Groupe Flammarion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Flammarion (homonymie).
logo
Logo de Groupe Flammarion
Repères historiques
Création 1875[1]
Fondateur(s) Ernest Flammarion
Fiche d’identité
Forme juridique Autre SA à conseil d'administration
Statut Groupe d'édition
Siège social Paris
Drapeau de la France France
Direction Teresa Cremisi (PDG)
Langue(s) de
publication
Français
Diffuseur(s) Flammarion diffusion
Société mère Groupe Gallimard/Madrigall
Filiale(s) Casterman, J'ai lu, Arthaud, Librio, Fluide glacial
Site officiel Flammarion.com
Données financières
Chiffre d’affaires en augmentation 263,10 millions (2009)[2]
Principaux concurrents
Hachette Livre, La Martinière, Editis

Le groupe Flammarion est l'un des dix principaux groupes éditoriaux français. Il comprend plusieurs maisons d'édition dont celle qui a donné son nom au groupe, fondée en 1875 au no 26 de la rue Racine[3].

Le groupe est présent sur les secteurs de la diffusion, la distribution et la librairie. Il est implanté en France, en Belgique et au Canada.

À travers ses marques, le groupe Flammarion couvre les domaines de la littérature, de l'art et du patrimoine, de l'art de vivre et de la vie pratique, des sciences et des sciences humaines, des atlas, du parascolaire, du poche, de la BD, de la jeunesse et de l'humour.

Histoire[modifier | modifier le code]

La naissance de cette maison[4] est intimement liée à la personnalité d'Ernest Flammarion, frère de l'astronome Camille Flammarion : Ernest publiera les essais et albums de son frère destinés au grand-public, lesquels deviendront de véritables best-sellers à la fin du XIXe siècle.

En 1876, Ernest s'associe au libraire parisien Charles Marpon (mort en 1890) pour former « Charles Marpon et Ernest Flammarion »[5] : ils rachètent ensuite le fond de la Librairie internationale A. Lacroix, Verboeckhoven et Cie (Bruxelles) au catalogue de laquelle figurent Victor Hugo, Émile Zola et Jules Michelet. L'un des premiers succès est l'édition illustrée de L’Assommoir (1878), qu'ils cofinanceront avec la Librairie Charpentier. Avec les bénéfices, ils publient l'impressionnant album L'Astronomie populaire de Camille Flammarion (1879) qui donne un peu la ligne éditoriale des vingt années suivantes : prédilection pour les domaines scientifiques mis à la portée de tous et les livres pratiques. Ainsi, deux collections, Ouvrages utiles (1887) et Bibliothèque Flammarion (1890) s'ouvrent à l'Histoire, l'Anthropologie, la Botanique. La fiction n'est pas en reste avec la collection Auteurs célèbres (1889) et la publication de nouveautés parmi lesquelles les ouvrages d'Hector Malot qui figurèrent longtemps en tête des ventes, et la publication de récits de voyages authentiques (Jean-Baptiste Charcot, Frederick Cook, etc.). En 1902, transfuge des célèbres éditions Félix Alcan, Gustave Le Bon se voit confier La Bibliothèque de Philosophie scientifique. La même année, Flammarion innove en lançant une collection de romans populaires en format poche et couverture illustrée couleur à 0.95 centime. Entre 1905 et 1925, Flammarion connaît de vifs succès avec des romanciers comme Victor Margueritte, Maurice Genevoix, Henri Barbusse, Colette, parfois couronnés de prix littéraires. En 1914, les Frères Fischer lancent Select-Collection. En 1922 est lancée la collection Bibliothèque des connaissances médicales qui deviendra bien plus tard Flammarion Médecine. En 1930, les fameux albums du Père Castor commencent à paraître, inaugurant un marché très porteur, celui de la jeunesse. Durant l'Occupation, Charles et Armand Flammarion se compromettent : ils seront sanctionnés en 1945 par la Commission interprofessionnelle d'épuration de l’Édition[6]. En 1958 la collection de poche J'ai Lu est créée par Frédéric Ditis.

Dans les années 1960, Garnier et Flammarion s'associent pour lancer la collection des classiques Garnier-Flammarion, devenu depuis une collection du Groupe sous le nom de GF Flammarion. En 1977, Flammarion rachète les éditions Arthaud. De 1986 à 1995, Françoise Verny est la directrice éditoriale et audiovisuelle du groupe. Dans les années 1980, les librairies Flammarion 4 sont ouvertes et proposent, outre des Beaux livres, des éditions d'objets design à tirage limité. En 1999, Raphaël Sorin publie Les Particules élémentaires de Michel Houellebecq : grâce à cet auteur traduit dans le monde entier, Flammarion décroche le prix Goncourt en 2010 avec La Carte et le Territoire.

Flammarion est restée une maison d'édition à directoire familiale de 1876 à 2000 : après Ernest, c'est son fils Charles qui reprend le relais en 1918, suivi en 1967 d'Henri, puis de Charles-Henri en 1985 qui gardera le contrôle du groupe en dépit d'une introduction en bourse en juin 1996 avec une capitalisation évaluée à plus d'un milliard de francs (220 millions d'euros).

En octobre 2001, la famille Flammarion cède ses parts au groupe italien RCS MediaGroup qui en prend le contrôle. En 2005, la direction est confiée à Teresa Cremisi.

En 2012, le Groupe Gallimard achète à RCS MediaGroup le groupe Flammarion pour un montant de 251 millions d'euros[7].

Principales sociétés d'édition du groupe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Art. "Flammarion" in Dictionnaire encyclopédique du Livre, Cercle de la Librairie, T2, p. 234.
  2. « L'édition mondiale 2010 », Livres Hebdo, n° 826, 18 juin 2010.
  3. Flammarion 26, rue Racine dans Le Point du 18 juillet 2002.
  4. Élisabeth Parinet, art. Flammarion, opus cit., pp. 233-234.
  5. Couv. de La Corde au cou, première publication de « C. Marpon et E. Flammarion »
  6. P. Fouché, in Dictionnaire encyclopédique du Livre, Cercle de la Librairie, 2003, T.1, p. 593, §2.
  7. « Edition: Gallimard, autorisé à racheter Flammarion, devient le numéro trois français » (consulté le 2 septembre 2012)

Lien externe[modifier | modifier le code]