Parcours aventure en forêt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parcours.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Grimpe d'arbres.
Parcours aventure en forêt
Parcours aventure sur poteaux de nuit

Un parcours aventure en forêt ou parcours accrobranche, terme normalisé en 2008[Où ?] en parcours acrobatique en hauteur ou PAH, est un espace de loisirs sportif, souvent situé en zone boisée, équipé à demeure ou non d'installations permettant au pratiquant de cheminer en hauteur, de façon plus ou moins acrobatique, sur des ateliers supportés par des arbres ou autres supports naturels ou non. La sécurité du pratiquant est assurée par un équipement de protection individuel contre les chutes de hauteur (harnais, longe, connecteurs, ...) relié à une ligne de vie installée sur son parcours.

Les parcours aventure sont très développés en France, et on constate un boom des activités de loisir en plein air dans le monde : parcours aventure, via ferrata, canopy tours (visite de la canopée sur des tyroliennes) comme au Costa Rica, tyroliennes rapides et/ou longue distance, etc.

Histoire[modifier | modifier le code]

PAH en forêt

On peut dater l'ancêtre des parcs acrobatiques dans les années 1930, dans les Dolomites italiennes où, afin de traverser, de façon aérienne et plutôt sportive, d'une aiguille rocheuse à une autre, il arrivait que l'on tende entre ces deux pics une double corde, sur laquelle les téméraires pouvaient se coucher et « ramper » dans les airs.

Cet aménagement et l'exercice qui suivait portaient le nom de « tyroliennes ».

La première structure permanente, entre arbres et via ferrata dans les murs d'un fort, a vu le jour en 1989[réf. nécessaire] au Fort des Rousses, dans le Jura[réf. nécessaire].

Un autre parc s'est développé en 1994 aux Estables, dans le Massif central, mais il est admis que le vrai précurseur de cette activité a été l'« Aventure Parc » de Serre Chevalier, dans les Hautes Alpes, en 1995, année que l'on considère généralement comme celle de la création de l'activité.

Jusqu'en 1998, les parcours aventure en forêt se comptaient sur les doigts des deux mains. Ces parcours aventure se sont dans un premier temps développés en montagne et dans les stations de ski comme activité complémentaire l'été. Ils ont ensuite colonisé les zones fortement touristiques comme les bords de mer. Aujourd'hui, on les retrouve un peu partout, notamment en plein cœur des villes comme à Lyon.

À partir de l'an 2000, les équipements se sont multipliés pour atteindre et dépasser bientôt les cinq cents structures sur le seul territoire français.

La plus longue tyrolienne de France se trouve au Cirque de Consolation : elle mesure 500 mètres de long pour 120 mètres de haut.

Pratique[modifier | modifier le code]

« Pont de singe »

Le concept de départ a peu évolué : il s'agit toujours d'aménager des jeux ou des ateliers permettant de relier par des câbles une plate-forme à une autre, entre deux arbres, deux pylônes, ou deux arêtes rocheuses, organisant ainsi des parcours plus ou moins longs et hauts, en s'arrangeant pour rendre la chose ludique et, si possible, impressionnante.

L'ingéniosité des concepteurs n'a toujours pas trouvé de limite, et les ponts de singe succèdent aux passerelles de toutes sortes, alternant avec des descentes sur poulies toujours plus vertigineuses et rapides, des traversées dans des tonneaux, des rondins et des poutres, des montées et descentes sur échelles ou filets, des sauts de Tarzan, etc.

Parcours sur poteaux

Les caractéristiques des parcours d'aventure peuvent fortement varier, par exemple selon les critères suivants :

  • Types de parcours : fixe / mobile
  • Structure : sur arbres / mâts / édifices / structures métalliques
  • Visiteurs cibles : tous / enfants à partir de 4 ans / handicapés
  • Hauteur de la ligne de vie : « à mi-hauteur », « hors de portée »
  • Systèmes de sécurité : auto assurance (mousquetons) / permanent / continu / filets
  • Lieux : touristique / urbain
Parc d'intérieur (indoor)

Les parcours d'aventure en forêt sont très populaires. Ils profitent de la présence des arbres (pas d'investissement dans les poteaux) et d'offrir une activité extérieure entourée par la nature. Non seulement ils offrent une aventure « en hauteur », mais ont aussi l'avantage pour les clients de goûter à la beauté naturelle et souvent spectaculaire de la forêt, de falaises, de collines, et/ou de rivières. Dans les parcs forestiers, un accent particulier est nécessaire pour la protection des arbres.

Les parcours sur poteaux sont une excellente alternative. Ils offrent une totale liberté en termes d’emplacement et de conception du parcours, mais par contre, exigent des investissements plus élevés (les mâts). La chaleur de l'été peut être un défi. Un mélange de mâts et d’arbres en lisière d'une forêt peut être un excellent compromis (coûts, offre, beauté).

