Bassussarry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bassussarry
Bassussarry
La mairie à l'été 2019.
Blason de Bassussarry
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Bayonne
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays Basque
Maire
Mandat
Michel Lahorgue
2020-2026
Code postal 64200
Code commune 64100
Démographie
Gentilé Basusartar
Population
municipale
3 261 hab. (2020 en augmentation de 24,13 % par rapport à 2014)
Densité 501 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 26′ 50″ nord, 1° 30′ 38″ ouest
Altitude Min. 2 m
Max. 85 m
Superficie 6,51 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Bayonne (partie française)
(banlieue)
Aire d'attraction Bayonne (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Ustaritz-Vallées de Nive et Nivelle
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Bassussarry
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Bassussarry
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques
Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
Bassussarry
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
Bassussarry
Liens
Site web www.bassussarry.fr

Bassussarry (prononcé [basysaʁi]) est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont Ustaritz, Anglet, Arcangues, Bayonne, Villefranque et Arbonne.

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte

La commune de Bassussarry se trouve dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine[1].

Elle se situe à 119 km par la route[Note 1] de Pau[2], préfecture du département, à 8 km de Bayonne[3], sous-préfecture, et à 11 km d'Ustaritz[4], bureau centralisateur du canton d'Ustaritz-Vallées de Nive et Nivelle dont dépend la commune depuis 2015 pour les élections départementales[1]. La commune fait en outre partie du bassin de vie de Bayonne[1].

Les communes les plus proches[Note 2] sont[5] : Arcangues (1,3 km), Arbonne (3,6 km), Anglet (4,2 km), Arbonne (4,9 km), Biarritz (5,3 km), Saint-Pierre-d'Irube (5,4 km), Bayonne (5,8 km), Ahetze (6,6 km).

Sur le plan historique et culturel, Bassussarry fait partie de la province du Labourd, un des sept territoires composant le Pays basque[Note 3],[6]. Le Labourd est traversé par la vallée alluviale de la Nive et rassemble les plus beaux villages du Pays basque[7]. Depuis 1999, l'Académie de la langue basque ou Euskalzaindia divise le territoire du Labourd en six zones[8],[9]. La commune est dans la zone 'Lapurdi Erdialdea (Labourd-Centre)[10], au centre de ce territoire.

Communes limitrophes de Bassussarry[11]
Anglet Bayonne
Bassussarry Villefranque
Arcangues Ustaritz

Quartiers[modifier | modifier le code]

Deux quartiers composent la commune de Bassussarry[12] :

  • Église (L') ;
  • Urdaintz.

Autres toponymes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Bassussarry.

La commune est drainée par la Nive, urdainzko erreka, harrietako erreka, petaburuko erreka, et par divers petits cours d'eau, constituant un réseau hydrographique de 12 km de longueur totale[14],[Carte 1].

La Nive, d'une longueur totale de 79,3 km, naît au pied du Mendi Zar (1 323 m), au-delà de la frontière espagnole, sous le nom de Harpeko erreka, et s'écoule du sud-est vers le nord-ouest. Elle traverse la commune et se jette dans l'Adour à Bayonne, après avoir traversé 20 communes[15].

Climat[modifier | modifier le code]

Historiquement, la commune est exposée à un micro climat océanique basque[16]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat de montagne et est dans la région climatique Pyrénées atlantiques, caractérisée par une pluviométrie élevée (>1 200 mm/an) en toutes saisons, des hivers très doux (7,5 °C en plaine) et des vents faibles[17].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 13,9 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 12,6 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 369 mm, avec 13,4 jours de précipitations en janvier et 8,3 jours en juillet[18]. Pour la période 1991-2020 la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune d'Anglet à 4 km à vol d'oiseau[19], est de 14,5 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 473,6 mm[20],[21]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[22].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[23],[24]. Un espace protégé est présent sur la commune : la réserve naturelle régionale de l'Étang de Chourroumillas, d'une superficie de 7,6 ha[25].

