Accouchement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Une femme venant d'accoucher et son nouveau-né.

L'accouchement est l'action de mettre un enfant au monde. Marquant l'aboutissement de la grossesse, il consiste en l'expulsion d'un ou plusieurs fœtus de l'utérus de sa mère.

L'accouchement, qui regroupe le travail et la parturition, se déroule en trois phases. La première est la phase de dilatation qui commence avec les contractions de l'utérus, qui pressent la membrane amniotique dans le col de l'utérus. La deuxième phase du travail est celle de l'expulsion : les contractions utérines s'accentuent, les muscles abdominaux se contractent, contribuant à l'expulsion du fœtus par le vagin. C'est la naissance du bébé. À ce stade, le fœtus est encore relié à la mère par le cordon ombilical, qui doit être coupé. La troisième phase est la délivrance, c'est-à-dire le moment où le placenta est expulsé par l'utérus.

L'accouchement est un phénomène intimement lié à l'humanité. Le processus d'accouchement et tous les aspects qui l'entourent varient donc en fonction des contextes historique, géographique, social et culturel. Ces contextes influencent les positions d'accouchement, les conditions dans lesquelles l'accouchement a lieu, les personnes du monde médical ou non qui entourent la parturiente (sage-femme, obstétricien, père...) ainsi que les lieux d'accouchement (accouchement assisté à domicile, hôpital, maison de naissance).

Sommaire

Données physiologiques[modifier | modifier le code]

Une femme et son nouveau-né.

Date de l'accouchement[modifier | modifier le code]

La date théorique d’accouchement est la date du premier jour des dernières règles à laquelle sont ajoutés 14 jours puis les neuf mois du calendrier[1].

Pour le suivi de la grossesse, on préfère généralement l'évaluer en « semaines d'aménorrhée » (SA), c'est-à-dire, en nombre de semaines écoulées depuis le premier jour des dernières règles. On considère comme grossesse à terme toute grossesse de 37 à 41 semaines d'aménorrhée complètes. En France, le terme théorique correspond à 41 semaines complètes, alors qu'en Belgique, il n'est que de 40 semaines[2].

Lorsque le bébé naît avant le terme de 37 SA, on parle de prématurité. Lorsqu'il naît à partir de 42 SA, on parle de terme dépassé. Il est important de distinguer la notion de terme dépassé, qui correspond à un écart par rapport à une moyenne statistique, de la postmaturité, qui est un état pathologique du fœtus causé par un dysfonctionnement du placenta n'assurant plus correctement son rôle d'échanges, de nutrition et d'oxygénation[3].

Nouveau-né prématuré dans sa couveuse.

La méthode de calcul de la date d’accouchement est basée sur le dernier cycle menstruel de la femme enceinte, en considérant que son cycle est de 28 jours. L’ovulation est censée avoir eu lieu 14 jours avant les règles suivantes, c'est-à-dire 14 jours après le premier jour des dernières règles dans un cycle de 28 jours. L’ovule a une durée de vie de 24 heures, les spermatozoïdes jusqu’à 4 jours, ce qui permet une période de fertilité d’environ 5 jours. La fécondation est censée avoir lieu durant cette période de fertilité, c'est-à-dire entre les 10e et 15e jours qui suivent le premier jour des dernières règles, avec une fréquence maximale le 14e jour.

Il existe plusieurs sources d'erreurs dans ces calculs : le cycle peut être différent de 28 jours, l'ovulation peut intervenir à d'autres moments qu'au 14e jour du cycle, et le premier jour des dernières règles peut ne pas être connu avec précision.

La datation de l'âge de la grossesse, et donc la détermination de la date théorique d'accouchement, peut être réalisée lors d'une échographie, par mesure de la longueur crânio-caudale du fœtus. Cependant, pour être fiable, celle-ci doit être réalisée entre 11 et 13 semaines de préférence, et en tous cas avant 20 semaines[4]. Les spécialistes de biométrie fœtale disposent de tables statistiques sur différentes mesures[5] qui leur permettent de dire si les mesures paraissent cohérentes avec la date de conception supposée. Cependant, cette méthode ne permet de détecter que les différences grossières[6].

La dispersion des durées de grossesse autour du terme théorique est élevée. Cette dispersion est difficile à évaluer actuellement en raison de la fréquence des déclenchements, mais une valeur de 7 jours pour l'écart-type est une estimation acceptable. Ceci revient à dire que 95 % des femmes accoucheraient spontanément entre 39 et 43 semaines d'aménorrhée. En réalité, la répartition statistique n'est pas symétrique, de sorte qu'il est plus fréquent de voir des femmes accoucher avant qu'au-delà du terme théorique. Selon l'estimation de sages-femmes qui pratiquent un accompagnement global à la naissance et de certaines études sur le déclenchement[7], moins de 1 % des femmes accoucheraient spontanément à plus de 42 semaines. Certaines études ont aussi décelé des différences notables de la durée de grossesse en fonction des groupes ethniques et du nombre de grossesses précédentes. Ainsi la durée moyenne d'une première grossesse pour une femme de type européen est de 41 SA et 1 jour. À partir d'une deuxième grossesse, elle n'est plus que de 40 SA et 3 jours[8].

Les promoteurs d'une pratique obstétricale moins interventionniste[9] suggèrent une surveillance attentive de l'apparition des premiers signes cliniques de postmaturité — avant même que la souffrance fœtale ne devienne visible sur le rythme cardiaque — plutôt que la pratique très répandue qui consiste à déclencher systématiquement et arbitrairement l'accouchement à 42 semaines d'aménorrhée voire à la date théorique de 41 SA ou 40 SA selon les pays. La tendance des obstétriciens, toutefois, consiste à mettre en balance les risques (pour la mère et l'enfant) associés à un âge gestationnel particulier avec les risques d'un déclenchement de l'accouchement. Les recommandations de pratique clinique visent à indiquer des limites raisonnables en fonction de la littérature scientifique et du consensus des experts. Toutefois, la décision finale de traiter ou pas appartient à la femme enceinte[10].

Durée de l'accouchement[modifier | modifier le code]

L'accouchement est un processus en trois phases (dilatation, expulsion et délivrance).

La phase de dilatation est généralement la plus longue puisqu'elle implique un assouplissement des parois vaginales, un effacement puis une ouverture du col de l'utérus et une laxité ligamentaire au niveau du bassin pour permettre le passage du bébé. Cette phase peut, selon la force et la durée des contractions, être divisée en une période dite de latence, durant laquelle les contractions sont irrégulières, et en une période active, durant laquelle la dilatation est d’au moins 4 cm et les contractions sont régulières et espacées de cinq minutes ou moins. Le processus d'ouverture du col de l’utérus n'est pas le même pour les femmes n'ayant jamais accouché (primipares) et celles ayant déjà donné la vie (multipares). Pour une primipare, la durée moyenne est de 12 heures, contre 6 à 7 heures pour une multipare[11]. La durée moyenne de cette phase de l'accouchement est passée en Occident de 4 heures environ à 6 heures 30 au cours des cinquante dernières années. L'explication en serait l'augmentation de l'âge de la parturiente, de son indice de masse corporelle, de la taille du bébé, et surtout le recours généralisé à la péridurale bien connue pour ralentir le travail[12].

La phase d’expulsion commence avec l’ouverture complète du col de l’utérus et se termine avec la naissance de l'enfant. Elle ne dure généralement pas beaucoup plus d’une heure pour une primipare et, au maximum, 30 minutes pour une multipare[11].

La phase de délivrance s'étend de la naissance de l'enfant jusqu'à l'expulsion du placenta et dure en moyenne de 20 à 30 minutes[11].

De telles valeurs sont des moyennes statistiques et sont extrêmement variables d'une femme à l'autre. Elles dépendent de nombreux facteurs tels que la tonicité de l'utérus, le diamètre fœtal en voie d'engagement, les dimensions et l'ouverture du bassin maternel. Elles dépendent également de l'état physique et psychologique de la femme en travail, ainsi que des conditions et du confort dans lesquelles elle accouche (lieu apaisant et rassurant, liberté de mouvement, mobilité de la parturiente et positions d'accouchement). Elles dépendent enfin du nombre d'accouchements précédents (grande multiparité) ou de la présence ou non d'une grossesse multiple.

Dans la médecine conventionnelle, il est fréquent d'accélérer l'accouchement par l'administration d'ocytocine artificielle. Cette pratique, bien que couramment appliquée dans les hôpitaux en France, est considérée comme utilisée à tort par l'organisation mondiale de la santé[13]. En effet, l’injection d’ocytocine provoque généralement des contractions de forte intensité, douloureuses, qui entraînent la mise en place d'une péridurale, avec pour conséquence un taux plus élevé d'extractions instrumentales (forceps ou ventouse). Elle augmente également le risque d’hémorragie post-partum[14],[15]. Elle peut avoir comme effets secondaires des nausées, des vomissements, des contractions ventriculaires prématurées, des troubles du rythme cardiaque et, plus rarement, une afibrinogénémie. Chez le bébé, elle peut causer une bradycardie fœtale ou un ictère néonatal. Un surdosage peut entraîner chez les patients hypersensibles une hypertonie utérine, source de souffrance fœtale, et pouvant entraîner une rupture de l’utérus[16].

Déroulement de l'accouchement[modifier | modifier le code]

Première étape : phase de dilatation[modifier | modifier le code]

Signes du début de l'accouchement[modifier | modifier le code]
L'accouchement commence par la perte du bouchon muqueux, par des contractions utérines ou par la rupture de la poche amniotique.

L'accouchement commence de différentes manières : par la perte du bouchon muqueux, par des contractions utérines ou par la rupture de la poche amniotique.

La perte du bouchon muqueux, une sorte de glaire cervicale chargée de cellules desquamées lui donnant une teinte brunâtre, peut se détacher du col de l'utérus dans les quelques jours qui précèdent l'accouchement, le jour même, ou à la suite des premières contractions. La perte du bouchon muqueux peut toutefois passer inaperçue[17].

L'apparition de contractions utérines plus ou moins douloureuses est un autre signe du début de l'accouchement. Elles peuvent survenir initialement toutes les 10 à 30 minutes et durer quelques secondes chacune. Il se peut toutefois que les premières contractions ressenties soient des contractions de Braxton Hicks.

Parfois le travail commence par la rupture de la poche des eaux entraînant la perte du liquide amniotique, communément appelée « perte des eaux ».

Dans le contexte médical, il est parfois nécessaire de ne pas attendre la mise en route spontanée du travail et de provoquer l'accouchement.

Contractions utérines, effacement et dilatation du col de l'utérus[modifier | modifier le code]

Les contractions utérines commandent à la fois l'effacement et la dilatation du col de l'utérus et les mouvements de flexion et de rotation de la présentation du fœtus, indispensables à l'expulsion du bébé hors des voies génitales maternelles[18]. Ces contractions sont involontaires. Elles sont intermittentes et rythmées puisque l’utérus se relâche entre chacune d’entre elles. Elles sont généralement progressives dans leur fréquence, leur durée et leur intensité. En effet, en tout début de travail, elles surviennent en moyenne toutes les 15 à 20 minutes et durent de 15 à 20 secondes. À la fin de la première phase de travail, elles surviennent toutes les 2 à 3 minutes et durent 30 à 45 secondes. Leur intensité augmente au fur et à mesure de la progression de la phase de dilatation. Les contractions sont généralement douloureuses, bien que la douleur ne soit ressentie qu’après une certaine durée de la contraction et se termine avant la fin de celle-ci. L’intensité de la douleur est sujette à des variations individuelles. Elle peut augmenter avec la progression du travail, mais est majorée par l’ignorance, la peur et l’angoisse, et à l'inverse atténuée par la relaxation et la détente. Les contractions sont qualifiées de « totales » étant donné qu’elles concernent tout l’utérus[19].

Pendant une contraction, les longs muscles de l'utérus se contractent, en commençant par le haut de l'utérus et en progressant jusqu'aux fesses. À la fin de la contraction, les muscles se relâchent mais demeurent plus courts qu'au début de la contraction. Cette traction efface le col de l'utérus, puis le dilate progressivement.

Évolution du col de l'utérus pendant la phase de dilatation: (1) Col non effacé, (2) Col effacé avec dilatation de 1 cm, (3) Dilatation de 5 cm, (4) Dilatation complète de 10 cm.

L'effacement du col signifie que le col se raccourcit. Il passe d'une longueur de 30 à 43 mm à une longueur de l'ordre de 5 mm ou moins. Quand l'effacement est terminé, la dilatation peut commencer. La dilatation du col progresse ensuite au rythme des contractions, en augmentant en moyenne de 1 cm à 1,5 cm par heure pour atteindre une ouverture finale de 10 cm. Ce phénomène est le résultat de la conjonction de trois effets des contractions : une augmentation de la pression intra-utérine, un appui sur le col par l'intermédiaire de la poche des eaux ou/et de la présentation fœtale, et un effet de traction directe sur le col par l'intermédiaire du segment inférieur et du raccourcissement des fibres utérines[20].

