Port de Hambourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Port de Hambourg
Devise : Tor zur Welt (Entrée sur le monde).
Devise : Tor zur Welt (Entrée sur le monde).
Présentation
Type Port de commerce
Construction fondation le 7 mai 1189 par l'empereur Frédéric Barberousse
Statut société anonyme
Trafic 132,2 Mt (2011)
et 9,01 millions d'EVP (2011)[1]
Activités logistique, transport fluvial, conteneurs, etc.
Superficie 87 km²
Places 26e mondial et 3e européen (2011)[1]
Géographie
Coordonnées 53° 32′ 24″ N 9° 58′ 58″ E / 53.54, 9.98277853° 32′ 24″ Nord 9° 58′ 58″ Est / 53.54, 9.982778  
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Hansestadt Hamburg
Commune Hambourg
Localisation

Géolocalisation sur la carte : mer du Nord

(Voir situation sur carte : mer du Nord)
Port de Hambourg

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

(Voir situation sur carte : Allemagne)
Port de Hambourg

Le port de Hambourg (Hafen Hamburg en allemand) est le plus grand port de commerce d'Allemagne, et le troisième d'Europe après celui de Rotterdam (aux Pays-Bas) et celui d'Anvers (Belgique).

Situé au fond de l'estuaire de l'Elbe, à environ 110 kilomètres de la mer du Nord, au nord-est du northern range (rail nord européen qui est l'interface maritime principale de l'Europe, de la mer du Nord à la Manche), le port de Hambourg est notamment spécialisé dans le trafic conteneurs, domaine dans lequel il n'est surpassé en Europe que par le port de Rotterdam.

Histoire[modifier | modifier le code]

Née d'un petit fort bâti sur l'Alster par Charlemagne (vers 810), Hambourg devient un siège épiscopal, puis archiépiscopal. Dévastée par les Normands et les Obodrites, la ville devient cependant un centre commercial important. En 1188, Adolphe III, comte de Holstein, fit bâtir une ville portuaire neuve qui obtint de Frédéric Barberousse une charte et des privilèges de navigation (1189). Il semblerait que la charte de Barberousse soit fausse, mais Hambourg a bien été déclarée port franc au XIIIe siècle et ce statut fut confirmé en 1881 après l'union douanière (Zollverein). En 1216, les deux villes fusionnèrent. Hambourg participa à la Hanse pour s'imposer grâce à elle sur les marchés étrangers et supplanta Lübeck au XVIe siècle. Elle possédait dès les XVIe ‑ XVIIe siècles, un Code de commerce, une Bourse et une banque, et elle établit une ligne de navigation directe avec l'Amérique. Elle ne cessa de se développer jusqu'à la Révolution et fut gravement atteinte par les guerres napoléoniennes.

Dès le Moyen Âge, le rôle du port de Hambourg a été essentiel dans l'histoire et la croissance de la ville comme métropole régionale du nord de l'Allemagne. Hambourg a été ainsi avec Lübeck, une pionnière de la création de la Ligue hanséatique (la Hanse), à l'origine du développement du commerce dans le Nord de l'Europe dès 1241.

Éclipsé pendant un temps par les ports du Benelux, Hambourg reconquiert de nos jours une place de choix dans le complexe portuaire nord européen. La réouverture des économies d'Europe de l'Est et la croissance des échanges chinois ont relancé Hambourg plus que tout autre port européen.

Désormais, troisième port continental, Hambourg affronte avec ambition l'avenir alors même que les limites se profilent (tirant d'eau de l'Elbe, concurrence de Wilhelmshaven, bataille intermodale).

Au delà de la place portuaire, Hambourg représente aussi l'un des lieux majeurs du shipping (trafic maritime) international avec ses armements et ses institutions financières. Ainsi, la vieille cité hanséatique a réussi à préserver les deux piliers de son identité et de son économie, un port de rayonnement continental et une place d'affaire d'envergure mondiale.

Au fil des siècles, le port s'est déplacé par rapport à la ville : au XIIIe siècle, il se trouvait au centre de la ville, alors qu'aujourd'hui, il est en aval de celle-ci. Des terre-pleins ont été construits afin de développer le port. L'ancien port (Speicherstadt) était constitué de greniers pour toutes sortes de marchandises, puis il s'est transformé en un simple grenier pour les petites marchandises comme les ordinateurs et les tapis.