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des Directives « Habitats » et « Oiseaux », constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 4]. Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la « directive Habitats » : « la Nive »[27], d'une superficie de 9 473 ha, un des rares bassins versants à accueillir l'ensemble des espèces de poissons migrateurs du territoire français, excepté l'Esturgeon européen[28],[Carte 2].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Une ZNIEFF de type 1[Note 5] est recensée sur la commune[29],[Carte 3] : l'« étang de Xurrumilatx et ses abords » (17,57 ha), couvrant 2 communes du département[30] et une ZNIEFF de type 2[Note 6],[29],[Carte 4] : le « réseau hydrographique des Nives » (3 596,23 ha), couvrant 33 communes du département[31].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Bassussarry est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 7],[32],[33],[34]. Elle appartient à l'unité urbaine de Bayonne (partie française), une agglomération internationale dont la partie française regroupe 30 communes[35] et 251 520 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[36],[37].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bayonne (partie française) dont elle est une commune de la couronne[Note 8]. Cette aire, qui regroupe 56 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[38],[39].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (54,3 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (14,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (29,7 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (24,6 %), forêts (22,2 %), terres arables (12,4 %), prairies (9,5 %), zones agricoles hétérogènes (1,6 %)[40]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 5].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Bassussarry est desservie par les routes départementales D 254, D 755 et D 932. Les lignes 860 (Bayonne - Cambo-les-Bains et 880 (Bayonne - Arbonne) du réseau interurbain des Pyrénées-Atlantiques y possèdent un arrêt.

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Bassussarry est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), inondations et séisme (sismicité modérée). Il est également exposé à un risque technologique, le transport de matières dangereuses, et à un risque particulier : le risque de radon[41]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[42].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Certaines parties du territoire communal sont susceptibles d’être affectées par le risque d’inondation par une crue torrentielle ou à montée rapide de cours d'eau, notamment la Nive. La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1983, 1993, 2007, 2009, 2013, 2014, 2018, 2019 et 2021[43],[41].

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Bassussarry.

Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie[44]. 67,7 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (59 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national)[Carte 6]. Depuis le , en application de la loi ELAN, différentes contraintes s'imposent aux vendeurs, maîtres d'ouvrages ou constructeurs de biens situés dans une zone classée en aléa moyen ou fort[Note 9],[45].

Concernant les mouvements de terrains, la commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par la sécheresse en 1989, 1990, 1998, 2003 et 2005 et par des mouvements de terrain en 2013 et 2018[41].

Risque particulier[modifier | modifier le code]

Dans plusieurs parties du territoire national, le radon, accumulé dans certains logements ou autres locaux, peut constituer une source significative d’exposition de la population aux rayonnements ionisants. Selon la classification de 2018, la commune de Bassussarry est classée en zone 2, à savoir zone à potentiel radon faible mais sur lesquelles des facteurs géologiques particuliers peuvent faciliter le transfert du radon vers les bâtiments[46].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes[modifier | modifier le code]

Le toponyme Bassussarry apparaît sous les formes Bila Nave quœ vocatur Bassessari, Bassessarri, Bacessari et Bassissari (respectivement vers 1150[13], 1186[13], 1188[47], 1194[47], 1235[47], 1249[47], 1256[13] et XIIIe siècle[13], cartulaire de Bayonne[48]), Bila nave que nunc dicitur Bassessarri (1170[47]), Bassissarri (1265[47]), Sanctus Bartholomeus de Bassussary et Bassussarits (respectivement 1768[13] et 1771[13], collations du diocèse de Bayonne[49]), Bassussary (1801[50], Bulletin des lois) et Basusarri[51] au XIXe siècle.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste Orpustan[47] propose la structure baso, « forêt », et sarri, « dense, serré », et donc la signification « forêt dense ».

Autres toponymes[modifier | modifier le code]

Urdains désigne un château, mentionné sous les graphies Urdaidz (1255[13], cartulaire de Bayonne[48]), Urdainz (1402[13], titres de Navarre[52]) et Ourdains (1739[13], pouillé de Bayonne[53]).

Noms basque[modifier | modifier le code]

Le nom basque de Bassussarry est Basusarri. Il fut normalisé par l'Académie de la langue basque le 30 mars 2000[54].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1813, Bassussarry fut le théâtre d'une bataille, dans le cadre de la guerre d'indépendance espagnole, qui opposa le 10 décembre le général Suchet aux Hispano-Britanniques.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules à deux palombes d'argent rangées en pal ; parti de sinople à trois feuilles de chêne d'argent ; 2 et 1 ; au chef cousu de sable chargé d'une onde d'argent[55].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Georges Pénaud   Médecin
2020 Paul Baudry UMP puis DVD[56] Entrepreneur
2e vice-président de la communauté d'agglomération du Pays Basque (2017 → )
2020 En cours Michel Lahorgue Divers Droite  

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Bassussarry fait partie de six structures intercommunales :

  • la communauté d'agglomération du Pays Basque ;
  • le SIVOM d'Arbonne - Arcangues - Bassussarry, dont elle abrite le siège ;
  • le syndicat d'énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal pour la gestion du centre Txakurrak ;
  • le syndicat intercommunal pour le soutien à la culture basque ;
  • le syndicat mixte de la Nive maritime.

La commune adhère également à l'Eurocité basque Bayonne - San Sebastián.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Le gentilé est Basusartar[57],[58].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[59]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[60].

