Parti socialiste (Pays-Bas)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les autres articles nationaux ou selon les autres juridictions, voir Parti socialiste.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Socialistische Partij Anders.
Socialistische Partij
Image illustrative de l'article Parti socialiste (Pays-Bas)
Logo officiel
Présentation
Président Emile Roemer
Fondation 22 octobre 1972
Siège Partij Bureau SP, Vijverhofstraat, Rotterdam
Seconde Chambre
15 / 150
Première Chambre
8 / 75
Parlement européen
2 / 26
Idéologie socialisme démocratique, anticapitalisme
Affiliation internationale aucune
Affiliation européenne aucune
Couleurs rouge
Site web www.sp.nl

Le Parti socialiste — abrévié en français PS (en néerlandais : Socialistische Partij) — est un parti politique socialiste néerlandais. Ce parti est souvent désigné en néerlandais par ses initiales : SP. Son dirigeant actuel est Emile Roemer.

Bien qu'il ne soit affilié ni au Parti de la gauche européenne (PGE) ni à l'Alliance de la Gauche verte nordique (NGL), ses deux députés européens siègent au groupe parlementaire de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation et histoire jusqu'en 1994[modifier | modifier le code]

Le Parti socialiste est fondé en octobre 1971 comme parti maoïste sous le nom Kommunistiese Partij Nederland/Marxisties Leninisties (KPN/ML) soit « Parti communiste néerlandais/marxiste-léniniste », issu de la scission du Kommunistiese Eenheidsbeweging Nederland (nl) (KEN) à la suite d'un débat intense sur le rôle des intellectuels dans la lutte des classes. Les fondateurs du KPN/ML, au premier rang desquels Daan Monjé (nl), appartiennent à l'aile « prolétarienne » du KEN(ml), qui ne voulaient pas d'une organisation dominée par des étudiants et des intellectuels. L'année suivante (1972), le parti change son nom en Socialistiese Partij (« Parti socialiste »). Même si dans ses premières années il adhère aux principes maoïstes, comme l'organisation des masses, le PS reste très critique envers le Parti communiste chinois, condamnent par exemple le soutien à l'Unita en Angola (il édite à cet effet une brochure, Antwoord aan de dikhuiden van de KEN).

Le PS commence à créer un réseau de partis locaux, avec un fort enracinement local. Le PS dispose de son propre réseau de cabinets médicaux, fournissant aide et conseils aux citoyens, et organisant des groupes d'action locaux. Il se développe via des organisations de façade, tels que ses propres syndicats, organisations environnementales, ou associations de locataires. Ce travail aboutit à une forte représentaiton dans certains conseils communaux (Gemeenteraad), notamment à Oss. Le PS prend aussi pied dans les États provinciaux, en particulier dans la province du Brabant-Septentrional.

Il tente d'entrer à la seconde Chambre à partir de 1977 mais échoue (0,2 %), ainsi qu'aux élections législatives suivantes (1981, 1982, 1986, 1989) plafonnant à 0,5 % en 1982, avec moins de 45 000 voix. En 1991, le parti décide de changer d'orientation idéologique, évoluant du communisme au socialisme, et gommant toute référence au Marxisme-léninisme.

1994 - présent[modifier | modifier le code]

Ce changement d'orientation semble profiter au SP qui remporte aux élections législatives de 1994 118 738 voix, soit près du quadruple de ses résultats précédents, avec 1,3 % des suffrages exprimés, et remporte deux sièges à à la seconde Chambre. Le Parti est cependant toujours considéré comme un parti protestataire, son mot d'ordre étant « Stem tegen » (« Votez contre »). Le SP, tout comme la Gauche verte, profite aussi du repositionnement centriste du principal parti de la gauche néerlandaise, le Parti travailliste (PvdA), devenant une alternative viable pour certains électeurs de gauche.

Son opposition à la Paars kabinet (nl) et au premier cabinet Kok semble lui profiter aux élections législatives de 1998, puisqu'il remporte plus du double de ses suffrages précédents (303 703 voix, 3,5 %) et 5 sièges à la seconde Chambre. Aux Élections européennes de 1999, Erik Meijer est élu au Parlement européen pour le SP.

