Jatxou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jatxou
L'église Saint-Sébastien.
L'église Saint-Sébastien.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Bayonne
Canton Baïgura et Mondarrain
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays Basque
Maire
Mandat
Alain Castaing
2014-2020
Code postal 64480
Code commune 64282
Démographie
Gentilé Jatsuar
Population
municipale
1 126 hab. (2014)
Densité 81 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 23′ 22″ nord, 1° 25′ 45″ ouest
Altitude Min. 7 m
Max. 175 m
Superficie 13,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Jatxou

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Jatxou

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Jatxou

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Jatxou

Jatxou est une commune française située dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine.

Le gentilé est Jatsuar[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Église Saint-Sébastien[2].
Vue sur la Rhune.
Vieille ferme.
La mairie[4].
Le monument aux morts[5].

Situation[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la province basque du Labourd et de l'aire urbaine de Bayonne située dans son unité urbaine[6].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Jatxou est desservie par les routes départementales D 22, D 650 et D 932.

La gare de Jatxou est située sur la ligne Bayonne - Saint-Jean-Pied-de-Port.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune sont arrosées[7] par la Nive, affluent de l'Adour, et par des tributaires de celle-ci, les ruisseaux de Hillans et Latsa, ce dernier étant lui-même rejoint sur la commune par les ruisseaux de Mahatxuria et d'Harrobi.

Un autre affluent de l'Adour, l'Ardanavy, traverse également le territoire de Jatxou, ainsi qu'un de ses tributaires, le ruisseau d'Angelu.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Sur le cadastre napoléonien de 1811, la commune est divisée en sept sections :

  • Karrikakiztalia
  • la Chapelle
  • Hormintoa
  • Larrea
  • Inbidia
  • le Bois
  • Oihana

En 2012, le Géoportail recense les lieux-dits suivants :

  • Ameztiusu
  • Barrikasilo
  • Bellevue
  • la Bergerie
  • Bergerie Pascoénéa
  • Bois de Faldaracon
  • Bordaberria
  • Burua
  • Campagna
  • Casenaukoborda
  • les Cerisiers
  • Chapelle St-Sauveur
  • Charamela
  • Chobadoénéa
  • Curutzaldéa
  • Eliza
  • Etchehassia
  • Haritchabalak
  • Harretchéa
  • Hérauko Paréta
  • Iguzkian
  • Kargaléku
  • Karrikiztala
  • Kartchabeita
  • Katalico Borda
  • Kompeyro Borda
  • Kuluhortéguia
  • Larréa
  • Larreluxea
  • la Luciole
  • Lurminthoa
  • Mahatchuriéta
  • Martinoénéa
  • Morroïnéa
  • Ohiliaénéa
  • Piarresénéa
  • Pildanaga
  • la Place
  • Portuberria
  • Sarbouriéta
  • Ségura
  • Ségurakoborda
  • Senduraénéa
  • Sorho
  • Sortha
  • Zahizuria
  • Zahizuriko Borda

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes[modifier | modifier le code]

Le toponyme Jatxou apparaît sous les formes Jatsu (1249[8]), Jathsu et Jatsu (respectivement[9] 1253 et 1264, cartulaire de Bayonne[10]), Jatsou (1686[9], collations du diocèse de Bayonne[11]) et Jatzu[12] au XIXe siècle.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Son nom est également à l'origine de Jaxu en Basse-Navarre et d'Itxassou, et signifie « lieu des genêts » (de jats = itsas « genêt »[8]).

Graphie basque[modifier | modifier le code]

Son nom basque actuel est Jatsu (ou Jatsu Lapurdi)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Jatxou était anciennement[8] un quartier d'Ustaritz, situé au-delà de la Nive.

À la suite de la signature de l’armistice du 22 juin 1940, la commune de Jaxtou se trouvera en zone occupée à partir du 25 juin 1940, la ligne de démarcation traversant le département Basses-Pyrénées (Pyrénées-Atlantiques).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Jatxou Blason Parti : au 1er d'or au lion de gueules tenant de la patte dextre un dard péri en barre du même, au 2e d'azur à la façade de chapelle du lieu d'argent, au clocheton du même ajouré du champ, portillé de tenné, le contour de l'ouverture maçonné de sable, la chapelle posée sur une champagne de sinople semée de points d'or sans ordre [fleurs de genêt].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité 2015[modifier | modifier le code]

En 2015, le budget de la commune était constitué ainsi[13] :

  • total des produits de fonctionnement : 568 000 , soit 500 par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 524 000 , soit 461 par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 581 000 , soit 511 par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 449 000 , soit 395 par habitant.
  • endettement : 538 000 , soit 474 par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 10,35 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 5,36 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 20,33 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1983 en cours Alain Castaing DIV  

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Jatxou fait partie de huit structures intercommunales[14] :

  • la communauté de communes Errobi ;
  • le syndicat intercommunal pour la construction et la gestion d'établissements d'accueil pour personnes âgées Eliza-Hegi ;
  • le syndicat d’énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal pour la gestion du centre Txakurrak ;
  • le syndicat intercommunal pour le soutien à la culture basque ;
  • le syndicat mixte d'alimentation en eau potable Ura ;
  • le syndicat mixte d’assainissement collectif et non collectif URA (à la carte) ;
  • le syndicat mixte du bassin versant de la Nive.