L’évolution de la dilatation du col est mesurée par le toucher vaginal réalisé par l’index et le majeur. Lorsque l’on peut introduire un doigt dans l’orifice cervical, on dit qu’il est ouvert à 1 cm. Lorsque l’on peut introduire deux doigts, il est ouvert à 2 cm. On estime ensuite l’écart entre l’index et le majeur placés sur les parois du col[21]. Cette pratique, bien que très fréquente dans les hôpitaux, est contestée par les partisans d’un accouchement plus naturel. En effet, ces touchers vaginaux à répétition présentent un risque d’infection, peuvent être douloureux et ne respectent pas l’intimité et la concentration de la parturiente. De plus, un contrôle régulier de l’ouverture du col n’a pas de sens dans la mesure où la progression de la dilatation est rarement linéaire (elle peut présenter des interruptions puis subitement s’accélérer)[22]. L’Organisation mondiale de la santé considère ainsi que les touchers vaginaux répétés ou fréquents, spécialement par plusieurs dispensateurs de soins, font partie des pratiques fréquentes utilisées à tort[23].

Si la poche des eaux est toujours intacte, elle peut se rompre à n'importe quel moment lors de la phase de dilatation.

Deuxième étape : phase de l'expulsion[modifier | modifier le code]

Naissance du bébé[modifier | modifier le code]
Expulsion du nouveau-né

La phase d’expulsion est le processus qui a lieu depuis la dilatation complète (à 10 cm) jusqu’à la naissance du bébé. Elle est souvent précédée d’une courte phase de désespérance associée à un pic d’adrénaline, durant laquelle la parturiente éprouve un découragement, immédiatement suivi d'un regain d’énergie. L'imminence de ce deuxième stade peut s'estimer par le score de Malinas.

Dans cette deuxième phase du travail, le fœtus traverse le bassin osseux, puis le vagin pour finalement sortir du ventre maternel. L'expulsion est facilitée par l'amplification des contractions utérines et de puissantes contractions abdominales. En effet, la parturiente peut à ce stade ressentir une irrépressible envie de pousser qui peut être comparée à une envie d'aller à la selle.

Dans le contexte médical, les contractions abdominales sont souvent induites par le personnel soignant qui invite la parturiente à « pousser », selon la célèbre injonction « inspirez, bloquez, poussez »[24]. Il s'agit de la poussée dirigée[25]. Hors de ce contexte et lorsque rien ne vient perturber l'intimité de la future mère, se produit un réflexe d'éjection du fœtus qui ne nécessite aucun effort volontaire. Inciter la parturiente à pousser est non seulement inutile, mais peut être épuisant, voire provoquer un pneumothorax, un éclatement de la rate et des capillaires sanguins en cas de poussée volontaire prolongée. Cette pratique est aussi une cause de déchirure du périnée, en particulier si la femme pousse volontairement en étant couchée sur le dos[25]. L’Organisation mondiale de la santé considère également que les efforts de poussée soutenus et dirigés pendant le deuxième stade du travail font partie des pratiques qui sont à l'évidence nocives ou inefficaces et qu'il convient d'éliminer[23].

Dans certains hôpitaux français est pratiquée l’expression abdominale, c'est-à-dire une pression sur le fond de l’utérus pratiquée par le personnel médical, avec l’intention spécifique de raccourcir la durée de la deuxième phase de l’accouchement. La Haute Autorité de santé (HAS) considère néanmoins que cette pratique ne présente pas d’indications médicalement validées et que le vécu traumatique des patientes et de leur entourage et l’existence de complications, rares mais graves, justifient l’abandon de cet usage. La HAS estime également que dans les situations médicales qui nécessitent d’écourter la deuxième phase de l’accouchement, le recours, en fonction du contexte clinique, à une extraction instrumentale (forceps, ventouse obstétricale, spatules) ou à une césarienne doit être préféré. Si une expression abdominale est pratiquée malgré les recommandations précédentes, elle doit être notée dans le dossier médical de la patiente par la personne chargée de l’accouchement, en précisant le contexte, les modalités de réalisation et les difficultés éventuellement rencontrées[26].

Depuis le XVIIIe siècle, le personnel médical pratique de façon presque routinière une épisiotomie, c'est-à-dire une incision du périnée, dans le but d’éviter sa déchirure au moment du passage du bébé[27]. Cette pratique est contestée depuis le milieu des années 1990 en raison de ses faibles bénéfices supposés au regard des séquelles qu’elle induit[28]. Depuis 2005, le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) considère que la pratique systématique de l’épisiotomie n’est pas recommandée[29].

Si la poche des eaux est toujours intacte à ce stade, elle peut se rompre à n'importe quel moment lors de la phase d’expulsion. Lorsque la poche des eaux ne s'est pas rompue durant le travail ou l'expulsion, le nouveau-né peut venir au monde avec une partie ou la totalité des membranes fœtales. On dit alors qu'il est né coiffé.

Les présentations[modifier | modifier le code]
La présentation podalique ou présentation par le siège

En règle générale, le bébé naît la tête la première, en présentant le haut du crâne. La présentation du sommet (céphalique bien fléchie) est à la fois la plus fréquente et la plus favorable à un accouchement normal.

Dans environ 5 % des cas, l'enfant se présente dans une position différente.

En cas de présentation de la face (céphalique défléchie totalement) et présentations du front et du bregma (céphalique flexion intermédiaire), le bébé, bien que progressant la tête la première, est positionné en présentant respectivement le visage et le front dans les voies génitales maternelles.

Dans certains cas, le bébé se présente par le siège ou présentation podalique. Il existe plusieurs types de présentations par le siège. La plus commune est celle où les fesses du bébé arrivent en premier et les jambes sont repliées contre son corps avec les genoux en tailleur et les pieds près des fesses (siège complet). On parle de siège décomplété en mode des fesses lorsque le bébé se présente par le siège complet mais avec les jambes allongées jusqu'aux oreilles. On parle de siège décomplété en mode des pieds lorsqu'une ou deux jambes sont tendues et le ou les pieds se présentent en premier. Avec un personnel bien formé et si les circonstances s'y prêtent, un bébé en présentation par le siège peut être expulsé de façon naturelle[30]. Dans d'autres circonstances, la version par manoeuvre externe (VME) permet de retourner le fœtus par manipulation manuelle sur l'abdomen de la femme enceinte, afin de le placer en douceur dans la bonne position[31]'[32]. Ce n'est qu'après l'échec de la VME ou lorsque le fœtus ou la parturiente sont exposés à un risque particulier, qu'une césarienne est envisagée[33].

Une autre présentation rare est celle de la présentation transverse. Le bébé est en travers dans le ventre, avec un bras ou un coude introduit en premier dans les voies génitales maternelles. La version par manoeuvres externes permet également de replacer le fœtus dans une position adéquate pour un accouchement naturel[34]. En cas d'échec, la naissance par accouchement naturel est alors contre-indiquée, bien qu'en de rares cas le bras peut être repoussé à l'intérieur et le bébé peut être ramené dans la position correcte.

Le nouveau-né[modifier | modifier le code]

Immédiatement après la naissance, l'enfant subit des modifications physiologiques importantes en même temps qu'il s'adapte à la vie aérienne. Plusieurs structures cardiaques commencent à s'atrophier immédiatement après la naissance, comme le canal artériel (ductus arteriosus) et le trou de Botal (foramen ovale).

Dans le cadre de la médecine conventionnelle, le nouveau-né est soumis à différents examens et soins immédiatement après sa naissance. Le cordon ombilical est clampé et coupé, puis désinfecté. La condition médicale de l'enfant est mesurée par le score d'Apgar, basé sur cinq paramètres (rythme cardiaque, respiration, couleur de la peau, tonus musculaire et réactivité à la stimulation), dans la minute qui suit la naissance, puis après 5 minutes[35]. Une sonde est introduite par le nez jusqu'à l'estomac du bébé afin de lui dégager les voies respiratoires, puis une injection d'air y est effectuée afin de vérifier la perméabilité de l'œsophage et s'assurer qu'il n'y a pas de communication entre l'œsophage et la trachée. L'anus est examiné et une sonde y est introduite pour y rechercher un éventuel obstacle. La taille, le poids et le périmètre crânien du bébé sont mesurés. Des prélèvements bactériologiques sont réalisés dans l'oreille pour rechercher d'éventuelles infections. De la vitamine K est administrée pour éviter les hémorragies. Une collyre antibiotique injectée dans les yeux permet d'éviter les risques liés à la blennorragie et aux Chlamydia. Une piqûre au talon du nouveau-né permet de récolter une goutte de sang permettant de mesurer son taux de glycémie[36]. Enfin, un bain est donné.

Le nouveau-né directement mis au sein

Les partisans d’un accouchement moins médicalisé considèrent que la plupart des tests imposés au nouveau-né sont soit inutiles parce que les rares malformations et déficiences apparaissent d’elles-mêmes dans les heures et les jours suivants, soit parce qu’il n’y a pas d’urgence à soumettre le nouveau né à des actes qui peuvent également attendre plusieurs jours[37]. Il est en revanche primordial d’accueillir le nouveau-né avec douceur et bienveillance, sans gestes invasifs potentiellement traumatisants, et de permettre à la mère et à l’enfant de créer des liens dès les premiers instants qui suivent la naissance. Les conditions dans lesquelles le nouveau-né est accueilli influent, en effet, sur son développement futur, sa capacité à établir des relations émotionnelles, voire sur certains aspects de sa personnalité[38]. Dans cette pratique, le nouveau-né est immédiatement posé nu, à même la peau, sur le ventre de sa mère durant les deux heures de surveillance qui suivent l’accouchement. La pose d’un petit bonnet lui permet d’éviter une déperdition de chaleur. Ce moment de grande intimité permet aux parents de nouer lentement connaissance avec leur enfant et de profiter au mieux du moment privilégié qui suit immédiatement la naissance[39]. Durant cette période, le nouveau-né est mis au sein, ce qui permet à la fois de répondre à son réflexe de fouissement et d’activer la production de lait chez la mère[40].

Article détaillé : Nouveau-né.

Troisième étape : phase de délivrance[modifier | modifier le code]

Expulsion du placenta[modifier | modifier le code]

Le troisième stade du travail est la délivrance, qui se produit le plus souvent durant les quinze minutes à une heure qui suit la naissance du bébé. Pendant cette phase, l'utérus expulse le placenta. Si la femme n'a pas reçu d'ocytocine artificielle pour accélérer le travail, et particulièrement lors d'accouchements spontanés en l'absence de surveillance médicale, il arrive que le placenta soit décollé de la paroi utérine mais expulsé plusieurs heures après l'accouchement. Il est indispensable que la totalité du placenta soit expulsée, c'est pourquoi la sage-femme, le compagnon ou la femme elle-même l'examinera pour s'assurer qu'il est intact. En effet un morceau restant peut provoquer une hémorragie de la délivrance ou une infection, surtout si la femme a subi des interventions intrusives : touchers vaginaux, extraction instrumentale, etc.

Des études montrent qu'après la première demi-heure suivant l'expulsion du fœtus, le risque de saignement post-partum augmente significativement. En règle générale, le praticien s'assure que le placenta soit sorti entier de la cavité utérine après ce délai. Cette précaution est quasiment protocolaire, pour minimiser le risque juridique.

Clampage du cordon[modifier | modifier le code]
Cordon ombilical clampé

Le cordon ombilical peut être clampé, c'est-à-dire serré par des pinces ou des attaches nouées, immédiatement après la naissance ou plus tard. Le choix du moment où le cordon est clampé ne semble avoir aucun effet significatif sur l'incidence de l'hémorragie de la délivrance. Par contre, le clampage tardif, voire l'absence de clampage, est le moyen physiologique de traiter le cordon. Selon les recommandations de l'OMS, le clampage précoce est une intervention qui nécessite une justification[41].

Transfusion materno-fœtale[modifier | modifier le code]

Si, après la naissance, le nouveau-né est placé au niveau de la vulve ou au-dessous de ce niveau pendant trois minutes avant le clampage du cordon, environ 80 ml de sang passent du placenta au nouveau-né[42]. Le nouveau-né est ainsi doté d'une réserve d'environ 50 mg de fer, ce qui réduit la fréquence de l'anémie ferriprive au cours de la petite enfance[43]. Théoriquement, cette transfusion de sang du placenta au nouveau-né pourrait entraîner une hypervolémie, une polycythémie et une hyperviscosité, ainsi qu'une hyperbilirubinémie. Ces effets ont fait l'objet d'un certain nombre d'essais qui ne concluent pourtant pas à de tels risques pour le nouveau-né[44]. Au contraire, les bébés nés après un clampage précoce du cordon présentent un taux d'hémoglobine et un hématocrite plus faibles. Pour ce qui est des troubles respiratoires du nouveau-né, aucune différence sensible n'a été observée entre les deux pratiques. Le taux de bilirubine chez le nouveau-né était inférieur après un clampage précoce du cordon, mais aucune différence cliniquement significative n'a été relevée entre les deux pratiques, ni aucune différence dans la morbidité néonatale[45].

