Faucille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne l'outil. Pour la plume, voir faucille (plume).
Récolte des blés en Italie du sud en 1943.
Retour des champs dans le Kerala en 2007.

La faucille est un outil de cultivateur utilisé pour moissonner les végétaux.

Historique[modifier | modifier le code]

Faucille (à gauche) et faux (à droite)

La faucille, qui se tient à une main, précède chronologiquement la faux. La faucille primitive apparaît au paléolithique supérieur (-20 000 à -10 000)[1]. Au Paléolithique et au Néolithique, la faucille était constituée d'une longue lame de silex[2], ou d'un « manche incurvé qui porte, fixées dans une gouttière, une série de lamelles de pierre »[3].


Usage[modifier | modifier le code]

Gant de bois destiné à protéger la main gauche d'un faucheur droitier

Lors de la moisson, le faucheur doit se protéger la main qui tient la javelle des coups de faucille possibles.

France[modifier | modifier le code]

Dans quelques parties du midi de la France, l'opérateur utilise des didals, des doigtiers faits de roseau[4]. Dans d'autres régions, les faucheurs à la faucille utilisaient des gants de bois préparés pendant les veillées d'hiver. Le gant de bois pouvait comporter trois ou quatre doigts, le pouce devant rester libre pour saisir le javelle, ou un creux unique pour tous les doigts. Le gant se termine par une pointe qui aide à la formation de la javelle[5].

Entretien[modifier | modifier le code]

L'affinage ou le redressement du tranchant de la faucille peut se faire par battage. Le fer souple s'affine sous les coups, il n'y a pas de perte de matière. Le battage peut se faire avec les mêmes outils que le battage de la faux. L'aiguisage se fait à la pierre.

Symbolique[modifier | modifier le code]

Elle a été utilisée comme symbole de la classe paysanne, par exemple sur le drapeau soviétique représentant la faucille et le marteau.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rémi Carillon, « Du bâton à fouir à l'aube de la motorisation agricole », Centre de recherche sur la culture technique, Neuilly-sur-Seine (FRA), 1986, p. 87.
  2. René Treuil, Les civilisations égéennes du Néolithique et de l'Âge du bronze, PUF, 2008, p. 484.
  3. René Treuil, op. cit., p. 83.
  4. Louis Boucoiran, « Dictionnaire analogique et étymologique des idiomes méridionaux », tome 2, p. 480, 1898, numérisé par IEO Paris
  5. Collection de l'« Amicale des Corréziens de Paris »

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :