Aigle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Aigle (homonymie)
Aigle
Nom commun ou
nom vernaculaire ambigu :
L'expression « Aigle » s'applique en français à plusieurs taxons distincts. Page d'aide sur l'homonymie
Aigle pomarin (Aquila pomarina)
Aigle pomarin (Aquila pomarina)
Taxons concernés

Plusieurs espèces de la famille des Accipitridae
dans les genres

Aigle est communément le nom vernaculaire donné à certains grands rapaces planeurs diurnes. C'est aussi le nom que la nomenclature aviaire en langue française donne plus précisément à 38 espèces d'oiseaux qui constituent 12 genres. Tous les aigles appartiennent à la famille des Accipitridés. Certaines espèces sont actuellement disparues.

Physiologie, comportement et écologie[modifier | modifier le code]

Les caractéristiques générales des aigles sont celles des Accipitridés, avec des nuances pour chaque espèce : voir les articles détaillés pour plus d'informations sur leur description ou leur mode de vie.

Caractéristiques communes[modifier | modifier le code]

Silhouette d'aigle

Les aigles sont de grands rapaces planeurs diurnes qui possèdent des pattes puissantes et de grandes serres pour saisir leurs proies. Ils ont également une vue perçante leur permettant de repérer celles-ci à distance.

Les aigles ont des ailes qui présentent une émargination importante, ce qui les distingue des Falconidae (faucons, éperviers). Comme certaines buses, ils ont des tarses emplumés, mais les aigles plus grands que celles-ci.

De nombreuses espèces sont vulnérables à la destruction de leur habitat. De plus, situés en tête de chaine et pyramide alimentaire, ces oiseaux de proie concentrent dans leur organisme de nombreux polluants (pesticides, métaux lourds...) et par conséquent, de même que de nombreux prédateurs et nécrophages, ils sont fréquemment victimes de saturnisme aviaire[1],[2], notamment quand ils ingèrent des grenailles de plomb.

Dénominations[modifier | modifier le code]

On dit que l'aigle glatit ou trompette pour désigner son cri. Le petit de l'aigle est un aiglon. Sa femelle est une aigle.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom français aigle vient du latin aquila, peut-être par l'intermédiaire de l'ancien provençal aigla (ce qui expliquerait le g français). Le nom latin – repris à l'époque moderne pour désigner le genre Aquila – se continue dans d'autres langues latines comme l'espagnol águila (es). Le nom français a passé dans l'anglais eagle. En revanche, l'allemand Aar ou Adler (ancien adelar, littéralement aigle noble) et le grec αετός (el) (aetós) ont d'autres origines.

Liste de noms français et noms scientifiques correspondants[modifier | modifier le code]

Noms normalisés[modifier | modifier le code]

Liste alphabétique des noms normalisés selon la CINFO (màj 2009) et Avibase, en regard du nom scientifique valide reconnu par la classification de référence (version 2.7, 2010) du Congrès ornithologique international.

Ils constituent les 12 genres suivants : Aquila, Harpagornis †, Harpyopsis, Hieraaetus, Ictinaetus, Lophaetus, Oroaetus, Pithecophaga, Polemaetus, Spizaetus, Spizastur et Stephanoaetus.

Autres noms d'aigles en français[modifier | modifier le code]

Liste alphabétique des noms vulgaires ou des noms vernaculaires attestés[3] en français qui n'ont pas été retenus par la nomenclature normalisée :

Les aigles dans la culture[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2011). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Symbolisme[modifier | modifier le code]

L'aigle est le symbole de nombreux organismes et nations. Il représente les idées de beauté, de force et de prestige. Les Romains l'utilisaient comme emblème pour leurs armées.Sur certaines pièces de monnaie (l'euro) est affichée le symbole d'un aigle qui est entouré d'étoiles. Ce symbole est l'emblème de l'Allemagne.

alternative textuelle
Drapeau gouvernemental de l'Allemagne

L'aigle, capable de s'élever au-dessus des nuages et de fixer le soleil, est universellement considéré comme un symbole à la fois céleste et solaire, les deux aspects pouvant d'ailleurs se confondre.