Une des raisons de la persistance de la pratique du clampage précoce est qu'elle permet de collecter du sang placentaire pour la culture de cellules souches. Cette pratique est toutefois contestée[46]. Une thèse sur la bio-ingénierie des cellules souches conclut : La décision est personnelle. Si l'argent n'est pas un obstacle, la démarche peut être envisagée comme une assurance contre des pathologies éventuelles. Généralement, les médecins recommanderont de conserver le sang ombilical si la famille a de forts antécédents de maladies particulières.[47]

Coupure du cordon[modifier | modifier le code]
Coupure du cordon ombilical

Dans les unités médicalisées la pratique la plus fréquente consiste à couper le cordon ombilical le plus tôt possible afin de donner des soins immédiats au nouveau-né. Cette pratique est remise en question par des parents qui souhaitent qu'en l'absence d'urgence le cordon ne soit coupé qu'après qu'il a fini de battre, ce qui permet à la mère de rester en contact plus longtemps avec son enfant, et celui-ci de bénéficier de la transfusion materno-fœtale. Les données scientifiques indiquent qu'une coupure relativement tardive du cordon, c'est-à-dire pratiquée entre trois minutes après l'accouchement jusqu'à la cessation des pulsations, peut avoir un effet bénéfique sur le taux de globules rouges du nouveau-né sans que cela n'augmente le risque d'hémorragie de la délivrance[48],[49],[50].

Certains parents faisant l'expérience d'un accouchement à domicile sans assistance médicale s'inspirent d'une pratique New Age désignée comme « naissance Lotus » (ou lotus birth) en hommage à Clair Lotus Day, une femme de Californie qui en a fait la première expérience en 1974[51]. Jeannine Parvati Baker, sage-femme autodidacte dans la mouvance nord-américaine de spiritual midwifery, en a été la principale propagatrice. Cette pratique qui se veut inspirée par celles de populations tribales en Indonésie consiste à ne pas couper le cordon ombilical pour le laisser sécher et se détacher de lui-même, ce qui intervient en général deux à quatre jours après la naissance. Le placenta une fois lavé est enveloppé dans un linge et conservé par un mélange de sel et de plantes médicinales. Après la rupture du cordon, il est enterré au pied d'un arbre. Traditionnellement, le placenta était considéré comme un « double psychique » de l'enfant et faisait l'objet d'un rituel à chaque anniversaire. Étant donné le faible nombre de cas, il n'existe pas d'étude clinique sur les conséquences médicales de cette pratique[52].

Rituels autour du placenta[modifier | modifier le code]

Certaines familles accordent une place spéciale au placenta, étant donné qu'il a été un organe vital du bébé pendant tant de mois. De nombreux parents veulent voir et toucher cet organe. Dans certaines cultures, il existe une coutume consistant à creuser un trou, y enterrer le placenta et y planter un arbre au premier anniversaire de l'enfant. Dans d'autres populations, il est préparé puis mangé cérémoniellement par la famille du nouveau-né[53].

Après la naissance[modifier | modifier le code]

Une mère et son enfant après la naissance

Immédiatement après l'accouchement, il est d'usage que la sage-femme examine le vagin et le périnée de la mère pour s'assurer qu'il n'y ait pas de déchirure et, si tel est le cas, d'effectuer une suture. En cas d'épisiotomie, une suture est de toute façon pratiquée.

Dans les jours qui suivent, de légères contractions permettront l'involution de l'utérus, c'est-à-dire sa diminution progressive jusqu'à retrouver sa taille habituelle. Des saignements vaginaux, généralement de quantité plus abondantes que les menstruations, ont également lieu à la suite de l'accouchement. Le col de l'utérus rétrécit et épaissit pour retrouver son aspect équivalent à celui avant la naissance. Durant cette période, la mère fait l'objet d'une attention particulière afin de s'assurer de sa bonne récupération (surveillance de la pression artérielle, du pouls, des pertes sanguines…)[54]. Si une épisiotomie a été pratiquée, les soins consistent à en assurer la désinfection et à en vérifier la cicatrisation[55].

La période du post-partum s'étend de la fin de l'accouchement jusqu'au retour de couches, c’est-à-dire les premières règles après la grossesse. C'est une période de nouveaux bouleversements à la fois psychiques et familiaux, mais aussi physique avec la perte brutale des repères physiologiques et anatomiques liés à la grossesse.

Article détaillé : post-partum.

Positions d'accouchement[modifier | modifier le code]

Décubitus dorsal (allongée sur le dos)[modifier | modifier le code]

Le decubitus dorsal reste la position de référence dans la représentation que se fait le grand public de l'accouchement.

La parturiente est couchée à plat dos, souvent avec les pieds dans des étriers.

Il s'agit de la position d'accouchement classique en Occident. Elle permet en effet aux médecins de pratiquer plus facilement leurs interventions : touchers vaginaux, épisiotomies, forcepsetc. Mais elle reste extrêmement peu courante dans les sociétés traditionnelles et dans le reste du monde[56].

Historiquement, l'accouchement en position allongée a été introduit dans la pratique médicale par les médecins français du XVIIe siècle, et notamment Ambroise Paré et ses disciples à l'Hôtel-Dieu de Paris, puis surtout par François Mauriceau (1637-1709), le père de l'obstétrique en France auteur d'un influent Traité des Maladies des Femmes Grosses et Accouchées (1688). Mauriceau était en effet médecin de la cour du roi Louis XIV. Le souverain aurait lui-même pesé en faveur de cette position d'accouchement par ce qu'elle lui permettait d'assister à la naissance de ses propres enfants de Louise De La Vallière. Les écrits de Mauriceau eurent une influence majeure sur la pratique obstétricale de l'époque non seulement en France mais aussi dans les autres pays européens grâce à la traduction qu'en avait fournie le médecin britannique Hugh Chamberlen qui était l'héritier alors célèbre de la technique du forceps, inventée mais jalousement gardée par son père Peter Chamberlen. Au cours des XIXe et XXe siècles, la généralisation de l'accouchement en hôpital et sa médicalisation ont contribué à instaurer la position alitée et donc allongée. L'apparition des techniques anesthésiques ont encore contribué à renforcer cette pratique[56].

Il faut souligner le paradoxe d'une pratique largement répandue au regard d'un intérêt clinique qui reste controversé. Les études cliniques montrent, au contraire, un bénéfice de la position verticale, par exemple sur la durée du travail[56]. Dans le contexte d'un regain d'intérêt pour l'approche physiologique de l'accouchement, l'immobilisation de la femme dans une position horizontale est de plus en plus critiquée. Une position plus verticale permet en effet au fœtus de se diriger plus facilement vers le vagin et donne à la femme, sans entrave, plus de confort pour choisir sa position. Néanmoins, la position allongée peut s'avérer utile dans la durée : les études cliniques montrent en effet qu'il est parfois difficile pour la femme de maintenir une position verticale en raison de la fatigue physique.

Aujourd'hui la formation du personnel médical a réintroduit l'enseignement de positions d'accouchement alternatives, même si le décubitus dorsal reste la position de référence au premier chef dans la représentation que se fait le grand public de l'accouchement.

Décubitus latéral (en chien de fusil)[modifier | modifier le code]

La parturiente est couchée sur le côté (gauche dans la majorité des cas), en chien de fusil. Cette position est parfois désignée comme « à l'anglaise » bien qu'elle ne soit pas plus fréquente au Royaume-Uni. Cette position est par contre très fréquemment utilisée en Asie. Elle a été popularisée en France par Bernadette de Gasquet[57] comme une bonne alternative au décubitus dorsal lorsque la parturiente est sous péridurale.

Étant donné que la veine cave est libérée, cette position permet une bonne oxygénation de la mère et de l’enfant. Le sacrum n’étant pas comprimé, le bassin est souple et le bébé amorce plus facilement sa descente, tout en réduisant les douleurs ano-rectales.

Un des avantages du décubitus latéral sur le décubitus dorsal est de permettre à la parturiente de se verticaliser au dernier moment (en passant « à quatre pattes ») si elle en ressent le besoin.

Position semi-assise[modifier | modifier le code]

Il s’agit d'un ensemble de postures dans lesquelles le dos de la parturiente forme un angle de 45° avec ses cuisses parallèles au sol. Cette position peut être obtenue sur un lit d’accouchement dont on a préalablement relevé le dossier ou sur lequel sont disposés des coussins.

Positions verticalisées[modifier | modifier le code]

La position verticalisée est très courante dans les sociétés traditionnelles

Dans la littérature scientifique, on désigne comme « verticalisées » toutes les positions pour lesquelles le dos de la parturiente est proche de la verticale. Il s'agit de la position debout, de la position assise, de la position accroupie et de la position « à quatre pattes » qui est une variante de la position accroupie.

La position assise peut être aidée par l'utilisation de sièges d'accouchement, notamment utilisés lors des accouchements à domicile aux Pays-Bas.

Une verticalisation de la parturiente peut se produire spontanément pendant la phase d'expulsion.

La position verticalisée a pour avantage d'utiliser les effets de la gravité sur le fœtus. Les contractions sont d’intensité plus élevée et de fréquence moindre qu’en décubitus, elles sont mieux coordonnées, leur efficacité pour dilater le col est majorée et aboutit ainsi à un travail plus efficace et de plus courte durée. La position verticalisée apporte en outre plus de confort à la femme, réduit les douleurs, diminue le risque d'incision ou de déchirure du périnée et entraîne une satisfaction accrue et significative des parturientes[58]. La position à quatre pattes soulage efficacement les femmes quand elle est adoptée régulièrement pendant l’accouchement et contribue en outre à un meilleur positionnement du bébé[59].

Mobilité durant le travail[modifier | modifier le code]

De nombreuses études épidémiologiques[60] ont comparé les avantages et inconvénients de diverses positions en cours de travail et en phase d'expulsion. Elles s'accordent sur le fait que la position allongée sur le dos présente le plus d'inconvénients tant sur le déroulement de l'accouchement que sur les douleurs et l'inconfort pour la parturiente. Elles ne permettent cependant pas de déterminer quelle autre position d'accouchement serait à recommander à l'ensemble des femmes.

D'autres travaux [61] et les témoignages de nombreuses femmes, sages-femmes et obstétriciens, suggèrent que la mobilité (liberté totale de position) peut jouer un rôle important dans la réduction de la douleur de l'accouchement et la prévention des dystocies (difficultés essentiellement mécaniques de l'accouchement). Le but n’est en effet pas de remplacer une contrainte positionnelle par une autre étant donné qu'il n'y a certainement pas une position unique d’accouchement valable pour toutes les femmes et pour toutes les phases du processus. Le progrès réside dans l’offre faite aux femmes de se mouvoir comme elles le souhaitent, et éventuellement de leur proposer des positions variées en tenant compte de chaque femme dans sa globalité incluant ses caractéristiques physiques, psychologiques et obstétricales[61]. Il est enfin conseillé aux femmes d'être à l'écoute de leur corps et d'adopter la position qui leur convient le mieux en se laissant guider par leur intuition[62].

Cette liberté de mouvement est de règle depuis plusieurs décennies dans les maternités suédoises[63]. Dans d'autres pays, les associations d'usagers distribuent des posters ou des fiches d'information sur les positions recommandées en cours de travail[64].

Accouchement dans l'eau[modifier | modifier le code]

En raison de ses effets relaxants, l'eau chaude exerce un effet favorable sur la progression du travail pendant la phase de dilatation du col de l'utérus, et elle joue un rôle analgésique qui peut être important pour certaines femmes[65].

La parturiente se place dans un bain durant les phases de dilation et d'expulsion, jusqu'à ce que la naissance du bébé se déroule dans l'eau. On parle alors de naissance aquatique. Cette pratique est possible lors des accouchements assistés à domicile et dans un très petit nombre de maternités françaises[66], mais est pratiquée plus couramment en Belgique, aux Pays-Bas, en Angleterre, au Canada et en Australie[67].

Une autre possibilité consiste à permettre à la parturiente de rester dans le bain jusqu'à la dilatation complète (fin du premier stade du travail), puis de sortir du bain pour accoucher dans la position d'expulsion de son choix. Cette situation est fréquente dans les unités obstétricales disposant de « bassins de dilatation » mais ne souhaitant pas accompagner des naissances aquatiques[68].

Article détaillé : Accouchement dans l'eau.

Équilibre hormonal[modifier | modifier le code]

Durant la phase de dilatation, l'ocytocine produit par l’hypophyse (ou glande pituitaire) induit les contractions utérines. Le placenta sécrète quant à lui des prostaglandines. Ces deux hormones stimulent puissamment le myomètre (la couche musculeuse interne de l'utérus). Elles contribuent à la synchronisation des contractions de celui-ci. Le myomètre étant rendu très sensible à l’ocytocine, les contractions s’intensifient et l’intervalle entre celles-ci diminue[69]. La douleur, augmentant graduellement elle aussi, permet la sécrétion d'endorphines (opiacé naturel de la même famille que la morphine) qui aident à maintenir cette douleur à un niveau tout à fait supportable. Elles diminuent en outre la tension et la fatigue[70].