Panorama sur l'Elbe et les ports de Hambourg
Panorama sur l'Elbe et les ports de Hambourg.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Trafic portuaire[modifier | modifier le code]

en 2006[modifier | modifier le code]

Avec un peu plus de 135 millions de tonnes (135,3) de marchandises échangées en 2006, le port de Hambourg a connu une des plus fortes croissances en Europe (+ 7,6 %). Il reste ainsi au 22e rang mondial par trafic total de marchandises. C'est surtout sa spécialisation en tant que grand terminal à conteneurs qui explique ce dynamisme. Il est en effet avec 8 862 000 EVP, le 9e port à conteneur du monde et le 2e européen, toujours derrière Rotterdam mais devançant son rival, Anvers[2].

Article détaillé : Liste des plus grands ports.

Développement du transbordement des conteneurs[modifier | modifier le code]

Année Chiffre d'affaires total
en Mio. [t]
Trafic de colis de détail,
total en Mio. [t]
Trafic de conteneurs
en Mio. [t]
Trafic de conteneurs
en Mio. TEU
Degré de conteneurisation
(Pourcentage du colis de détail)
Trafic de vrac
en Mio. [t]
1888 6,3
1913 25,5
1933 19,6
1967 35,4 11,5 0,86 % 23,9
1977 51,5 26,0 % 44,9
1980 63,1 18,1 6,9 0,800 38,1 % 44,9
1990 61,4 28,6 20,3 1,969 68,6 % 32,8
2000 85,1 48,7 45,3 4,240 93,1 % 36,4
2001 92,4 4,690
2002 97,6 6,10
2003 106,3 66,9 64,3 6,138 96,1 % 39,4
2004 114,5 76,7 74,0 7,003 96,5 % 37,8
2005 125,7 85,8 83,0 8,100 96,8 % 40,0
2006 134,9 92,1 89,5 8,862 97,2 % 42,7
2007 140,4 98,7 95,8 9,890 97,1 % 41,7
2008 140,4 97,9 95,1 9,737 97,1 % 42,5
2009* 110,4
(–21,4 %)
73,6
(–24,8 %)
71,2
(–25,1 %)
7,008
(–28,0 %)
96,7 % 36,8
(–13,4 %)
2010* 121,1
(+10,0 %)
80,9
(+9,9 %)
78,4
7,896
(+12,7 %)
96,8 % 40,3
2011* 132,2
(+9,1 %)
92,6
(14,4 %)
90,1
(15 %)
9,000
(+14,2 %)
39,6
(-1,6 %)

Évolution[modifier | modifier le code]

Trafic 2002[3] 2003[4] 2004[5] 2005[6] 2006[2]
Trafic total (en millions de tonnes de marchandises) 98,272 106,536 114,484 125,7 135,3
Trafic de conteneurs (en millions d'EVPs = Equivalents Vingt Pieds) 5,374 6,138 7,003 8,086
Trafic du port[7]
Types de chargement Unités 2012
Vrac liquide[8] Tonnes 14 113 000
Pétrole brut Tonnes 4 390 000
Produits raffinés Tonnes 6 899 000
Autres liquides Tonnes 2 823 000
Vrac solide[9] Tonnes 25 327 000
Céréales Tonnes 1 838 000
Fourrage et oléagineux Tonnes 4 351 000
Charbon Tonnes 5 177 000
Minerai de fer Tonnes 9 154 000
Autres solides Tonnes 2 392 000
Marchandises diverses[10] Tonnes 91 498 000
Conteneurs Tonnes
et EVP
89 408 000
8 863 896
Autres cargaisons Tonnes 2 091 000
Total Tonnes 130 938 000
Passagers Personnes 430 329

Activité économique[modifier | modifier le code]

10 000 employés travaillent au port, qui générait un chiffre d'affaires annuel de 44,4 millions d'euros en 2004[réf. nécessaire]. Avec le développement du port, la structure et la signification du travail se sont entièrement développés. Le métier des dockers, au XIXe siècle. Un travail artisanal exercé par les anciens marins, s'est changé avec l'industrialisation en travail à part entière avec beaucoup de techniques à partir du XXe siècle.

Culture et tourisme[modifier | modifier le code]

Marché au poisson[modifier | modifier le code]

Fischauktionshalle
Marché aux poissons.

