Aller au contenu

Lecumberry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lecumberry
Lecumberry
L'église Saint-Martin.
Blason de Lecumberry
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Bayonne
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays Basque
Maire
Mandat
Joseph Goyheneix
2020-2026
Code postal 64220
Code commune 64327
Démographie
Gentilé Lekunberritar
Population
municipale
173 hab. (2021 en augmentation de 1,76 % par rapport à 2015)
Densité hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 08′ 10″ nord, 1° 08′ 31″ ouest
Altitude Min. 247 m
Max. 1 468 m
Superficie 58,09 km2
Type Commune rurale à habitat dispersé
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Saint-Jean-Pied-de-Port
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Montagne Basque
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Lecumberry
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Lecumberry
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques
Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
Lecumberry
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
Lecumberry

Lecumberry [lekumbeʁi] est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine.

Le gentilé est Lekunberritar[1].

Géographie

[modifier | modifier le code]

Localisation

[modifier | modifier le code]
Carte
Carte de la commune avec localisation de la mairie.

La commune de Lecumberry se trouve dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine et est frontalière avec l'Espagne (Communauté forale de Navarre)[2].

Elle se situe à 119 km par la route[Note 1] de Pau[3], préfecture du département, à 62 km de Bayonne[4], sous-préfecture, et à 43 km de Mauléon-Licharre[5], bureau centralisateur du canton de Montagne Basque dont dépend la commune depuis 2015 pour les élections départementales[2]. La commune fait en outre partie du bassin de vie de Saint-Jean-Pied-de-Port[2].

Les communes les plus proches[Note 2] sont[6] : Mendive (1,0 km), Béhorléguy (2,1 km), Ahaxe-Alciette-Bascassan (2,5 km), Bussunarits-Sarrasquette (4,1 km), Aincille (4,4 km), Hosta (5,2 km), Saint-Jean-le-Vieux (5,3 km), Estérençuby (5,5 km).

Sur le plan historique et culturel, Lecumberry fait partie de la province de la Basse-Navarre, un des sept territoires composant le Pays basque[Note 3],[7]. La Basse-Navarre en est la province la plus variée en ce qui concerne son patrimoine, mais aussi la plus complexe du fait de son morcellement géographique[8]. Depuis 1999, l'Académie de la langue basque ou Euskalzaindia divise la Basse-Navarre en six zones[9],[10]. La commune est dans le pays de Cize (Garazi), au sud-est de ce territoire.

La commune est frontalière avec l'Espagne (Navarre), au sud.

Communes limitrophes

[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont Ahaxe-Alciette-Bascassan, Béhorléguy, Bussunarits-Sarrasquette, Estérençuby, Hosta, Larrau, Mendive, Orbaizeta et Ochagavía-Otsagabia.

Paysages et relief

[modifier | modifier le code]

L'Errozate, 1 345 mètres, est un mont situé sur les communes d'Estérençuby et de Lecumberry.

Le Mokorreta, 680 mètres, mont au sud de Lecumberry.

Hydrographie

[modifier | modifier le code]
Réseaux hydrographique et routier de Lecumberry.

Ses terres sont arrosées[13] par des tributaires de la Nive, le Laurhibar (et par les affluents de celui-ci, l'Esteneko erreka et l'Etcheberriko erreka) et le ruisseau l'Ampro (et par les tributaires de celui-ci, l'Uritchondoko erreka et le Lapurdieko erreka, alimenté lui-même sur la commune par l'Artekoheguiko erreka et par l'affluent de ce dernier, le Maluzaharreko erreka).

La commune est aussi arrosée par l'Irati[14] et par ses affluents, le ruisseau de Sourzay, Léherreko erreka, Oraatéko erreka, Patarbeltcheko erreka, Larreluchéko erreka, Arpiako erreka et Uthurkokotséko erreka.

Archilondoko erreka coule également sur le territoire de la commune, accompagné de ses tributaires, Churruztako erreka, Contracharoko erreka, Toscako erreka, Iraunabako erreka (et par l'affluent de celui-ci, Muskuldyko erreka) et Murgatzaguiko erreka.

