Boucau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Boucau
Boucau
Porche ouest du bois Guilhou.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Bayonne
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays Basque
Maire
Mandat
Francis Gonzalez
2020-2026
Code postal 64340
Code commune 64140
Démographie
Gentilé Boucalais
Population
municipale
8 627 hab. (2019 en augmentation de 10,08 % par rapport à 2013)
Densité 1 482 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 31′ 28″ nord, 1° 29′ 07″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 51 m
Superficie 5,82 km2
Type Commune urbaine et littorale
Unité urbaine Bayonne (partie française)
(banlieue)
Aire d'attraction Bayonne (partie française)
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Bayonne-2
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Boucau
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques
Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Boucau
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Boucau
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Boucau
Liens
Site web http://www.boucau.fr/

Boucau (autrefois Le Boucau) est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine.

Le gentilé est Boucalais[1] (ou bocalés en gascon, et bokales en basque[2]).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Boucau se trouve dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine[3].

Elle se situe à 120 km par la route[Note 1] de Pau[4], préfecture du département, et à 5 km de Bayonne[5], sous-préfecture.

Les communes les plus proches[Note 2] sont[6] : Tarnos (2,8 km), Bayonne (3,6 km), Ondres (5,1 km), Anglet (5,1 km), Saint-Pierre-d'Irube (5,7 km), Biarritz (7,5 km), Saint-Martin-de-Seignanx (8,3 km), Mouguerre (8,4 km).

Sur le plan historique et culturel, Boucau fait partie de la province du Labourd, un des sept territoires composant le Pays basque[Note 3],[7]. Le Labourd est traversé par la vallée alluviale de la Nive et rassemble les plus beaux villages du Pays basque[8]. Depuis 1999, l'Académie de la langue basque ou Euskalzaindia divise le territoire du Labourd en six zones[9],[10]. La commune est dans la zone Baiona-Angelu-Biarritz (Bayonne-Anglet-Biarritz)[11], au nord-ouest de ce territoire, en façade atlantique.

Communes limitrophes de Boucau[12]
Tarnos
(Landes)
Boucau
Anglet Bayonne

Commune de l'aire urbaine de Bayonne située dans son unité urbaine, elle s'étend sur 5,8 km2 et compte 8627 habitants selon le recensement de la population datant de 2019. Avec une densité de 1 337 habitants par km2, Boucau a connu une hausse de 11,06 % de sa population par rapport à 1999. Entourée par les communes de Tarnos, Anglet et Bayonne, Boucau est située à 4 km au nord-ouest de Bayonne, la plus grande ville aux alentours. Située à 11 mètres d'altitude, le fleuve Adour est le principal cours d'eau qui longe la ville de Boucau.

Quartiers[modifier | modifier le code]

La mairie de Boucau découpe[Quand ?] la ville en neuf quartiers :

  • Montespan au nord ;
  • Matignon au nord ;
  • Beyré au nord ;
  • Barthassot au nord ;
  • Lahillade au centre ;
  • Romatet au centre ;
  • Piquessary au centre ;
  • Loustau au sud ;
  • Saint-Gobain au sud.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant les réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Boucau.

La commune est drainée par le ruisseau de l'Aygasse, le ruisseau du Moulin Esbouc et par divers petits cours d'eau, constituant un réseau hydrographique de 4 km de longueur totale[13],[Carte 1].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[14]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[15].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 4]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[14]

  • Moyenne annuelle de température : 13,6 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,2 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 3,9 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 5] : 12,8 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 1 441 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13,2 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,2 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[17] complétée par des études régionales[18] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Biarritz-Pays-Basque », sur la commune d'Anglet, mise en service en 1956[19] et qui se trouve à 5 km à vol d'oiseau[20],[Note 6], où la température moyenne annuelle évolue de 14,1 °C pour la période 1971-2000[21], à 14,3 °C pour 1981-2010[22], puis à 14,6 °C pour 1991-2020[23].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des Directives « Habitats » et « Oiseaux », constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 7]. Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la « directive Habitats » : « l'Adour »[25], d'une superficie de 3 565 ha, un site important pour les poissons migrateurs, l'Angélique des estuaires (espèce endémique) et le Vison d'Europe[26],[Carte 2].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Une ZNIEFF de type 2[Note 8] est recensée sur la commune[27],[Carte 3] : « l'Adour d'Aire-sur-l'Adour à la confluence avec la Midouze, tronçon des saligues et gravières » (2 324,27 ha), couvrant 63 communes dont 54 dans les Landes et 9 dans les Pyrénées-Atlantiques[28].

