir le respect du copyright. Ce système fonctionne avec des formats de numérisation et de chiffrement propriétaires tels que Windows Media Video, FLV ou DivX. Ce système peut permettre par exemple de limiter la copie ou le visionnage sur plusieurs machines, et est utilisé par les organismes de diffusion de contenus payant (par exemple le CoDec DivX est utilisé par l’INA en France).

Historique[modifier | modifier le code]

  • 1997 : fondation par Reed Hastings et Marc Randolph de la société Netflix (dont le nom provient de la contraction des termes « Internet » et « flix », expression familière du mot « film » en anglais).
  • 1999 : UGC DA pour UGC-Droits Audiovisuels devient Canal+ Image. Cette nouvelle entité regroupe les participations et filiales de production, de gestion des catalogues et de droits dérivés du groupe Canal+ qui en détient 97 %[4]
  • 2008 : Lancement du bouquet Orange Cinéma Séries (OCS), en exclusivité sur le bouquet La TV d'Orange, par satellite et ADSL. À son lancement, le bouquet comprenait Orange ciné max (HD), Orange ciné happy, Orange ciné choc, Orange ciné novo et Orange ciné géants.

Différents modèles[modifier | modifier le code]

SVOD[modifier | modifier le code]

La SVOD (VOD avec abonnement) permet d'accéder avec un abonnement payant à un catalogue de VOD professionnel généralement sans publicité, en illimité et sans engagement.

Agrégateurs[modifier | modifier le code]

Les agrégateurs donnent un accès par l'intermédiaire d'une seule et unique application à des services audiovisuels fonctionnant comme service par contournement (OTT).

Ils sont notamment proposés, en France, par Molotov TV, OQQE by Free[5], MyCanal, Apple TV Channels, Amazon Prime Video Channels[réf. nécessaire], B.tv+[6] (Bouygues Telecom).

Marché International[modifier | modifier le code]

Propriétaire Liste des principaux services Lancement Abonnés payants Contenus Pays disponibles
Netflix, Inc Netflix 2007 209 millions [7] Netflix Originals, Sony Pictures Entertainment[8] 190 sur 193[9]
Amazon.com, Inc Amazon Prime Video 2016 200 millions[10] Amazon Originals, Amazon Studios, Metro-Goldwyn-Mayer 188 sur 193
The Walt Disney Company Disney+ 2019 116 millions [11] Disney+ Originals (en), Walt Disney Pictures, ABC Studios, Marvel, Pixar, Lucasfilms, NatGeo, 20th Century Studios 25 sur 193[12]
Hulu 2007 43 millions [13] Hulu Originals (en) et FX Originals (en) 1 sur 193[14]
ESPN+ 2018 15 millions [13] 1 sur 193
WarnerMedia HBO Max / HBO 2020 68 millions[15] HBO Originals (en), Max Originals (en), Cinemax Originals (en),

Warner Bros. Pictures, Warner Bros. TV

1 sur 193[16]
NBCUniversal Peacock (en) 2020 42 millions[10] Peacock Originals (en), Universal Pictures, Universal Television N/C
ViacomCBS Inc. Paramount+ 2021 36 millions[10] Showtime Originals (en), CBS All Access Originals (en), Paramont Pictures, CBS Television Studios, Nickelodeon N/C
Lionsgate StarzPlay 2012 30 millions[10] Starz Originals (en) et Lionsgate N/C
Apple Inc. Apple TV+ 2019 10 millions[17] Apple Originals 108 sur 193[18]
Sony Interactive Entertainment Crunchyroll 2006 3 millions[19] Funimation N/C

Marché français[modifier | modifier le code]

Propriétaire Liste des principaux services Abonnés payants Contenus Pays disponibles
Groupe Canal+ Canal+ Series N/C Canal+ Originals, StudioCanal 1 sur 193
Orange, Groupe Canal+ OCS Go 3,1 millions[20] OCS Signature et OCS Originals, Orange Studio 3 sur 193
Sony Interactive Entertainment Anime Digital Network N/C Funimation 1 sur 193
Wakanim N/C Funimation 1 sur 193
Groupe TF1, France Télévision Groupe M6 Salto N/C Programmes des groupes propriétaires et série étrangères 1 sur 193

AVOD (VOD gratuite avec publicité)[modifier | modifier le code]

Permet d'accéder gratuitement à un catalogue de VOD professionnel en illimité, ceci légalement et entièrement financé par la publicité.