Chiripisiako erreka, et son tributaire, Gasnateguiko erreka, traversent aussi la commune.

L'Irati et Archilondoko erreka sont sur le bassin versant méditerranéen (bassin de l'Èbre), et font de Lecumberry la commune de France, avec Mendive, où celui-ci est le plus proche de l'océan Atlantique (60 km depuis la D 301, du petit col d'Iraukotuturru où passe aussi le GR 10, au sud-ouest de Mendiondo[15]).

Historiquement, la commune est exposée à un micro climat océanique basque[16]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat de montagne et est dans la région climatique Pyrénées atlantiques, caractérisée par une pluviométrie élevée (>1 200 mm/an) en toutes saisons, des hivers très doux (7,5 °C en plaine) et des vents faibles[17].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 13,1 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 12,8 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 585 mm, avec 12,8 jours de précipitations en janvier et 9,8 jours en juillet[18]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Mendive à 1 km à vol d'oiseau[19], est de 14,1 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 523,7 mm[20],[21]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[22].

Patrimoine environnemental

[modifier | modifier le code]

La grotte de Mikelauensilo (0,1 ha) est l'une des rares habitée par des chauves-souris.

Elle se compose de deux salles : l'une qui peut abriter 200 brebis, l'autre, plus petite, est accessible par un petit orifice au fond de la pièce principale.
Un tunnel, qui part aussi de la pièce principale, permet de ressortir dans la montagne 80 à 100 mètres plus bas.
Le sentier qui y mène part de la maison Laharrakia.
L'histoire dit qu'un jour des contrebandiers des environs détenaient en instance de "passage" 200 brebis cachées dans cette grotte. Les douaniers connaissaient leur existence mais pas le lieu. Les contrebandiers allèrent tous au marché de Saint-Jean-Pied-de-Port et firent la fête avec les douaniers, pendant que les filles du village passaient les brebis.
C'est un des sites du conservatoire régional des espaces naturels des Pyrénées.
Cette grotte a donné lieu à un rapport de la SFEPM sur la vie des chauves-souris[23].

La forêt d'Iraty couvre 17 300 hectares répartis entre la Soule (Larrau), la Basse-Navarre (Mendive et Lecumberry) et la Navarre.

Milieux naturels et biodiversité

[modifier | modifier le code]

Réseau Natura 2000

[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des Directives « Habitats » et « Oiseaux », constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 4]. Six sites Natura 2000 ont été définis sur la commune au titre de la « directive Habitats »[25],[Carte 1] :

  • les « montagnes du pic des Escaliers », d'une superficie de 8 600 ha, présentant une flore très diversifiée marquée par une nette influence atlantique et montagnarde. Cependant, les versants exposés au Sud Sud-Est et Est abritent une flore thermophile remarquable[26] ;
  • la « forêt d'Iraty », d'une superficie de 2 500 ha, abritant des espèces d’intérêt communautaire caractéristiques des vielles forêts comme Rhysodes sulcatus et Rosalia alpina mais aussi des espèces des cours d’eau comme Galemys pyrenaicus et Lutra lutra[27] ;
  • « la Nive », d'une superficie de 9 473 ha, un des rares bassins versants à accueillir l'ensemble des espèces de poissons migrateurs du territoire français, excepté l'Esturgeon européen[28] ;
  • le « massif des Arbailles », d'une superficie de 12 784 ha, présentant une flore très diversifiée marquée par une nette influence atlantique et montagnarde. Cependant, les versants exposés au Sud Sud-Est et Est abritent une flore thermophile remarquable[29] ;
  • les « montagnes de Saint-Jean-Pied-de-Port », d'une superficie de 11 760 ha, une montagne à estives, espaces pastoraux d’altitude (au-dessus de 800-900 m) ouverts sur de vastes étendues[30] ;
  • « la Bidouze (cours d'eau) », d'une superficie de 2 570 ha, un vaste réseau hydrographique drainant les coteaux du Pays basque[31] et deux au titre de la « directive Oiseaux »[25],[Carte 2] :
  • la « Haute Soule : forêt d'Iraty, Orgambidexka et Pic des Escaliers », d'une superficie de 5 584 ha, un massif très vaste à très grande diversité d'habitats et d'espèces. La varité des milieux et l'étagement altitudinal offre de bonnes conditions pour l'accueil de l'avifaune pyrénéenne[32] ;
  • la « haute Cize : Pic d'Herrozate et forêt d'Orion », d'une superficie de 6 374 ha[33].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique

[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Trois ZNIEFF de type 1[Note 5] sont recensées sur la commune[34],[Carte 3] :

  • le « bassin versant de l'Irati : forêt de hêtre, zones tourbeuses et affleurements rocheux » (5 371,47 ha), couvrant 3 communes du département[35] ;
  • la « grotte de Mikelauenzilo et alentours » (7 568,16 ha), couvrant 7 communes du département[36],
  • la « Haute Cize : forêt d'Orion et sommet d'Erozate » (2 703,85 ha), couvrant 4 communes du département[37] ;

et cinq ZNIEFF de type 2[Note 6],[34],[Carte 4] :

  • la « Haute-Soule » (26 095,69 ha), couvrant 9 communes du département[38] ;
  • les « landes, bois et prairies du bassin de la Bidouze » (11 263,46 ha), couvrant 25 communes du département[39] ;
  • le « massif des Arbailles » (14 782,04 ha), couvrant 13 communes du département[40];
  • les « montagnes de Saint-Jean-Pied-de-Port » (14 133,83 ha), couvrant 9 communes du département[41];
  • le « réseau hydrographique des Nives » (3 596,23 ha), couvrant 33 communes du département[42];

Au , Lecumberry est catégorisée commune rurale à habitat dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[43]. Elle est située hors unité urbaine[2]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Jean-Pied-de-Port, dont elle est une commune de la couronne[Note 7],[2]. Cette aire, qui regroupe 22 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[44],[45].

Occupation des sols

[modifier | modifier le code]
Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (94,4 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (94,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (54,2 %), forêts (38,3 %), zones agricoles hétérogènes (4,1 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (1,9 %), prairies (1,4 %)[46]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 5].

Lieux-dits et hameaux

[modifier | modifier le code]
  • Aborréta
  • Ahatekarrika
  • Bordas d'Iritzarrazquy
  • Cabanes d'Egurguy
  • Etchemcimborda
  • Gastellu
  • Gastellucomalda
  • Janits
  • Latartza ou Latartze
  • Mendiondo

Voies de communication et transports

[modifier | modifier le code]

Lecumberry est desservie par la route D 18.

Risques majeurs

[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Lecumberry est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), inondations, feux de forêts, mouvements de terrains et séisme (sismicité moyenne). Il est également exposé à un risque particulier : le risque de radon[47]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[48].

Risques naturels

[modifier | modifier le code]

Certaines parties du territoire communal sont susceptibles d’être affectées par le risque d’inondation par une crue torrentielle ou à montée rapide de cours d'eau, notamment l'Esterenguibel, le Laurhibar et l'Iratiko erreka. La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982, 1983, 2009 et 2014[49],[47].

Lecumberry est exposée au risque de feu de forêt. En 2020, le premier plan de protection des forêts contre les incendies (PDPFCI) a été adopté pour la période 2020-2030[50]. La réglementation des usages du feu à l’air libre et les obligations légales de débroussaillement dans le département des Pyrénées-Atlantiques font l'objet d'une consultation de public ouverte du 16 septembre au 7 octobre 2022[51],[52].

Les mouvements de terrains susceptibles de se produire sur la commune sont des affaissements et effondrements liés aux cavités souterraines (hors mines)[53]. Afin de mieux appréhender le risque d’affaissement de terrain, un inventaire national permet de localiser les éventuelles cavités souterraines sur la commune[54].

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Lecumberry.

Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie[55]. 25,9 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (59 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national)[Carte 6]. Depuis le , en application de la loi ELAN, différentes contraintes s'imposent aux vendeurs, maîtres d'ouvrages ou constructeurs de biens situés dans une zone classée en aléa moyen ou fort[Note 8],[56].

