Trois-Villes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Trois-Villes.
Trois-Villes
La mairie de Trois-Villes. Le nom basque Herriko etchea (mairie) figure sur la façade.
La mairie de Trois-Villes. Le nom basque Herriko etchea (mairie) figure sur la façade.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Oloron-Sainte-Marie
Canton Montagne Basque
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays Basque
Maire
Mandat
Jean Etchemendy
2014-2020
Code postal 64470
Code commune 64537
Démographie
Gentilé Iruritar
Population
municipale
143 hab. (2014)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 08′ 03″ nord, 0° 52′ 32″ ouest
Altitude Min. 195 m
Max. 793 m
Superficie 6,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Trois-Villes

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Trois-Villes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Trois-Villes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Trois-Villes

Trois-Villes (Iruri en basque), est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine.

Le gentilé est Iruritar[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Trois-Villes fait partie de la Soule. la commune est accessible par la route départementale RD 918.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune sont arrosées[2] par le Saison, qui alimente plus loin le gave d'Oloron, et ses affluents :

  • le Charoko erreka ;
  • l'Ibarra erreka et son tributaire :
    • l'Ihixart erreka ;
  • le ruisseau de Laritolle ;
  • l'Okhinabarre erreka.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Sept quartiers composent la commune de Trois-Villes[3] :

  • Eiheraltea (Eyheraltia sur les cartes IGN) ;
  • Gañeko hiria ;
  • Gatieta ;
  • Intxauspealtea (ou Peko elgea ;
  • Inchauspe sur les cartes IGN) ;
  • Paxerregia (Pacheraguia sur les cartes IGN) ;
  • Peko hiria ;
  • Okhinabarre.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes[modifier | modifier le code]

Le toponyme Trois-Villes apparaît[4] sous les formes Tres-Bielles (1475, contrats d'Ohix[5]) et Troisvilles (1863, dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[4].

Graphie basque[modifier | modifier le code]

Son nom basque actuel est Iruri[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[4] note que la commune était un ancien comté.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2003 Jean Uthurry    
2003 2008 Jean-Pierre Charo    
2008 2014 Jean-Pierre Charo    
2014 en cours Jean Etchemendy    

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de huit structures intercommunales[6] :

  • la communauté de communes de Soule-Xiberoa ;
  • le SIGOM ;
  • le SIVOM du canton de Tardets ;
  • le SIVU chargé du tourisme en Haute-Soule et Barétous ;
  • le syndicat AEP du pays de Soule ;
  • le syndicat d'assainissement du pays de Soule ;
  • le syndicat d'énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal pour le soutien à la culture basque.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 143 habitants, en augmentation de 12,6 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Atlantiques : 2,53 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
286 290 331 331 336 364 383 382 351
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
327 336 305 389 274 291 284 282 284
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
295 267 250 215 220 226 216 207 184
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
167 160 167 145 151 148 132 136 143
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le château de Trois-Villes, connu sous le nom de château d'Eliçabéa, résidence de la famille d'Andurain[11] datant du XVIIe siècle, est classé aux monuments historiques depuis 1986.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Événements sportifs[modifier | modifier le code]

La commune se situe sur le trajet de la 16e étape du Tour de France 2007 qui y est passé le 25 juillet. Le parcours de 218 kilomètres reliait Orthez à Gourette - Col d'Aubisque.

Équipements[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Portrait du comte de Tréville par Le Nain. Le Comte de Tréville fit construire le château de Trois-Villes appartenant aujourd'hui à Madame d'Andurain. La trace du tableau de Le Nain, vendu dans les années 50, s'est perdue.

Jean-Armand du Peyrer, comte de Tréville (ou de Troisville), connu sous le nom de M. de Tréville, lieutenant-capitaine de la compagnie des mousquetaires sous Louis XIII et personnage d'Alexandre Dumas, dans Les Trois Mousquetaires. Il faisa construire le Château d'Eliçabéa, situé sur la commune, entre 1660 et 1663[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Euskaltzaindia - Académie de la langue basque
  2. Fiche du Sandre sur Trois-Villes
  3. [1]
  4. a, b et c Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque - Paul Raymond
  5. Contrats retenus par Ohix, notaire de Soule - Manuscrit du XVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  6. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 20 juin 2014)
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. Ministère de la culture, base Mérimée - Fiche sur le château d'Eliçabea
  12. « Notice du château d'Eliçabéa », notice no PA00084535, base Mérimée, ministère français de la Culture

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]