En 2020, la commune comptait 3 261 habitants[Note 10], en augmentation de 24,13 % par rapport à 2014 (Pyrénées-Atlantiques : +3 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
263224276342332382424447411
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
456467486398452401366358384
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
420404386331343342342331349
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
3504837158901 0561 8172 3162 3772 420
2014 2019 2020 - - - - - -
2 6273 2313 261------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[50] puis Insee à partir de 2006[61].)
Histogramme de l'évolution démographique

La commune fait partie de l'aire urbaine de Bayonne.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une école primaire publique[62].

Économie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine linguistique[modifier | modifier le code]

Carte des sept provinces basques (1), 1863
Carte des sept provinces basques (2), 1863

Les deux versions de la Carte des sept provinces basques montrant la délimitation actuelle de l'euscara en dialectes, sous-dialectes et variétés dressée en 1863 par le prince Louis-Lucien Bonaparte placent Bassussarry dans l'aire bascophone. Le dialecte parlé localement est le bas-navarrais oriental.

Le Recueil de linguistique et de toponymie des Pyrénées réalisé en 1887 par Julien Sacaze nous livre pour Bassussarry une version en basque, composée d'une traduction de deux textes mythologiques, ainsi que d'une liste des micro-toponymes de la commune.

Le Recueil des idiomes de la région gasconne réalisé en 1894 par le linguiste Édouard Bourciez nous livre pour Bassussarry une version de la parabole de l'enfant prodigue traduite en gascon.

Dans sa correspondance adressée à Julien Vinson et datée de 1904, le capitaine Jean-Baptiste Darricarrère livre plusieurs éléments précis sur la situation linguistique des environs de Bayonne. Selon lui, " il y a [...] autant à Bassussarry qu’à Saint-Pierre-d’Irube (bien moins à Arcangues et à Mouguerre) des Gascons de naissance, c’est-à-dire des gens parlant gascon de père en fils, et n’apprenant le français qu’à l’école. Mais il y a aussi dans ces villages, qui commercent tous les jours avec Bayonne ou Biarritz, beaucoup de Basques qui parlent également et fort bien le gascon et le basque.

La carte du Pays basque français dressée en 1943 par Maurice Haulon laisse apparaître la "démarcation actuelle entre la langue basque et les dialectes romans", incluant la commune de Bassussarry dans l'aire bascophone.

D'après la Morfología del verbo auxiliar vasco [morphologie du verbe auxiliaire basque], Bassussarry est située dans l'aire bascophone, et plus précisément de dialecte bas-navarrais. Son auteur Pedro de Yrizar estime dans les années 1970-1972 le nombre de locuteurs basques à 27.5%, soit l'un des taux les plus faibles du Labourd.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Barthélemy[63] fut reconstruite à la fin du XIXe siècle. Elle est inscrite à l'Inventaire général du patrimoine culturel.

Équipements[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une école primaire, d'une crèche.

Santé[modifier | modifier le code]