Autres milieux naturels[modifier | modifier le code]

  • Le bois Guilhou (19 hectares) est jalonné de divers sentiers de randonnées. Il s'agit du parc d'un château détruit par un incendie en 1932[29] et rasé en 1986[30].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Boucau est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 9],[31],[32],[33]. Elle appartient à l'unité urbaine de Bayonne (partie française), une agglomération internationale dont la partie française regroupe 30 communes[34] et 251 520 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[35],[36].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bayonne (partie française), dont elle est une commune du pôle principal[Note 10]. Cette aire, qui regroupe 56 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[37],[38].

La commune, bordée par l'estuaire de l'Adour, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[39]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[40],[41].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (69,7 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (55,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (48,8 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (15,4 %), forêts (15,1 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (5,5 %), eaux maritimes (5,4 %), zones agricoles hétérogènes (5,1 %), prairies (4,5 %)[42].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 4].

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes[modifier | modifier le code]

Le toponyme Boucau apparaît[43] sous les formes Puncta (XIIe siècle), Putta et Puncta (début XIIIe siècle, Pardessus, collection des lois maritimes[43]), Le Boucquau de Bayonne (1586, André Thevet, Le Grand Insulaire), La Punte (1255, archives de Bayonne[44]), Le Boucau (1863, dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[43]) et Bokale[45] au XIXe siècle.

Noms basque et occitan[modifier | modifier le code]

Nom basque[modifier | modifier le code]

Le nom basque de Boucau est Bokale. Il fut normalisé par l'Académie de la langue basque le [46].

Le gentilé est bokales[46].

Nom occitan[modifier | modifier le code]

Son nom occitan gascon est Lo Bocau [lu βuˈkaw][47], qui signifie dans cette langue l'embouchure[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est en 1578 que l'Adour, dont l'embouchure se trouve alors plus au nord, à Vieux-Boucau, est détournée pour se jeter dans un quartier de la ville de Tarnos (Landes) : le Boucau.
En effet, en 1562, la ville de Bayonne, alors en déclin, obtient de Charles IX de France qu'on lui donne un accès direct à l'océan. C'est Louis de Foix qui fait réaliser la trouée vers l'océan dans laquelle le fleuve s'engouffre le 25 octobre 1578.
Le trafic du port fait alors vivre des pilotes guidant les navires et quelques dockers.

Boucau a fait partie de la baronnie du Seignanx. Le Seignanx est centré sur les croupes surplombant les anciens marais d'Orx, asséchés en 1864. Il était initialement constitué des localités de Boucau, Tarnos, Ondres, Saint-Martin-de-Seignanx, et Saint-André-de-Seignanx.

En 1855, le tracé de la liaison ferroviaire Bordeaux-Bayonne entraîne la création d'une gare dans ce même quartier. Napoléon III, le [48], décide de la création de la commune de Boucau, en détachant deux quartiers de Tarnos : le quartier bas (Boucau) et le quartier haut (Romatet).

L’amélioration des accès maritimes, la desserte ferroviaire, la proximité de l’Espagne avec ses gisements de minerai de fer de Biscaye vont conduire à l’implantation de l’usine des Forges de l'Adour en 1881. L’usine est spécialisée dans la production de rails et accessoires des voies ferrées. Cette industrialisation subite va entraîner une expansion économique et démographique sans précédent sur la commune. L'« épopée » des forges s'achève en 1965.

Boucau et le Pays basque

Comme précisé plus haut Boucau faisait partie de Tarnos (Landes, Gascogne... !) Faut-il parler de Pays basque alors ?

Les activistes basques ajoutent à la quasi-totalité des cartes récentes où figure une frontière précise pour la province du Labourd Boucau[49]. De même, cette ville est généralement mentionnée dans les listes de communes du Labourd[50].