Aux élections législatives de 2002, il change son slogan en « Stem Voor » (« Votez pour ») et est le seul parti de gauche à gagner des sièges, en doublant presque sa représentation (+4). Il conserve ce résultat aux élections législatives de 2003, augmentant même sensiblement son nombre de voix (+50 000, 6,3 % des votants), mais n'obtient pas les résultats que les sondages lui prédisaient (16 % et 24 sièges), victime du « vote utile » en faveur du parti travailliste (PvdA) qui avait de grandes chances de remporter les élections. Si les travaillistes progressent fortement (27,2 % +12,6), le CDA réussi à se maintenir (28,6 %, +0,7) et remporte l'élection.

Aux élections européennes de 2004, le SP remporte 6,97 % (+1,93), et obtient un second député européen, Kartika Liotard.

Lors du référendum sur la Constitution européenne, le SP est le seul parti de gauche au parlement à se prononcer pour le non. Durant cette période, le SP gagne des soutiens, mais retombe légèrement après le référendum.

Les élections municipales de 2006 sont un nouveau succès pour le SP, dont le nombre de sièges est plus que doublé (+176).

Les élections législatives de 2006 marquent encore une forte poussée du SP, qui avec 1 624 349 voix et 16,6 % (+10,3) voit sa représentation au seconde Chambre presque triplée (25 sièges, +16) et devient le troisième parti politique néerlandais derrière le CDA et le PvdA. Le SP est considéré comme le principal vainqueur de cette élection, et sa tête de liste, Jan Marijnissen, est perçu comme le cerveau de ce succès. À cette occasion, le SP aurait pu espérer entrer au gouvernement au sein d'une coalition CDA-PVDA-SP, mais les négociations échouent pour diverses raisons — notamment du fait que le premier ministre Balkenende ne voulait pas vraiment participer à une coalition avec deux partis socialistes.

Aux élections provinciales de 2007 le SP marque la plus forte progression de tous les partis, avec un gain de 54 représentants des états provinciaux, soit un total de 83[1]. Par voie de conséquence, le SP remporte 11 sièges (+7) à la première Chambre (chambre haute du parlement néerlandais).

Aux Élections européennes de 2009, le SP stagne autour de 7 %, et conserve ses deux députés malgré la baisse générale du nombre de députés néerlandais (-2).

Les élections législatives anticipées de 2010 marquent en revanche un reflux du SP, avec 918 150 voix et 9,9 % (-6,7). Le SP perd une dizaine de sièges (15 élus) dans une campagne axée sur la baisse des dépenses publiques, dans laquelle il proposait lui-même des mesures visant à réduire les dépenses publiques (baisse du budget de la défense, augmentation forte de la fiscalité), tout en dénonçant le libéralisme économique du CDA, du PvdA et du VVD.

Ce reflux se confirme avec les élections provinciales de 2011, où le SP perd au niveau national 4,6 points et 26 représentants, pour un total de 57 élus. Mécaniquement il perd également 3 sièges à la première Chambre.

Cependant, devant la forte chute de popularité du PvdA à son profit, selon un sondage Maurice de Hond (nl) de janvier 2012, si des élections législatives étaient tenues à cette date, le PS remporterait 32 sièges et deviendrait, pour la première fois de son histoire, le plus grand parti néerlandais[2].

Résultats électoraux et représentation[modifier | modifier le code]

Résultats des élections à la deuxième Chambre pour le PS
Année Votes Pourcentage Sièges
1977 24 420 0,2 % 0
1981 30 357 0,3 % 0
1982 44 690 0,5 % 0
1986 31 983 0,3 % 0
1989 38 789 0,4 % 0
1994 118 738 1,3 % 2
1998 303 703 3,5 % 5
2002 560 447 5,9 % 9
2003 609 723 6,3 % 9
2006 1 624 349 16,6 % 25
2010 915 230 9,9 % 15
2012 904 496 9,6 % 15

Têtes de liste[modifier | modifier le code]

De 1986 — et en particulier depuis son changement d'orientation en 1994 — à 2008, la tête de liste et président du groupe parlementaire à la chambre basse du PS est Jan Marijnissen. Il abandonne les rênes du parti en 2008 à Agnes Kant qui les laisse à son tour en 2010 à Emile Roemer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. en réalité le SP passe de 38 représentants à 83, mais dans un contexte de réduction des effectifs, et aurait eu, si la méthode de répartition de 2007 avait été appliquée aux résultats de 2003, 29 représentants en 2003
  2. https://n7.noties.nl/peil.nl/get.php?id=3423&a=peil.nl&s=weekpoll&f=2012--01-22.pdf&PHPSESSID=43uduvk5ctrkcls3fone47no65

Lien externe[modifier | modifier le code]