Saint-Vincent-de-Tyrosse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Vincent.
Saint-Vincent-de-Tyrosse
Image illustrative de l'article Saint-Vincent-de-Tyrosse
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Landes
Arrondissement Dax
Canton Pays tyrossais
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Communauté de communes de Maremne-Adour-Côte-Sud
(siège)
Maire
Mandat
Marie Aphatie
2014-2020
Code postal 40230
Code commune 40284
Démographie
Gentilé Tyrossais, Tyrossaises
Population
municipale
7 717 hab. (2014)
Densité 368 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 39′ 38″ nord, 1° 18′ 26″ ouest
Altitude Min. 7 m – Max. 61 m
Superficie 20,98 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte administrative des Landes
City locator 14.svg
Saint-Vincent-de-Tyrosse

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte topographique des Landes
City locator 14.svg
Saint-Vincent-de-Tyrosse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Vincent-de-Tyrosse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Vincent-de-Tyrosse
Liens
Site web www.ville-tyrosse.fr

Saint-Vincent-de-Tyrosse est une commune française située dans le département des Landes, en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est le chef-lieu du canton de Saint-Vincent-de-Tyrosse, composé de 11 communes.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan gascon le nom de la commune est Sent Vincenç de Tiròssa[1] [sem.bin.sens.de.ti.rɔ.sə][2]. Familièrement, elle est souvent appelé simplement Semicenç ou Tiròssa[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Elle est connue pour ses fêtes landaises, son arène, ses corridas et ses courses landaises. La ville est située sur l'ancienne route nationale 10, à égale distance de Bayonne et de Dax. Elle bénéficie de la proximité de l'océan Atlantique, lieu de passage pour se rendre sur la côte.

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-Vincent-de-Tyrosse, comme Saint-Trosse, Saint-Gor ou Saint-Geours, serait un des « faux saints » si commun dans les Landes. La première mention de la ville est faite dans un document de 843 sous l'appellation Tirosse.

En 1939, un camp d’internement est ouvert pour interner les réfugiés espagnols fuyant la dictature franquiste[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1904 1929 Alfred de Gorostarzu   Conseiller général du canton de Saint-Vincent-de-Tyrosse de 1910 à 1919
1929 1935 Pierre de Gorostarzu    
1935 1938 Georges Bellocq    
1938 1953 Gabriel Delpuech Rad.  
1953 1971 Albert Dizabo    
1971 1988 René-Jean Labat PS  
Juin 1988 Juillet 2004 Jean-Claude Sescousse PS Conseiller général du canton de Saint-Vincent-de-Tyrosse de 1998 à 2004
Juillet 2004 Mars 2014 Michèle Labeyrie PS Conseillère générale du canton de Saint-Vincent-de-Tyrosse de 2011 à 2015
2014 Mandat en cours Marie Aphatie UMP-LR Vice-présidente de la Communauté de communes de Maremne-Adour-Côte-Sud depuis 2014

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Espagne Rincón de Soto (Espagne) depuis 1997[4]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2016, le Conseil National des Villes et Villages Fleuris de France a attribué deux fleurs à la commune au Concours des villes et villages fleuris[5].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 7 717 habitants, en augmentation de 4,67 % par rapport à 2009 (Landes : 5,28 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
519 556 558 1 211 652 673 754 871 900
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 083 1 071 1 192 1 215 1 265 1 316 1 455 1 562 1 554
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 570 1 761 1 823 1 747 1 902 2 016 2 130 2 242 2 431
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
2 945 3 249 4 063 4 474 5 075 5 360 5 955 7 585 7 717
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Après la crise, le retour au développement économique. Saint-Vincent-de-Tyrosse dispose d'un tissu économique diversifié. Forte d'une longue tradition industrielle avec ses usines de chaussure et de traitement du bois, la ville a subi de plein fouet la crise qui a affecté le secteur industriel au début des années 1990. Victimes de la concurrence des pays aux coûts de main-d'œuvre dérisoires, les deux entreprises de fabrication de chaussure, principaux employeurs de la ville, sont contraintes de supprimer près de 400 emplois. C'est toute l'économie du pays tyrossais qui est sinistrée. Cet avenir morose s'est éclairé dès le début des années 2000. La transformation de la ville (réaménagement de l'avenue Nationale et du centre ville) et l'extension de la zone artisanale et industrielle de Casablanca lui ont donné un nouvel essor, concrétisé par une croissance démographique importante. Le secteur tertiaire s'y est fortement développé ces dix dernières années et l'offre commerciale et de services y est conséquente et variée. Vingt-quatre nouveaux commerçants ont été recensés en 2010 et la communauté de communes MACS a prévendu une douzaine de lots dans la zone d'activité économique Terreblanque dont elle est propriétaire.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Treize joueurs de rugby internationaux formés dans ce club dont l'esprit a acquis une renommée nationale :

