Iholdy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Iholdy
Iholdy
Manoir Elizabelar, avec ses échauguettes aux quatre coins du bâtiment.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Bayonne
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays Basque
Maire
Mandat
Bernard Cachenaut
2020-2026
Code postal 64640
Code commune 64271
Démographie
Gentilé Iholdiar
Population
municipale
545 hab. (2018 en diminution de 5,05 % par rapport à 2013)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 16′ 59″ nord, 1° 10′ 48″ ouest
Altitude Min. 109 m
Max. 577 m
Superficie 21,63 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton du Pays de Bidache, Amikuze et Ostibarre
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Iholdy
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques
Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Iholdy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Iholdy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Iholdy

Iholdy est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine.

Le gentilé est Iholdiar[1].

Porte bouteille.
La mairie.
Linteau de 1849.
Le fronton place libre adossé à l'église.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Iholdy est une commune de la province basque de Basse-Navarre.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les routes départementales D 8, D 300 et D 745.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée[2] par des affluents de la Bidouze, le Lihoury et la Joyeuse et par deux tributaires de celle-ci, l'Uharreytako erreka et l'Ossinako erreka.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Aguerre, ancienne ferme, mentionnée dans le dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[3] de 1863.
  • Ameztoia.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Iholdy[4]
Hélette Armendarits
Irissarry Iholdy
Suhescun Lantabat

Au nord-ouest, le territoire de Saint-Esteben n'est distant que d'une centaine de mètres.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Iholdy est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[5],[6],[7]. La commune est en outre hors attraction des villes[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (69,4 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (60,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (46,6 %), zones agricoles hétérogènes (21,6 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (17,2 %), forêts (12,1 %), zones urbanisées (1,2 %), terres arables (1,2 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes[modifier | modifier le code]

Le toponyme Iholdy apparaît sous la forme Sanctus Joannes d'Iholdy (1755[3], collations du diocèse de Bayonne[11]).

Graphie basque[modifier | modifier le code]

Son nom basque actuel est Iholdi[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste Franchisteguy, né à Iholdy en 1755, est élu député du tiers état aux États généraux de 1789 pour la province de Navarre. Il siège du au à l’Assemblée constituante[12].

Paul Raymond[3] note qu'en 1790 le canton d'Iholdy comprenait les communes d'Armendarits, Hélette, Iholdy, Irissarry, Lantabat et Suhescun et dépendait du district de Saint-Palais.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Iholdy Blason
D’or à la bande d’azur.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 En cours Bernard Cachenaut UMP  
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Iholdy appartient à quatre structures intercommunales[13] :

  • la communauté d'agglomération du Pays Basque ;
  • le syndicat d’énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal pour l'aménagement et la gestion de l'abattoir de Saint-Jean-Pied-de-Port ;
  • le syndicat intercommunal pour le soutien à la culture basque.

Iholdy accueille le siège de la communauté de communes d'Iholdy-Ostibarre.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[15].

En 2018, la commune comptait 545 habitants[Note 2], en diminution de 5,05 % par rapport à 2013 (Pyrénées-Atlantiques : +2,37 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8399531 0269531 0221 0519461 003929
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
885847837796858856827834818
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
806745761655632687702678591
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
554522525505527412450554555
2018 - - - - - - - -
545--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une école élémentaire publique[18].

Économie[modifier | modifier le code]

L'activité est principalement agricole. La commune fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Le manoir Elizabelar[19] date de 1680. Il se distingue par la présence d'échauguettes cylindriques aux quatre coins de la toiture, semblables à celles des palacios espagnols ;
  • La ferme Ameztoia[20] date en partie de 1698 ;
  • Le château d'Olce[21] date du XVIIe siècle.
Le château d'Iholdy.
  • La commune possède de nombreuses maisons[22] des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles aux linteaux sculptés.
Linteau de 1701.
Linteau de 1719 orné de personnages.
Linteau de 1726.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église de la Décollation-de-Saint-Jean-Baptiste[23] fut construite au XVIIe siècle et son cimetière comporte des stèles discoïdales dont la plus ancienne date de 1597. L'église recèle du mobilier inventorié par le ministère de la Culture[24].

Stèle discoïdale datant de 1597.
Iholdy Stèle3.JPG
Iholdy Stèle5.JPG

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

enseignement

La commune dispose d'une école primaire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean d'Olce[25], né en 1644 à Iholdy et décédé en 1681, fut évêque de Bayonne. Il célébra le mariage de Louis XIV avec Marie-Thérèse d'Espagne le en l'église de Saint-Jean-de-Luz, dont la porte latérale fut condamnée à la suite de cet événement.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 19 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b - Académie de la langue basque
  2. Notice du Sandre sur Iholdy
  3. a b et c Paul Raymond, Dictionnaire topographique du département des Basses-Pyrénées, Paris, Imprimerie Impériale, , 208 p. (notice BnF no FRBNF31182570, lire en ligne)..
  4. Carte IGN sous Géoportail
  5. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  6. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 2 avril 2021).
  7. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 19 avril 2021)
  11. Manuscrits du XVIIe et du XVIIIe siècles - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  12. « Jean-Baptiste Franchisteguy », sur le site de l’Assemblée nationale (consulté le 13 août 2020).
  13. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 8 juin 2014).
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  18. {{http://www.education.gouv.fr/pid24302/annuaire-resultat-recherche.html?ecole=1&lycee_name=&localisation=1&ville_name=Iholdy%20%2864%29}}.
  19. Ministère de la culture, base Mérimée - Notice sur le manoir Elizabelar
  20. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur la ferme Ameztoia
  21. Ministère de la culture, base Mérimée - Notice sur le château d'Olce
  22. Ministère de la culture, base Mérimée - Notice sur les maisons anciennes
  23. Ministère de la culture, base Mérimée - Notice sur l'église de la Décollation de Saint-Jean-Baptiste
  24. Ministère de la Culture, base Palissy - Notice sur le mobilier de l'église de la Décollation de Saint-Jean-Baptiste
  25. Philippe Veyrin, Les Basques : de Labourd, de Soule et de Basse-Navarre, leur histoire et leurs traditions, Grenoble, Arthaud 1975, , 366 p. (ISBN 978-2-7003-0038-3 et 2-7003-0038-6), page 113

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]