Risque particulier

[modifier | modifier le code]

Dans plusieurs parties du territoire national, le radon, accumulé dans certains logements ou autres locaux, peut constituer une source significative d’exposition de la population aux rayonnements ionisants. Selon la classification de 2018, la commune de Lecumberry est classée en zone 2, à savoir zone à potentiel radon faible mais sur lesquelles des facteurs géologiques particuliers peuvent faciliter le transfert du radon vers les bâtiments[57].

Mentions anciennes

[modifier | modifier le code]

Le toponyme Lecumberry est mentionnée[58] en 1402 (titres de Navarre[59]) et apparaît sous les formes Laccumberry (1650), Saint Martin de Lecumberry (1703, visites du diocèse de Bayonne[60]), Sanctus-Martinus de Janits vulgo de Lecumberry (1763, collations du diocèse de Bayonne[61]) et Lécumberry (1863, dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[58]).

Le château Aborréta, sur la frontière avec l'Espagne, est mentionné en 1863 (dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[58]).

Le toponyme Janits apparaît[58] sous les formes Yaniz (1513, titres de Pampelune[62]) et Sanctus Martinus de Janits (1763, collations du diocèse de Bayonne[61]).

Le toponyme Latartza apparaît[58] sous la forme Latarce (1708, règlement de la commanderie d'Irissarry[63]).

Graphie basque et explications

[modifier | modifier le code]

Son nom basque actuel est Lekunberri[1], toponyme qui provient de leku (basque pour « lieu », du latin « locus ») et berri (basque pour « neuf »). La présence du n est selon André Martinet un fossile linguistique, témoin que le mot berri était mberri [berri] par le passé[64]

Le village peut aussi être appelé Lekunberri Garazi[1], s'il faut le distinguer de son homonyme Lekunberri située dans la province basque de Navarre en Espagne. Le deuxième élément fait référence au pays de Cize, Garazi en basque.

Le [65], la commune perd une partie de son territoire à la suite de la création de la commune d'Estérençuby.

Héraldique

[modifier | modifier le code]
Blason Blasonnement :
Parti au 1 d'azur à la fasce échiquetée d'argent et de gueules à deux tires accompagnée de trois coquilles d'argent ; au 2 d'or à deux sangliers de sable rangés en pal[66].

Politique et administration

[modifier | modifier le code]
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2008 Bernard Jauréguy    
2008 En cours Joseph Goyheneix EHBAI[67]  
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité

[modifier | modifier le code]

La commune appartient à sept structures intercommunales[68] :

Lecumberry accueille le siège du syndicat AEP Ahaxe - Lecumberry - Mendive ainsi que celui du syndicat RPI Hergaray.

Population et société

[modifier | modifier le code]

Démographie

[modifier | modifier le code]

Le recensement de la population de Basse-Navarre de 1695[69] dénombre 61 feux à Janitz.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[70]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[71].

En 2021, la commune comptait 173 habitants[Note 9], en augmentation de 1,76 % par rapport à 2015 (Pyrénées-Atlantiques : +3,43 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
469397447512550602616664630
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
602622581523502508505508520
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
483472468394372376346428395
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
286259227215208182182182176
2018 2021 - - - - - - -
173173-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[72] puis Insee à partir de 2006[73].)
Histogramme de l'évolution démographique

La commune fait partie de la zone de production du vignoble d'Irouléguy et de celle de l'ossau-iraty. L'activité est principalement agricole.

Culture locale et patrimoine

[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil

[modifier | modifier le code]
  • Une enceinte protohistorique[74] ou gaztelu zahar est visible au lieu-dit Gastellucomalda ;
  • Les cromlechs d'Ilarrita ou d'Okabe (harrespil)[75] datent de l'âge du fer ;
  • La maison forte Donamartia[76] date du XIVe siècle ;
  • La ferme Iturraldea[77] date du XVIIe siècle ainsi que le pigeonnier appelé Urtso Dorrea[78] ;
  • La ferme Teilagorria[79] date du XVIIIe siècle.
Le Laurhibar.
Pan de briques sur une maison de Basse-Navarre.

