Tiamat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tiamat (homonymie).
L’entité primordiale Tiamat est représentée comme un serpent gigantesque sur ce sceau babylonien.

Tiamat est une divinité mésopotamienne. Dans la mythologie babylonienne, Tiamat personnifie les eaux salées des océans où règne le chaos. Son nom pourrait provenir du sumérien: ti (vie) et ama (mère)[1], ou plus probablement du terme akkadien désignant la « mer » (tâmtu, forme ancienne ti'amtum).

Mythologie babylonienne[modifier | modifier le code]

Elle est aussi et avant tout la mère de tout ce qui existe, incluant aussi les dieux eux-mêmes. Son époux est Apsû, la personnification des abîmes d'eau douce qui gisent sous la terre. De leur union, de l'eau salée de la mer et de l'eau douce des abîmes, naissent les deux premiers dieux : Lachmu et Lachamu, parents d'Ansar et de Kisar, grands-parents d'Anu et de Ki.

Dans le récit épique de la création Enûma Elish, écrit vers la fin du IIIe millénaire av. J.-C., leurs descendants commencèrent à irriter Tiamat et Apsu qui décidèrent de détruire leur progéniture. Ea, lorsqu'il découvrit leur stratagème, entreprit de tuer Apsu pendant son sommeil. Tiamat tomba dans une rage incontrôlable quand elle apprit la mort de son mari et voulut le venger. Elle créa une armée de créatures monstrueuses dirigées par son nouvel époux Kingu, qui était aussi son fils.

Par la suite, Tiamat fut défaite par le jeune dieu Marduk qui était venu au monde dans les abîmes de la mer d'eau douce. Marduk fendit son corps en deux : de son torse et sa tête il créa les cieux, de ses jambes et membres inférieurs il créa la terre. De Tiamat naquit l'eau venue en nuages et ses larmes devinrent la source du Tigre et de l'Euphrate. Kingu périt lui aussi, et de son sang, Marduk créa les premiers hommes.

"L'abîme" (en Hébreu "tehom") au tout début de la Genèse est un terme dérivé de Tiamat.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

La XIIème planète[modifier | modifier le code]

Dans son livre, La douzième planète, Zecharia Sitchin traduisit de manière originale une ancienne légende, L’Épopée de la Création, découverte dans les ruines de la bibliothèque d'Assourbanipal à Ninive. Plutôt que d'y voir des combats célestes symboliques opposant les divinités, il décida de les interpréter comme des faits astronomiques réels, chaque divinité représentant une planète ; et il remarqua qu'une planète inconnue était mentionnée en tant que Tiamat. Il en déduisit qu'une collision de l'hypothétique Tiamat et de Nibiru, aussi nommée Mardouk, engendra la Terre et la ceinture d'astéroïdes. Tiamat aurait été complètement détruite durant la collision[2].

Autres[modifier | modifier le code]

  • Tiamat est l'une des 1 038 femmes dont le nom figure sur le socle de l'oeuvre contemporaine The Dinner Party de Judy Chicago. Elle y est associée à la Déesse primordiale, première convive de l'aile I de la table[3].
  • Série télévisée : Stargate SG-1 (Saison 1, épisode 12, Le feu et l'eau), Nem, un extraterrestre dont la race est amphibie, recherche auprès de Daniel Jackson des informations sur sa femme Omoroca (autre nom de Tiamat[4]), qui voyagea jusqu'à Babylone pour aider au combat contre le Goa'uld Belus. On apprendra que Belus l'a découpée en morceaux.
  • Série télévisée : Supernatural, il existe une pièce de monnaie maudite sur laquelle figure Tiamat. Cette pièce, jetée dans une fontaine, lui donne le pouvoir d'exaucer les souhaits. Les frères Winchester sont forcés d'intervenir quand ces derniers se révèlent être corrompus.

Apparaissant dans les jeux vidéo, Tiamat peut être un monstre ou personnage (Aion, Golden Sun, Darksiders, Final Fantasy,Solatorobo,...) ou un objet ou pouvoir aidant le joueur (League of Legends, Breath of Fire III,...) Dans le jeu de rôle "Advanced dungeons and dragons", Tiamat est la reine des dragons chromatiques.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Palmer, Abram Smythe Influence babylonienne sur la Bible et croyances populaires : "Tĕhôm et Tiâmat", "Hadès et Satan" : une étude comparative de Genèse I. 2 (Londres, 1897)
  2. Les Grands Mystères de l'Histoire, N°40, février 2009, Neb-Heru (Nibiru), A la recherche de la Xème planète, p.70.
  3. Musée de Brooklyn - Tiamat
  4. StargateWiki