Arnéguy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Arnéguy
Arnéguy
Village et église
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Bayonne
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays Basque
Maire
Mandat
Catherine Bègue
2020-2026
Code postal 64220
Code commune 64047
Démographie
Gentilé Arnegitar
Population
municipale
237 hab. (2018 en augmentation de 3,04 % par rapport à 2013)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 07′ nord, 1° 17′ ouest
Altitude Min. 218 m
Max. 1 410 m
Superficie 21,21 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Saint-Jean-Pied-de-Port
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Montagne Basque
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Arnéguy
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques
Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Arnéguy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Arnéguy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Arnéguy
Liens
Site web http://www.arneguy.fr

Arnéguy (en basque : Arnegi) est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine.

Le gentilé est Arnegitar[1],[2],[3].

Arnéguy est une halte alternative sur le Camino navarro du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle lorsque le mauvais temps ou l'enneigement du sol ne permet pas de passer par les hauteurs pyrénéennes du col de Lepoeder.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du pays de Cize dans la province basque de Basse-Navarre.

Elle est frontalière avec Valcarlos en Espagne, qui se situe à l'ouest et au sud.

Accès[modifier | modifier le code]

Arnéguy est desservie par les routes départementales D 933 (ancienne route nationale 133), D 128 et D 428.

En venant de France en direction de l'Espagne : en venant de Saint-Jean-Pied-de-Port : il faut emprunter la route départementale 933 le long de la nive d'Arnéguy, et faire environ sept kilomètres.

L'accès en provenance d'Espagne se fait en passant par le village frontalier espagnol de Valcarlos. La frontière se trouve sur le pont international, récemment créé pour éviter une boucle passant par la douane espagnole.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Située dans le bassin versant de l'Adour, la commune est traversée[4] par la Nive d'Arnéguy, affluent de la Nive, et par ses tributaires, le Pagolako erreka, l'Errekahandy, le Chachiniako erreka, l'Haltzéguiko erreka, le Jatsatéguiko erreka, le Behokilako erreka, Lasturreko erreka et le Gorritchoneko erreka.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Achinéa[5]
  • Achizaharréa[5]
  • Achurléguyko Borda[5]
  • Achurtéguiko Borda[5]
  • Ahastako Borda[5]
  • Antonénéa[5]
  • Ardanche[5]
  • Arloteko Etchola[5]
  • Asquétako Borda[5]
  • Aykalepoko Borda[5]
  • Bachoa[6],[5]
  • Bastillako Etchola[5]
  • Behortéguia[5]
  • Beillurtiko Borda[5],[6]
  • Bernaténéa[5]
  • Bichkarréa[5]
  • Biscaya[5]
  • Bordaberria (ruines)[5]
  • Borderréa[5]
  • Borderréko Borda[5]
  • Buruchiriko Borda[5]
  • Castellunia[5]
  • Chahutzalénéa[5]
  • Chakunéa[5]
  • Bordes de Chaltro[5]
  • Chaltroko Etchola[5]
  • Charichumako Borda[5]
  • Chiloko Borda[5]
  • Churitako Borda[5]
  • Cristobal[5]
  • Croix Thibaud[5]
  • Curutchetako Borda[5]
  • Elhursaro (col d')[5]
  • Esquietacharreko Borda[5]
  • Gaïnéko Aleïra[5]
  • Guerezieta[5]
  • Guilchurindéguyko Borda[5]
  • Haïleyko Borda[5]
  • Hameka[5]
  • Harcha[5]
  • Harizpuruko Bordak[5]
  • Héganzo (col - 1 065 mètres)[5]
  • Ibarlako Bordak[5]
  • Ichtehot[5]
  • Ihancyko Borda[5]
  • Inchaurénéa[5]
  • Ithurhotzeko Etchola[5]
  • Jakorria[5]
  • Jatsaguneko Etcholak[5]
  • Karttanéa[5]
  • Kurianéa[5]
  • Lagarsaro[5]
  • Lampa[5]
  • Larreburu[5]
  • Lasturréko Borda[5]
  • Legaticharreko Borda[5]
  • Lisquetako Borda[5]
  • Marluko Borda[5]
  • Bordes de Martchot[5]
  • Miachilotako Borda[5]
  • Migueltho (fontaine de)[5]
  • Mizpiralatzeko Borda[5]
  • Mossoénéa[5]
  • Ochéténéa[5]
  • Ondarolle[6],[5]
  • Ortchaïch[5]
  • Oyhalgako Borda[5]
  • Pagola[5]
  • Péko Aleïra[5]
  • Péko Martchot[5]
  • Pelloarman[5]
  • Puchuko Borda[5]
  • Rolland (fontaine de)[5]
  • Seroraeneko Borda[5]
  • Udirinia[5]
  • Uhaldéa[5]
  • Urritkola Borda (ruines)[5]
  • Zelzanéko Bordak[7],[5]
  • Zemitzaleko Borda[5]
  • Zestaoua[5]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune est frontalière avec l'Espagne (Navarre) au sud.

Map commune FR insee code 64047.png
Communes limitrophes d’Arnéguy[5],[8]
Lasse Uhart-Cize
Luzaide/Valcarlos
(es)
Arnéguy Uhart-Cize
Saint-Michel
Luzaide/Valcarlos
(es)
Larraun
(es)

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Arnéguy est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[9],[10],[11].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Jean-Pied-de-Port, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 22 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[12],[13].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (89,7 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (88,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (53,7 %), forêts (36 %), prairies (10,1 %), zones agricoles hétérogènes (0,2 %)[14].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes[modifier | modifier le code]

Le toponyme Arnéguy est documenté sous les formes Arranegui (1284[15],[16]), Arranegui de supra (1284[16]), La Ferrière d'Arranegui et Arrenéguy (1614[6] pour ces deux formes, archives de l'Empire, J 917 no 4), Arneguy (1614[16]), Rénéguy (XVIIe siècle[6], plan du Val d'Erro), Notre-Dame d'Arnéguy (1703[6], visites du diocèse de Bayonne[17]), Arnegui (1793[18] et Arneguy (1801[18], Bulletin des lois).

Étymologie[modifier | modifier le code]

Arnéguy est la contraction d'un ancien Arran-hegi que Jean-Baptiste Orpustan interprète par 'bord d'épineux'[16],[15].

Autres toponymes[modifier | modifier le code]

Le toponyme Basoa - ('le bois') est un hameau noté Bachoa en 1863 par le dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[6] de même que Beillurte (d’où la ’grange de Beillurte’ ou Beillurteko Borda) un sommet situé sur le territoire de la commune.

Le toponyme Ondarrola - ('cabane du fond') est documenté sous les formes Undarolle (1754[6], comptes du chapitre de Bayonne[19]) et Ondarrolle (1863, dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[6]).

Graphie basque[modifier | modifier le code]

Son nom basque actuel est Arnegi[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Jusqu'au XVIIIe siècle[15], Arnéguy était un quartier de la commune de Luzaide. Les différents traités entre la France et l'Espagne firent d'elle une commune indépendante française. Jean-Baptiste Orpustan signale[16] qu’Arnéguy tien son nom de deux maisons anciennes de Valcarlos, « l'une du haut et l'autre du bas ».

C'est à Arnéguy que fut signé[20] en 1614 l'accord qui réglait le différend séculaire entre les habitants de la vallée de Baïgorry et ceux du val d'Erro portant sur les pacages des Aldudes.

Arneguy marquait l'extrémité sud de la Ligne de démarcation, séparant la zone libre de la zone occupée en France pendant la Seconde Guerre mondiale.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Hôtel de ville
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2001 Pierre Bègue    
2001 2014 Gratien Curutchet DVD[21]  
2014 En cours Catherine Bègue    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune appartient à quatre structures intercommunales :

  • la communauté d'agglomération du Pays Basque depuis le  ;
  • le syndicat d'énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal pour l'aménagement et la gestion de l'abattoir de Saint-Jean-Pied-de-Port ;
  • le syndicat pour le soutien à la culture basque.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[23].

En 2018, la commune comptait 237 habitants[Note 3], en augmentation de 3,04 % par rapport à 2013 (Pyrénées-Atlantiques : +2,37 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2255155936966767509201 032935
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
907941902836823772685704699
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
661668676591616630605568570
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
526444397337314286279241236
2018 - - - - - - - -
237--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une école élémentaire publique[25].

Économie[modifier | modifier le code]

Arnéguy, pacage de brebis de race manech tête noire.

L'activité est principalement agricole, avec, notamment, la production de fromage de brebis (ardi gasna en basque). La commune fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Le tourisme est également présent, avec la proximité de Saint-Jean-Pied-de-Port, de l'Espagne avec ses ventas (venta Peio, venta Xabi), son séculaire hôtel bar restaurant (hôtel Clementenia) et surtout par l'omniprésence de la nature (campagne, montagne, rivières), qui donne lieu à de multiples activités touristiques : randonnée pédestre, rafting, vol à voile, parapente, 4×4, VTT.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Pèlerinage de Compostelle[modifier | modifier le code]

Situé sur le Camino navarro, le passage par Arnéguy puis Valcarlos (en Espagne) est une variante qui permet d'atteindre plus facilement le col de Roncevaux (Puerto de Ibañeta) et le village de Roncevaux (Orreaga-Roncesvalles), par mauvais temps ou sol enneigé.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

La maison[26] Mikelainea[27] date du XVIIIe siècle, de même que l'ancien presbytère, actuellement maison Erretoraenea[28].

Les fermes Erramunenea[29], Estebenea[7] et la maison Handienea[30] datent du XIXe siècle.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église de l'Assomption[31] date des XVIIe et XIXe siècles.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Le pic de Beillurti culmine à 1 114 mètres[5] et celui de Leizar Athéka à 1 409 mètres[5].

Équipements[modifier | modifier le code]

Enseignement

La commune dispose d'une école primaire.

Sport et installations sportives

Les amateurs de pelote basque bénéficient d'un fronton et d'un trinquet.

Arnéguy est le point de départ pour monter au col d'Arnostéguy (1 236 m) et l'une des voies d'accès (partant de l'église d'Arnéguy), dont le point haut passe juste en dessous du pic de Beillurti (1 114 m) peut être considérée comme l'ascension la plus difficile de France sur route bitumée d'une longueur inférieure à 10 kilomètres (848 m d'ascension jusqu'au Pic de Beillurti, pour une distance de 6,70 kilomètres, soit une moyenne de 12,6 %). L'ascension présente notamment un premier kilomètre à 18,4 %, avec des passages significatifs dépassant les 25 %. Parmi les autres voies d'accès au col d'Arnostéguy au départ d'Arnéguy, la variante par le hameau d'Ondarolle (330 m) présente également de très forts pourcentages (jusqu'à 13 % sur un kilomètre).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le marquis de Salha était baron de Saint-Pée-sur-Nivelle et d'Arnéguy.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 19 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Lhande, Dictionnaire basque-français, 1926
  2. a et b - Académie de la langue basque
  3. Brigitte Jobbé-Duval, Dictionnaire des noms de lieux : Pyrénées-Atlantiques, Paris, Archives et Culture, , 167 p. (ISBN 978-2-35077-151-9, notice BnF no FRBNF42089597).
  4. Notice du Sandre sur Arnéguy
  5. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae af ag ah ai aj ak al am an ao ap aq ar as at au av aw ax ay az ba bb bc bd be bf bg bh bi bj bk bl bm bn bo bp bq br bs bt bu bv bw bx by bz ca cb cc cd et ce Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 1er mars 2012).
  6. a b c d e f g h et i Paul Raymond, Dictionnaire topographique du département des Basses-Pyrénées, Paris, Imprimerie Impériale, , 208 p. (notice BnF no FRBNF31182570, lire en ligne)..
  7. a et b « La ferme Estebenea », notice no IA64000892, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  8. (es) Ministère espagnol de l'agriculture, pêche et environnement, « GeoPortal », sur sig.mapama.es (consulté le 22 février 2018).
  9. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  10. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 2 avril 2021).
  11. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  12. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Saint-Jean-Pied-de-Port », sur insee.fr (consulté le 2 avril 2021).
  13. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  14. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 19 avril 2021)
  15. a b et c « Présentation de la commune », notice no IA64000874, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. a b c d et e Jean-Baptiste Orpustan, Nouvelle toponymie basque : noms des pays, vallées, communes et hameaux de Labourd, Basse-Navarre et Soule, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux 2006, 244 p. (ISBN 978-2-86781-396-2, notice BnF no FRBNF40190262).
  17. Manuscrit du XVIIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  18. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Chapitre de Bayonne - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  20. Philippe Veyrin, Les Basques : de Labourd, de Soule et de Basse-Navarre, leur histoire et leurs traditions, Grenoble, Arthaud 1975, 366 p. (ISBN 978-2-7003-0038-3, notice BnF no FRBNF34554156) page 144.
  21. « Annuaire des Mairies des Pyrénées-Atlantiques », sur Annuaire des Mairies et Institutions de France, 2006-2007 (consulté le 30 juin 2020).
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  25. {{http://www.education.gouv.fr/pid24302/annuaire-resultat-recherche.html?ecole=1&lycee_name=&localisation=1&ville_name=Arn%C3%A9guy%20%2864%29}}.
  26. « Les maisons et fermes inscrites à l'Inventaire général du patrimoine culturel », notice no IA64000957, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  27. « La maison Mikelainea », notice no IA64000894, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  28. « La maison Erretoraenea », notice no IA64000849, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  29. « La ferme Erramunenea », notice no IA64000896, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  30. « La maison Handienea », notice no IA64000893, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  31. « L'église de l'Assomption », notice no IA64000889, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Étape précédente
-- par mauvais temps ou sol enneigé --
(8 km à pied)
Saint-Jean-Pied-de-Port
Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle

(778 km jusqu'à Saint-Jacques-de-Compostelle)
Camino navarro
-- Variante par mauvais temps ou sol enneigé --
Étape suivante
-- par mauvais temps ou sol enneigé --
(3,5 km à pied)
Luzaide-Valcarlos