Registre paroissial

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Première page du registre des baptêmes de l'église Saint-Gervais-Saint-Protais de Paris (1865)

Un registre paroissial, aussi appelé registre de catholicité ou registre BMS, est un livre dans lequel sont enregistrés les actes des baptêmes, mariages et sépultures effectués dans une paroisse.

Le desservant d'une paroisse inscrit dans ce registre les actes nominatifs et datés qui témoignent qu'un sacrement chrétien de baptême ou de mariage a été conféré à un ou plusieurs membres de sa communauté. Ces registres ont d'abord existé dans l'Église catholique, mais se trouvent aussi aujourd'hui dans les autres confessions chrétiennes. Par extension, on enregistre les actes qui témoignent d'une sépulture chrétienne faite par un prêtre, un diacre ou un ministre du culte, à un défunts de la paroisse.

Ce type de document est classiquement utilisé en généalogie pour rechercher des individus sous l'Ancien Régime avant la mise en place de l'état civil en 1792.

Définition[modifier | modifier le code]

Un registre paroissial contient trois types d'actes : baptême, mariage, sépulture. Il est ainsi parfois dénommé registre B.M.S. par les généalogistes.

Les sacrements et rites qui y sont inscrits permettent à la communauté paroissiale d'attester de la qualité de chrétien et de son état de célibataire ou de personne mariée. En effet, la mention d'un mariage chrétien est aujourd'hui ajouté en marge des actes de baptême, comme c'est depuis longtemps le cas des actes d'état civil.

Historique[modifier | modifier le code]

L'Ordonnance de Villers-Cotterêts de 1539 rend obligatoire la tenue de registres des baptêmes, en français, par les curés, registres qui doivent être déposés, chaque année, au greffe du bailliage ou de la sénéchaussée. L'Ordonnance de Blois de 1579 leur impose l'enregistrement des mariages et décès et l'Ordonnance de Saint-Germain-en-Laye de 1667, la tenue des registres en double exemplaires.

Par le décret de l'Assemblée nationale du 20 septembre 1792, la tenue des registres est retirée aux curés et remise aux maires. Depuis cette date, les registres paroissiaux ne sont plus que des archives privées de l'Église catholique.

Notes[modifier | modifier le code]


Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]