Le secteur de la santé est représenté avec des médecins généralistes, kinésithérapeutes, pédicures-podologues et ostéopathes. Une pharmacie est présente au bourg de la ville. Des chirurgiens dentistes, orthophonistes, infirmières et psychologues assurent aussi cette fonction.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Nées au XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Nées au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Nées au XXe siècle[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes par la voie routière et évaluées à l'aide d'un calculateur d'itinéraires.
  2. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes à vol d'oiseau.
  3. Le Pays basque comprend sept provinces dont trois au nord qui forment le pays basque français : le Labourd, la Soule et la Basse-Navarre.
  4. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[26].
  5. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  6. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  7. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  8. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  9. Dans les zones classées en aléa moyen ou fort, différentes contraintes s'imposent :
    • au vendeur d'informer le potentiel acquéreur du terrain non bâti de l’existence du risque RGA ;
    • au maître d’ouvrage, dans le cadre du contrat conclu avec le constructeur ayant pour objet les travaux de construction, ou avec le maître d'œuvre, le choix entre fournir une étude géotechnique de conception et le respect des techniques particulières de construction définies par voie réglementaire ;
    • au constructeur de l'ouvrage qui est tenu, soit de suivre les recommandations de l’étude géotechnique de conception, soit de respecter des techniques particulières de construction définies par voie réglementaire.
  10. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.
  • Cartes
  1. « Carte hydrographique de Bassussarry » sur Géoportail (consulté le 10 août 2021)..
  2. « Sites Natura 2000 de types sites d'intérêt communautaire (SIC) (Directive Habitats) de la commune de Bassussarry », sur www.geoportail.gouv.fr.
  3. « ZNIEFF de type I sur la commune de Bassussarry », sur www.geoportail.gouv.fr (consulté le ).
  4. « ZNIEFF de type II sur la commune de Bassussarry », sur www.geoportail.gouv.fr (consulté le ).
  5. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).
  6. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Métadonnées de la commune de Bassussarry », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  2. Stephan Georg, « Distance entre Bassussarry et Pau », sur fr.distance.to (consulté le ).
  3. Stephan Georg, « Distance entre Bassussarry et Bayonne », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. Stephan Georg, « Distance entre Bassussarry et Ustaritz », sur fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Communes les plus proches de Bassussarry », sur www.villorama.com (consulté le ).
  6. Frédéric Zégierman, Le guide des pays de France - Sud, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59961-0), p. 22.
  7. Frédéric Zégierman, Le guide des pays de France - Sud, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59961-0), p. 25.
  8. « Toponymes », sur le site de l'Académie de la langue basque (consulté le ).
  9. (eu) Euskal Herriko udalerrien zerrenda alfabetikoa (Liste alphabétique des communes du Pays basque).
  10. Lapurdi Erdialdea (-a) (Lapurdi) : toponymes sur le site de l'Académie de la langue basque.
  11. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v et w Géoportail - IGN, « Géoportail », (consulté le ).
  12. Généalogie et Histoire des Familles, « Cadastre napoléonien Labourd / Bassussarry », (consulté le ).
  13. a b c d e f g h i et j Paul Raymond, Dictionnaire topographique du département des Basses-Pyrénées, Paris, Imprimerie Impériale, , 208 p. (BNF 31182570, lire en ligne)..
  14. « Fiche communale de Bassussarry », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Aquitaine (consulté le ).
  15. Sandre, « la Nive ».
  16. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (ORACLE) en Nouvelle-Aquitaine. » [PDF], sur haute-vienne.chambre-agriculture.fr, (consulté le ), p. 2
  17. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  18. Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  19. « Orthodromie entre Bassussarry et Anglet », sur fr.distance.to (consulté le ).
  20. « Station Météo-France « Biarritz-Pays-Basque » (commune d'Anglet) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  21. « Station Météo-France « Biarritz-Pays-Basque » (commune d'Anglet) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  22. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  23. « Les espaces protégés. », sur le site de l'INPN (consulté le ).
  24. « Liste des espaces protégés sur la commune », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  25. « l'« Étang de Chourroumillas » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  26. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  27. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Bassussarry », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  28. « site Natura 2000 FR7200786 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  29. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Bassussarry », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  30. « ZNIEFF l'« étang de Xurrumilatx et ses abords » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  31. « ZNIEFF le « réseau hydrographique des Nives » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  32. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  33. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  34. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  35. « Unité urbaine 2020 de Bayonne (partie française) », sur insee.fr (consulté le ).
  36. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  37. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  38. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Bayonne (partie française) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  39. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  40. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  41. a b et c « Les risques près de chez moi - commune de Bassussarry », sur Géorisques (consulté le ).
  42. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le ).
  43. « Dossier départemental des risques majeurs des Pyrénées-Atlantiques », sur www.pyrenees-atlantiques.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque inondation.
  44. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le ).
  45. « Sols argileux, sécheresse et construction », sur www.ecologie.gouv.fr (consulté le ).
  46. « Cartographie du risque radon en France. », sur le site de l’IRSN, (consulté le ).
  47. a b c d e f et g Jean-Baptiste Orpustan, Nouvelle toponymie basque, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux 2006, , 244 p. (ISBN 978-2-86781-396-2, présentation en ligne).
  48. a et b Cartulaire de Bayonne ou Livre d'Or - Manuscrit du XIVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  49. Manuscrits des XVIIe et XVIIIe siècles - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  50. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  51. Pierre Lhande, Dictionnaire basque-français, 1926
  52. Titres du royaume de Navarre - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  53. Manuscrits du XVIIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  54. Euskaltzaindia, « Lapurdiko udal izendegia » [PDF], sur www.euskaltzaindia.eus (consulté le ).
  55. Guy Ascarat
  56. « Annuaire des Mairies des Pyrénées-Atlantiques », sur Annuaire des Mairies et Institutions de France, 2006-2007 (consulté le ).
  57. Gentilé sur habitants.fr
  58. Euskaltzaindia - Académie de la langue basque
  59. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  60. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  61. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  62. {{http://www.education.gouv.fr/pid24302/annuaire-resultat-recherche.html?ecole=1&lycee_name=&localisation=1&ville_name=Bassussarry%20%2864%29}}.
  63. « L'église Saint-Barthélemy », notice no IA64000718, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  64. Entretien de Christophe Hondelatte accordé au Journal du Pays basque du 24/01/2009 "Moi qui ai grandi à Bassussaury..."