Gandja

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ganja.
Gandja
Gəncə
Blason de Gandja
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de l'Azerbaïdjan Azerbaïdjan
Ville
Code postal AZ 2000
Indicatif téléphonique +994 22
Démographie
Population 320 700 hab. (2012)
Densité 2 486 hab./km2
Géographie
Coordonnées 40° 40′ 58″ N 46° 21′ 38″ E / 40.68278, 46.36056 ()40° 40′ 58″ Nord 46° 21′ 38″ Est / 40.68278, 46.36056 ()  
Altitude 408 m
Superficie 12 900 ha = 129 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Azerbaïdjan

Voir sur la carte Azerbaïdjan administrative
City locator 14.svg
Gandja
Liens
Site web http://www.ganca.az/

Gandja ou Ganja (en azéri : Gəncə ; en russe : Гянджа, en géorgien : განჯა) est la deuxième plus grande ville de la république d'Azerbaïdjan. Elle était nommée Elizavetpol de 1804 à 1918 et Kirovabad de 1935 à 1990. Sa population s'élevait à 320 700 habitants en 2012.

Géographie[modifier | modifier le code]

Gandja est située au pied des montagnes du Petit Caucase, à une altitude moyenne de 408 m, à 293 km à l'ouest de Bakou[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Portail de la ville, dans le monastère de Gélati.

Gandja existait dès le temps des Arsacides, alors située en Artsakh du Nord (Bas-Karabagh). Dès 1012, il fut soumis à la Géorgie [2], en 1027 l'émir de Gandja viole le traité de soumission[3]. La Géorgie s'empare de l'émirat de Gandja en 1123 ainsi que celui de Chirvan et de Derbend[4]. Les Mongols vinrent en 1235, et les Safavides s'en rendirent ensuite maîtres au XVIe siècle.

Les habitants de Gandja ont connu un déclin culturel et économique temporaire après un tremblement de terre en 1139, lorsque la ville fut prise par le roi Démétrius Ier de Géorgie qui, en signe de victoire, fait enlever les portes de la ville et les offres au monastère de Ghélati[5],[6], et de nouveau après l'invasion mongole en 1235[5].

En 1747, la ville devient le centre d'un khanat semi-indépendant. L'Empire russe l'annexe par le traité de Golestan en 1813, et la ville est rebaptisée « Elizavetpol » en l'honneur de la tsarine Élisabeth, épouse d'Alexandre Ier.

Capitale temporaire en 1918 de la nouvelle république démocratique d'Azerbaïdjan, elle retrouve son ancien nom. L'Armée rouge l'occupe en 1920 et Staline lui donne le nom de « Kirovabad » en l'honneur de Sergueï Kirov en 1935.

À la suite de l'indépendance de l'Azerbaïdjan en 1991, la ville retrouva son ancien nom de « Gandja ».

La mairie
Le marché des tapis azerbaïdjanais (fin du XIXe siècle).


Population[modifier | modifier le code]

Recensements (*) ou estimations de la population[7] :

Évolution démographique
1856 1897* 1926* 1939* 1959*
10 900 33 600 57 400 98 900 116 122
1970* 1979* 1989* 2002 2012
189 512 231 901 278 006 300 900 320 700


Les Azéris constituent 98 % de la population de la ville, les Russes, les Ukrainiens, les Tatars et les autres les 2 % restants.

Climat[modifier | modifier le code]

  • Température record la plus froide: -17,8 °C (janvier 1935)
  • Température record la plus chaude: 39,8 °C (juillet 1952)
  • Hauteur de pluie mensuelle record: 152 mm (juin 1968)
  • Nombre moyen de jours avec de la neige dans l'année: 18
  • Nombre moyen de jours de pluie dans l'année: 105
  • Nombre moyen de jours avec de l'orage dans l'année: 30
Relevé météorologique de Gandja (Kirovabad)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −1,7 −1 1,9 8,1 12,2 16,2 19,4 18,4 15,5 9,6 4,9 0,6 8,7
Température moyenne (°C) 1,8 2,7 6,6 13,1 17,7 22,3 25,5 24,4 20,5 13,9 8,4 3,9 13,4
Température maximale moyenne (°C) 6,4 7,9 12,2 19,3 23,9 28,7 31,8 30,8 26,7 19,7 13,4 8,4 19,1
Précipitations (mm) 10 15 22 30 46 46 25 18 15 32 16 11 286
Source : Le climat à Gandja (en ° C et mm, moyennes mensuelles)Pogoda.ru.net


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Distance vol d'oiseau ou distance orthodromique.
  2. Histoire de la Géorgie de Nodar Assatiani et Alexandre Bendianachvili, p. 111
  3. Histoire de la Géorgie de Nodar Assatiani et Alexandre Bendianachvili, p. 112
  4. Histoire de la Géorgie, la clé du Caucase de Pierre Razoux, p. 57
  5. a et b (en) The Grove Encyclopedia of Islamic Art and Architecture, Volume 3, de Jonathan M. Bloom et Sheila Blair, p. 85
  6. (en) The Monumental Inscriptions from Early Islamic Iran and Transoxiana de Sheila Blair, p. 132-133
  7. « Recensements et estimations de la population depuis 1939 sur », sur pop-stat.mashke.org(en) « Recensements et estimations depuis 1979 », sur citypopulation.de

Source[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :