Maison (généalogie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maison (homonymie).

La maison, qui désignait à l'origine le lieu où une famille demeure pendant plusieurs générations — du latin manere, « rester », et qui a donné manse, mesnil et maison —, désigne le patrimoine collectif et la puissance héréditaires d'une famille. C'est ainsi qu'en grec le mot oïkos désignait à la fois la famille et la maison.

Ce terme est passé de l'immeuble au lignage qui le possède, sans être réservé aux familles régnantes, ni noble, puisqu'il peut aussi bien désigner des familles paysannes, bourgeoises, industrielles, de banquiers, de commerçants, pourvu que celles-ci elles aient un patrimoine et un établissement assez considérable pour être comparé à un domaine foncier. On parle ainsi de la maison Pommery pour du vin de Champagne, ou des maisons Rotschild ou Nucingen pour des banques, alors que ce mot ne s'emploiera pas pour des familles nobles importantes lorsque celles-ci ne conservent pas durablement un même fief héréditaire.

Lorsqu'un lignage noble cesse de posséder le fief dont elle tient le nom, le terme de maison continue à désigner le domaine possédé par une autre famille. De ce fait, en histoire dynastique, on désigne par Maison la succession des familles qui ont possédé une terre titrée, et famille le lignage avec toutes ses branches en filiation masculine. C'est ainsi que l'on dit que les Habsbourg appartiennent à la famille de Lorraine puisqu'ils sont la famille des ducs de Lotharingie, et qu'ils possèdent la maison d'Autriche, tandis que la maison de Lorraine appartenait à la famille Leszczynski qui avait reçu le duché de Lorraine.

Le terme a pris la valeur d'un concept général d'ethnologie et d'anthropologie avec les travaux de Le Play sur les « familles souches », puis de Lévy-Straus en 1979 sur les « sociétés à maisons ».

Le terme de maison pour désigner une famille royale apparaît au XIIe siècle dans les traductions de la Vulgate[1] ; celle-ci parle de domus Saul et de domus David[2]. « Maison » était donc propre à qualifier le lignage du roi de France, « nouveau David », roi très chrétien, oint sur la tête comme les rois d'Israël. C'est au XIIIe siècle que le roi des Francs se dit officiellement roi de France et que les grands officiers du roi se titrent peu à peu de France[1]. Par exemple, le maréchal du roi devient le maréchal de France. L'expression « maison de France » est consacrée par le pape Boniface VIII dans sa bulle de canonisation de Louis IX, Gaudeat Dominus inclyta Franciae (11 août 1297). Après la maison de France, le mot « maison » fut adopté pour désigner d'autres familles souveraines européennes.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Encyclopædia Universalis, volume 19, page 1186, édition 1975, ISBN 2-85229-281-5.
  2. Hervé Pinoteau, La Symbolique royale française, Ve - XVIIIe siècle, P.S.R. éditions, 2004, p. 184.