Patrimoine religieux

[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin[80] date de 1867.

L'église Saint-Martin.
Stèle discoïdale.

Notes et références

[modifier | modifier le code]

Notes et cartes

[modifier | modifier le code]
  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes par la voie routière et évaluées à l'aide d'un calculateur d'itinéraires.
  2. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes à vol d'oiseau.
  3. Le Pays basque comprend sept provinces dont trois au nord qui forment le pays basque français : le Labourd, la Soule et la Basse-Navarre.
  4. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[24].
  5. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  6. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Dans les zones classées en aléa moyen ou fort, différentes contraintes s'imposent :
    • au vendeur d'informer le potentiel acquéreur du terrain non bâti de l’existence du risque RGA ;
    • au maître d’ouvrage, dans le cadre du contrat conclu avec le constructeur ayant pour objet les travaux de construction, ou avec le maître d'œuvre, le choix entre fournir une étude géotechnique de conception et le respect des techniques particulières de construction définies par voie réglementaire ;
    • au constructeur de l'ouvrage qui est tenu, soit de suivre les recommandations de l’étude géotechnique de conception, soit de respecter des techniques particulières de construction définies par voie réglementaire.
  9. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  • Cartes
  1. « Sites Natura 2000 de types sites d'intérêt communautaire (SIC) (Directive Habitats) de la commune de Lecumberry », sur geoportail.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Sites Natura 2000 de types zones de protection spéciale (ZPS) (Directive Oiseaux) », sur geoportail.gouv.fr (consulté le ).
  3. « ZNIEFF de type I sur la commune de Lecumberry », sur geoportail.gouv.fr (consulté le ).
  4. « ZNIEFF de type II sur la commune de Lecumberry », sur geoportail.gouv.fr (consulté le ).
  5. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).
  6. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le ).

