Witte de With

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Witte de With
1654: Witte Corneliszoon de With à 57 ans. Collection Y.Cd'E
1654: Witte Corneliszoon de With à 57 ans. Collection Y.Cd'E

Naissance 28 mars 1599
à Brielle
Décès 8 novembre 1658 (à 59 ans)
à la bataille de l'Öresund
Mort au combat
Origine Drapeau des Provinces-Unies Provinces-Unies
Arme Marine hollandaise
Grade Amiral
Années de service 1658

Witte Corneliszoon de With (28 mars 15998 novembre 1658) était un amiral de la marine néerlandaise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il épousa successivement Maria de With (sa cousine issue de germaine, en 1627), Hillegonda van Gogh (+ 1654), Hester de Meester (23 mai 1651) et Catharina van Haestrecht (12 mars 1658)[1]. Il eut 10 enfants des 3 premiers mariages. Aujourd'hui il a encore une descendance aux Pays-Bas et en Belgique.[réf. nécessaire]

Deux balles le blessent mortellement lors de la bataille de l'Öresund contre les Suédois. Le roi Carl X Gustav de Suède ordonna de l'embaumer et sa dépouille mortelle fût d'abord exposée à l'hôtel de ville de Helsingör au Danemark comme un trésor de guerre. Ensuite il fut exposé en grande pompe à l'hôtel de ville de Copenhague. Le 12 septembre 1659 sa dépouille prit le chemin de Rotterdam, où il fut inhumée en grande pompe le 7 octobre suivant dans la Grande église, également appelée église Saint-Laurent. Un mausolée a été érigé en son honneur.

Distinction[modifier | modifier le code]

Il fut un des rares protestants honoré comme Chevalier de l'ordre de Saint Michel, sous Louis XIV, par Mazarin le 22 novembre 1646[1].

Caractère[modifier | modifier le code]

Vice-amiral de Hollande et de Frise occidentale, Warnsinck le décrit comme « haï et craint par ses hommes, évité par ses pairs, et en conflit permanent avec ses supérieurs ». Il doit ses conflits avec ses supérieurs successifs à ses dons de stratège qu'on lui enviait mais aussi au fait qu'il voulait à tout prix leur place.

Dans l'ordre des successions il resta à chaque fois le plus jeune. Il reste dans l'histoire des Pays-Bas pour plusieurs raisons : un stratège hors pair, son courage sans bornes, son caractère des plus difficiles. Cependant ce caractère des plus autoritaires s'assouplit à la fin de sa carrière et il devint bien plus tolérant envers ses hommes[2]. Lors de la victoire de Piet Hein contre la flotte espagnole connue sous le nom « Zilveren vloot », Witte de With était capitaine du bateau amiral. On lui attribue une grande part de cette victoire historique mais il ne reçut qu'un maigre butin[2].

Ses altercations avec ses supérieurs ont failli le mener à la décapitation en 1647. Il est finalement rétablit dans son honneur et ses hautes fonctions. Ses capacités professionnelles et son attachement sans failles à son pays a contribué à sauver sa tête.

Son mémorial à Rotterdam.

Anne Doedens retrace sa vie dans plusieurs ouvrages historiques en nuançant son personnage trop souvent décrit sous un angle négatif et le présente (sur base des documents de l'époque) comme un des plus grands de son temps (au même titre ou meilleur que Hein, de Ruyter et Tromp).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (nl) Anne Doedens, Witte de With 1599-1658 : Wereldwijde strijd op zee in de Gouden Eeuw, Hilversum, Verloren,‎ 2008 (ISBN 9789087040604)
  2. a et b (nl) Gerben Hellinga, Zeehelden van de Gouden Eeuw, Zutphen, Walburg pers,‎ 2008 (ISBN 978-90-5730-562-7)