Pour permettre la libération d’ocytocine et d’endorphine la plus adéquate, il est nécessaire que la parturiente puisse se trouver dans un lieu offrant de la chaleur, de la sécurité et de l’intimité et qu'elle soit le moins possible stimulée au niveau du cortex, le cerveau rationnel. Dans ces conditions, le taux d’adrénaline et de façon générale celui des hormones de fuite que sont les catécholamines, lesquelles sont antagonistes à l’ocytocine, sont à leur niveau minimum[71]. La non-stimulation du cortex permet quant à elle de laisser le gouvernail au cerveau reptilien, l’hypothalamus, ce qui rend la parturiente plus apte à se laisser guider par une forme d’instinct[72]. Plus concrètement, il est recommandé de permettre l’accouchement dans un lieu intime, accueillant et connu, dont la lumière est tamisée, où règne le silence ou une musique douce. La parturiente doit avoir chaud, qu’elle soit dans le mouvement ou l’immobilité, et elle doit pouvoir bouger, marcher et changer de position. Elle doit en outre être entourée de peu de personnes, qui doivent être connues et appréciées, et qui ne doivent pas lui poser de questions ou solliciter son intellect[73],[74]. La parturiente doit enfin avoir la possibilité de boire et manger[75].

À l’inverse et paradoxalement, la prise en charge de parturiente par la médecine conventionnelle est anxiogène et génératrice de stress, ce qui augmente le niveau d’adrénaline antagoniste à l’ocytocine. Ainsi, un environnement inconnu et peu rassurant, la température de la pièce inadaptée aux besoins d'une parturiente immobile, les nombreuses interventions sur le corps de la femme (touchers vaginaux, perfusion, sondage, rasage) souvent peu ou pas explicitées et pratiquées par des personnes différentes, l’immobilité et la position inadaptée imposées, la faim et la soif, les bruits de machines, les conversations techniques autour et sur la femme en travail, l’éclairage violent et cru, peuvent provoquer une sécrétion massive d'adrénaline bloquant la sécrétion d’ocytocine, d'endomorphines et de prolactine, et perturbant la libération de catécholamines (dont le taux anarchique joue un rôle avéré sur l'hémorragie de la délivrance). Cette perturbation hormonale a pour conséquence un ralentissement du travail et des contractions moins efficaces et plus douloureuses, ce qui nécessite souvent une perfusion d’ocytociques artificiels eux-mêmes source de douleur supplémentaire. L’accouchement devient dès lors insupportablement long et douloureux, ce à quoi la médecine conventionnelle répond par la pose d’une péridurale, engendrant d'autres perturbations iatrogènes[76],[77],[78] (causées par des actes médicaux).

Au moment de la phase d’expulsion, une poussée d'adrénaline se déclenche, ce qui apporte un regain d'énergie à la parturiente, l'incite à adopter une position verticale et à s'agripper. La femme éprouve alors une forte envie de pousser. Le bébé bénéficie également de cette hormone : elle lui permet de s'adapter à la privation d'oxygène qui caractérise la phase finale de l'accouchement et lui permet d'être alerte à sa naissance, yeux grands ouverts et pupilles dilatées[70]. Cette modification hormonale se traduit généralement par une très courte phase de désespérance où la parturiente éprouve durant quelques instants une angoisse soudaine, une irrationnelle envie de s’enfuir, voire une peur panique de mourir[79]. Cette phase de désespérance annonce l’arrivée imminente du bébé.

Immédiatement après la naissance, un nouveau pic d’ocytocine vient faciliter la délivrance. Cette hormone induit également le comportement maternel, celui de prendre soin du nourrisson, et est nécessaire au réflexe d'éjection du lait maternel. Dans la mesure du possible, le nourrisson est posé contre sa mère immédiatement après la naissance afin de favoriser les échanges et les sécrétions hormonales induisant l'attachement. De nombreuses mères expriment une montée d'amour à la vue de leur bébé, qui serait notamment liée à ce pic majeur de la sécrétion d'ocytocine. Des perturbations dans ces moments suivant la naissance, pour cause de problèmes chez le bébé ou chez la mère, ou en raison de protocoles hospitaliers routiniers, peuvent perturber de façon importante l'établissement d'un lien harmonieux entre la mère et l'enfant[80]. Enfin, la prolactine est libérée, permettant le déclenchement de la lactation[70].

Article détaillé : Ocytocine.

La douleur et sa gestion[modifier | modifier le code]

Variations individuelles et culturelles[modifier | modifier le code]

La douleur est complexe, personnelle, subjective et est un phénomène multifactoriel influencé par des éléments psychologiques, physiologiques et socio-culturels[81]. Elle est relative, très différente d'une femme à l'autre, d'un accouchement à l'autre[82]. Certaines parturientes vivent d’intenses souffrances, alors que d’autres n'en ressentent presque aucune manifestation. Certaines femmes perçoivent les contractions non pas comme une douleur, mais plutôt comme une force ou une puissance. D’autres enfin vont même y trouver du plaisir, voire atteindre un orgasme[83].

La douleur de l’accouchement présente également des variations culturelles[84]. Dans la culture judéo-chrétienne, elle est considérée comme une malédiction divine. Dans la bible, Dieu punit Eve en ces termes : « tu enfanteras avec douleur »[85]. Elle est considérée comme la rançon du plaisir éprouvé pendant l’acte sexuel[86]. Dans d'autres cultures, il a, au contraire, été observé que les femmes tendaient à davantage accoucher sans douleurs[87].

Description de la douleur[modifier | modifier le code]

La principale douleur généralement ressentie lors de l’accouchement est celle des contractions de l’utérus. En début de travail, les contractions surviennent toutes les 15 à 20 minutes et durent de 15 à 20 secondes. La douleur ne se manifeste qu’après une certaine durée de la contraction et cesse avant la fin de celle-ci[88]. En d’autres mots, la douleur n’est ressentie qu’au moment du pic de la contraction, pendant quelques secondes, puis disparaît instantanément. Il s’agit d’une douleur similaire à celle d’une forte crampe[89], ou semblable à celle des menstruations mais en plus intense, située dans le ventre et parfois dans le bas du dos. Entre deux contractions, la douleur disparaît totalement [89].

Graphique représentant les zones de douleur (en rouge) lors du pic des contractions

L’intensité et la fréquence des contractions augmentent au fur et à mesure de la progression du travail, pour survenir finalement toutes les 3 à 5 minutes et durer 30 à 45 secondes. Si l'on ne perturbe pas le déroulement naturel de l'accouchement (notamment par des hormones de synthèse), la douleur déclenche la sécrétion d'endorphines, des analgésiques naturels proches de la morphine, qui permettent à la parturiente de supporter des contractions de plus en plus fortes et de plus en plus rapprochées sans qu’elles soient liées à une douleur plus intense[89].

Juste avant la phase d’expulsion peut survenir une phase de désespérance caractérisée par une peur soudaine chez la parturiente liée à une poussée d’adrénaline. Bien que les émotions ressenties lors de cette phase peuvent être très intenses, elle n’est pas accompagnée de douleur particulière.

Durant la phase d’expulsion, l’écartement des membranes et tissus nécessaire au passage du bébé peuvent provoquer une sensation de brûlure chez certaines femmes, mais cette douleur n’est néanmoins pas systématique.

À la naissance du bébé, la douleur cesse instantanément.

Facteurs influençant la douleur[modifier | modifier le code]

Facteurs augmentant la douleur[modifier | modifier le code]

Les facteurs suivants augmentent la douleur de l’accouchement [90]:

  • La peur : la peur de l’accouchement, la peur de la douleur elle-même, l’angoisse face à l’inconnu ou liée à des expériences antérieures traumatisantes, le stress notamment dû au contexte médical. Ces facteurs provoquent une tension au niveau de l’utérus qui rend ses contractions plus douloureuses. De plus, la peur induit une production d’adrénaline détournant l’afflux sanguin de l’utérus vers les membres utiles à la fuite et au combat, ce qui diminue son oxygénation et son efficacité, et ce qui diminue également la production d’ocytocine responsable du bon déroulement de l’accouchement[91],[92];
  • La position gynécologique ou couchée sur le dos : dans cette position, le fœtus ne profite pas de la gravité pour descendre, les contractions sont plus difficiles à supporter, le fœtus et le placenta appuient sur les organes de la parturiente limitant son débit sanguin, la pression sur le périnée est plus forte (augmentant le risque de déchirures) et l'ouverture du bassin est plus étroite. Il s’agit de la position la plus inconfortable et la plus douloureuse[93];
  • L’inconfort lié à la fatigue, au froid, à la faim et à la soif : ces facteurs affaiblissent l’organisme et accroissent la sensation de douleur[94];
  • Le déclenchement du travail : l’injection d’ocytocine artificielle provoque des contractions plus intenses tout en perturbant l’équilibre hormonal de la parturiente, en particulier la production d’endorphine[95]. Le décollement ou la rupture artificielle des membranes (la poche des eaux) augmentent également la douleur des contractions[96];
  • Le sentiment d’insécurité par rapport à son environnement, le défaut d’information, le manque de soutien, la solitude, les gestes médicaux invasifs, le bruit, la lumière forte, les conversations techniques autour de la femme qui accouche, les allées et venues du personnel médical : ces facteurs fragilisent la parturiente, perturbent sa concentration et la rendent plus vulnérable à la douleur[90].

Facteurs diminuant ou supprimant la douleur[modifier | modifier le code]

Varier les positions permet d'accueillir au mieux chaque contraction, ce qui réduit voire élimine la douleur

Une série de facteurs réduisent la douleur, voire l’éliminent totalement[90]:

  • La détente et la relaxation: le muscle qu'est l'utérus peut totalement se relâcher entre les contractions et n'est pas entravé par des tensions inutiles, les tissus et ligaments de l'abdomen et du bassin sont plus souples, le sang est bien oxygéné et est dirigé prioritairement vers les muscles utiles à l'accouchement, l'ocytocine et les endorphines peuvent se libérer au maximum[97]'[98].
  • La mobilité: Il a été observé que bouger, marcher, adopter les positions qui semblent les plus confortables et changer de position en fonction de ce que dicte son corps permet de fortement réduire la douleur. Une posture confortable permet d'accueillir au mieux chaque contraction, d'assouplir les muscles et les ligaments et d'ouvrir le bassin. Le fœtus progresse dès lors au mieux dans les voies maternelles tout en réduisant les douleurs. Pour ce faire, la parturiente doit pouvoir utiliser un maximum d'objets lui permettant de s'appuyer (mur, meuble, lit, dossier de chaise...), de s'asseoir de différente manière (tabouret, coussins, siège d'accouchement...), de se hisser (écharpes, corde, haut meuble servant d'appui...), de se placer accroupie ou à "quatre pattes" (tapis de sol...), ou de se coucher dans diverses postures. L'utilisation d'un ballon de gymnastique permet également des mouvements et rotations du bassin qui contribuent à un relâchement des tissus internes[99]'[100].
  • L'intimité: pour accoucher au mieux, la parturiente doit se déconnecter de son intellect et sa raison pour se laisser aller à ses instincts de mammifère. Pour parvenir à cet état, elle doit avoir accès à un lieu où règnent le silence ou une musique douce, une lumière tamisée ou de la pénombre. Elle doit être entourée uniquement de personnes familières et de confiance. Elle doit savoir qu'elle ne sera pas dérangée, ni observée, qu'elle sera libre d'adopter toutes les positions et d'émettre tous les sons, gémissements et cris qu'elle souhaite[101]'[102]. L'obstétricien Michel Odent estime que les conditions d'accouchement doivent être similaires à celles d'une relation sexuelle. Il s'agit en effet d'un même mécanisme de mise en veille du néocortex et de la libération des mêmes hormones que sont l'ocytocine et les endorphines[103]
  • La confiance en soi et la bonne information: en étant correctement informée sur le processus d'accouchement et en étant consciente de sa capacité à accoucher seule, la parturiente devient pleinement maîtresse de son accouchement et utilise les sensations qui se présentent comme guides jusqu'à la naissance[104].
  • Les massages: la parturiente peut, si elle le souhaite et pendant la durée qui lui convient, demander différents types de massage. Le massage par effleurement permet de libérer des endorphines[105]'[106], le massage du bas du dos peut relâcher les muscles du bassin, l'acupression consiste à appuyer sur certaines zones du corps pour neutraliser la douleur[107]. Elle peut également utiliser les effets relaxants de la chaleur (bain chaud, application d'une bouillotte ou de compresses chaudes sur certaines parties du corps)[108]. Néanmoins, certaines femmes se supportent pas d'être touchées pendant l'accouchement ou à certains moments de celui-ci. Il est dès lors important qu'elles le disent et que leur demande soit respectée[100].
  • Emettre des sons, des cris ou des gémissements: les sons graves produisent des vibrations qui entrent en résonance avec l'abdomen et le bassin et permettent une détente des ligaments et tissus de cette zone. Le chant permet de rester concentrée et de respirer au mieux[109]. Les cris libèrent, expulsent et canalisent l'énergie, à l'image des joueuses de tennis lorsqu'elles tapent dans la balle. Les cris peuvent être des cris de puissance et de force, comme le cri du guerrier. Les gémissements, très semblables aux gémissements pendant l'acte sexuel ou l'orgasme, permettent également de canaliser les sensations et évacuer un trop plein d'énergie[110].
  • Rester dans l’instant présent: vivre chaque sensation au moment où elle se présente, sans penser à celles qui sont passées ni anticiper celles qui vont venir; accueillir chaque contraction comme si elle était unique, puis savourer le moment de pause qui la suit. Cette méthode permet de rester concentrée et progresser positivement dans l'accouchement[111].
  • Le confort: la mise à disposition d'un endroit accueillant et chaud, la possibilité de boire et manger[112], la bienveillance inconditionnelle de son entourage augmentent le sentiment de bien-être et de sécurité de la parturiente propices à la relaxation.

Méthodes de lutte contre la douleur[modifier | modifier le code]

Méthodes naturelles[modifier | modifier le code]

L’accouchement sans douleur est une technique mise au point dans les années 1950 par le neurologue et obstétricien français Fernand Lamaze. Cette méthode, importée en Europe d’U.R.S.S., a été un ensemble de techniques visant à supprimer l’angoisse et la peur chez la femme qui accouche : préparation durant la grossesse, bonne information de la femme enceinte, relaxation par des techniques de respiration et création d’un climat de confiance entre la femme qui accouche et l’équipe médicale[113].

Aujourd'hui, les femmes qui souhaitent accoucher de façon naturelle et sans douleur se tournent de plus en plus vers l'accouchement sous hypnose ou hypnonaissance[114]. Cette technique a été mise au point aux États-Unis dans les années 1930 par Grantly Dick-Read et repose sur les mêmes principes que l'accouchement sans douleur de Lamaze : rompre l'effet peur-tension-douleur en déconstruisant auprès de la femme enceinte l'image d'accouchements effrayants et dangereux, et en lui apprenant différentes techniques de relaxation profonde. L'hypnonaissance va plus loin que l'accouchement sans douleur[115].

Article détaillé : Hypnonaissance.

Méthodes médicamenteuses[modifier | modifier le code]

En 1853, la Reine Victoria demande à accoucher sous chloroforme, lançant ainsi un mouvement d’accouchement sous anesthésie générale dans les pays anglo-saxons jusque dans la moitié du XXe siècle[113].

Dans les années 1970 apparaît la péridurale, une technique visant à injecter un anesthésiant entre deux vertèbres du bas du dos, afin d’insensibiliser le corps de la parturiente entre la taille et les pieds. Cette technique permet à la femme de rester consciente durant l’accouchement, sans ressentir de douleur. Elle peut également être utilisée en cas de césarienne.

Article détaillé : Péridurale.

Complications et interventions médicales[modifier | modifier le code]

Naissance par césarienne

Entre 90 % et 95 % des accouchements ne présentent aucun risque particulier[116]. Dans les quelques pourcentages restants, des complications peuvent se produire pendant l’accouchement. Elles requièrent généralement l'intervention d'un obstétricien qui pratique, selon la complication rencontrée, une césarienne ou l’utilisation de forceps ou d’une ventouse obstétricale.

La souffrance fœtale est une diminution de l’oxygénation chez le fœtus qui peut être notamment décelée par un rythme cardiaque élevé ou trop bas (observé par cardiotocographie). L’accouchement est alors provoqué ou accéléré. Dans les situations les plus risquées, une césarienne est pratiquée.

Durant la phase de dilatation, les principales complications sont la dystocie cervicale (non-progression du travail) et la rupture utérine. Cette dernière complication peut être fatale tant pour la mère que pour le fœtus.

Au moment de la rupture de la poche des eaux peuvent se produire une hémorragie de Benckiser, une latérocidence du cordon ou une procidence du cordon.

Durant la phase d’expulsion, un non-engagement de la présentation peut avoir lieu lorsque la partie du fœtus qui appuie directement sur le col ne parvient pas à franchir le détroit supérieur du bassin maternel. Les causes peuvent être multiples, corrigeables spontanément ou non, temporaires ou définitives.

La non-progression de l'expulsion est quant à elle diagnostiquée lorsque la tête du fœtus ou la partie de son corps qui se présente en premier n'avance pas malgré la présence de contractions adéquates. Cette complication requiert une intervention telle que l’extraction par ventouses, l'extraction aux forceps ou la césarienne. La dystocie des épaules en est une cause particulière, lorsque le nouveau-né reste bloqué par la ceinture scapulaire. D’autres complications lors de la phase d’expulsion peuvent être un enclavement ou un accident du siège.

Après la naissance peuvent avoir lieu une hémorragie de la délivrance ou divers formes d’infections. Parmi les complications infectieuses, la fièvre puerpérale est la plus dangereuse, mais ne s'observe plus dans les pays développés. Il s'agit d'une septicémie à streptocoques, provoquée par des manipulations dans de mauvaises conditions d'asepsie.

Aspects culturels et sociaux[modifier | modifier le code]

L’entourage de la parturiente[modifier | modifier le code]

L’accouchement non assisté[modifier | modifier le code]

L'accouchement non assisté est un accouchement qui se déroule en l'absence de personnel médical tels que sage-femme, médecin, gynécologue ou obstétricien. En tant que mammifères, les femmes sont tout à fait aptes à accoucher seules. Les modifications hormonales, les contractions de l’utérus et l’assouplissement progressif des membranes du bassin se déroulent de façon involontaire et permettent la naissance du bébé puis l’expulsion du placenta. Pour aider ce processus, la femme peut se placer dans un endroit où elle se sent en sécurité, entrer dans une profonde détente et adopter les positions les plus confortables en fonction de ce que lui dicte son corps[117]. L’accouchement n’est que l’aboutissement du processus naturel qui a commencé par la procréation et s’est poursuivi par le développement du fœtus durant toute la grossesse, périodes pendant lesquels la femme n’a besoin d’aucune aide extérieure.

Dans de nombreuses cultures, il est pourtant inculqué aux femmes l’idée qu’elles ne peuvent pas accoucher par elles-mêmes et qu’elles ont besoin de l’assistance d’une tierce personne[118]. La forme la plus extrême de cette limitation de la capacité des femmes se trouve dans les sociétés pratiquant l’excision où les cicatrices et mutilations liées à cette pratique exigent la présence d’une personne devant inciser le périnée au moment de l’accouchement[119]. Néanmoins, dans certaines sociétés, les femmes continuent à accoucher sans assistance. C’est notamment le cas chez les pygmées qui accouchent seules au pied d’un arbre en pleine forêt[120],[121]. C’est également le cas chez les Baribas[122] et chez les !Kung[123].’[124]

En Occident, la plupart des accouchements non assistés sont des accouchements inopinés, non intentionnels, par exemple lorsque la femme n’a pas pu rejoindre une maternité ou que l’équipe médicale n’a pas pu arriver à temps[125]. Un courant de femmes souhaitant accoucher sans assistance est cependant apparu après la généralisation des accouchements en milieu hospitalier et des pratiques peu respectueuses auxquelles les parturientes y sont soumises[126]. Ces femmes veulent vivre activement et librement leur accouchement, dans une logique d’émancipation et d'accomplissement personnel[127], ou dans une volonté d’intimité, de sérénité et d’accueil paisible du bébé[128].

Article détaillé : Accouchement non assisté.

La sage-femme[modifier | modifier le code]

Sage-femme écoutant le cœur du fœtus durant la phase de dilatation lors d’une naissance à domicile

La sage-femme est une professionnelle médicale diplômée dont le métier est d'assister les femmes pendant leur grossesse et pendant leur accouchement et de prodiguer les premiers soins aux nouveau-nés.

Le métier de sage-femme est probablement un des plus vieux métiers de l’Histoire de l’humanité et existe dans quasiment toutes les sociétés[129]. Les sages-femmes ont tenu une place privilégiée durant l’Antiquité et sont toujours respectées dans bon nombre de cultures. En Occident, le métier de sage-femme reste pourtant difficilement reconnu depuis le Ve siècle. Les sages-femmes furent persécutées en tant que sorcières par l’Église au Moyen Âge, puis interdites d’accès à l’enseignement en tant que femmes durant la Renaissance, ensuite déconsidérées par les médecins et obstétriciens du XVIIIe siècle qui se sont intéressés à l’accouchement notamment avec l’introduction d’instruments, et en particulier du forceps[130].’[131] La tutelle des médecins sur les sages-femmes s’est poursuivie au XXe siècle avec la généralisation des accouchements à l’hôpital[132]. Aujourd’hui, les maisons de naissance tenues principalement par des sages-femmes restent interdites en France sous la pression des médecins et obstétriciens, alors qu’elles existent en nombre dans la plupart des autres pays occidentaux[133]. En France, certains obstétriciens continuent à tenir des discours sur la prétendue dangerosité des sages-femmes peu éloignés de ceux tenus par les inquisiteurs du Moyen Âge[134],[135].‘[131]

Alors que l’obstétricien est formé pour prendre en charge les grossesses à risque et les accouchements où se présentent des complications, la sage-femme est experte dans l’accompagnement des grossesses et accouchements normaux ainsi que la période post-natale, généralement pour un accompagnement global et dans une philosophie holistique[136].

Beaucoup de sages-femmes exercent leur métier dans les hôpitaux et maternités[137].’[138] Les sages-femmes libérales assurent un accompagnement des femmes enceintes à domicile, dans leur propre cabinet ou en maison de naissance, généralement avec la volonté d’instaurer un climat de confiance et d’écoute. Certains hôpitaux leur donnent également accès à leur plateau technique où elles peuvent accompagner l'accouchement de leurs patientes[139].’[140]

Article détaillé : Sage-femme.

L'obstétricien[modifier | modifier le code]

L'obstétricien est un chirurgien qualifié pour accompagner les naissances pathologiques

La science médicale qui s'intéresse à la naissance des êtres humains est l'obstétrique. Un médecin qui se spécialise dans la surveillance de la grossesse et de l'accouchement est un obstétricien. Les obstétriciens sont des chirurgiens, les seuls qualifiés pour accompagner des naissances pathologiques nécessitant la pose d'actes médicaux.

La figure de l’homme chirurgien accoucheur est apparue à partir du XVIIe siècle. Après la persécution des sages-femmes par l’Inquisition et la perte de leur savoir empirique, la situation des parturientes s’était fortement dégradée. Sous la tutelle du pouvoir ecclésiastique, la matrone, souvent non formée et illettrée, était devenue le personnage principal des accouchements. N’ayant aucune qualification pour faire face à des complications et pratiquant des gestes dangereux lorsque l’accouchement se déroulait normalement, la matrone en arrivait à extraire le fœtus avec des crochets, en découpant le bébé en morceaux ou en mutilant inutilement la parturiente. Dans l’occident de la fin du Moyen Âge, la malnutrition, le rachitisme, le manque d’hygiène, les malformations et les nombreuses maladies dont était victime la population, s’ajoutaient à l’incompétence des matrones pour rendre l’accouchement fréquemment meurtrier. C’est dans ce contexte qu’est née la profession de chirurgien accoucheur qui a permis de sauver de nombreuses vies, d’abord sous l’impulsion de Louis XIV qui fit appel à un accoucheur-médecin pour délivrer sa maîtresse Louise de la Vallière, puis par l’invention du forceps, et enfin par la succession des progrès réalisés dans les sciences médicales[141],[142].

Le développements de l’obstétrique, de l’anesthésie et de l’hygiène changent les conditions d’accueil dans les hôpitaux. Au XXe siècle, la majorité des accouchements en Occident ont lieu en milieu hospitalier, ce qui aboutit à une médicalisation totale de la naissance et au rôle majeur que vont jouer les obstétriciens dans les accouchements[143]. Dans les années 1970, de plus en plus de voix s’élèvent pour critiquer les pratiques des obstétriciens peu respectueuses de la femme et de la physiologie de l’accouchement[144]. L’assimilation des grossesses et accouchements à une maladie, les routines et protocoles médicaux perturbant le bon déroulement de l’accouchement, les gestes invasifs et mutilants du chirurgien sont responsables de complications qu’ils étaient sensés éviter[145].’[77]

La France fait partie des pays accordant le plus d’importance aux obstétriciens en raison de sa conception particulière de la grossesse et de l’accouchement qui ne sont considérés comme normaux qu’a posteriori[146]. À l’opposé, les Pays-Bas considèrent que l’accouchement normal est du ressort exclusif de la sage-femme, au point qu’un accouchement qui ne présente pas de risques particuliers n’est pas remboursé par la sécurité sociale s’il est accompagné par un obstétricien[147].

Article détaillé : Obstétrique.

La doula[modifier | modifier le code]

Une doula avec une mère et un nouveau-né

La doula qui, bien que n’ayant pas de formation médicale spécifique, accompagne, soutient et informe le couple et la femme dès le début de la grossesse, pendant l'accouchement et après la naissance.

Emprunté au grec ancien, le terme δούλη (doúlê), signifiant « esclave, servante » désignait la figure féminine qui, aux côtés de la sage-femme, se tenait près de la mère lors de la naissance de son bébé[148]. Dans le contexte médical où des personnes différentes, souvent inconnues de la parturiente, interviennent tout au long de la grossesse et au moment de l’accouchement, la présence d’un doula est une réponse à un besoin de continuité. En développant une relation de confiance et de complicité avec la femme tout au long de la grossesse, elle peut assurer un soutien physique et émotionnel, et aider à la communication entre la couple et le corps médical au moment de l’accouchement[149]. La doula peut également être une présence utile pour les futures mères célibataires et les femmes peu soutenues par leur conjoint et leur entourage[150].

Article détaillé : Doula.

Le père[modifier | modifier le code]

Un père tenant son nouveau-né dans les bras, Minnesota, 1974

Dans la plupart des cultures, un rituel spécifique, la « couvade », est destiné au père pendant l’accouchement de sa compagne. Dans les sociétés traditionnelles des Caraïbes et d’Amérique du Sud, il était de coutume que le mari prenne dans le lit la place de l’accouchée, se fasse soigner comme s'il accouchait et joue ce rôle pendant un laps de temps variable[151]. Chez les Ewé au Togo, le père n’assiste pas à l’accouchement mais se rend avec d’autres hommes au sanctuaire pour demander aux ancêtres que tout se passe bien[152]. En occident, les pères avaient traditionnellement pour tâche de faire bouillir de l’eau pendant l’accouchement de leur épouse, sans que personne ne sache réellement à quoi servait cette eau[153].

Pendant des siècles, l’accouchement était considéré comme « une affaire de femmes » en Occident. À partir des années 1960 et à la suite de la généralisation des accouchements en milieu hospitalier, les hommes se sont vu assigner un nouveau rituel, celui de conduire leur femme à la maternité. Les femmes ont alors émis le souhait que leur mari soit présent à leurs cotés dans la salle d’accouchement, en prenant au dépourvu l’équipe médicale. La présence des pères lors de l'accouchement a très vite connu un engouement et s’est généralisée à partir des années 1970[153].

Le rôle du père pendant l’accouchement est généralement d’apporter, par sa présence, un soutien émotionnel à sa compagne. Après la naissance, le personnel médical lui confie une paire de ciseaux pour qu’il puisse couper le cordon ombilical, comme acte symbolique de séparation de la mère et de l’enfant[154].

De nombreuses théories ont encouragé la présence du père à l’accouchement, qui permettrait de renforcer les liens à l’intérieur du couple et de faciliter l’accouchement[153]. Néanmoins peu d’études se sont penchées sur l’impact de l’accouchement sur les hommes. Certains hommes vivent négativement l’accouchement. Ils peuvent ressentir de l’anxiété à l’idée de ne pas pouvoir soutenir leur compagne ou de voir du sang. Ils peuvent également se sentir exclus par le corps médical qui ne parvient pas à leur octroyer une place dans le processus. Il leur arrive enfin de ressentir un profond sentiment d’impuissance, en particulier si leur compagne éprouve de la souffrance[155]. Le traumatisme est souvent plus grand lors des accouchements en milieu hospitalier lorsque la femme est en position gynécologique, pieds dans les étriers, exposée au regard de tous, avec du personnel médical penché sur son sexe, qui la touche et manipule son sexe, sans que ces gestes soient explicités[156].

Dans certaines situations, la présence du père peut compliquer l’accouchement. C’est le cas lorsque l’homme est stressé et produit un taux important d’adrénaline, ce peut être contagieux et diminuer la sécrétion d’ocytocine chez la parturiente. C’est également le cas lorsque le couple ne partage pas une intimité suffisante, ce qui peut inhiber la femme lors de certaines phases de l’accouchement, en particulier au moment de l’expulsion où il est fréquent que le rectum soit vidé[153].

Le fait d’assister à l’accouchement peut aussi entraîner des suites négatives pour le père, telles qu’une forme de dépression post-natale, une fuite physique (fuite dans le travail, voyage impromptu), une fuite psychologique (schizophrénie, jeux vidéo) ou encore une baisse de libido[156].

Inversement, lors d’accouchement naturel ou physiologique, la présence du père peut faciliter l’accouchement. Il peut prodiguer des massages, soutenir physiquement sa compagne dans certaines positions, lui fournir des boissons et de la nourriture. Il peut également veiller à ce que personne ne trouble l’atmosphère d’intimité et de sérénité, et faire respecter les volontés de sa compagne par le personnel médical[157]. Il peut aussi simplement ne rien faire, en se limitant à assister sa compagne dans une ambiance d’amour et de tendresse, en particulier lors d’accouchement assisté à domicile ou d’accouchement non assisté[158].

Les lieux d’accouchement[modifier | modifier le code]

Domicile[modifier | modifier le code]

Traditionnellement, les femmes accouchent à domicile. L’accouchement à domicile concerne encore 90 % des naissances dans le monde[159].

En Occident, au cours de la première moitié du XXe siècle, les hôpitaux ont accueilli de plus en plus de femmes. Les techniques de césarienne ont gagné en notoriété grâce aux antibiotiques et aux anesthésiques. Dans les années 1930, la profession des sages-femmes a traversé une crise identitaire avant de s'institutionnaliser et d'intégrer majoritairement le corps hospitalier. Si en 1950, 45 % des accouchements se font encore à domicile[160], à partir des années 1960, l'immense majorité des femmes des pays développés sont encouragées à accoucher à l'hôpital. Aujourd’hui, le nombre d’accouchement à domicile est tombé à 1 % des accouchements en France et en Belgique[161][159]. Il est par contre proche de 30% aux Pays-Bas[162].

Depuis les années 2000, l’accouchement assisté à domicile connait un regain d’intérêt dans les pays occidentaux. Les principales motivations sont pour les couples d’échapper à un cadre très médicalisé qui peut être considéré comme anxiogène, et d’accueillir le bébé dans un environnement serein et chaleureux[163][164]. Les partisans de l'accouchement à domicile le présentent comme n'étant pas plus dangereux pour les grossesses à bas risque, pour autant que la grossesse et la naissance soient surveillés par une sage-femme[165]'[161][166]. Certaines études épidémiologiques[167] suggèrent d'ailleurs que les résultats périnataux (surtout pour ce qui concerne les taux de mortalité périnatale) sont comparables quel que soit le lieu choisi pour l'accouchement, lorsque celui-ci se déroule dans de bonnes conditions sanitaires, pour une grossesse à faible risque suivie par un personnel médicalement qualifié. Une méta-analyse de 2010 [168] souligne que dans les articles retenus, les femmes choisissant l'accouchement à domicile ont significativement moins de facteurs de risque (moins d'obèses, moins d'utérus cicatriciels ou encore moins d'antécédents obstétricaux), mais que le risque relatif de mort néonatal est presque deux fois supérieur (Odds ratio de 1,98) chez les femmes accouchant à domicile si on considère l'ensemble des naissances, ce risque relatif étant presque trois fois supérieur lorsque aucune anomalie n'a été notée à la naissance (OR de 2,87). Plus récemment, un article de l'American Journal of Obstetrics and Gynecology[169] , considérant que l'accouchement à domicile entraîne une inutile augmentation des risques, tant pour la mère que pour l'enfant, et que le taux relativement important de transferts d'urgence à l'hôpital représente un coût non négligeable et une forte source de désagréments et d'angoisse évitables pour la mère, recommande aux professionnels de santé de privilégier l'éthique professionnelle face à l'idéologie en incitant les patientes à opter pour un accouchement en milieu hospitalier. Dans les zones rurales de pays pauvres, on constate une persistance de formes d'accouchement traditionnelles avec des résultats qui dépendent principalement du niveau de vie et des conditions sanitaires[170].

Article détaillé : Accouchement à domicile.

Hôpital[modifier | modifier le code]

Maternité d'un centre hospitalier

L'hôpital a longtemps été un lieu à haut risque en raison des infections nosocomiales qui pouvaient toucher les parturientes et les nouveau-nés. La situation évolue au cours du XIXe siècle avec les découvertes des microbes et de l'antisepsie. Ainsi c'est en constatant que les femmes accouchées par les sages-femmes meurent trois fois moins que celles accouchées par les médecins que le hongrois Ignace Semmelweis établit en 1847 que la fièvre puerpérale est en fait transmise depuis les salles d'autopsies par les mains des médecins[171]. Cette observation conduira à la mise en place de règles d'hygiène qui transforment profondément l'image de l'hôpital non plus comme lieu de dernier recours mais comme véritable structure de soins organisée « cliniques ». Par ailleurs, les progrès des techniques médicales et l'invention de nombreux instruments assoient le statut de la médecine hospitalière qui s'organise en spécialités médicales, dont l'obstétrique[172].

A partir des années 1920-1930, la naissance en milieu hospitalier se répand en France et aux États-Unis, soutenue par les autorités dans une politique de natalité. En parallèle, l’hôpital se transforme. De l’hospice traditionnel voué à l’assistance des femmes les plus pauvres, on passe à un établissement moderne et plurifonctionnel, dont l’architecture reflète les différentes finalités : maison d’accouchement, lieu de consultations de grossesse de gynécologie et de puériculture, des laboratoires d’analyses, centre de donneuses de lait, consultation prénuptiale, dispensaire antisyphilitique et une maternité spécialement isolée pour les tuberculeuses. C’est à partir des années 1950 que l’accouchement à l’hôpital se généralise, d’abord sous l’impulsion de la méthode d’accouchement sans douleur, puis grâce aux progrès tels que l’échographie, la technique de la césarienne et la péridurale[172].

Dès les années 1970, sont apparues des critiques sur la surmédicalisation des accouchements dans les hôpitaux. La logique hospitalière de rentabilité, d’organisation du personnel et de gestion du risque (notamment en matière d'assurances) a incité la mise en place de protocoles et d’actes routiniers en décalage avec le processus naturel et individuel de l’accouchement[173]. Les institutions hospitalières ont en effet tendance à organiser leur travail sur la base du « pire cas », envisageant chaque accouchement comme si un désastre pouvait survenir à tout moment, en imposant à chaque femme qui accouche des interventions qui visent en réalité à répondre à l’anxiété du médecin[174]. De plus, chaque intervention entraine une cascade d’interventions ultérieures qui peuvent transformer un accouchement normal en une situation d’utilisation de forceps, voire de césarienne[175]. De nombreuses femmes vivent dès lors leur accouchement comme une expérience décevante et traumatisante[176]. Certaines en gardent même des séquelles pouvant avoir des répercussions jusque dans leur vie professionnelle[177].

Dans les pays industrialisés, une mobilisation de femmes et d’associations d’usager s’est organisée pour prôner la liberté de choix dans le mode d’accouchement[178]. Quelques hôpitaux ont remis en question certaines de leurs pratiques et ont notamment mis en place deux outils pour répondre à la demande de plus grand respect des parturientes et de leur accouchement :

Maison de naissance[modifier | modifier le code]

Une maison de naissance est un petit établissement tenu par des sages-femmes, ne faisant pas partie d'un hôpital mais s'y trouvant proche géographiquement, où les femmes en bonne santé, dont la grossesse se déroule normalement, peuvent être suivies médicalement, accoucher et trouver de multiples services reliés à leur maternité[181]. La femme enceinte y est suivie par la même sage-femme (ou une petite équipe de mêmes sages-femmes) durant toute sa grossesse, dans une optique plus large qu'un simple suivi gynécologique (préparation à l'accouchement, préparation à l'accueil du bébé, allaitement, ...) ce qui permet d'établir des relations de confiance entre la femme enceinte et l'équipe médicale. Le jour de l'accouchement, la parturiente est accompagnée par cette même sage-femme durant tout le processus d'accouchement.

L'accent étant mis sur l'aspect naturel et physiologique de l'accouchement, la médicalisation est réduite au minimum. La gestion de la douleur se fait non pas par une péridurale, mais par des méthodes naturelles telles que l'hypnonaissance couplée à toute autre méthode de relaxation et de bien-être[182].

Les maisons de naissance sont apparues aux États-Unis dans les années 1970 en réaction à l'hyper-médicalisation de l'accouchement. Elles se sont ensuite développées en Australie, au Canada et dans de nombreux pays européens : Espagne, Italie, Belgique, Allemagne, Suisse, Pays-Bas, Royaume-Uni et Suède[183]. En 2013, après plusieurs réticences, la France a elle aussi autorisé l'expérimentation de maisons de naissance[184].

Article détaillé : Maison de naissance.

Terminologie[modifier | modifier le code]

La grossesse et l'accouchement sont a priori des processus physiologiques. Si un éclairage médical est nécessaire pour bien en appréhender toute la chronologie et le bon déroulement, il n'en est pas moins dispensable dans l'absolu. À proprement parler, la parturiente même en salle d'accouchement n'est donc pas considérée comme malade.

Les Britanniques utilisent depuis 2007 le terme « accouchement normal » (normal birth) pour désigner un accouchement non déclenché, sans péridurale ni analgésiques, sans césarienne ni épisiotomie ni extraction instrumentale. Cette définition consensuelle (Normal Birth Consensus) est le fruit de plusieurs années de travail impliquant des associations d'usagers et des organisations professionnelles (sages-femmes et gynécologues-obstétriciens)[185]. Elle a pour objectif principal l'élaboration de statistiques fiables à grande échelle sur les pratiques obstétricales en l'absence de signes cliniques.

Certains membres du groupe de travail britannique ont formé le souhait que, dans une deuxième étape, soient exclues de la définition certaines pratiques comme l'accélération du travail, l'usage d'opiacés, la rupture artificielle des membranes et la gestion active de la troisième phase du travail. Avec ces nouveaux critères ils suggèrent que l'on parle d'accouchement naturel ou « physiologique ».

Aspects légaux[modifier | modifier le code]

L'accouchement a différentes implications légales. Dans les systèmes juridiques hérités du droit romain, est considérée comme mère la femme qui accouche, selon le principe du Mater semper certa est[186]. Le père est le mari de la femme qui accouche, selon le principe de la présomption de paternité. À sa naissance, l'enfant acquière une personnalité juridique pour autant qu'il soit né vivant et viable[187]. Dans le cas contraire, on parle d'enfant sans vie, ce qui recouvre les cas de mortinaissance.

Dans certaines juridictions, le lieu de naissance détermine la nationalité d'un enfant (sous la doctrine du droit du sol ou jus soli), par opposition au droit du sang.

Dans de nombreux pays, la naissance doit être déclarée auprès d'un organisme d'état civil qui délivre un certificat de naissance.

Certains États, tel que la France, autorisent l'accouchement sous X, c'est-à-dire le droit pour la femme d'accoucher dans l'anonymat[188].

Statistiques[modifier | modifier le code]

L'âge moyen à l'accouchement s'accroit depuis le Moyen Âge, et nettement plus rapidement depuis 30 ans[189].

  • Il augmente dans le monde et notamment partout en Europe[189] ; en 2009, en France, il était de 29,9 ans et en France métropolitaine, il a dépassé les 30 ans pour la première fois[189] ;
  • Dans les années 1980, cette accélération a diminué ; 14 années ont été nécessaires pour passer de 29 à 30 ans (deux fois plus que pour passer de 27 à 28 ans, puis de 28 à 29 ans)[189] ;
  • De manière corrélée, le pourcentage d'enfants nés de mères de 35 ans et plus s'est accru (22 % des accouchements en France en 2009, soit un quasi-quadruplement en 30 ans)[189] ;
  • Dans les années 2000, la France est dans la moyenne européenne : en 2006, l'âge moyen à l'accouchement était de 30 ans en Europe des 15 descendant un peu (à 29,5 ans) si l'on inclut les pays de l'Est alors récemment entrés dans l'Union européenne[189].

Articles et bibliographie[modifier | modifier le code]

Isabelle BRABANT, Vivre sa grossesse et son accouchement: Une naissance heureuse, Chronique sociale, 2003.

Barbara EHRENREICH et Deirdre ENGLISH, Sorcières, sages-femmes et infirmières: Une histoire de femmes et de la médecine, Éditions du Remue-Ménage, 2005.

Fernand LEROY, Histoire de naître: De l'enfantement primitif à l'accouchement médicalisé, De Boeck, 2002.

(en) Sue MACDONALD, Julia MAGILL-CUERDEN, Mayes' Midwifery: A Textbook for Midwives, Édition Bailliere Tindall, 14e édition, 2011.

Marie F. MONGAN, HypnoNaissance: la méthode Mongan, Édition du petit monde, 2009.

Accouchements inopinés : [PDF] Enquête sur les accouchements inopinés à domicile, La Revue des Samu, 2001