Les choses ne sont néanmoins pas totalement simples : du point de vue de la stricte histoire administrative, Boucau n'a en effet jamais été dépendante du Labourd ni de Bayonne. Simple écart de Tarnos sous l'Ancien Régime, elle suivait le même sort que les paroisses du Seignanx : la coutume en vigueur y était celle de Dax, la sénéchaussée celle de Tartas.

Malgré l'influence des frontières départementales contemporaines, il n'en reste pas moins que la représentation commune en ce début de XXIe siècle ne rattache en général pas Boucau au Pays basque.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
août 1944 septembre 1944 Louis Palis    
septembre 1944 mars 1965 Jean-Baptiste Lanusse[51] PCF Ouvrier, syndicaliste
mars 1965 juin 1995 Jean Abbadie[52] PCF Enseignant
Conseiller général du canton de Bayonne-Nord (1973 → 1992)
juin 1995 mars 2001 François Jacqué[53] RPR Directeur de société
mars 2001 mars 2014 Marie-José Espiaube PCF
UG[54]
FG[55]
Aide-soignante
Vice-présidente de l'Agglomération Côte Basque-Adour (2011 → 2014)
mars 2014 En cours Francis Gonzalez DVG Expert-comptable
Vice-président de l'Agglomération Côte Basque-Adour (2014 → 2016)
7e vice-président de la Communauté du Pays Basque (2017 → )

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Boucau fait partie de l'Eurocité basque Bayonne - San Sebastián.

Boucau fait partie de six structures intercommunales[59] :

  • l’agence publique de gestion locale ;
  • la Communauté d'agglomération du Pays Basque;
  • le syndicat AEP de Boucau-Tarnos ;
  • le syndicat d’énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal pour la gestion du centre Txakurrak ;
  • le syndicat intercommunal pour le soutien à la culture basque.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Espagne Montilla (Espagne) (Espagne) depuis 1979[60].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1856. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[61]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[62].

En 2019, la commune comptait 8 627 habitants[Note 11], en augmentation de 10,08 % par rapport à 2013 (Pyrénées-Atlantiques : +2,8 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5121 4871 5551 6431 7001 8632 7203 4403 989
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 9444 7855 2805 1825 4695 7385 5685 1875 400
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
5 8015 8316 0916 1696 8147 0077 3257 3427 762
2015 2019 - - - - - - -
7 9508 627-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[63] puis Insee à partir de 2006[64].)
Histogramme de l'évolution démographique

La commune fait partie de l'aire urbaine de Bayonne.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose de six écoles : trois écoles maternelles publiques (Elisa Lassalle, Jean-Baptiste Lanusse et Irène Joliot-Curie), deux écoles élémentaires publiques (Jean Abbadie et Paul Langevin) et une école primaire privée (Sainte-Jeanne-d'Arc)[65].

Économie[modifier | modifier le code]

Son industrie se résume aujourd'hui à l'Aciérie de l'Atlantique[66] (groupe espagnol Celsa depuis mai 2007), créée en 1995, spécialisée dans la production de billettes d'acier.

Les Ciments de l'Adour, filiale des Ciments français (groupe Italcementi), ont maintenu une usine de fabrication de ciments à l'emplacement des anciennes Forges de l'Adour jusqu'en 1993. Jusqu'à cette date, des barges transportant du calcaire en provenance des carrières de Guiche et d'Arancou descendaient l'Adour (à heures variables, compte tenu de l'influence des marées sur les tirants d'air sous les ponts) pour alimenter l'usine. Depuis cette date, l'usine a été transformée en centre de broyage. Elle est désormais un centre d'ensachage de ciments fabriqués en Espagne par le même groupe.

Comme le reste de la Côte basque et aquitaine, la commune vit du tourisme littoral.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine linguistique[modifier | modifier le code]

Carte des sept provinces basques (1), 1863.
Carte des sept provinces basques (2), 1863.

Les deux versions de la Carte des sept provinces basques montrant la délimitation actuelle de l'euscara en dialectes, sous-dialectes et variétés dressée en 1863 par le prince Louis-Lucien Bonaparte placent Boucau en dehors de l'aire bascophone.