Liste des principaux services Utilisateurs actifs mensuels Pays disponibles Propriétaire
IMDb TV[21] 40 millions[22] -- Amazon.com
Tubi[23] 33 millions[24] -- FOX Corporation[25]
Pluto TV - Section Free on demand[26] 20 millions[27] -- ViacomCBS[28]
Crackle 10 millions[29] -- Sony Pictures
MANGO[30] -- 1/193 Molotov TV
Walmart Vudu - Section Free[31] N/C -- --
The Roku Channel - Section Free on demand[32] N/C -- --
Facebook Watch - Section ProContent[33] N/C -- --
Google YouTube - Section ProContent[34] N/C -- --
Plex - Section Movies et TV Shows[35] N/C -- --
Rakuten TV - Section Free[36] N/C -- --
6Play N/C -- Groupe M6
myTF1 N/C -- Bouygues

Channels[modifier | modifier le code]

Permet d'accéder à des services/chaines à la demande, en s'abonnant à des offres standalone de VOD avec abonnement (SVOD) et/ou des chaînes payantes. Et permet également d'accéder à des offres de VOD gratuite avec publicité (AVOD) et ceci au sein d'une même interface en OTT.

Service : Amazon Channels, Apple TV Channels, The Roku Channel - Section Premium Subscriptions[37].

Télévision par Internet[modifier | modifier le code]

Permet d'accéder avec un abonnement à un bouquet de chaînes de télévision payantes basique au sein d'un agrégateur TV en OTT, de regarder la télévision sous toutes ses formes avec le direct en streaming, le replay et l'enregistrement dans le cloud.

Services : Molotov Extended[38], Sky Now TV, AT&T TV Now[39], Sling TV, PlayStation Vue, YouTube TV, Philo TV, AT&T WatchTV, FuboTV, l'offre Famille by MyCanal, Spectrum TV Stream, Xfinity Instant TV, Hulu with Live TV, Watch-It.

Pay TV en direct-to-consumer (télévision payante, directement aux consommateurs)[modifier | modifier le code]

Permet d'accéder avec un abonnement à un bouquet de chaînes de télévision payantes premium en OTT, centré sur une même marque, en live streaming et replay, et ceci sans engagement.

Services : beIN Sports Connect[40], Eurosport Player[41], RMC Sport 100 % Digital[42], OCS OTT[43], ESPN+[44], Ciné+ OTT[38], les chaînes Canal+ by MyCanal[45], Altice Studios by Connect TV de SFR[46].

Copie numérique[modifier | modifier le code]

Permet pour tout achat physique (si indiqué comme inclus) d'accéder à une copie numérique en VOD, ceci légalement.

Services : ITunes Vidéo (Apple)[47], Google Play films et séries[48].

TVOD-EST (marché vidéo à la demande, achat VOD)[modifier | modifier le code]

Permet d'acheter à l'unité des VOD professionnelles vendues au sein d'un catalogue.

Services : iTunes Vidéo (Apple), MyTf1vod (arrêté[49]), Canal VOD, Google Play films et séries, Microsoft films et séries, Amazon Rent & Buy Video, Rakuten TV, VUDU - Rent & Buy (Walmart)[50].

TVOD-DTR (marché vidéo à la demande, location VOD)[modifier | modifier le code]

Permet de louer à l'unité des VOD professionnelles vendues au sein d'un catalogue.

Services : ITunes Vidéo (Apple), MyTf1vod (arrêté[49]), Canal VOD, Google Play films et séries, Microsoft films et séries, Amazon Rent & Buy Video, Rakuten TV, VUDU - Rent & Buy (Walmart)[50].

TV Everywhere (live streaming complémentaire et replay en OTT)[modifier | modifier le code]

Permet d'accéder gratuitement en complément du live traditionnel (TNT, câble, satellite, IPTV), payant ou non selon les cas, à un service VOD sur les appareils mobiles (smartphone, tablette, ordinateur, etc.)

Services : OCS Go, HBO Go, MyCanal, 6play, France.TV, MyTF1 Replay, SFR TV[51]. B.tv[52], La TV d'Orange[53], Arte TV[54].

