Laomédon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laomédon (homonymie).
Héraclès sur le point de tuer Laomédon, flacon en terra sigillata de Gaule du Sud, fin du Ier siècle – début du IIe

Dans la mythologie grecque, Laomédon (en grec ancien Λαομέδων / Laomédôn), fils d'Ilos et d'Eurydice, est le second roi mythique de Troie. Il est le père notamment de Priam, d'Hésione, de Tithon, de Bucolion, d'Antigone et de Procléia.

Légende[modifier | modifier le code]

Selon Apollodore, il fait bâtir les murs de sa ville par Apollon et Poséidon, punis pour avoir déplu à Zeus — selon Diodore de Sicile ou encore Homère, seul Poséidon bâtit les murs, pendant qu'Apollon garde les troupeaux royaux sur le mont Ida de Troade. Quand les dieux ont achevé leur travail, Laomédon leur refuse le salaire promis, c'est-à-dire trente drachmes troyennes. En punition, Apollon frappe la ville de la peste (λοίμος / loímos), pendant que Poséidon lâche un monstre marin (κῆτος / kễtos) qui dévore les habitants.

Un oracle révèle alors à Laomédon qu'il lui faut sacrifier régulièrement une jeune vierge pour apaiser le monstre. Un jour, le sort tombe sur Hésione, sa propre fille. Héraclès lui propose alors de sauver la jeune fille contre la paire de chevaux divins donnés par Zeus à Tros, grand-père de Laomédon, en compensation pour l'enlèvement de Ganymède. Laomédon consent, mais une fois Hésione sauvée, refuse de nouveau d'acquitter son dû. Diodore précise qu'il fait emprisonner les deux hérauts envoyés par Héraclès, Iphiclès et Télamon. Ces derniers sont sauvés de justesse par Priam. Furieux, Héraclès tue Laomédon et sa famille, à l'exception de Priam et d'Hésione. À la suite de la lutte entre son père et Héraclès et de la prise de Troie par Héraclès et Télamon, il est le seul fils mâle de Laomédon qui est épargné. Pour ne pas devenir esclave, il est racheté par sa sœur Hésione et prend alors le nom de Priam, qui signifie « racheté »[1]. Il est d'abord nommé Podarge ou Podarcès (Ποδάρκης / Podárkês, « pied léger »).

L'Iliade relate la destruction de Troie par Héraclès, cependant les enfants de Laomédon n’ont aucun rôle dans son récit[il 1]. À l'époque de cette guerre, Laomédon envoya Priam lutter contre Héraclès ; le combat eut lieu en Phrygie : c'est de cette guerre dont parle Priam à Hélène au chant III[il 2]. Plus tard dans sa vie, Priam se rangea aux côtés des Phrygiens lors d'une campagnes contre les Amazones[il 3].

Interprétation[modifier | modifier le code]

Georges Dumézil remarque que la légende de Laomédon montre trois type d’hybris :

  • déloyauté économique envers Apollon et Poséidon, qu'il ne paie pas pour leur labeur ;
  • déloyauté héroïque contre Héraclès ;
  • déloyauté contre les hérauts, dont la personne est sacrée.

Ainsi, il y retrouve la trifonctionnalité indo-européenne :

  • berger et artisan ;
  • héros ;
  • Zeus, dieu protecteur des hérauts.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Dans l'Iliade[modifier | modifier le code]

  1. V, 638-642.
  2. Vers 184-190.
  3. Vers 190 et passim.

Autres[modifier | modifier le code]

  1. Selon le Pseudo-Apollodore : Apollodore, Bibliothèque [détail des éditions] [lire en ligne] II, 6, 4 et III, 12, 5.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Dumézil, « Le Triple Péché de Laomédon », dans L'Oubli de l'homme et l'Honneur des dieux, 1984 (recueilli dans Esquisses de mythologie, Gallimard, 1982).

Lien externe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :