Charritte-de-Bas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charritte.
Charritte-de-Bas
La mairie de Charritte-de-Bas.
La mairie de Charritte-de-Bas.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Oloron-Sainte-Marie
Canton Montagne Basque
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays Basque
Maire
Mandat
Christian Joncohalsa
2014-2020
Code postal 64130
Code commune 64187
Démographie
Gentilé Sarrikotar
Population
municipale
260 hab. (2014)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 17′ 41″ nord, 0° 52′ 51″ ouest
Altitude Min. 99 m – Max. 223 m
Superficie 7,40 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Charritte-de-Bas

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Charritte-de-Bas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Charritte-de-Bas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Charritte-de-Bas

Charritte-de-Bas est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine.

Le gentilé est Sarrikotar[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Charritte-de-Bas fait partie de la Soule.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune sont arrosées par le Saison, qui se jette dans le gave d'Oloron, et par son affluent, le ruisseau le Borlaas.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

12 quartiers composent la commune de Charritte-de-Bas[2] :

  • Altxürrüt (Alchurrut sur les cartes IGN)
  • Aphezberri (Apesberry sur les cartes IGN)
  • Azkonea (Dascon sur les cartes IGN)
  • Kharrika (le Bourg en français)
  • Elizaga (Elissague sur les cartes IGN)
  • Hegilüz
  • Jauregi (Jaureguy sur les cartes IGN)
  • Jauregiberri (Jaureguiberry sur les cartes IGN)
  • Landabil
  • Ordokia (la Plaine en français)
  • Mañia
  • Zibaldoia.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'église trinitaire de Charritte-de-Bas.
L'école.
Un lavoir.

Attestations anciennes[modifier | modifier le code]

Le toponyme Charritte apparaît[3] sous la forme Xarrite (1474, contrats d'Ohix[4]).

Graphie basque[modifier | modifier le code]

Son nom basque actuel est Sarrikotapea[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2008 Hubert Lagaronne UMP  
2008 2014 Laurent Etcheberry    
2014 en cours Christian Joncohalsa    

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune appartient à sept structures intercommunales[5] :

  • la communauté de communes de Soule-Xiberoa ;
  • le SIGOM ;
  • le syndicat AEP du Pays de Soule ;
  • le syndicat d'assainissement du Saison ;
  • le syndicat d’énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat de regroupement pédagogique de Charritte-de-Bas et de Lichos ;
  • le syndicat intercommunal de la vallée.

Charritte-de-Bas accueille le siège du syndicat d'assainissement du Saison et du syndicat de regroupement pédagogique de Charritte-de-Bas et de Lichos.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 260 habitants, en augmentation de 8,33 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Atlantiques : 2,53 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
394 371 410 418 372 339 354 373 407
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
376 361 360 318 368 363 363 341 337
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
331 330 327 318 300 328 319 308 313
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
318 301 291 285 273 247 242 240 260
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une école primaire publique[10].

Économie[modifier | modifier le code]

L'activité est essentiellement agricole (élevage et pâturages). La commune fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

La commune possède une église avec clocher-mur dit trinitaire ou souletin c'est-à-dire que la crête du mur, percé de baies où tintent les cloches, s'y achèvent par trois grandes pointes à peu près d'égale hauteur, figurant la Trinité[11].

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une école primaire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Euskaltzaindia - Académie de la langue basque
  2. [1]
  3. Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque - Paul Raymond
  4. Contrats retenus par Ohix, notaire de Soule - Manuscrit du XVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  5. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 4 juin 2014)
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. {{http://www.education.gouv.fr/pid24302/annuaire-resultat-recherche.html?ecole=1&lycee_name=&localisation=1&ville_name=Charritte-de-Bas%20%2864%29}}
  11. Philippe Veyrin, Les Basques de Labourd, de Soule et de Basse Navarre : leur histoire et leurs traditions (monographie), Pau, Cairn [publié avec le concours du conseil régional et la direction régionale des Affaires culturelles de la région Aquitaine], [rééd.] (1re éd. Bayonne, Musée basque et de l'histoire de Bayonne, ), 347 p. (ISBN 9782350682617, OCLC 826784280, notice BnF no FRBNF42791812, présentation en ligne)

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]