Agrégateur de chaînes gratuites en direct avec publicité[modifier | modifier le code]

Permet d'accéder gratuitement avec un agrégateur OTT aux directs de chaînes gratuites avec publicité.

Services : Pluto TV[55] - Section Live TV, Stirr, Xumo, The Roku Channel - Section News/Sports/Entertainment[56], Molotov TV - Gratuit

FVOD (VOD gratuite sans publicité)[modifier | modifier le code]

Permet d'accéder gratuitement, sans publicité à un catalogue de VOD professionnelles en illimité, ceci légalement et entièrement financé par le service public.

Principaux services : Okoo[57].

Plateforme de vidéos en ligne[modifier | modifier le code]

Une plateforme de vidéos en ligne permet aux individus, personnes morales et entités publiques, de mettre en ligne des productions audiovisuelles amateures ou semi-professionnelles en vue de les partager avec leurs audiences.

Principaux services en ligne : YouTube, Dailymotion, Facebook Watch, Vimeo, Amazon Video Direct[58], PeerTube.

Fonctions spécifiques[modifier | modifier le code]

Les fonctions spécifiques peuvent être : la mise en pause, la reprise au début, la reprise de la lecture, l’avance ou le recul rapides, les profils d'utilisateurs, le mode hors ligne, les flux simultanés, les recommandations personnalisées, Autoplay et Watch Party[Quoi ?]. La disponibilité totale ou partielle de ces dernières varie selon les services.

Supports[modifier | modifier le code]

L’utilisation de vidéo à la demande peut se faire sur n’importe quel système pouvant accéder à des vidéos en lecture continue (en streaming) et les visualiser. À l’origine accessible uniquement par des ordinateurs de type PC, on assiste au début du XXIe siècle à la multiplication d’outils spécialisés acceptant ce type de prestations.

Téléviseur connecté[modifier | modifier le code]

Directement avec un téléviseur connecté[modifier | modifier le code]

  • Samsung - TizenOS for TV
  • LG - WebOS
  • Toshiba - Amazon Fire TV Edition
  • Insignia - Amazon Fire TV Edition
  • Insignia - Roku TV
  • Hisense - Android TV
  • Hisense - Roku TV
  • Sharp - Roku TV
  • TCL - Roku TV
  • Westinghouse - Roku TV
  • Sony - Android TV
  • Philips - Android TV

Indirectement avec un(e)[modifier | modifier le code]

Digital (Streaming) Media Player[modifier | modifier le code]
  • Apple TV
  • Airplay
  • Amazon Fire TV - Cube
  • Amazon Fire TV - Stick
  • Android TV
  • Google Chromecast
  • Roku Ultra
  • Roku Streaming Stick+
Console de jeu[modifier | modifier le code]
  • PlayStation 5
  • PlayStation 4
  • PlayStation 3
  • Xbox One
  • Xbox 360
Lecteur DVD et/ou Blu-ray HD et/ou Blu-ray 4K Connecté[modifier | modifier le code]
  • Lecteur Blu-Ray 4K Sony UBP-X800M2[59]
  • Lecteur Blu-Ray 4K Panasonic UB9000[60]
  • Lecteur Blu-Ray 4K LG UBK90[61]

Ordinateur[modifier | modifier le code]

La majorité des ordinateurs du moment que l'on peut accéder à internet.

Tablette[modifier | modifier le code]

La majorité des tablettes disposant d'un accès internet.

Smartphone[modifier | modifier le code]

Méthodes de diffusion[modifier | modifier le code]

  • mode pull (streaming) : le système de visionnement lit un flux vidéo sur un serveur distant. C’est ce qu’on appelle également la lecture en continu.
  • mode push (téléchargement) : le téléchargement du document vidéo s’effectue sur un support de stockage (disque dur), aujourd'hui surtout utilisé par les services de VOD pour le mode hors ligne.

Marché en France[modifier | modifier le code]

Fin , selon l’étude du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), le marché a atteint son plus haut niveau avec 230,5 millions d’euros[62].

La France est très active en termes de vidéo à la demande, avec une offre multiple : 88 plateformes actives (tous modes d'accès confondus, TvIP, sites Internet, consoles de jeux…) proposant de la vidéo à la demande sont dénombrées en [63].

Depuis 2016, est appliqué une sorte de soldes, la Fête de la VOD, pour promouvoir le système.