Le Recueil de linguistique et de toponymie des Pyrénées réalisé en 1887 par Julien Sacaze nous livre pour Boucau une version en gascon, composée d'une traduction de deux textes mythologiques, ainsi que d'une liste des micro-toponymes de la commune.

Le Recueil des idiomes de la région gasconne réalisé en 1894 par le linguiste Édouard Bourciez cite pour Boucau une version de la parabole de l'enfant prodigue traduite en gascon.

La carte du Pays basque français dressée en 1943 par Maurice Haulon laisse apparaître la "démarcation actuelle entre la langue basque et les dialectes romans", incluant la commune de Boucau dans l'aire gasconophone.

D'après la Morfología del verbo auxiliar vasco [Morphologie du verbe auxiliaire basque], Boucau n'est pas située dans l'aire bascophone.

Festivités

Organisées par le Comité des fêtes, les fêtes patronales se déroulent à la Pentecôte.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Centre Culturel Paul Vaillant-Couturier (Apollo)

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame-du Bon Secours[67].

Équipements[modifier | modifier le code]

Clubs et équipements sportifs[modifier | modifier le code]

  • Le Boucau Tarnos stade est un club de rugby à XV. Jusqu'à la saison 1988-89, il se dénommait Boucau-Stade. Il a longtemps joué les premiers rôles dans le championnat de France (21 saisons consécutive en 1re division de la saison 1970-71 à la saison 1990-1991) avant de subir les contrecoups du déclin économique des années 1980/1990.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose de trois écoles primaires et d'un collège (collège Henri-Barbusse[68]).

Transports urbains[modifier | modifier le code]

Les lignes B, 4, 7 et 9 du réseau de bus Chronoplus, exploité par Keolis Côte Basque-Adour[69] desservent Boucau en la reliant aux autres communes de l'agglomération : Anglet, Bayonne, Biarritz, Bidart, Saint-Pierre-d'Irube et Tarnos[70].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Naissance à Boucau.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • IVe centenaire du détournement de l'Adour 1578-1978 - Actes du Congrès de Bayonne 28/29 X 1978 - Société des sciences lettres & arts de Bayonne

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes par la voie routière et évaluées à l'aide d'un calculateur d'itinéraires.
  2. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes à vol d'oiseau.
  3. Le Pays basque comprend sept provinces dont trois au nord qui forment le pays basque français : le Labourd, la Soule et la Basse-Navarre.
  4. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[16].
  5. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  6. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  7. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[24].
  8. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  9. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  10. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  11. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. « Carte hydrographique de Boucau » sur Géoportail (consulté le 10 août 2021)..
  2. « Sites Natura 2000 de types sites d'intérêt communautaire (SIC) (Directive Habitats) de la commune de Boucau », sur www.geoportail.gouv.fr.
  3. « ZNIEFF de type II sur la commune de Boucau », sur www.geoportail.gouv.fr (consulté le ).
  4. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. (eu) Euskaltzaindia, « Euskal Herriko udalerrien zerrenda alfabetikoa (Liste alphabétique des noms de communes basques) », (consulté le ).
  3. « Métadonnées de la commune de Boucau », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  4. Stephan Georg, « Distance entre Boucau et Pau », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  5. Stephan Georg, « Distance entre Boucau et Bayonne », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  6. « Communes les plus proches de Boucau », sur www.villorama.com (consulté le ).
  7. Frédéric Zégierman, Le guide des pays de France - Sud, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59961-0), p. 22.
  8. Frédéric Zégierman, Le guide des pays de France - Sud, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59961-0), p. 25.
  9. « Toponymes », sur le site de l'Académie de la langue basque (consulté le ).
  10. (eu) Euskal Herriko udalerrien zerrenda alfabetikoa (Liste alphabétique des communes du Pays basque).
  11. Baiona-Angelu-Biarritz (-a) (Lapurdi) : toponymes sur le site de l'Académie de la langue basque.
  12. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w et x Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le ).
  13. « Fiche communale de Boucau », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Aquitaine (consulté le ).
  14. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le ).
  15. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le ).
  16. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  17. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  18. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Nouvelle-Aquitaine », sur nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr, (consulté le ).
  19. « Station météofrance Biarritz-Pays-Basque - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  20. « Orthodromie entre Boucau et Anglet », sur fr.distance.to (consulté le ).
  21. « Station météorologique de Biarritz-Pays-Basque - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  22. « Station météorologique de Biarritz-Pays-Basque - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  23. « Station météorologique de Biarritz-Pays-Basque - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  24. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  25. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Boucau », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  26. « site Natura 2000 FR7200724 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  27. « Liste des ZNIEFF de la commune de Boucau », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  28. « ZNIEFF « l'Adour d'Aire-sur-l'Adour à la confluence avec la Midouze, tronçon des saligues et gravières » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  29. « Le Bois Guilhou », sur jeanpierrecazaux.blogspot.fr (consulté le ).
  30. « Le Bois Guilhou, sa fête et l’histoire du Boucau - Toute l'actualité culturelle du Pays basque », BasKulture,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  32. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  33. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  34. « Unité urbaine 2020 de Bayonne (partie française) », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  35. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  36. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  37. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Bayonne (partie française) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  38. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  39. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  40. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  41. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  42. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  43. a b et c Paul Raymond, Dictionnaire topographique du département des Basses-Pyrénées, Paris, Imprimerie Impériale, , 208 p. (BNF 31182570, lire en ligne)..
  44. Archives de Bayonne, AA 1, page 89
  45. Pierre Lhande, Dictionnaire basque-français, 1926
  46. a et b Euskaltzaindia, « Lapurdiko udal izendegia » [PDF], sur www.euskaltzaindia.eus (consulté le ).
  47. « Toponymes occitans », sur Lo Congrès (consulté le ).
  48. Loi du 1er juin 1857 (Bulletin annoté des lois et décrets) lire en ligne sur Gallica.
  49. Une exception isolée (et déjà ancienne) est la carte du Pays basque qui illustre Eugène Goyheneche, Notre Terre Basque : notions de géographie, histoire et culture, Pau, Société Nouvelle d'Éditions Régionales et de Diffusion, (1re éd. 1961), 159 p. (OCLC 850881783, lire en ligne).
  50. On la trouvera par exemple dans les listes toponymiques de communes basques résultant des travaux de l'Académie de la langue basque ou Euskaltzaindia : Toponimia
  51. Jean-Claude Paul-Dejean, « notice LANUSSE Jean-Baptiste », sur maitron.fr, version mise en ligne le 10 octobre 2010, dernière modification le 20 août 2011.
  52. Jacques Girault, « notice ABBADIE Jean, Albert », sur maitron.fr, version mise en ligne le 10 octobre 2008, dernière modification le 23 septembre 2021.
  53. « Fiche biographique de François Jacqué », sur Who's Who.
  54. « Résultats des élections municipales 2008 - Pyrénées-Atlantiques (64) -- Boucau », sur interieur.gouv.fr (consulté le ).
  55. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 - Pyrénées-Atlantiquees (64) - Boucau », sur interieur.gouv.fr (consulté le ).
  56. Jean-Claude Paul-Dejean, « PERSE Maurice », sur maitron.fr, (consulté le ).
  57. Jean-Claude Paul-Dejean, Jean Maitron et Claude Pennetier, « notice LASSALLE Georges », sur maitron.fr, version mise en ligne le 10 octobre 2010, dernière modification le 4 septembre 2017.
  58. Jean-Claude Paul-Dejean, Claude Pennetier, « notice LASMARIES Roger, Eugène », sur maitron.fr, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 24 novembre 2010.
  59. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le ).
  60. Annuaire des villes jumelées
  61. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  62. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  63. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  64. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  65. [1]
  66. Wikimapia - Notice sur l'Aciérie de l'Atlantique
  67. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église Notre-Dame-Auxiliatrice
  68. Site de l'académie de Bordeaux - Fiche d'établissement concernant le collège Henri-Barbusse
  69. « Acteurs et missions - Chronoplus - Chronoplus Réseau de transports Côte Basque Adour », sur www.chronoplus.eu (consulté le ).
  70. Plan du réseau Chronoplus à partir du 31 janvier 2010, consulté le 14 février 2010.