  • Pierre Daulouede : né le 27/07/1909 à Labenne. Décédé le 01/01/1997. Pilier. Clubs successifs : U.S. TYROSSE. 4 sélections de 1937 à 1940.
  • Louis Junquas : né le 11/09/1920 à Tyrosse. Décédé le 23/05/2002. Centre. Clubs successifs : U.S. TYROSSE, A. BAYONNE, LYON O.U.. 13 sélections de 1945 à 1948. 8 fois capitaine.
  • André Alvarez : né le 26/05/1923 à Bayonne. Décédé le 27/08/2005. Arrière et ouvreur. Clubs successifs : A. BAYONNE, R.C. FRANCE, U.S. TYROSSE. 20 sélections de 1945 à 1951.
  • Pierre Dizabo : né le 04/10/1929 à Tyrosse. Décédé le 24/09/2002. Centre et ouvreur. Clubs successifs : U.S. TYROSSE, R.C. FRANCE, C.A. BEGLES. 13 sélections de 1948 à 1960.
  • Guy Camberabero : né le 17/05/1936 à Tyrosse. Ouvreur. Clubs successifs : U.S. TYROSSE, LA VOULTE S.. 14 sélections de 1961 à 1968.
  • Lilian Camberabero : né le 15/07/1937 à Tyrosse. Demi de mêlée. Clubs successifs : U.S. TYROSSE, LA VOULTE S.. 14 sélections de 1961 à 1968.
  • Jean-Joseph Rupert : né le 07/03/1938 à Saint Jean-de-Marsacq. Troisième ligne aile. Clubs successifs : U.S. TYROSSE. 15 sélections de 1963 à 1968.
  • Jean-Pierre Lux : né le 09/01/1946 à Tyrosse. Centre. Clubs successifs : U.S. TYROSSE, U.S. DAX. 47 sélections de 1967 à 1975.
  • André Dubertrand : né le 25/04/1950 à Saubion. Ailier. Clubs successifs : U.S. TYROSSE, A.S. MONTFERRAND. 13 sélections de 1971 à 1976.
  • Michel Duffranc : né le 01/01/1956 à Bayonne. Centre. Clubs successifs : U.S. TYROSSE, STADE MONTOIS, U.S. TYROSSE. 1 sélection en 1979.
  • Guy Accoceberry : né le 15/05/1967 à Vittel. Demi de mêlée. Clubs successifs : U.S. TYROSSE, C.A. BEGLES. 19 sélections de 1994 à 1997.
  • Christophe Milhères : né le 03/01/1972 à Bayonne. Troisième ligne aile. Clubs successifs :U.S. TYROSSE, MERIGNAC, U.S. DAX, BIARRITZ O, U.S. DAX. 1 sélection en 2001.
  • François Gelez : né le 15/01/1979 à Bayonne. Ouvreur. Clubs successifs : U.S. TYROSSE, S.U. AGEN. 7 sélections de 2001 à 2003.

Mais aussi :

  • André Barthe : né le 11/04/1910 à Saint-Vincent de Tyrosse. Champion de France de moto 500 cm3 en 1936.
  • Hugo Viney-Thomas : né le 01/12/1991 à Dax. Champion de France des écarteurs de course landaise 2009.

Naissances à Saint-Vincent-de-Tyrosse[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

La vie locale est à son apogée lors des fêtes qui se déroulent du troisième vendredi au quatrième mardi de juillet et celles-ci ne sont pas moins que les troisièmes des Landes en fréquentation après celles de Mont-de-Marsan (préfecture) et de Dax (sous-préfecture). La ville est membre de l'Union des villes taurines françaises.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Site sur la Toponymie occitane
  2. a et b http://www.gasconha.com/spip.php?page=loc&id_loc=8014
  3. René Grando, Jacques Queralt, Xavier Febrés, Camps du mépris : des chemins de l’exil à ceux de la Résistance (1939-1945). 500 000 républicains d’Espagne indésirables en France, Llibres del Trabucaire, Perpignan, 1991, 2e édition. (ISBN 2-905828-32-3), p. 62
  4. Annuaire des villes jumelées
  5. Site des villes et villages fleuris, consulté le 22 décembre 2016.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]