La France est d'ailleurs le 2e pays européen comptabilisant le plus de services de vidéo à la demande derrière le Royaume-Uni[64],[65].

En 2016, les plateformes de vidéo à la demande par abonnement (VADA) comme Netflix représentent 30 % du marché[62].

En France, l'Autorité de la concurrence a donné son autorisation assortie de strictes conditions pour une nouvelle plateforme vidéo sur abonnement, Salto, portée par France Télévisions, TF1 et M6. Prévu au premier trimestre 2020[66],[67], le service a été lancé le 20 octobre 2020 [68].

Modes de consommation de la VAD en France[modifier | modifier le code]

Pour qu'il y ait vidéo à la demande, il faut que l'utilisateur puisse choisir son programme et le regarder quand il le souhaite. Cela suppose un échange d'information unique entre l'utilisateur et le serveur où est stockée la vidéo, ainsi que la capacité d'envoyer la vidéo spécifiquement à l'utilisateur qui en fait la demande : il s'agit donc d'une diffusion de flux vidéo unicast (en contraste avec la diffusion hertzienne des chaînes de télévision, où le même flux est envoyé à tout le monde).

Les modes de diffusion unicast privilégiés en France pour la vidéo à la demande sont : Internet et la TvIP (cf. l'article TvIP pour le détail du fonctionnement, notamment le distinguo entre unicast et multicast).

En 2009 en France, la TvIP était de loin le support le plus utilisé (plus de 90 % du chiffre d'affaires de la vidéo à la demande)[63].

En , 35,7 % des internautes interrogés en déclarent avoir déjà payé pour visionner un programme en VAD[69]

Principaux acteurs de la VAD en France[modifier | modifier le code]

Les principaux acteurs de la VAD sont les fournisseurs d’accès à internet, les chaînes de télévision, les web-marchands de produits culturels, les plates-formes indépendantes ou institutionnelles comme l’INA en France et enfin les référenceurs/comparateurs[70].

En 2016, avec le développement des services par contournement la VAD se démocratise et s'étend à tous types de produits et de contenus vidéos, laissant la place à de nouveaux usages, comme l'e-Cinema.

En 2016, la plateforme Tënk est lancée à Lussas, où se déroule Les États généraux du film documentaire, par des producteurs, réalisateurs, techniciens ou écoles qui ont choisi de s'associer afin de diffuser des documentaires d'auteur et de produire très rapidement de nouvelles œuvres de documentaire de création. Plateforme unique, elle diffuse des œuvres rares et singulières que les télévisions ne diffusent pas.

Impact environnemental[modifier | modifier le code]

Selon un rapport de de l'association française The Shift Project, la vidéo en ligne représente 80 % des flux de données dans le monde en 2018 et environ 1 % des émissions de gaz à effet de serre mondiales en 2019[71], soit l'équivalent des émissions de CO2 d'un pays comme l'Espagne[72]. La vidéo à la demande est responsable d'environ 34 % des émissions liées à l'usage de vidéos en ligne[73].

Le numérique en général représente une part non négligeable et en forte croissance de la pollution dans le monde. Par exemple 3,7 % des émissions de gaz à effet de serre, ce qui est plus que l’aérien[74], ce à quoi il faut ajouter l’impact de l’exploitation de tous les matériaux utilisés pour fabriquer les appareils[75].