Depuis 1703, le marché au poisson attire un grand nombre de personnes et offre à peu près tout ce qu'il est possible de vendre, de la théière en porcelaine à la famille de canards. Érigé entre 1895 et 1896, il est situé au Fischauktionshalle, dans Hambourg-Altona, sur le bord de l'Elbe. Il est restauré en 1984 et placé dans la protection des monuments historiques.

Quartier des entrepôts[modifier | modifier le code]

Situé entre les Deichtorhallen et le Baumwall, le Speicherstadt est le centenaire quartier des entrepôts et le plus grand ensemble d'entrepôts du monde. À l'intérieur, sont stockées des marchandises de valeur, telles que les épices, le café, le cacao, le thé, des ordinateurs, du tabac et le plus grand stock de tapis d'Orient au monde. Derrière les murs épais se cache aussi une idylle romantique, entre canaux, édifices en briques de style gothique, pignons et tourelles. Des visites guidées expliquent comment le travail se faisait traditionnellement autrefois et comment il s'effectue aujourd'hui. Le musée "Hamburg Dungeon" est un lieu où vous pourrez découvrir l'histoire d'Hambourg.

Speicherstadt
Quartier des entrepôts.

Ancien Tunnel de l'Elbe[modifier | modifier le code]

Près des débarcadères, Sankt Pauli abrite la machinerie de quatre grandes cages d'ascenseur qui depuis 1911 transportent hommes et machines à presque 24 mètres de profondeur, où deux tunnels mènent ensuite à la rive sur de l'Elbe, vers Steinwerder.

Blankenese[modifier | modifier le code]

L'ancien village de pêcheurs au bord de l'Elbe est un lieu d'excursion apprécié. Ruelles pittoresques, escaliers tortueux et maisonnettes serrées les unes aux autres invitent à faire une promenade agréable. La rue Bahnhofstraße ressemble à elle seule à un concentré de petite ville, avec son église, son marché hebdomadaire, de nombreux commerces bien achalandés, des restaurants et des cafés. Un circuit du port permet aux touristes de profiter de Blankenese au fil de l’eau.

Un port en pleine mutation[modifier | modifier le code]

Le port de Hambourg est en expansion[11]. Sa position à l'extrémité du rail nord-européen en fait la plate-forme dominante pour la desserte de la Scandinavie[12] et il dispose d'un vaste hinterland en Allemagne et en Europe centrale.

Un vaste chantier immobilier a été entrepris sur le port : Hafencity[13], certainement le projet le plus ambtieux d'Europe. À partir de 2010, la "Elbphilharmonie" prend naissance, construite sur le toit d'un entrepôt.

Le port de Hambourg en 2006 vu depuis Altona

Population active[modifier | modifier le code]

Le nombre d'employés dans le port, depuis les années 1900, a continuellement baissé. Au cours des dernières années, il a eu tendance à augmenter légèrement.

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b [PDF] « World Port Ranking 2011 », sur http://aapa.files.cms-plus.com/ (American Association of Port Authorities).
  2. a et b AAPA World port ranking 2006
  3. AAPA World port ranking 2002
  4. AAPA World port ranking 2003
  5. AAPA World port ranking 2004
  6. AAPA World Port Ranking 2005
  7. [PDF] (en) European Sea Ports Organisation, « Traffic data of year 2012 », sur http://www.espo.be/, p. 319.
  8. Le vrac liquide (liquid bulk en anglais) regroupe le pétrole brut, les produits pétroliers raffinés, les biocarburants, les huiles végétales, le gaz naturel liquéfié, etc.
  9. Le vrac solide (solid bulk en anglais) regroupe le minerai de fer, la ferraille, le charbon, les céréales, le fourrage, les oléagineux, la biomasse, les engrais, les gravats, le sable, les granulats, etc.
  10. Les Marchandises diverses (general cargo en anglais) regroupent les produits manufacturés (textile, électronique, agro-alimentaire, etc.) contenus dans des conteneurs, ceux contenus dans des poids lourds, les marchandises transportés à l'unité (véhicules, grumes, rouleaux d'acier ou de papier, etc.) et les formats non-conventionnels (blocs de granite, tubes d'acier, grandes machines) y compris des colis lourds et encombrants (locomotives, bateaux, éoliennes, grues, etc.).
  11. Voir l'article de m@ppemonde
  12. Selon la fiche de l'ISEMAR
  13. Voir site officiel du projet (en allemand et en anglais)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Ports concurrents :