Teucros fils de Télamon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Teucros.
Archer achéen du fronton ouest du temple d'Aphaïa à Égine, traditionnellement identifié à Teucros, Glyptothèque de Munich (inv. 77)

Dans la mythologie grecque, Teucros ou Teucer (en grec ancien Τεῦκρος / Teũkros), fils de Télamon et d'Hésione, est le demi-frère d'Ajax le Grand, selon Homère[1] : Télamon, combattant Laomédon pour le compte d'Héraclès, a ramené captive Hésione et l'a rendue mère de Teucros, ce qui fait de lui un demi-frère d'Ajax, et mêle également son sang à la famille royale de Troie. Selon certains auteurs, Ajax et Teucros sont frères. Dans l’Énéide, lorsque Vénus vient tenter de comprendre les desseins de Jupiter : elle fait alusion aux Romains, que la tradition fait descendre de la population des Troyens par Énée : Virgile le rappelle quand Vénus parle de Teucros, fils de Télamon et d'Hésione[2],[3] ; puis encore lorsque Didon explique à Énée que Teucros est venu à Tyr au retour des armées du roi Bélos, pour le compte de qui il a combattu lors de ses conquêtes Chypre, où il installa Teucros sur un trône[4].

Il prend part à la guerre de Troie, où il se révèle le meilleur archer du camp achéen grâce à un arc donné par Apollon. Il aurait tué de ses flèches Hector si Zeus n'avait pas rompu la corde de son arc au moment fatidique[5]. Il est compté parmi les guerriers présents dans le cheval de Troie. À son retour, il fonde la ville de Salamine de Chypre[6] et épouse Euné, fille de Cinyras (roi de Chypre).

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Homère, Iliade [détail des éditions] [lire en ligne], Chant VIII, vers 284, et Chant XII, vers 370
  2. princesse troyenne captive de Télamon combattant Laomédon pour le compte d'Héraclès
  3. Virgile, Énéide [détail des éditions] [lire en ligne] (Chant I, vers 235 et passim)
  4. Virgile, Énéide [détail des éditions] [lire en ligne] (Chant I, vers 619 et passim)
  5. Iliade (XV, 458-469)
  6. Isocrate, Éloge d’Évagoras (I, 1)