Comme la vidéo en ligne tend à tirer la croissance du numérique, la croissance des usages vidéo est un sujet de préoccupation écologique majeur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Commission d’enrichissement de la langue française, « Vidéo à la demande », FranceTerme, Ministère de la Culture (consulté le ).
  2. « vidéo à la demande », Le Grand Dictionnaire terminologique, Office québécois de la langue française (consulté le ).
  3. Commission d’enrichissement de la langue française, « vidéo à la demande par abonnement », FranceTerme, Ministère de la Culture (consulté le ).
  4. Stratégies, 19 février 1999
  5. « L’application TV OQEE by Free est maintenant disponible sur Smart TV Samsung », sur Portail Free, (consulté le )
  6. « Bbox Smart TV : B.tv+ évolue et s’enrichit », sur Le Mag de Bouygues Telecom, (consulté le )
  7. « Disney+ compte plus de 116 millions d'abonnés », sur Génération-NT (consulté le )
  8. (en) Booska-p, « Les films Sony Pictures (Uncharted, Spider-Man) sur Netflix », sur www.booska-p.com (consulté le ).
  9. « Dans quels pays le service Netflix est-il disponible ? », sur Centre d'aide (consulté le ).
  10. a b c et d (en) Alex Sherman, « The honeymoon is over for streaming services: Here's where the major players stand », sur CNBC, (consulté le )
  11. (en) « Disney+ Hotstar Now Has 46.4 Million Paid Subscribers », sur NDTV Gadgets 360 (consulté le )
  12. « Infographie: Disney+ a séduit plus de 73 millions d'abonnés depuis son lancement », sur Statista Infographies (consulté le )
  13. a et b (en-US) « Walt Disney Company pushes streamer launch in eastern Europe to 2022 », sur C21media (consulté le )
  14. (en) Joan E. Solsman, « Disney expects to roll out Hulu internationally 'probably' next year », sur CNET (consulté le )
  15. (en-US) Dade Hayes et Dade Hayes, « HBO Max Slashes Price In Half After HBO Leaves Amazon Channels, In Bid To Stem Expected Subscriber Losses », sur Deadline, (consulté le )
  16. « Comment regarder HBO Max partout en 2020 », sur WizCase (consulté le )
  17. (en-US) Omri Wallach, « Which Streaming Service Has the Most Subscriptions? », sur Visual Capitalist, (consulté le )
  18. « Disponibilité des services Apple Media », sur Apple Support (consulté le )
  19. « Sony rachète Crunchyroll, la célèbre plate-forme de streaming d’animation japonaise », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  20. « OCS pourrait ouvrir son capital à HBO », sur La Lettre de l'Audiovisuel, (consulté le ).
  21. « IMDb TV », sur amazon.com (consulté le ).
  22. Par Pascal Lechevallier pour Digital Home Révolution | Dimanche 02 Août 2020, « Amazon double son audience sur IMDb TV et s’impose sur le marché de l’AVOD », sur ZDNet France (consulté le )
  23. « Tubi is the largest free movie and TV streaming service in the US. We are not available in Europe due to changes in EU laws. », sur gdpr.tubi.tv (consulté le )
  24. (en-US) « Tubi Had 33 Million Active Users in August, 65% Increase Year Over Year », sur AiThority
  25. (en) Julia Alexander, « Fox buys Tubi for $440 million as it attempts to join the streaming wars », sur The Verge, (consulté le )
  26. (en-US) « Streaming TV service Pluto TV adds an on-demand video library », sur TechCrunch (consulté le )
  27. (en) « Pluto TV claims 20M monthly active users », sur FierceVideo (consulté le )
  28. Par L'agence EP | Modifié le mercredi 23 janv 2019 à 13:09, « Viacom s’empare de Pluto.TV pour 340 millions de dollars », sur ZDNet France (consulté le )
  29. (en-US) « Sony’s streaming service Crackle sells majority stake to Chicken Soup for the Soul », sur TechCrunch (consulté le )
  30. Par Pascal Lechevallier pour Digital Home Révolution | Mercredi 11 Novembre 2020, « Molotov dégoupille son offre AVOD Mango », sur ZDNet France (consulté le )
  31. (en-US) « Vudu Launches Free Service, Vudu Movies on Us », sur Corporate - US (consulté le )
  32. (en) « Roku in position to ride the AVOD wave », sur FierceVideo (consulté le )
  33. (en) Dawn C. Chmielewski et Dawn C. Chmielewski, « ‘Buffy The Vampire Slayer,’ ‘Angel’ And ‘Firefly’ Come To Facebook Watch », sur Deadline, (consulté le )
  34. Jennifer Mertens, « Il est désormais possible de visionner des films sur YouTube », sur Geeko, (consulté le )