Les parcs d’intérieur ont le grand avantage d'être ouverts toute l'année (mais, évidemment, le beau temps encourage plus les activités de plein air). Les parcours sont souvent construits sur une structure métallique modulaire et parfois même sur des poteaux en bois, avec d’excellents résultats esthétiques.

PAH avec ligne de vie « hors de portée »

La ligne de vie est la pièce maîtresse d’un parc et il y a deux approches distinctes :

  • L'approche la plus traditionnelle est la ligne de vie « à mi-hauteur » (1,40 - 1,60 m) qui est bien adaptée pour les mousquetons.
  • La ligne de vie « hors de portée » (2 - 2,30 m) avec le système à assurance continu présente plusieurs avantages : (1) Un débit plus élevé par forte affluence - jusqu'à 20 % de plus (pas de manipulation sur les plates-formes, donc un gain de temps - Pas besoin d'installer une poulie supplémentaire pour les tyroliennes). (2) Éléments plus impressionnants (pas de câbles à mi-hauteur pour aider les visiteurs - si nécessaire, le visiteur peut en tout temps s’aider par la longe - sans risque de nombreux sauvetages). (3) Confort supérieur pour les visiteurs (plates-formes sont libres de tout câble à mi-hauteur - plaisir & sensations fortes sur les éléments tout en se relaxant sur les plates-formes). (4) Risque de blessure plus faible (pas de contact avec le dispositif de sécurité - comme la longe est déjà tendue, la distance de chute sera plus courte)

Après avoir été normalisée dans le cadre de l'AFNOR, la dénomination de l'activité parcours d'aventure en forêt (PAF) évolue vers parcours acrobatique en hauteur (PAH). Une norme européenne est publiée sous la référence NF EN 15567-1 et 15567-2 depuis mars 2008.

Les professionnels se sont organisés en Syndicat National des Exploitants de Parcours d'Aventure (SNEPA) depuis juin 2004[1]. Des associations existent au niveau européen (ERCA, IAPA) et aux USA (ACCT, PRCA) et nous remarquons de plus en plus un rapprochement entre ces différentes associations comme pour des questions de normes ou avec des conférences conjointes (SNEPA-IAPA à Strasbourg en 2011).

Pour encadrer leurs pratiques, certains se sont également rassemblés pour former le réseau Forestour qui vise à garantir un tourisme respectueux de la forêt. De manière générale, de nombreux parcours se situent dans des Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF)[2].

Les différents systèmes de sécurité[modifier | modifier le code]

L'équipement de sécurité se compose essentiellement d'un harnais, une(des) longe(s) et un système d'assurance (une autre option serait tout simplement un filet sous les ateliers - relativement coûteux et avec une application limitée). Parfois, les casques sont également fournis.

Les quatre systèmes principaux sont les suivants :

  • Auto assurance avec mousquetons
  • Permanent avec mousquetons
  • Ligne de vie continue sur le rail
  • Ligne de vie continue sur câble (avec un crochet ou une poulie)
Seilpark Gantrisch - 03.jpg

Le système traditionnel d'auto-assurance se compose essentiellement de deux mousquetons que les participants vont successivement déverrouiller / verrouiller sur chaque plate-forme (zone à risque). Une mauvaise manipulation et le déverrouillage simultané des deux mousquetons provoque la déconnexion complète du participant à la ligne de vie. Cette situation signifie un risque extrême qui peut avoir pour conséquence un accident grave et même parfois la mort.

Le système d'assurance permanent permet de réduire considérablement le risque d'accident. Les deux mousquetons ont un « système de communication » qui évite leur ouverture simultanée et le déverrouillage complet à la ligne de vie. Un système permanent avec des réas intégrés peut même être trouvé.

Le système d'assurance continu sur rail offre un niveau élevé de sécurité, mais a une application limitée - il est essentiellement sur mâts avec une structure lourde, pour les éléments relativement courts et il est cher (et plus commun aux États-Unis qu'en Europe).

PAH dès 4 ans

Avec un système d'assurance continu sur câble, les visiteurs sont connectés en permanence à la ligne de vie - du début à la fin du parcours - et fournit donc le plus haut niveau de sécurité. Au début du parcours, les visiteurs connectent le dispositif d'assurance (crochet ou poulie) dans la ligne de vie dans et y aller - en termes de sécurité, aucune action spécifique n'est nécessaire.

Pour le système d'assurance continu sur câble et avec poulie intégrée, le dispositif d'assurance (la poulie) roule simplement tout le long de la ligne de vie et grandement facilite le passage sur les tyroliennes (pas de manipulation nécessaire). Cet dernier système est le seul permettant à avoir la ligne de vie «hors de portée», qui présente de nombreux avantages (plus grande capacité d’accueil par forte affluence, des éléments les plus impressionnants, plus de confort pour les participants, moindre risque de blessure)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bali Seilpark 3.jpg
Bali Seilpark 2.jpg

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]