Références

[modifier | modifier le code]
  1. a b et c - Académie de la langue basque
  2. a b c d et e Insee, « Métadonnées de la commune de Lecumberry ».
  3. Stephan Georg, « Distance entre Lecumberry et Pau », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. Stephan Georg, « Distance entre Lecumberry et Bayonne », sur fr.distance.to (consulté le ).
  5. Stephan Georg, « Distance entre Lecumberry et Mauléon-Licharre », sur fr.distance.to (consulté le ).
  6. « Communes les plus proches de Lecumberry », sur villorama.com (consulté le ).
  7. Frédéric Zégierman, Le guide des pays de France - Sud, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59961-0), p. 22.
  8. Frédéric Zégierman, Le guide des pays de France - Sud, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59961-0), p. 25.
  9. « Toponymes Nafarroa Beherea », sur le site de l'Académie de la langue basque (consulté le ).
  10. (eu) Euskal Herriko udalerrien zerrenda alfabetikoa (Liste alphabétique des communes du Pays basque).
  11. Carte IGN sous Géoportail
  12. (es) Ministère espagnol de l'agriculture, pêche et environnement, « GeoPortal », sur sig.mapama.es (consulté le ).
  13. Notice du Sandre sur Lecumberry
  14. Appelé Iratiko erreka par le Sandre
  15. col d'Iraukotuturru sous Géoportail IGN
  16. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (ORACLE) en Nouvelle-Aquitaine. » [PDF], sur haute-vienne.chambre-agriculture.fr, (consulté le ), p. 2.
  17. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  18. Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  19. « Orthodromie entre Lecumberry et Mendive », sur fr.distance.to (consulté le ).
  20. « Station Météo-France « Mendive_sapc » (commune de Mendive) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  21. « Station Météo-France « Mendive_sapc » (commune de Mendive) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  22. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  23. Rapport du SFEPM sur les chauves-souris
  24. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  25. a et b « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Lecumberry », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  26. « site Natura 2000 FR7200751 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  27. « site Natura 2000 FR7200753 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  28. « site Natura 2000 FR7200786 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  29. « site Natura 2000 FR7200752 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  30. « site Natura 2000 FR7200754 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  31. « site Natura 2000 FR7200789 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  32. « site Natura 2000 FR7212005 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  33. « site Natura 2000 FR7212015 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  34. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Lecumberry », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  35. « ZNIEFF le « bassin versant de l'Irati : forêt de hêtre, zones tourbeuses et affleurements rocheux » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  36. « ZNIEFF la « grotte de Mikelauenzilo et alentours » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  37. « ZNIEFF la « Haute Cize : forêt d'Orion et sommet d'Erozate » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  38. « ZNIEFF la « Haute-Soule » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  39. « ZNIEFF les « landes, bois et prairies du bassin de la Bidouze » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  40. « ZNIEFF le « massif des Arbailles » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  41. « ZNIEFF les « montagnes de Saint-Jean-Pied-de-Port » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  42. « ZNIEFF le « réseau hydrographique des Nives » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  43. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  44. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Saint-Jean-Pied-de-Port », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  45. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  46. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  47. a et b « Les risques près de chez moi - commune de Lecumberry », sur Géorisques (consulté le ).
  48. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le ).
  49. « Dossier départemental des risques majeurs des Pyrénées-Atlantiques », sur pyrenees-atlantiques.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque inondation.
  50. « Plan départemental de protection des forêts contre les incendies (PDPFCI) », sur pyrenees-atlantiques.gouv.fr, (consulté le ).
  51. « Réglementation-usages du feu à l’air libre - obligations légales de débroussaillement - département 64 », sur pyrenees-atlantiques.gouv.fr date=16 septembre 2022 (consulté le ).
  52. « Dossier départemental des risques majeurs des Pyrénées-Atlantiques », sur pyrenees-atlantiques.gouv.fr (consulté le ), chapitre Feux de forêts.
  53. « Dossier départemental des risques majeurs des Pyrénées-Atlantiques », sur pyrenees-atlantiques.gouv.fr (consulté le ), chapitre Mouvements de terrain.
  54. « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune de Lecumberry », sur georisques.gouv.fr (consulté le ).
  55. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le ).
  56. « Sols argileux, sécheresse et construction », sur ecologie.gouv.fr (consulté le ).
  57. « Cartographie du risque radon en France. », sur le site de l’IRSN, (consulté le ).
  58. a b c d et e Paul Raymond, Dictionnaire topographique du département des Basses-Pyrénées, Paris, Imprimerie Impériale, , 208 p. (BNF 31182570, lire en ligne)..
  59. Titres du royaume de Navarre - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  60. Manuscrit du XVIIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  61. a et b Manuscrits du XVIIe et du XVIIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  62. Titres publiés par don José Yanguas y Miranda
  63. Titres de la commanderie d'Irissarry - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  64. Martinet, André, « La Phonologie synchronique et diachronique du basque », Iker 1: Euskalarien Nazioarteko jardunaldiak,‎ , p. 59-74 (lire en ligne, consulté le ).
  65. Ordonnance du 11 juin 1842 (Bulletin des lois de la République française).
  66. Guy Ascarat
  67. « 15 maires et plusieurs élu·e·s votent EHBAI ! »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Euskal Herria Bai, (consulté le ).
  68. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le ).
  69. Bibliothèque nationale, 6956, registre Moreau 979, cité par Manex Goyhenetche, Histoire générale du Pays basque III : Évolution économique et sociale du XVIe au XVIIIe siècle, t. 3, Donostia / Bayonne, Elkarlanean, , 411 p. (ISBN 8483317443 et 9788483317440, OCLC 466971263), p. 300. Le même ouvrage de Manex Goyhenetche indique (page 284) qu'il faut compter une moyenne démographique de 5.5 par feu.
  70. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  71. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  72. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  73. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  74. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'enceinte protohistorique
  75. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur les cromlechs d'Okabe
  76. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur la maison forte Donamartia
  77. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur la ferme Iturraldea
  78. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur le pigeonnier Urtso Dorrea
  79. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur la ferme Teilagorria
  80. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église Saint-Martin

Pour approfondir

[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]