Dictys de Crète

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dictys.

Dictys de Crète (en latin Dictys Cretensis) fut selon la légende un compagnon d'Idoménée lors du siège de Troie. La tradition rapporte qu'il aurait rédigé un « journal » (ou « éphéméride ») de la guerre.

Texte[modifier | modifier le code]

Le texte en latin que nous avons sous le nom d’Éphéméride de la guerre de Troie (Ephemeris belli Troiani, en six livres) date du IVe siècle après J.-C. Il est dû à un certain Quintus Septimius qui prétend traduire le texte de Dictys retrouvé paraît-il après un tremblement de terre en Crète sous le règne de Néron. L'existence d'un original grec a longtemps été mise en doute, mais elle a été confirmée en 1899-1900 par la découverte d'un fragment parmi les papyri d'Oxyrhynque (rouleau réutilisé en l'an 206). L'Éphéméride de Dictys a été utilisé comme source par les chroniqueurs byzantins à partir de Jean Malalas. Le plus ancien manuscrit du texte latin, retrouvé dans la bibliothèque des comtes Balleani à Jesi et décrit en 1907 (Codex Æsinas), date en grande partie du IXe siècle. La Bibliothèque nationale de France possède un exemplaire ayant appartenu à Pétrarque (Paris. lat. 5690). La première édition imprimée date au plus tard de 1471.

L’Éphémeride de Dictys a souvent été associé (en Occident) à l'Histoire de la destruction de Troie attribué à Darès le Phrygien, avec lequel il est généralement imprimé. C'étaient au Moyen Âge les deux principales sources sur la guerre de Troie.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Léopold Constans (édition, publication, introduction), Benoît de Saint-Maure, Roman de Troie, Société des anciens textes français, Paris, Firmin Didot, 1904-1912.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]