Lignite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le lignite est une roche sédimentaire composée de restes fossiles de plantes (vient de Lignine). C'est une roche intermédiaire entre la tourbe et la houille.

Bloc de lignite à usage domestique
Briquette de lignite
Mine de lignite près de la Centrale thermique de Bełchatów.
Mine de Hambach, en Allemagne.
Centrale électrique brûlant du lignite près de Cologne, la fumée est principalement composée de vapeur d'eau

Le lignite est un charbon composé de 65 à 75 % de carbone. Il est utilisé pour le chauffage et pour produire de l'électricité. Le lignite à l'état naturel contient un grand pourcentage d'eau (50 %). Il est broyé et séché de façon à réduire la teneur en eau à environ 11 %. En deçà, les volatils contenus dans le lignite sont trop instables pour une application sécurisée (risque d'auto-inflammation).

Le pouvoir calorifique inférieur (PCI) du lignite séché se situe aux alentours de 20 000 kJ/kg, ce qui fait qu'il est considéré comme un carburant peu rentable (le PCI de la houille se situe aux alentours de 29 000 kJ/kg). Sa forte teneur en eau résiduelle et le PCI faible rendent le transport du lignite rapidement onéreux, son utilisation restant donc limitée aux alentours immédiats des exploitations.

Impact environnemental[modifier | modifier le code]

Les mines à ciel ouvert consomment beaucoup d'espace : 170 000 ha en Allemagne, dont 68 % ont été remis en culture[1].

Le lignite étant par ailleurs riche en sulfure, il cause des pollutions responsables de pluies acides.
Le lignite est un combustible fossile non renouvelable qui, lors de sa combustion et ce au même titre que le pétrole ou le gaz naturel d'extraction, rejette du dioxyde de carbone. La teneur en soufre du lignite dépend fortement de l'origine du gisement. Il existe des gisements relativement pauvres en soufre, le gisement rhénan en fait partie.

Ces mines sont aussi des sources de radon et de descendants radioactifs du radon[2], impliqués dans la genèse de nombreux cancers du poumon[3]. Les travailleurs y sont plus exposés dans le cas de mines souterraines. Les taux peuvent fortement varier selon les lieux et moments. Par exemple, dans 3 mines de lignites étudiées en Turquie, les concentrations de radon dans les mines variaient de 50 ± 7 à 587 ± 16 Bq/m3 d'air (il faudrait y ajouter les taux de descendants radioactifs du radon), en dessous des seuils d'action en vigueur en Turquie, selon les expositions au radon telles qu'évaluées pour les travailleurs des mines de lignite d'Tunçbilek, Ömerler et Eynez à respectivement 1,23, 2,44 et 1,47 mSv par an[4].

Provenances[modifier | modifier le code]

L'Allemagne est en 2011 le premier producteur mondial (16,5 % de la production mondiale) dont 89 % est brûlé pour produire de l'électricité, assurant 25 % de la production électrique allemande. Les autres grands pays producteurs sont la Chine (12,7 %), la Russie (7,3 %), la Turquie (6,5 %), les États-Unis (6,3 %) et l'Australie (6,1 %)[5].

En Allemagne, le groupe RWE-RHEINBRAUN, filiale du holding RWE, en extrait environ 100 millions de tonnes par an dans trois mines à ciel ouvert dans la Rhénanie-du-Nord-Westphalie (entre Cologne, Aix-la-Chapelle et Mönchengladbach). Ces mines sont celles de Hambach I, Inden I et II et Garzweiler I, qu'il est prévu d'exploiter jusque vers 2050, malgré leur contribution à l'émission de gaz à effet de serre. Les pelleteuses descendent jusqu'à 450 mètres de profondeur dans des excavations de plusieurs kilomètres de large. Les engins avancent en creusant d'un côté et en comblant de l'autre, ce qui explique que la mine se déplace dans le pays.

En Australie, l’État du Victoria disposerait de 38 milliards de tonnes de lignite extractibles (estimation de 2002), alors que la production annuelle est de 65 millions de tonnes provenant à 98 % de la vallée La Trobe (à l’Est de Melbourne)[6].

Production de lignite (millions de tonnes)[5]
1970 1980 1990 2000 2011 %
1. Drapeau de l'Allemagne Allemagne 369,3 388,0 356,5 167,7 176,5 16,5
2. Drapeau de la République populaire de Chine Chine 13,0 22,0 38,0 40,0 136,3 12,7
3. Drapeau de la Russie Russie 127,0 141,0 137,3 86,4 77,6 7,3
4. Drapeau de la Turquie Turquie 4,4 15,0 43,8 63,0 70,0 6,5
5. Drapeau des États-Unis États-Unis 5,4 42,3 82,6 83,5 67,7 6,3
6. Drapeau de l'Australie Australie 24,2 32,9 46,0 65,0 65,7 6,1
7. Drapeau de la Pologne Pologne 32,8 36,9 67,6 61,3 62,9 5,9
8. Drapeau de la Grèce Grèce 8,1 23,2 51,7 63,3 58,8 5,5
9. Drapeau de l'Indonésie Indonésie nd nd nd nd 51,3 4,8
10. Drapeau de la République tchèque République tchèque 67,0 87,0 71,0 50,1 46,8 4,4
11. Drapeau de l'Inde Inde nd nd nd nd 43,1 4,0
12. Serbie Serbie 26,0 43,0 60,0 35,5 40,3 3,8
13. Drapeau de la Bulgarie Bulgarie nd nd nd nd 34,5 3,2
14. Roumanie Roumanie 14,1 27,1 33,5 17,9 32,9 3,1
15. Drapeau de la Thaïlande Thaïlande nd nd nd nd 21,3 2,0
... Monde 804,0 1 028,0 1 214,0 877,4 1 069,8 100,0

Art et Préhistoire[modifier | modifier le code]

On retrouve dès le magdalénien des pendeloques en lignite, dans les grottes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de)Braunkohle - Umweltauswirkungen, sur le site du Ministère Fédéral de l'Économie.
  2. Radon concentrations in three underground lignite mines in Turkey Radiat Prot Dosimetry (2010) 138(1): 78-82 ; en ligne : 2009-09-11
  3. D. LAURIER, B. VACQUIER, K. LEURAUD, S. CAER, A. ACKER, M. TIRMARCHE, 2007 : Risques associés au radon : l'apport des études de mineurs. INVS, BEH Thématiques 18-19
  4. S. Çile, N. Altınsoy et N. Çelebi, Radon concentrations in three underground lignite mines in Turkey ; Oxford Journals ; Mathematics & Physical SciencesMedicine ; Radiation Protection Dosimetry, Volume138, Issue1, pages 78-82. (résumé)
  5. a et b (de)[PDF]Rapport annuel 2012 sur les réserves de matières premières, Bundesanstalt für Geowissenschaften und Rohstoffe - Agence Fédérale pour les Sciences de la Terre et les Matières Premières, p.72.
  6. Sources : Australian R&D Review Oct. 2006.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :