Lion (héraldique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lion (homonymie).


Tête de lion arrachée
Tête de léopard arrachée

En héraldique, le lion et le léopard désignent le même animal, mais avec une position de tête différente.

  • Avec la tête de profil, c'est un lion.
  • Avec la tête de face, c'est un léopard.

La position du corps n'influe pas sur le nom, mais les deux « jumeaux » ont des positions préférées : ainsi le lion est « rampant » (debout), le léopard est « passant » (allongé). La queue du lion est traditionnellement tournée vers l'intérieur, celle du léopard vers l'extérieur, le léopard est moins barbu que le lion... mais il semble que tout cela ne soit que coquetterie d'illustrateurs.

Le « roi des animaux », avec sa réputation de force, de bravoure, de noblesse, si conforme à l'idéal médiéval, ne pouvait que séduire ceux qui voulaient se choisir des armoiries. Et de fait le lion et son alter ego le léopard sont très nombreux, surtout dans la zone anglo-normande (Plantagenêt). Le succès du lion est la cause de sa propre banalisation, ce qu'illustre bien le « dicton héraldique » : « qui n'a pas de blason, porte un lion ».

En fait, le léopard héraldique trouve son origine dans le « lion(leo)-panthère(pa)-bâtard(ard) » qui constituait l'idée médiévale du léopard: bâtard, donc mauvais. Mais les « léopards » plantagenêts n'en sont pas pour l'héraldique anglaise qui les ignore et les blasonne « lion passant regardant ». Royaux chez eux comme tout lion, ils sont vus bâtards et mauvais de l'autre côté de la Manche.

Ayant perdu sa capacité identitaire, le lion s'est vu attribuer toute une série de caractéristiques pour tenter de la recouvrer. On se trouve face à un nombre impressionnant de lions qui ne diffèrent parfois que par d'infimes détails comme la couleur des griffes, ou la position des pattes (si la patte arrière droite est posée, il est alors « sautant » et non plus « rampant »). On est loin de la règle qui veut que les meubles soient clairement identifiables de loin... mais il est vrai aussi que plus le temps passe, plus leur fonction s'éloigne de la poussière des mêlées...

Lion et Lion léopardé[modifier | modifier le code]

Le lion par défaut est rampant, ce qui signifie qu'il est dans une position où il semble gravir une côte (= une rampe). (Sens primitif de ramper, provenant de l'ancien francique (h)rampon « grimper avec des griffes »). On trouve souvent une autre explication: le lion ne serait pas en train de ramper (= grimper), mais en train d’attraper quelque chose avec ses trois membres levés, en équilibre sur sa patte arrière qui occupe la pointe de l’écu. Le mot viendrait alors de rapiens, qui a la même racine que rapt. Cette étymologie longtemps retenue, semble maintenant non fondée.

Le lion est dit léopardé quand il est passant, position du léopard, la tête toujours de profil (qui est la caractéristique déterminante du lion).


Léopard et Léopard lionné[modifier | modifier le code]

La position par défaut du léopard est d'être « passant », c'est-à-dire allongé en appui sur trois pattes, la droite avant levée. Les léopards sont volontiers répétés deux ou trois fois. Ils sont normalement placés les uns au-dessus des autres.

Le léopard rampant (c’est-à-dire regardant de face, mais en position dressée) peut être blasonné léopard lionné.

Autres différenciations du lion et du léopard[modifier | modifier le code]

Lampassé 
La couleur de la langue est différente de celle du corps.
Blason Bormes les mimosas.svg
Armé 
La couleur des griffes est différente de celle du corps.
Vilené 
La couleur du sexe est différente de celle du corps.
d'azur au lion d'or, lampassé, armé et vilené de gueules, surmonté d'une couronne d'argent (Bormes-les-Mimosas)
Héraldique Ville BE Ans.svg
Éviré 
Pour un lion dont on ne distingue pas le sexe (caractère infamant, extrêmement rare)
Blason Léon (Bretagne).svg
Morné 
Pour un lion sans griffes, ni langue, ni dents (ni queue selon certains auteurs).
d'or au lion morné de sable (Seigneurie de Léon)
Fier 
Pour un lion dont le poil est hérissé (ce qui est très rare).
Lion issant.png
Lion issant 
demi-lion sortant d’une ligne de partition, ou d’un meuble, voire d’une pièce ou du champ.
de gueules à un pont d'or sur une rivière d'azur, un lion d’or issant du tablier du pont (qui est du Banat)


  • Différenciations de la queue

La queue du lion est aussi à l’origine de nombreuses variantes. Dans son dessin traditionnel, elle est recourbée en un crochet vers le bas, côté tête, et présente un renflement à mi-longueur. Le dessin moderne tend au contraire à recourber la queue côté extérieur, comme celle du léopard.

Queue nouée
Blason Boheme.svg
Queue fourchue
Double queue, les deux parties passées en sautoir
de gueules, au lion d'argent à la queue fourchée et passée en sautoir, couronné, armé et lampassé d'or (Bohême)
Lion couard
Blason Conrad VI de Hohenlohe-Brauneck (selon Gelre).svg
À la queue entre les jambes.
Lion diffamé
Dépourvu de queue.

Figures proches du lion[modifier | modifier le code]

Blason département fr Dordogne.svg
Lionceau
Le lion en nombre (au moins trois) devient un lionceau. Il s'agit simplement d'une appellation, qui ne modifie en rien ses caractéristiques. C'est spécifique à l'héraldique française.
De gueules à trois lionceaux d'or armés, lampassés et couronnés d'azur (Périgord)
Lionne.png
Lionne
La lionne se représente comme le lion mais sans crinière ni verge, et se décrit de la même façon, sauf « éviré » et « vilené » qui naturellement ne concerne que le mâle.
Panthère
lion rampant avec sa queue, la crinière hérissée et les pattes avant en serres d'aigle. Anciennement avec une tête de cheval avec cornes de bœufs et vomissant des flammes. Ne se rencontre guère que dans les armoiries autrichiennes (styrienne).
La panthère au naturel, très rare, ressemble à la lionne, avec de petites taches sur son pelage. Sert surtout de support.
d’azur à une panthère au naturel (province de Lucques)

Figures dérivées du lion[modifier | modifier le code]

Le lion est classé comme figure héraldique naturelle (même quand il a deux queues) mais se retrouve très fréquemment comme composant de figure héraldique imaginaire, en particulier dans la chimère, ou le griffon (figure où il s'« hybride » avec l'aigle).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]