  35. (en-US) « Watch Free Movies », sur Plex (consulté le )
  36. « Rakuten Rakuten tv », sur Rakuten tv (consulté le )
  37. Roku, « Roku », sur Roku (consulté le ).
  38. a et b « Molotov.tv - L’app pour regarder la télé. Gratuitement », sur www.molotov.tv (consulté le )
  39. (en) « AT&T TV NOW: Stream Live TV + On Demand + HBO », sur AT&T (consulté le )
  40. « beIN Sports Connect France : en direct, en Live streaming, en HD ! », sur connect.beinsports.com (consulté le )
  41. « Eurosport Player | Enter the World of Sports », sur eurosportplayer.com (consulté le )
  42. « RMC SPORT 100% digital – streaming & TV en direct », sur SFR (consulté le )
  43. « bienvenue sur OCS », sur ocs.fr (consulté le )
  44. « Lancement ESPN le 12 avril », sur telesatellite.com.
  45. « Abonnements CANAL : offres de souscription aux chaines Canal - Boutique Canal+ », sur boutique.canalplus.com (consulté le )
  46. « Boîtier Connect TV », sur SFR (consulté le )
  47. « Utilisation de la copie numérique d’un DVD ou d’un Blu-ray dans l’iTunes Store », Apple Support, (consulté le )
  48. « Copies numériques des films achetés en DVD ou en Blu-ray - Aide Google Play », sur support.google.com (consulté le ).
  49. a et b « MYTF1 VOD - des milliers de films et séries en vidéo à la demande », sur mytf1vod.tf1.fr (consulté le )
  50. a et b (en) Todd Spangler et Todd Spangler, « Walmart Vudu Sets Originals With Queen Latifah, Evangeline Lilly, Randy Jackson for Free-Streaming Lineup », sur Variety, (consulté le )
  51. « SFR TV – Applications sur Google Play », sur play.google.com (consulté le )
  52. « B.tv – Applications sur Google Play », sur play.google.com (consulté le )
  53. « TV d'Orange, live-replay-vod – Applications sur Google Play », sur play.google.com (consulté le )
  54. « ARTE TV – Streaming et Replay – Applications sur Google Play », sur play.google.com (consulté le )
  55. « Pluto TV : le Netflix gratuit arrive le 8 février 2021 en France », sur FullDeals, (consulté le )
  56. Roku, « Roku », sur Roku (consulté le )
  57. « Okoo », sur france.tv (consulté le ).
  58. Alexandre Laurent, « Amazon Video Direct, l'offensive de choc contre YouTube », sur Clubic.com, (consulté le ).
  59. « Sony UBP-X800M2 Lecteur Blu-ray / 4K », sur BOULANGER (consulté le )
  60. « Panasonic UB9000 Lecteur Blu-ray / 4K », sur BOULANGER (consulté le )
  61. « LG UBK90 Lecteur Blu-ray / 4K », sur BOULANGER (consulté le )
  62. a et b Nicole Vulser, « La vidéo à la demande décolle en France », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le ).
  63. a et b Centre national du cinéma et de l'image animée, « Le marché de la vidéo en 2009 », sur http://www.cnc.fr, (consulté le )
  64. (fr) (en) (de) Vidéo à la demande et télévision de rattrapage en Europe, Observatoire européen de l’audiovisuel, , 406 p. (ISBN 978-92-871-6733-0)
  65. « Vidéo à la demande et télévision de rattrapage en Europe », sur obs.coe.int, Observatoire européen de l’audiovisuel, (consulté le ).
  66. Frédéric Bergé, « Salto: autorisation très encadrée de l'Autorité de la concurrence pour le « Netflix français » », sur bfmtv.com, (consulté le ).
  67. Communiqué du 12 août 2019 : Secteur de la télévision payante. Autorité de la concurrence (France) (Consulté le 13 août 2019)
  68. Marie Turcan, « Ça y est : Salto est lancée en France, et vous pouvez tester la plateforme gratuitement », sur Numerama, (consulté le ).
  69. « CNC - publications - Observatoire de la VàD », sur www.cnc.fr (consulté le ).
  70. NPA Conseil, « Vidéo à la demande en Europe : Second recensement des services de VoD », sur npaconseil.com, NPA Conseil, (consulté le ).
  71. Climat : l'insoutenable usage de la vidéo, The Shift Project, (présentation en ligne).
  72. (en) « The-unsustainable-use-of-online-video », sur theshiftproject
  73. « Les vidéos en ligne émettent autant de CO2 qu'un pays européen », Novethic, 25 juillet 2019.
  74. Lean ICT : Pour une sobriété numérique : Rapport du groupe de travail dirigé par Hugues Ferrebœuf, The Shift Project, , 88 p. (présentation en ligne, lire en ligne [PDF]).
  75. « Le numérique est une ressource non renouvelable », sur Green IT, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]