Snorri Sturluson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portait de Snorri Sturluson tiré d'une édition de l'Heimskringla.

Snorri Sturluson (1179 - 1241) est un homme politique, diplomate, historien et poète islandais. Il est le principal écrivain scandinave du Moyen Âge. Auteur de nombreuses sagas et de récits mythologiques, son œuvre constitue une source irremplaçable pour la connaissance de la mythologie nordique.

Biographie[modifier | modifier le code]

La vie de Snorri nous est connue grâce à la Sturlungasaga (« Histoire des Sturlungar », c’est-à-dire des descendants de Sturla, le père de Snorri), rédigée à la fin du XIIIe siècle.

Snorri Sturluson est né en 1179 à Hvammur dans l'État libre islandais. Fils de Hvamm-Sturla Þórðarson et de Guðný Böðvarsdóttir, il appartient à la famille des Sturlungar (c'est-à-dire des descendants de Sturla), alors la plus influente du pays.

Snorri n’est pas élevé par ses parents mais, dès l’âge de trois ans, par Jón Loftsson — cette pratique est à l’époque une façon de sceller une alliance ou un accord. Jón Loftsson est l’un des chefs les plus puissants de l’île mais aussi un homme d’une grande érudition. Snorri passe sa jeunesse à Oddi, qui est alors l’un des principaux centres intellectuels de l’Islande. Il y découvre aussi bien la culture chrétienne que la littérature traditionnelle norroise : poèmes mythologiques et héroïques et premières sagas retraçant l’histoire des rois de Norvège ou les exploits de héros vikings.

Il fait un riche mariage et reçoit la charge de goði (chef local). Il s’emploie à accroître sa richesse, et joue un rôle politique de plus en plus important. De 1215 à 1219, il est titulaire de la plus haute fonction en Islande, celle de lögsögumaðr (« homme qui dit la loi »), c’est-à-dire qu’il préside l’Alþing (assemblée politique et juridique des hommes libres) et est chargé d’apprendre et de réciter les lois.

En 1218, il est invité à la cour de Norvège par le roi Hakon IV. Il passe deux ans aux côtés du roi et du prince Skuli et profite de son séjour pour approfondir sa connaissance de l’histoire de la Norvège. Mais Hakon a sur l’Islande des visées que Snorri s’est engagé à favoriser. Ce projet lui vaut des ennemis en Islande et, après son échec, sa disgrâce auprès du roi.

Il est néanmoins désigné une nouvelle fois lögsögumaðr de 1222 à 1231. Mais l’Islande entre alors dans une période de déclin (connue sous le nom de Sturlung, elle dure de 1230 à 1262), caractérisée par l’exacerbation des rivalités entre les principaux clans de l’île. La situation de Snorri devient alors délicate.

Aussi retourne-t-il en 1237 en Norvège, où une lutte féroce oppose désormais Hakon et Skuli. Il y reste deux années, aux côtés du prince Skuli, avant de regagner l’Islande, ce que le roi lui avait interdit. En 1241, après avoir vaincu Skuli, Hakon ordonne au chef du parti norvégien en Islande d’exécuter Snorri, qui meurt assassiné par un homme de main de son gendre dans la nuit du 23 septembre.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Snorri Sturluson est d'abord l'auteur de l'Edda, aussi appelée Edda de Snorri, Edda en prose ou Jeune Edda.

On lui doit également une Histoire des rois de Norvège (ou Heimskringla), des origines mythiques au XIIIe siècle.

Lui est aussi attribuée la Saga d'Egill, fils de Grímr le Chauve, grand poète, magicien, mais aussi guerrier viking sanguinaire, qui vécut au Xe siècle et est peut-être un ancêtre de Snorri.

Enfin, certains (Peter Hallberg notamment) estiment qu'il est l'auteur de la Þrymskviða, poème de l'Edda poétique narrant le vol et la récupération de Mjöllnir, le marteau de Þórr.

Traductions françaises[modifier | modifier le code]

  • Régis Boyer, L'Edda poétique, Fayard, coll. « L'Espace intérieur », 1992 (ISBN 2-213-02725-0), pour la Þrymskviða ;
  • Régis Boyer, La Saga de Harald l'impitoyable Payot, coll. « Petite bibliothèque Payot », 1979 (ISBN 2228336300)
  • Regis Boyer, La Saga de Saint Olaf, Payot, coll. « Petite bibliothèque Payot », 1992 (ISBN 2-228-88472-3) ;
  • Régis Boyer, Sagas islandaises, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1987 (ISBN 2-07-011117-2), pour la Saga d'Egill, fils de Grímr le Chauve ;
  • François-Xavier Dillmann, L'Edda, Gallimard, coll. « L'Aube des peuples », 1991 (ISBN 2-07-072114-0) ;
  • François-Xavier Dillmann, Histoire des rois de Norvège - Première partie, Gallimard, coll. « L'Aube des peuples », 2000 (ISBN 2-07-073211-8).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Dumézil, « Réhabilitation de Snorri », dans Loki Flammarion, coll. « Champs », 1999. (ISBN 2-08-081342-0). Repris dans Mythes et dieux des Indo-Européens, ainsi que dans La religion romaine archaïque Payot 1966 p82 ;
  • Patrick Guelpa, Dieux et mythes nordiques, Presses Universitaires du Septentrion, coll. « Savoirs mieux. Histoire des religions », 1998. (ISBN 2-85939-562-8) ;
  • Rudolf Simek, Dictionnaire de la mythologie germano-scandinave, Le Porte-Glaive, coll. « Patrimoine de l'Europe », 1995 [2 volumes]. (ISBN 2-906468-37-1 et 2-906468-38-X).
  • Jorge Luis Borges, Essai sur les littératures médiévales germaniques, Bourgois, 1981.
  • Eric Eydoux, Histoire de la littérature norvégienne, Caen, Presses universitaires de Caen, 2007, 527 pages.
  • Régis Boyer, Snorri Sturluson: Le plus grand écrivain islandais du Moyen Âge, OREP, 2012

Lien externe[modifier | modifier le code]