Choc pétrolier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le vocable de « choc pétrolier » fait référence aux conséquences sur l'économie globale d'une modification brutale de l'offre de pétrole, combinant hausse du prix et augmentation de la consommation et/ou baisse de la production.

On distingue trois crises différentes apparues en 1973, 1979 et 2008. Le début des années 2000 a également vu une importante augmentation du prix du pétrole mais sans atteindre la brutalité et les conséquences des trois crises précitées et n'est donc pas considéré comme un « choc pétrolier » à proprement parler.

Les causes et conséquences de chacune de ces crises sont différentes, mais de nombreux spécialistes craignent une répétition de ces crises suite à la dépendance accrue de l'économie mondiale au pétrole parallèlement à une diminution certaine des réserves naturelles de pétrole.

Trois principaux chocs pétroliers[modifier | modifier le code]

Historique des prix du pétrole de 1861 à 2007 en dollar constant ou courant. Le prix du baril de Brent a atteint en mai 2008 la moyenne de 122,80 dollars.

Premier choc pétrolier (1973)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Premier choc pétrolier.

On parle de « premier choc pétrolier » pour identifier l'augmentation massive du prix du pétrole due en particulier au fait que les États-Unis ont passé leur pic de production en 1971, cela suivi de l'abandon de Bretton Woods et d'une dévaluation du dollar ajoutant à la pression haussière sur le baril (qui provoquera par ricochet l'instabilité monétaire des années 1975-1985) alors que l'embargo arabe lié à la Guerre du Kippour d'octobre 1973 jugule l'importation de brut.

Deuxième choc pétrolier (1979)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Deuxième choc pétrolier.

Le deuxième choc pétrolier s'est produit en 1979. On parle de « second choc pétrolier » pour qualifier le second cycle de hausses des prix. Sous les effets conjugués de la Révolution iranienne, de la fuite du Shah et de la guerre Iran-Irak, le prix du pétrole est multiplié par 2,7 entre la mi-1978 et 1981, ce qui déclenche aux États-Unis la crise monétaire de 1980.

Troisième choc pétrolier (2008) ?[modifier | modifier le code]

Prix du pétrole « Brent » de 1988 à 2012.
Article détaillé : Troisième choc pétrolier.

Dans la première partie de l'année 2008, on constate à nouveau une envolée surprise des prix du pétrole, le baril atteignant 147 dollars pour ensuite replonger brutalement fin 2008 début 2009, atteignant un creux de 40 dollars avant de rebondir. Ce choc pétrolier fut essentiellement dû à une spéculation débridée, comme le montre, entre autres, l'étude de Masters Capital Management fin 2008[1].

Fin du pétrole bon marché[modifier | modifier le code]

Malgré les multiples alarmes de certains scientifiques et les prédictions de King Hubbert sur le pic pétrolier (peak oil) que de plus en plus d'experts situent dans les années 2010-2012, les États ne semblent pas vouloir vraiment préparer l'après-pétrole. Début 2010, c'est l'armée américaine[2] qui tire le signal d'alarme, suivie fin juillet 2010 par un rapport encore plus alarmiste de l'armée allemande[3].

Causes et conséquences[modifier | modifier le code]

Pic de production des États-Unis[modifier | modifier le code]

Courbes de production et d'importation des États-Unis.

Pour les historiens du marché du pétrole et les spécialistes de l'industrie, la raison du premier choc pétrolier est tout simplement le fait que les États-Unis, premier producteur de l'époque, ont passé leur pic de production en 1971 (avant l'abandon de Bretton-Woods)[4].

Situation économique générale avant les hausses[modifier | modifier le code]

Avant le choc pétrolier de 1973 le prix du pétrole est très bas et les États (dont la France) favorisent le « tout pétrole » et la voiture en délaissant les transports en commun.

Décisions des cartels pétroliers[modifier | modifier le code]

Effets de la hausse radicale des prix pétroliers[modifier | modifier le code]

Suite à l'inflation du prix du carburant en 2008, le volume de carburant consommé en France a diminué entre juillet 2007 et juillet 2008. Pour la première fois en trois décennies, la consommation a baissé d'une année sur l'autre. Cette chute sans précédent remet en doute pour la première fois de l'histoire le caractère inélastique de la demande de carburant.

Les États-Unis, premier pays consommateur de pétrole, enregistrent eux-aussi pour la première fois une baisse significative de la consommation au début de l'été 2008[5]. En effet, la hausse du prix du brut jumelée aux faiblesses du dollar américain ont entrainé un doublement du prix du carburant pour les particuliers sur une période de moins d'un an.

C'est cette dernière annonce qui amorcera la chute du brut à partir d'août 2008, avant d'être suivie par les effets de la Crise économique de 2008-2010.

Description économique du phénomène[modifier | modifier le code]

Toute variation brutale ne provoque pas nécessairement un choc : il faut que cette variation oblige les agents économiques à prendre des mesures immédiates, qui auront un impact sensible sur d'autres opérateurs et les forceront, à leur tour, à prendre d'autres décisions cruciales, qui en entraîneront d'autres à leur tour, etc. L'inélasticité de la demande de pétrole à court terme favorise cependant les chocs.

Ainsi, dans les pays importateurs, une forte hausse du prix du pétrole augmente les coûts de production de certaines entreprises, hausse à laquelle elles répondent si possible par une baisse de consommation, par une hausse de leurs prix de vente, ou en dernier lieu par des réductions d'activité et d'emploi. Tout cela se répercute dans toute l'économie, et au passage, certains opérateurs se retrouvent en difficulté, amplifiant les problèmes. À terme, l'économie retrouve un nouvel état d'équilibre, où la consommation de pétrole est inférieure.

À l'inverse, dans ces pays, une forte baisse des prix de même ampleur se traduit par une baisse des prix de revient, une hausse des profits, et éventuellement une hausse de l'activité et de l'emploi. Tout cela se fait à la satisfaction générale et s'étale dans le temps, ce qui ne provoque pas de choc. Mais les pays exportateurs subissent, eux, un choc (contre-choc pétrolier) qui peut se répercuter dans toute la planète financière, avec des effets négatifs (limités, évidemment) même dans les pays importateurs.

Les combustibles étant consommés d'une façon relativement régulière et répartie dans le monde, et la production des combustibles fossiles autres que le pétrole étant également relativement moins concentrée, ce sont les ajustements de la production du pétrole qui sont le phénomène initial.

La règle économique de l'offre et de la demande fait baisser les prix en période d'abondance et les fait monter en cas de restrictions. Les facteurs politiques (mécontentement de l'État, intervention politique du Kremlin dans les affaires pétrolières russes, etc.) sont très importants.

La hausse des prix pour une ressource énergétique possède une limite théorique : dès lors qu'il faut plus d'énergie pour aller chercher la ressource que celle-ci ne peut en fournir une fois extraite, aucun prix, quel qu'il soit, ne peut justifier son exploitation. Le pétrole peut, théoriquement toujours, dépasser cette limite, car même s'il est remplaçable en tant que source d'énergie, il reste pour le moment indispensable comme matière première de la pétrochimie.

Depuis le problème du voyageur de Calais, du lauréat du Prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel : Maurice Allais, les économistes aiment à calculer le prix de renouvellement d'une ressource. Le seul moyen naturel de renouveler le pétrole consiste à chauffer sous pression et en présence d'eau des débris organiques pendant plusieurs millénaires. Sa synthèse a toutefois été réalisée durant la Seconde Guerre mondiale par les savants allemands. Le prix actuel du pétrole est très inférieur à son coût théorique de renouvellement ; l'essence synthétique reste encore plus chère que le pétrole.

Chronologies des principaux chocs pétroliers[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Study links oil prices to speculation - Los Angeles Times/AP, 11 septembre 2008
  2. « En 2012, les surplus de capacité de production de pétrole pourraient disparaître entièrement, et dès 2015, le déficit de production pourrait être proche de 10 millions de barils par jour. »Peak Oil : pourquoi le Pentagone est pessimiste - Blog de Matthieu Auzanneau, Le Monde, 13 novembre 2010 (extrait du rapport Joint operating environment 2008)
  3. « [il existe] une certaine probabilité pour que le Peak Oil se produise aux alentours de l'année 2010, et qu'il ait des conséquences sur la sécurité dans un délai de 15 à 30 ans »Peak Oil : rapport cinglant de l’armée allemande révélé par Der Spiegel - Blog de Matthieu Auzanneau, Le Monde, 2 septembre 2010 (extrait du rapport de la Bundeswehr de juillet 2010)
  4. La face cachée du pétrole, documentaire de Patrick Barberis, d'après le livre éponyme d'Éric Laurent, Arte édition : Partie 1 et Partie 2 sur Dailymotion [vidéo]
  5. Article du New-York Times

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]