La commune adhère à l'Eurocité basque Bayonne - San Sebastian.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[16],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 126 habitants, en augmentation de 5,43 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Atlantiques : 2,53 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
387 347 397 408 404 403 439 414 412
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
414 420 403 364 340 339 376 339 317
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
348 360 330 318 314 325 299 326 313
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
355 389 411 530 648 811 906 1 068 1 126
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la zone AOC de production du piment d'Espelette et de celle de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Langues

D'après la Carte des Sept Provinces Basques éditée en 1863 par le prince Louis-Lucien Bonaparte, le dialecte basque parlé à Jatxou est le bas-navarrais occidental.

Festivités

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Maison labourdine, lavoir rural[19], fronton (pelote basque)...
Maison labourdine.
Lavoir rural.
Le fronton place libre[20].

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

La chapelle Saint-Sauveur-de-Faldaracon[21], avec son retable[22] et son très beau bénitier[23],[24], date du Moyen Âge. C'est un lieu de pèlerinage où, chaque année, une cérémonie y est organisée le lundi de Pentecôte.

La Fontaine à dévotion réputée pour ses vertus miraculeuses, à proximité de la chapelle Saint-Sauveur-de-Faldaracon[25].

De nombreuses stèles représentatives de l'art funéraire basque (stèle discoïdale, stèle tabulaire...).

L'église Saint-Sébastien, ancienne chapelle médiévale est une des plus belles églises labourdines[26]. Elle recèle une peinture monumentale[27] représentant les quatre évangélistes datant du XVIIe siècle et un ensemble autel, gradin d'autel et tabernacle[28] des XVIIe et XIXe siècles.

Une benoîterie réside près de l'église. Sa porte est surmontée de la mention seroraenea (maison de la benoîte).

Vitrail de l'église Saint-Sébastien : saint Jean-Baptiste.
Détail d'une fenêtre de l'église Saint-Sébastien.
Le retable de l'église Saint-Sébastien[30].
Les quatre évangélistes : saint Luc et saint Marc.
Les quatre évangélistes : saint Mathieu et saint Jean.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

En collaboration avec les communes voisines, Jatxou a développé un réseau de chemins de randonnées[31]. L'un d'entre eux est emprunté par les pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Équipements[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une école primaire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Marie Uthurriague (« sœur Saint-Jean »)[32]. L’orphelinat de Jatxou s’est révélé être un des lieux de sauvetage des Pyrénées-Atlantiques durant la Seconde Guerre mondiale. Marie Uthurriague dirigeait l’orphelinat catholique Notre-Dame à Jatxou. Le 4 avril 2001, le Comité français pour Yad Vashem a décerné à Marie Uthurriague (sœur Saint-Jean) le titre de Juste parmi les nations[33],[34]. Aujourd'hui c'est un service social géré par l'association Notre-Dame et un conseil d'administration présidé par le maire de Jatxou[35].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Euskaltzaindia - Académie de la langue basque
  2. Église Saint-Sébastien
  3. Description de la Benoîterie de Jatxou
  4. Mairie de Jatxou
  5. Le monument aux morts de Jatxou
  6. Le village de Jatxou
  7. Notice du Sandre sur Jatxou
  8. a, b et c Jean-Baptiste Orpustan, Nouvelle toponymie basque, Presses universitaires de Bordeaux 2006 (ISBN 2 86781 396 4)
  9. a et b Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  10. Cartulaire de Bayonne ou Livre d'Or - Manuscrit du XIVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  11. Manuscrits du XVIIe et du XVIIIe siècles - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  12. Pierre Lhande, Dictionnaire basque-français, 1926
  13. Les comptes de la commune
  14. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 8 juin 2014)
  15. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  19. Lavoir de Jatxou
  20. Fronton de Jatxou
  21. Description de la chapelle Saint sauveur et de son mobilier
  22. Retable de la chapelle
  23. Bénitier de la chapelle
  24. Notice no PA00084553, base Mérimée, ministère français de la Culture
  25. Fontaine à dévotion de Faldaracon
  26. Notice no PA64000067, base Mérimée, ministère français de la Culture
  27. Ministère de la Culture, base Palissy - Notice sur la peinture représentant les quatre évangélistes
  28. Ministère de la Culture, base Palissy - Notice sur le mobilier de l'église Saint-Sébastien
  29. Stèles discoïdales du cimetière de Jatxou
  30. Retable de l'église Saint-Sébastien
  31. Le Plan Local de Randonnées d'Errobi regroupe des itinéraires de randonnées et des circuits VTT
  32. Liste des Justes des Pyrénées-Atlantiques
  33. Uthurriage Marie, Justes du Pays basque
  34. “Justes” du Pays Basque : Marguerite Schwab, Marie Uthurriague, Dominique Elichiry
  35. Etablissement "Maison d'Enfants à Caractère Social - MECS Jatxou"