Porte de ville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Porte.
La Holstentor de Lübeck, en Allemagne, vers 1900.

Une porte de ville fait partie des fortifications d'une ville. C'était jusqu'à l'Époque moderne le seul moyen de franchir les remparts entourant la ville. Les tours et les portes avaient pour fonction de protéger le cœur de la ville contre des attaques ennemies.

Les portes de ville étaient souvent munies d'un pont-levis permettant de franchir un fossé encerclant la ville. Des herses de bois ou de fer, et de solides portes en chêne apportaient une protection supplémentaire.

À la fin du XVIIIe siècle, on a commencé à ériger des portes de ville sans fonction militaire, mais par exemple pour les douanes (l'octroi[1]).

Aujourd'hui en Allemagne, beaucoup de portes de ville sont devenues l'emblème de ces villes, et jouent un rôle touristique.

Historique[modifier | modifier le code]

Les portes de fortification faisaient partie d'enceintes urbaines ou de bourgs. Au travers des âges, leurs formes furent très variées, tout en gardant un but identique : permettre une surveillance et un contrôle des flux entrants et sortant de la zone fortifiée.

Dans l'Antiquité[modifier | modifier le code]

La porte d'Ishtar de Babylone construite vers -575 et exposée au musée de Pergame de Berlin.

En Orient, les portes des villes ont toujours joué un rôle important : à l'abri des remparts et à leur ombre se rendait la justice et se pratiquaient les échanges commerciaux car c'est là qu'aboutissaient les caravanes.

En Babylonie et en Assyrie, au premier millénaire avant Jésus-Christ, les portes se présentaient sous la forme d'un bastion en saillie sur l'enceinte. Le bastion était percé d'une porte qui donnait accès à une cour intérieure. Cette dernière était parfois précédée et suivie de cours plus réduites, présentant ainsi des étranglements pour la défense de la ville. Ce dispositif permettait aux défenseurs massés sur les remparts de déverser des projectiles sur les assaillants. Les passages d'accès entre les cours étaient couramment ornés de génies protecteurs en relief.

Les portes étaient des monuments imposants, souvent avec des tours, et parfois des accès en chicanes.

En Grèce, les bâtiments sacrés étaient érigés sur une colline fortifiée à laquelle donnait accès une porte monumentale (Mycènes, Tirynthe, Athènes).

Avec les Romains, les portes des camps s'ouvraient sur les côtés ou aux extrémités des allées centrales.

Les portes des villes étaient souvent formées d'un ou plusieurs passages voûtés fortement défendus par des tours ; depuis la plus haute Antiquité, il s'y rattachait un ensemble de rites à valeur magique, dont les arcs de triomphe conservent le souvenir.

Au Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Les villes fortifiés ont des portes munies d'un important système défensif : créneaux, mâchicoulis, archères, assommoirs ; beaucoup de ces dispositifs flanquent encore les murailles qu'ils étaient chargés de défendre.

Évolution vers la fortification moderne[modifier | modifier le code]

La porte d'entrée d'un ouvrage fortifié a toujours été un point sensible nécessitant une défense particulière.

Dans la fortification ancienne, pont-levis et herses formaient obstacle et la défense se faisait par des tours encadrantes.

Dans la fortification bastionnée, la porte était placée au milieu de la courtine et couverte par la demi-lune.

Dans la fortification polygonale, elle était placée à la gorge, dont le tracé pseudo-bastionné assurait le flanquement.

Dans la fortification moderne, on trouve parfois deux portes par ouvrage ; l'une pour le personnel et l'autre pour les munitions. Elles se couvrent mutuellement de leurs feux, issus de blocs d'entrée bétonnés (comme la Ligne Maginot), et peuvent en outre être interdites par le feu d'ouvrages voisins.

Portes de ville célèbres[modifier | modifier le code]

Allemagne[modifier | modifier le code]

La Porta Nigra de Trèves, en Allemagne.

Belgique[modifier | modifier le code]

Chine[modifier | modifier le code]

Corée du Sud[modifier | modifier le code]

Dongdaemun, la grande porte de l'Est à Séoul.

France[modifier | modifier le code]

La porte Mars à Reims, plus large arc du monde romain connu.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Par exemple le mur des Fermiers généraux a été érigé à Paris en 1785.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]