Lichans-Sunhar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lichans et Sunhar.

Lichans-Sunhar
Lichans-Sunhar
Le bourg.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Oloron-Sainte-Marie
Canton Montagne Basque
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays Basque
Maire
Mandat
Monique Elgoyhen
2014-2020
Code postal 64470
Code commune 64340
Démographie
Gentilé Lexanztar
Population
municipale
80 hab. (2015 en augmentation de 19,4 % par rapport à 2010)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 05′ 38″ nord, 0° 52′ 20″ ouest
Altitude Min. 232 m
Max. 589 m
Superficie 3,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Lichans-Sunhar

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Lichans-Sunhar

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lichans-Sunhar

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lichans-Sunhar

Lichans-Sunhar est une commune française située dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine.

Le gentilé est Lexanztar[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Lichans-Sunhar fait partie de la Soule.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Lichans-Sunhar[2]
Alos-Sibas-Abense
Alçay-Alçabéhéty-Sunharette Lichans-Sunhar Laguinge-Restoue
Lacarry-Arhan-Charritte-de-Haut Etchebar Licq-Athérey

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Chistouko erreka, qui fait partie de la zone hydrographique du Saison, traverse[3] la commune.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Trois quartiers composent la commune de Lichans-Sunhar[4] :

Lichans
  • Kharrika ;
Sunhar
  • Kharrika,
  • Arrolaltea (Arola sur les cartes IGN).
L'église de Lichans.
Fronton à Lichans.
L'église de Sunhar ; au sommet, une stèle discoïdale est visible.
Stèles discoïdales au cimetière de Sunhar.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes[modifier | modifier le code]

Le toponyme Lichans apparaît sous les formes Lixans (1385[5], collection Duchesne volume CXIV[6]),

Lissans et Lixantz (respectivement 1475[5] et 1480[5], contrats d'Ohix[7]), Lexans et Saint-André de Lichans (respectivement 1608[5] et 1678[5], insinuations du diocèse d'Oloron[8]).

Graphie basque[modifier | modifier le code]

Son nom basque actuel est Lexantzü-Zunharre[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune a été créée le [9] par la réunion des communes de Lichans et de Sunhar.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2001 Jean-Pierre Libilbéhéty    
2001 2008 Jean-Pierre Libilbéhéty    
2008 2014 Jean-Pierre Libilbéhéty    
2014 en cours Monique Elgoyhen    

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de six structures intercommunales[10] :

  • la communauté de communes de Soule-Xiberoa ;
  • le SIGOM ;
  • le SIVOM du canton de Tardets ;
  • le SIVU chargé du tourisme en Haute-Soule et Barétous ;
  • le syndicat d'assainissement du pays de Soule ;
  • le syndicat intercommunal pour le soutien à la culture basque.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[12].

En 2015, la commune comptait 80 habitants[Note 1], en augmentation de 19,4 % par rapport à 2010 (Pyrénées-Atlantiques : +2,53 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
196178190192232229302309303
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
250233222239257259253225226
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
212205178156177170162152132
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
10510783839380766780
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

L'activité est essentiellement tournée vers l'agriculture (élevage et pâturages). La commune fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Dans le bourg de Sunhar se trouve une église[15], datant du XIe siècle, possédant un clocher-mur dit trinitaire ou souletin, c'est-à-dire que la crête du mur, percé de baies où tintent les cloches, s'achève par trois grandes pointes à peu près d'égale hauteur, figurant la Trinité[16].

Église du Sunhar, autel.
Église de Sunhar, Vierge avec Enfant.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Euskaltzaindia - Académie de la langue basque
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. Fiche du Sandre sur la commune de Lichans-Sunhar
  4. « http://www.soule-xiberoa.fr/fileadmin/Bibliodocs/Education_Jeunesse/Langue_basque/kartielen_izenak.pdf »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  5. a b c d et e Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque - Paul Raymond
  6. Collection Duchesne, volumes 99 à 114, renfermant les papier d'Oihenart, ancienne bibliothèque impériale - Bibliothèque nationale de France
  7. Contrats retenus par Ohix, notaire de Soule - Manuscrit du XVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  8. Manuscrits du XVIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  9. Ordonnance du 5 août 1842 (Bulletin des lois de la République française).
  10. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 12 juin 2014)
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  15. Communauté de communes Soule-Xiberoa - Fiche sur Lichans-Sunhar
  16. Philippe Veyrin, Les Basques, page 241 - Arthaud, 20 décembre 1975 (ISBN 2700300386)

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]