Francine Saillant et Michel O'Neill (sous la direction de) : ACCOUCHER AUTREMENT. Repères historiques, sociaux et culturels de la grossesse et de l'accouchement au Québec, Montréal, Les Éditions Saint-Martin, 1987, 450 pp.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La date de votre accouchement - Calcul de la date de votre terme
  2. Voir www.alternatives.be
  3. Source : Jacqueline Lavillonnière. [www.ansfl.org/medias/doc/090423-termedepasse.pdf La postmaturité en question — quel diagnostic — quel pronostic ?]
  4. La durée d'une grossesse
  5. Voir quelques exemples.
  6. Voir une discussion détaillée du dépassement de terme.
  7. Par exemple, Postterm with favorable cervix: is induction necessary ? (B. Chanrachakul & Y. Herabutya) European Journal of Obstetrics & Gynecology and Reproductive Biology 2003;106, page 156.
  8. Mittendorf R. et al. « The length of uncomplicated human gestation » OB/GYN. Vol. 75, No., 6 June, 1990, p. 907-932.
  9. Voir notamment Henci Goer, « When Research is Flawed: Management of Post-Term Pregnancy » Commentary on: Crowley P. « Interventions for preventing or improving the outcome of delivery at or beyond term » (Cochrane Review). In: The Cochrane Library. Issue 2. Oxford: Update Software, 2002.
  10. article L 1111-4 du code de la santé publique en France.
  11. a, b et c (de) Diedrich Kl, Holzgreve W, Jonat, W, Schneider, K.-T, Schultze-Mosgau, A, Weiss, J. Gynäkologie und Geburtshilfe, Springer Medizin Verlag Heidelberg, 2007.
  12. Laughon K, Branch W. « NIH study finds women spend longer in labor now than 50 years ago » 2012.
  13. Les soins liés à un accouchement normal: guide pratique, OMS, 1998
  14. Hémorragies après l’accouchement : quel rôle pour l’ocytocine ?
  15. Étude INSERM : l’ocytocine pendant l’accouchement est un facteur de risque indépendant d’hémorragie grave
  16. « L'Ocytocine »
  17. Tout savoir sur le bouchon muqueux
  18. Carbonne B. « Physiologie de la contraction utérine », 2002.
  19. La première partie du travail : étude de la contraction utérine, effacement et dilatation du col
  20. Dilatation du col utérin
  21. BLONDEL, M., LEJEUNE, V., Gynécologie, obstétrique et soins infirmiers (3e édition), édition Lamarre, p. 198.
  22. Débat: Le toucher vaginal, est-ce vraiment nécessaire?
  23. a et b Classification OMS des pratiques utilisées pendant un accouchement normal
  24. Déroulement de l'accouchement
  25. a et b La poussée dirigée
  26. Haute autorité de la santé, ‘’L’expression abdominale durant la 2e phase de l’accouchement’’, consensus formalisé, janvier 2007.
  27. Accouchement : qu’est qu’une épisiotomie
  28. Épisiotomie, et si vous en discutiez avant ?
  29. CNGOF (Collège national des gynécologues et obstétriciens français), RECOMMANDATIONS pour la PRATIQUE CLINIQUE, l’épisiotomie, 2005.
  30. Robert MAILLET, Jean-Patrick SCHAAL, Didier RIETHMULLER, Accouchement en présentation du siège, plaidoyer pour la voie basse, XIVe JTA Journées de techniques avancées en gynécologie obstétrique pma et pédiatrie, janvier 1999
  31. [La Société des obstétriciens et gynécologues du Canada, Accouchement du siège.
  32. Lede R., Version par manoeuvre externe dans la prise en charge de la présentation du siège, Commentaire de la BSG, Bibliothèque de Santé Génésique de l'OMS, Organisation mondiale de la Santé, Genève, 13 March 2006.
  33. Conde-Agudelo A., Césarienne programmée en cas de présentation par le siège à terme, commentaire de la BSG, Bibliothèque de Santé Génésique de l'OMS, Organisation mondiale de la Santé, Genève, 8 September 2003.
  34. Version par manoeuvres externes, Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF).
  35. Apgar Testing
  36. Les premiers soins au bébé
  37. Les soins du nouveau-né
  38. Debby Takikawa, What baby wants, an exploration of the consciousness of the Infants, the movie, 2007.
  39. Les premières 24 heures de bébé
  40. De l’importance des premiers instants après la naissance
  41. Rapport de l'OMS Les soins liés à un accouchement normal - soins pendant le troisième stade de l'accouchement.
  42. Yao AC, Lind J, Vourenkosky V. Expiratory grunting in the late cord clamped normal infant. Pediatrics 1971, 48:865-870 ; Yao AC, Lind J. Placental transfusion. Am J Dis Child 1974, 127:128-141 ; Dunn PM. The third stage and fetal adaptation. In: Clinch J, Matthews T (eds). Perinatal medicine. Proceedings of the IX European Congress of perinatal medicine held in Dublin, Ireland, 1984. Lancaster, MTP Press, 1985.
  43. Michaelsen KF, Milman N, Samuelson G. A longitudinal study of iron status in healthy Danish infants: effects of early iron status, growth velocity and dietary factors. Acta Paediatr 1995, 84:1035-1044; Pisacane A. Neonatal prevention of iron deficiency. Placental transfusion is a cheap and physiological solution. Br Med J 1996, 312:136-137.
  44. Prendiville W, Elbourne D. Care during the third stage of labour. In: Chalmers I et al (eds). Effective care in pregnancy and childbirth. Oxford, Oxford University Press 1989.
  45. Extraits du rapport de l'OMS Les soins liés à un accouchement normal - soins pendant le troisième stade de l'accouchement, paragraphe 5.5. Pour une discussion plus détaillée, voir Cord Closure: Can Hasty Clamping Injure the Newborn? par George Malcolm Morely.
  46. Voir Le sang placentaire, un commerce juteux… (Blood money for what?), Naomi Pfeffer, AIMS Journal 16, 4, 2005, p. 6-9.
  47. François Drouin, étudiant au doctorat à l'Université Laval et stagiaire du Réseau de cellules souches.
  48. http://apps.who.int/rhl/reviews/CD004074sp.pdf
  49. (en) Rabe H, J.L. Diaz-Rossello, L. Duley et T. Dowswell, « Effect of timing of umbilical cord clamping and other strategies to influence placental transfusion at preterm birth on maternal and infant outcomes. », Cochrane Database Syst Rev., no 8,‎ 2012, CD003248. (PMID 22895933, DOI 10.1002/14651858.CD003248.pub3)
  50. (en) Denis Campbell, « Hospitals warned to delay cutting umbilical cords after birth », the guardian,‎ 11 juillet 2013 (lire en ligne)
  51. Lotus Birth - a ritual for our times (Sarah Buckley, 2002). Voir la page Lotus Birt (en) sur Wikipedia et le site www.lotusbirth.com pour plus de détails.
  52. http://ezproxy.ouls.ox.ac.uk:2093/10.1016/j.jmwh.2008.12.012
  53. Martin C., Le placenta, autrefois vénéré, aujourd'hui oublié?, Schweizer Hebamme Sage-femme suisse, avril 2004.
  54. CACCIA, N., et WINDRIM, R., Récupération après la naissance et soins post-partum, 2009.
  55. Que se passe t-il après l'accouchement ?
  56. a, b et c (en) Janesh K Gupta, Cheryl Nikodem. « Maternal posture in labour » European Journal of Obstetrics & Gynecology and Reproductive Biology, Volume 92, Issue 2, octobre 2000, Pages 273-277 [1]
  57. Auteur de la méthode APOR B.
  58. PORTAL, Ch., Position maternelle de l’accouchement, 2006.
  59. G. Justus Hofmeyr, Hands and knees posture in late pregnancy or labour for fetal malposition (lateral or posterior), The Cochrane Library, 2007.
  60. Voir la base de données de l'AFAR.
  61. a et b RACINET, C., BREMENT, S., LUCAS, C., Analyse objective des différentes positions maternelles pour l'accouchement, Extrait des Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique – TOME XXXII, Collège national des gynécologues et obstétriciens français, Paris, 2008.
  62. Dr Bernadette de Gasquet : les gestes et positions pour faciliter l’accouchement.
  63. Voir le manuel Vänta Barn - En bok om graviditet, förlossning och föräldraskap från Folkhälsoinstitutet (un manuel officiellement distribué aux futurs parents), ISBN 978-91-7205-279-6. Folkhälsoinstitutet, Berling Skogs, Trelleborg. Stockholm: Gförlagshuset Gothia, 200.
  64. Voir par exemple le poster du National Childbirth Trust en déclinaison francophone.
  65. Pour plus de détails, voir la thèse de doctorat de médecine de Thierry Richard.
  66. Voir la liste sur le site de l'Association française de naissance aquatique (AFNA) : http://naissance.ws/afna/.
  67. Accoucher dans l’eau tout en douceur
  68. Principalement pour des raisons medico-légales puisque la littérature scientifique montre que cette pratique ne présente pas de risque particulier (voir la base de données de l'AFAR).
  69. Accouchement : la naissance de bébé
  70. a, b et c « Les hormones de l'accouchement »
  71. Odent M. L’amour scientisé, les mécanismes de l’amour, édition Jouvence, 2001.
  72. Gagnon N. Les hormones de l'accouchement, 2006.
  73. (en) Kerstin Uvnäs Moberg. The Oxytocin Factor - Tapping the Hormone of Calm, Love, and Healing, Cambridge MA: Da Capo Press, 2003
  74. Michel Odent. Césariennes : questions, effets, enjeux, Barret-sur-Mérouge : Le Souffle d'Or, 2005.
  75. Le solute
  76. « Quand les pratiques médicales font perdre aux femmes leur capacité d’accoucher »
  77. a et b La naissance déshumanisée
  78. Le toucher vaginal
  79. La phase de désespérance pendant l’accouchement
  80. Kerstin Uvnäs Moberg=, Ocytocine: hormone de l'amour, Le Souffle d'Or,‎ 2006, 224 p. (ISBN 2 84058 285-6)
  81. (en) Sue MACDONALD, Julia MAGILL-CUERDEN, Mayes' Midwifery: A Textbook for Midwives, Edition Bailliere Tindall, 14e édition, 2011, p. 521.
  82. L’âge de Lait, La douleur de l’accouchement : une initiation ?
  83. Un orgasme pendant l'accouchement ? C'est rare, mais possible, 6 juin 2013.
  84. Lynn Clark Callister, Cultural Influences on Pain Perceptions and Behaviors, Home Health Care Management & Practice, Volume 15, Number 3, 207-211, avril 2003.
  85. La Bible, Ancien Testament - Le Pentateuque - Genèse 3
  86. Marie-France Morel, Histoire de la douleur dans l’accouchement, 2 janvier 2012.
  87. Ellen Holmes Pearson, Native American Customs of Childbirth.
  88. La première partie du travail : étude de la contraction utérine, effacement et dilatation du col, support de cours, Université Médicale Virtuelle Francophone, 2011.
  89. a, b et c La physiologie de l'accouchement, La douleur – les contractions
  90. a, b et c Comprendre la douleur de l’accouchement pour mieux l'affronter
  91. Marie F. Mongan, HypnoNaissance: la méthode Mongan, Édition du petit monde, 2009.
  92. (en) Grantly Dick-Read, Chilbirth without fear, Heinemann Medical Books,‎ 1942 (lire en ligne)
  93. La position gynécologique
  94. Quelques conseils à appliquer pendant le travail
  95. Le déclenchement
  96. La rupture des membranes
  97. Christel, L'hypnonaissance pour un accouchement en toute détente, Mum-to-be Party, 23 novembre 2012.
  98. Marie F. MONGAN, HypnoNaissance: la méthode Mongan, Édition du petit monde, 2009
  99. Quelques conseils à appliquer pendant le travail accoucher autrement
  100. a et b Votre accouchement: comment gérer la douleur, Koninklijke Nederlandse Organisatie van Verloskundigen, 2009.
  101. Lina Clerke, Accoucher, c’est lâcher prise.
  102. May, Se préparer à un accouchement sans péridurale, blog Un bébé bien réel.
  103. Michel Odent, L'amour scientifisé, les mécanismes de l'amour, Editions Jouvence, 2001.
  104. L'accouchement à domicile, Accoucher librement.
  105. Marie F. MONGAN, HypnoNaissance: la méthode Mongan, Édition du petit monde, 2009.
  106. Massage thérapeutique, médecines naturelles
  107. Julie Bonapace, Accoucher sans stress avec la méthode Bonapace.
  108. May, Sans péridurale et sans douleur ?, Un bébé bien présent.
  109. La douleur pendant l'accouchement, outils pratiques, Naître et grandir.
  110. Quelques façons d'apprendre à mieux gérer la douleur, bébé-arrive.com, 2002.
  111. Mael2010, Comprendre la douleur de l’accouchement pour mieux l'affronter et Gérer la douleur des contractions pendant l'accouchement, Les petits mwana, février 2013.
  112. M. Rège-Walther, G. Théry, L. Thierrin, I. Peytremann-Bridevaux, Faut-il autoriser les femmes à boire ou à manger durant l’accouchement?, Revue Médicale Suisse, www.revmed.ch, 20 octobre 2010.
  113. a et b Marie-France MOREL, Histoire de la douleur dans l’accouchement, Réalités en gynécologie obstétrique n° 67, janvier 2002, p. 31-34 et dans le n° 71, mai 2002, p. 42-46.
  114. Blissful Birth release hypnobirthing book on Amazon Kindle
  115. Charlotte Libov, Will Royal Baby Spark 'Hypnobirth' Craze?, 22 juillet 2013.
  116. Démédicaliser l’accouchement
  117. Voir entre autres : KAPLAN SHANLEY L., « Accoucher par soi-même : le guide de la naissance non assistée », Mama Éditions, 2012.
  118. Propos tenus par Michel Odent lors de la conférence « La naissance et l’avenir de l’homo sapien » à Bruxelles le 28 mars 2013
  119. F. Millogo-Traore, S.T.A. Kaba, B. Thieba, M. Akotionga, J. Lankoande, Pronostic maternel et fœtal au cours de l'accouchement chez la femme excisée, 2007
  120. Au Congo, les pygmées préfèrent accoucher en pleine forêt
  121. Jacqueline M.C. THOMAS, Serge BAHUCHET, Alain EPELBOIN, Encyclopédie des pygmées Aka, Dictionnaire ethnographique Français-Aka, tome II, facicule B, p. 237.
  122. L’accouchement dans le monde, partie 1
  123. Pregnancy and childbirth around the world
  124. SHOSTAK, M, « Nisa, the life and words of a !Kung woman, First Harvard university press paperback edition, 2000, page 161.
  125. Un exemple de témoignage : J'ai accouché toute seule à la maison !
  126. Laura Shanley’s Unassisted Childbirth Page
  127. Mon accouchement non-assisté -- la naissance de mon dernier enfant
  128. Vivre naturellement et paisiblement la naissance
  129. Sage-femme, le plus vieux métier du monde et pourtant si méconnu
  130. Odile MONTAZEAU, Jeanne BETHUYS, Histoire de la formation des Sages-Femmes en France, Université Médicale Virtuelle Francophone
  131. a et b EHRENHEICH, B., ENGLISH, D., « Sorcières, sages-femmes et infirmières, une histoire des femmes et de la médecine », les éditions du remue-ménage, bibliothèque nationale du Québec, 1976.
  132. Le baby-blues des sages-femmes
  133. Maisons de naissance : les médecins bloquent cette nouvelle concurrence pour les maternités françaises
  134. Odile Buisson, La renaissance de l'accouchement douloureux, Huffingtonpost, 15 mars 2013 : « ‘’(…)Re-naissance, certes. Mais aussi étincelles de diablerie. (…)’’»
  135. Lancement controversé des maisons de naissance
  136. La sage-femme en Belgique, qu’est-ce qu’une sage-femme ?
  137. Les sages-femmes défendent leur savoir-faire
  138. Tout ce que votre sage-femme peut faire pour vous…
  139. Accoucher à l’hôpital avec une sage-femme libérale (ayant accès au plateau technique)
  140. Maison de la naissance à Bruxelles
  141. COUTURE A., Les petites histoires de l’Histoire de l’obstétrique
  142. M. NICOLI, Le XVIIIe siècle, un tournant dans l'histoire de l'accouchement, Le Courrier, septembre 2007.
  143. A.-F. MOREL, Histoire de la naissance en France XVIIIeXXe siècle), adsp no 61 ∕ 62, décembre 2007 – mars 2008.
  144. H. VADEBONCOEUR, Humanisation/médicalisation de l’accouchement.
  145. A. TORTOSA, Guide de la grossesse à l’usage des futurs parents, le jour où les femmes ont abandonné leur grossesse à la « science », Éditions Archilogue, 2008.
  146. B. JACQUES, De la matrone à l'obstétricien : quel partage des rôles pour les professionnels ?, La Santé de l’Homme, septembre-octobre 2007.
  147. De Boer, « Le prix et le coût de la naissance aux Pays-Bas »
  148. Association des doulas francophones de Belgique
  149. http://www.alternatives.be/fiches/doula.htm
  150. Doula, dans quels cas ?
  151. P. Dibie, Ethnologie de la chambre à coucher, Éditions Métailié, Paris, 2000, p. 205.
  152. Les coutumes à la naissance dans le monde
  153. a, b, c et d M. ODENT, Le fermier et l’accoucheur, Medicis, 2004.
  154. Couper le cordon ombilical : 5 questions à vous poser avant d'accoucher !
  155. Dister A. « Futur papa : bien se préparer à l’accouchement » avril 2013.
  156. a et b « La place du père pendant l’accouchement »
  157. Maman - Présence du père lors d'un accouchement naturel
  158. Le rôle du père dans un accouchement non-médicalisé
  159. a et b Delphine de Mallevoüe, L’accouchement à domicile fait des adeptes, Le Figaro, 10 octobre 2008.
  160. De la matrone à l'obstétricien : quel partage des rôles pour les professionnels ? Béatrice Jacques. La Santé de l'homme, 391, sept-oct 2007, p. 20-22
  161. a et b Accoucher à domicile, Alter-natives.
  162. Madeleine Akrich, Statistiques périnatales aux Pays-Bas, Portail Naissance.
  163. C. Collet, L’accouchement à domicile, enceinte.com
  164. Béatrice Jacques, De la matrone à l'obstétricien : quel partage des rôles pour les professionnels ?, La santé de l’homme, n°391, septembre-octobre 2007, p. 20 à 22.
  165. Johnson K C and Daviss B-A. Outcomes of planned home births with certified professional midwives: large prospective study in North America. BMJ 2005;330:1416-9
  166. Voir aussi la base de données de l'AFAR.
  167. Voir la base de données de l'AFAR.
  168. Wax et al., Maternal and newborn outcomes in planned home birth vs planned hospital births: a metaanalysis., American Journal of Obstetrics and Gynecology, Volume 203, Issue 3, September 2010, Pages 243.e1–243.e8.
  169. Chervenak et al., Planned home birth: the professional responsibility response., American Journal of Obstetrics and Gynecology, Volume 208, Issue 1, Pages 31-38, January 2013
  170. Les travaux de la statisticienne Marjorie Tew ont montré que l'amélioration des résultats périnataux, au Royaume-Uni, était fortement corrélée aux facteurs sanitaires et faiblement à sa prise en charge médicalisée. Voir : Safer Childbirth? A Critical History of Maternity Care (Marjorie Tew). Londres, Chapman & Hall, 1998. De même, dans les régions isolées de pays récemment développés, on peut observer une diminution drastique de la mortalité périnatale alors que les modes de prise en charge restent traditionnels et non médicalisés. (Voir par exemple le Census of India.)
  171. Ignace-Philippe Semmelweis, 1818 – 1865, Chirurgien et obstétricien hongrois, Portraits de médecins.
  172. a et b Anne-France MOREL, Histoire de la naissance en France XVIIIeXXe siècle), adsp no 61 ∕ 62, décembre 2007 – mars 2008.
  173. Marine BAILLEUL, Les politiques publiques en France relatives à la place de l’enfant durant l’accouchement et les instants qui suivent, Université de Nantes, Droit et science.
  174. Henri GOER, Obstetrical myths versus research realities - A guide to the medical litterature, Westport: Bergin et Garvey, 1995, chapitre 17, p. 331-347.
  175. Mold JW, Stein HF, The cascade effect in the clinical care of patients, N Engl J Med, 20 février 1986, 314(8):512-4.
  176. Eve Gratien, Maternité et manque d'écoute : au secours, l'accouchement se déshumanise !, Le Nouvel Observateur, 19 mars 2012.
  177. Marlène Schiappa, Accouchement surmédicalisé et conséquences sur le travail des mères, Réseau Maman travaille, 20 janvier 2011.
  178. Par exemple en France, les représentants d'associations d'usagers participent aux groupes de travail sur la périnatalité de la Haute Autorité de santé (HAS) et autres instances du système de santé. Pour plus de détails, voir la liste détaillée des interventions du CIANE et les travaux des États Généraux de la Naissance (2003 et 2006).
  179. Une salle pour accoucher au naturel, Allodocteur.fr, France 5, juillet 2013
  180. Maison de la naissance, une équipe de sages-femmes à Bruxelles
  181. Accoucher en maison de naissance, alter-natives.
  182. Les maisons de naissance, une alternative aux accouchements à l'hôpital, Huffingtonpost.fr, 7 février 2013.
  183. Anne-Sophie Hojlo, Les maisons de naissance en 5 questions, Le nouvel Observateur, 7 mars 2013
  184. Afsané Sabouhi, Les sénateurs posent la première pierre des maisons de naissance, Le Nouvel Observateur, 14 juin 2013.
  185. Normal Birth Consensus (Consensus sur l'accouchement normal), Maternity Care Working Party. Voir documents.
  186. Jean-Yves Nau, En droit français, la mère est celle qui accouche, revue médicale suisse n° 291, 2011
  187. coursdroitl1divb, Droit civil
  188. Juliette Gaté, L’accouchement sous X est conforme à la constitution, 29 mai 2012.
  189. a, b, c, d, e et f Insee - Natalité - Fécondité

Articles connexes[modifier | modifier le code]