Klaipėda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Memel (homonymie).
Klaipėda
Blason de Klaipėda
Héraldique
Le port de Klaipėda
Le port de Klaipėda
Administration
Pays Lituanie Lituanie
Région Petite Lituanie
Apskritis Apskritis de Klaipėda
Municipalité Municipalité de Klaipėda-ville
Maire Vytautas Grubliauskas
Indicatif 46
Démographie
Population 182 752 hab. (2010)
Densité 1 865 hab./km2
Géographie
Coordonnées 55° 42′ N 21° 09′ E / 55.7, 21.15 ()55° 42′ Nord 21° 09′ Est / 55.7, 21.15 ()  
Superficie 9 800 ha = 98 km2
Divers
Fondation 1252
Statut Ville depuis 1257
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lituanie

Voir la carte administrative de Lituanie
City locator 14.svg
Klaipėda

Géolocalisation sur la carte : Lituanie

Voir la carte topographique de Lituanie
City locator 14.svg
Klaipėda
Liens
Site web http://www.klaipeda.lt
Sources
Villes de Lituanie

Klaipėda[1] (en allemand : Memel) est une ville de 187 316 habitants et le principal port de mer lituanien. Klaipėda est la troisième ville de Lituanie après Vilnius et Kaunas.

Ancienne ville hanséatique, connue sous le nom allemand de Memel, la ville a longtemps été disputée entre le royaume de Lituanie et les chevaliers Teutoniques. La Paix du lac de Melno fixe les frontières du duché de Prusse et de la Lituanie ; Memel restera en Prusse jusqu'à la défaite allemande à la suite de la Première Guerre mondiale.

Géographie[modifier | modifier le code]

Klaipėda est située à 120 km de Kaliningrad et à 290 km de Vilnius. La ville se trouve à proximité du delta du Niémen, à l'extrémité nord de l'isthme de Courlande dont il est séparé par une passe maritime, le détroit de Memel. Non loin de là, sur la côte de la mer Baltique, les stations balnéaires de Neringa et Palanga sont très appréciées des Lituaniens. Klaipėda est reliée par ferry à la Suède, au Danemark et à l'Allemagne.

Canal Guillaume[modifier | modifier le code]

En 1863, débute le creusement d'un canal long de 24 km qui relie la rivière Minija, affluent du Niémen, au port de Memel afin d'éviter le transit par la lagune de Courlande. Il est baptisé Canal Guillaume (en lituanien : Vilhelmo kanalas) en l'honneur du roi Guillaume Ier de Prusse et sa construction s'achève en 1873. De 1871 à 1873, sont réquisitionnés 690 prisonniers de guerre français qui participent au creusement de la partie terminale du canal[2]. Il est aujourd'hui appelé canal de Klaipėda (Klaipėdos kanalas).

Histoire[modifier | modifier le code]

Klaipėda au début du XXe siècle, la ville était alors connue sous le nom de Memel

Memel est fondée en 1252 par les Chevaliers teutoniques. Elle reçoit en 1258 ses privilèges de ville, selon le droit de Culm, privilèges confirmés à la fin du XVe siècle. Elle commerce avec la Hanse. C'est une ville de population allemande qui marque la frontière avec les populations slaves.

En 1525, la ville adhère à la Réforme. Le siècle suivant constitue pour la ville une période de prospérité, interrompue par la Guerre de Trente Ans et les attaques suédoises entre 1629 et 1635. De 1525 à 1919, Memel fait partie de la Prusse qui prend la suite de l'Ordre teutonique dissous, hormis quelques années d'occupation par la Suède et par la Russie.

Le Territoire de Memel[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Territoire de Memel.
Memel, 20 marks edités en 1922
Fontaine Ännchen von Tharau à Klaipėda

L'article 99 du traité de Versailles prévoyait que la ville, de population allemande et à 95 % luthérienne, mais débouché sur la mer convoité par la nouvelle Lituanie, devienne un territoire autonome, sous protectorat français, alors que la Lituanie entrait dans la mouvance économique anglo-américaine.

Le 15 février 1920, un administrateur délégué français, le général Dominique Odry (1863-1962) reçoit les pouvoirs du commissaire allemand, le comte Lambsdorff, et le 21e bataillon de chasseurs à pied s'installe afin d’assurer le maintien de l’ordre. L’état-major et la majeure partie du bataillon s’installent à Memel.

Le 15 janvier 1923, l'armée française abandonne la ville devant une attaque de l'armée lituanienne, appelée à la rescousse par des milices lituaniennes de Memel qui craignaient l'évolution du territoire vers un État libre comme à Dantzig (aujourd'hui Gdańsk). Memel est annexée à la Lituanie, avec l'aval résigné de la Conférence des ambassadeurs, le 16 février 1923.

Le 19 octobre 1925, les premières élections dans le territoire autonome voient la victoire des partis autonomistes germanophiles qui décrochent vingt-quatre des vingt-neuf sièges. Même pendant la dictature en Lituanie (à partir de 1926), des élections se tiennent à Memel, notamment en 1932 et 1935, avec toujours le même résultat pour ces partis, parmi lesquels les communistes allemands proches du KPD (3 sièges en 1932) et des sociaux-démocrates (2 sièges en 1932).

Le 11 décembre 1938, la liste unique allemande, pro-nazie, obtient 87,2 % des voix aux élections territoriales.

Le 22 mars 1939, la ville est annexée par le Troisième Reich : après un ultimatum allemand, le gouvernement lituanien est forcé de signer un traité restituant Memel à l'Allemagne.

Prise en 1945 par l'Armée rouge, les habitants qui n'ont pas fui la ville (une cinquantaine) sont massacrés. La ville est intégrée plus tard à la République socialiste soviétique de Lituanie sous le nom de Klaipėda. Un récit détaillé des combats dans la ville forme un chapitre entier du livre autobiographique Le Soldat oublié de Guy Sajer.

Port de Klaipėda

Démographie[modifier | modifier le code]

La population du territoire de Memel était de 136 366 habitants en 1925, dont 59 337 Allemands, 38 404 Memelliens germanophones et 37 625 Lituaniens. En 1934, le territoire comportait 149 273 habitants, dont 34 253 pour la ville de Memel.

Lors de l'annexion par l'Allemagne nazie en 1939, 12 000 Lituaniens, et 9 000 Juifs, se réfugièrent en Lituanie.

La population de la ville est passée de 202 900 en 1989 à 194 400 en 2002.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Klaipėda est jumelée avec[3] :

Célébrités locales[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'orthographe de la ville en lituanien est Klaipėda, avec un point suscrit sur le e. Le lituanien utilise en effet des signes diacritiques rares.
  2. Gilles Dutertre, Les Français dans l'histoire de la Lituanie (1009-2009), L'Harmattan, 236 p. (ISBN 2296078524), p. 136
  3. Relations internationales de Klaipėda

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :