Matière première

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Entrepôt de matières premières (granulés plastiques, charges…) dans l'industrie des plastiques

Une matière première est un produit à l'état brut (matière extraite de la nature : notion de ressource naturelle), ou ayant subi une première transformation sur le lieu de production pour la rendre propre à l'échange international, utilisé dans la production de produits finis ou comme source d'énergie. Pour celles destinées à l'alimentation, on parle plutôt de denrées.

L'Organisation des Nations unies utilise plutôt le terme de produit de base défini officiellement par la charte de La Havane en 1948 comme « tout produit de l'agriculture, des forêts, de la pêche et tout minéral, que ce produit soit sous une forme naturelle ou qu'il ait subi la transformation qu'exige communément la vente en quantités importantes sur le marché international »[1].

Le monde anglo-saxon emploie parfois le terme de commodity, commodité qui s'attache moins que la notion de matière première à un stade de transformation mais à une situation de marché et englobe des biens immatériels tels que l'électricité (en tant que « fourniture »), des prestations de services.

Exemples : pétrole, produits agricoles (blé, riz, maïs), gaz naturel, minerais et métaux, sable (pour le verre ou le silicium pour circuit intégré), potasse, caoutchouc, etc.

Les matières premières demandent généralement un premier traitement ou affinage (passer du minerai au métal, ou de la betterave - ou de la canne à sucre - au sucre, par exemple) et sont considérées comme des consommations intermédiaires dans les processus de production.

Les échanges de matières premières représentaient environ un tiers du volume du commerce mondial en 2011[2]. Le matieres premieres peuvent etre négociés de gré à gré, à travers des courtiers en ligne.

Les matières premières dans l'Union européenne et du Canada[modifier | modifier le code]

La Commission européenne a lancé une initiative Matières Premières en 2008.

Elle se préoccupe notamment :

  • des aspects internationaux [1] ;
  • de l'approvisionnement durable dans l'Union européenne [2] ;
  • du recyclage et de l'utilisation efficace des ressources [3] ;
  • du partenariat d'innovation européen [4] (en anglais) ;
  • des matières premières critiques [5].

Cette initiative recueille les faits et chiffres ([6]), et a organisé une consultation publique de juin à septembre 2010 ([7]).

Les matières premières en Afrique[modifier | modifier le code]

L'Afrique dispose de 30% des réserves mondiales des matières premières minérales non énergétiques mais cette richesse a paradoxalement un impact souvent négatif sur la croissance des pays africains. Ce phénomène, appelé « syndrome hollandais » ou « maladie hollandaise » ou encore la « malédiction des matières premières » s'explique lorsque l'économie de ces pays repose essentiellement sur cette exportation et en raison de leur gouvernance[3]. Un des exemples les plus flagrants est la République démocratique du Congo qualifiée de « scandale géologique » tant elle est riche en matières premières, minières notamment et que l'essentiel de la deuxième guerre du Congo s'est focalisée sur le contrôle de ces ressources naturelles[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christophe Degryse, L'économie en 100 et quelques mots d'actualité, De Boeck,‎ 2005, p. 140
  2. « Les négociants moins fragiles que les banques », sur Agefi,‎ 19 juillet 2013
  3. Bernard Tchibambelela, Le commerce mondial de la faim : stratégie de rupture positive au Congo-Brazzaville, Éditions L'Harmattan,‎ 2009, p. 183
  4. Pascal Boniface, La géopolitique : Les relations internationales, Éditions Eyrolles,‎ 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]