Fleet Street

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fleet Street
Image illustrative de l'article Fleet Street
Fleet Street vers 1890 (photo de James Valentine)
Situation
Coordonnées 51° 30′ 51″ N 0° 06′ 32″ O / 51.51417, -0.10889 ()51° 30′ 51″ Nord 0° 06′ 32″ Ouest / 51.51417, -0.10889 ()  
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Ville Londres
Quartier Cité de Westminster
Morphologie
Type Rue
Histoire
Monuments Temple Bar

Géolocalisation sur la carte : Grand Londres

(Voir situation sur carte : Grand Londres)
Fleet Street

Fleet Street est une rue de Londres se trouvant sur la rive gauche de la Tamise tout étant parallèle au fleuve, dans le prolongement du Strand.

Emplacement et origine[modifier | modifier le code]

C'est historiquement l'axe qui joint la Cité de Westminster à celle de Londres dont la limite symbolique est marquée par le monument de Temple Bar, situé au niveau de l'entrée principale de la Cour royale de justice.

Le nom de cette artère vient de la Fleet, un affluent de la Tamise qui s'écoulait du nord au sud au niveau de Ludgate Circus, à l'extrémité est de la rue, et qui est aujourd'hui recouvert[1].

Symbole de la presse britannique[modifier | modifier le code]

Les principaux journaux anglais ont longtemps eu leur siège dans Fleet Street. En 1500, un assistant de William Caxton installe son imprimerie dans la rue. Peu à peu, d'autres imprimeurs suivent le mouvement. La proximité de la rue avec Westminster, le cœur financier de la ville, et les lieux de pouvoir londoniens, va faciliter l'émergence du journalisme en son sein[1]. Ainsi, le premier quotidien britannique - le Daily Courant - paraît dans la rue le 11 mars 1702. Une plaque commémorative sur St Bride's church rappelle l'événement depuis 2002[1].

En 1986, le magnat de la presse Rupert Murdoch, qui souhaite briser les syndicats des imprimeries, déplace le siège de News International vers Wapping où il a installé de nouvelles rotatives[2]. Malgré l'opposition des rotativistes, qui lancent une grève, les journalistes du Times, du News of the World, du Sunday Times et du Sun, acceptent de quitter Fleet Street. C'est le début d'un exode massif qui se termine en 2005 par le départ de l'agence Reuters vers Canary Wharf[3]. On désigne encore parfois la presse britannique par l'expression Fleet Street.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Laurel Brake et Marysa Demoor, Dictionary of Nineteenth-century Journalism in Great Britain and Ireland, Academia Press,‎ 2009 (ISBN 9038213409), p. 221-222
  2. (en) « 1986: Printers and police clash in Wapping », British Broadcasting Corporation,‎ 15 février 1986 (consulté le 20 juillet 2014)
  3. (en) Chris Tryhorn, « Murdoch reads last rites for Fleet Street », The Guardian,‎ 15 juin 2005

Articles connexes[modifier | modifier le code]