Roi des oiseaux, il contourne le symbolisme général de ceux-ci, qui est celui des anges, des états spirituels supérieurs. Il est, dans l'antiquité classique, l'oiseau de Zeus, à qui il lui arrive même de s'identifier ; son rôle de roi du ciel est également explicite chez les chamans sibériens. Son identification au soleil, source et rayonnement de la lumière, est essentielle pour les Amérindiens qui, portant des plumes d'aigle, s'identifient à ce rayonnent. Les plumes et le sifflet en os d'aigle sont utilisés dans la danse qui regarde le soleil. Même identification chez les Aztèques, et aussi au Japon : le « Kami » dont le messager ou le support est un aigle est dénommé Aigle du céleste soleil. En Grèce, les aigles partis de l'extrémité du monde, sont dits s'arrêter à la verticale de l'« Omphalos » de Delphes : ils suivent ainsi la trajectoire du soleil, du lever au zénith, qui coïncide avec l'axe du monde.

L'aigle fixant le soleil, c'est aussi le symbole de la perception directe de la lumière intellective. Angelus Silesius a écrit « L'aigle regarde sans crainte le soleil en face ; et toi l'éclat éternel, si ton cœur est pur ». Symbolisme de contemplation auquel se rattache l'attribution de l'aigle à saint Jean et à son évangile. Certaines œuvres d'art du Moyen Age l'identifient au Christ lui-même, dont il signifie l'Ascension et parfois la Royauté. Cette seconde interprétation est une transposition du symbole romain de l'Empire. Les psaumes en font un symbole de régénération spirituelle, comme le phénix.

Le symbole de l'aigle comporte aussi un aspect maléfique. Le renversement du symbole du Christ en fait une image de l'Antichrist : l'aigle est le rapace cruel, le ravisseur. Il est aussi parfois symbole d'orgueil et d'oppression (ceci est lié au pouvoir impérial). C'est la perversion de son pouvoir.

L'aigle est fortement utilisé comme symbole pour des insignes d'unités de l'Armée de l'air (bien que le symbole central de cette Armée soit l'épervier, appelé "charognard", souvent confondu avec l'aigle). Par exemple, l'aigle se retrouve sur des insignes d'unités, comme celui de l'école militaire de l'air, homologué en 1947 ou encore, l'insigne de poitrine des commandos parachutistes de l'air), homologué sous le numéro A 690).

Iconographie[modifier | modifier le code]

Dans l'art[modifier | modifier le code]

L'aigle apparaît fréquemment dans les arts plastiques. Dans l'art gréco-romain, c'est un des attributs de Jupiter, qui prit sa forme pour enlever Ganymède, et il apparaît dans les représentations de Prométhée supplicié. Dans l'iconographie chrétienne, il est le symbole ou l'attribut de saint Jean l'évangéliste (surnommé l'Aigle de Patmos). Les lutrins sont ornés d'aigles à la symbolique complexe[4]. L'aigle en effet s'attaque aux serpents, symbole du mal dès le premier Livre biblique qu'est celui de la Genèse ; il monte dans les hauteurs du ciel comme le Christ au moment de l'ascension. L'aigle est également l'emblème des légions romaines, repris par Napoléon qui en fait un symbole impérial, que les poètes associeront à son nom (l'aigle baissait la tête (Victor Hugo, Les Châtiments), L'Aiglon (Edmond Rostand)) et qui figure à ce titre dans l'iconographie impériale.
L'art martial d'aigle symbolise : Audace et majesté.

Dans la chanson française[modifier | modifier le code]

Début 1970, la chanteuse Barbara a écrit un album studio L’Aigle noir dont la chanson éponyme (L'Aigle noir, donc) sera l’un des plus gros succès discographiques de l’année.
Le rappeur Dosseh a écrit un single intitulé Aigle Royal avec un autre rappeur, Rim'K.

En héraldique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Aigle (héraldique).

L'aigle se retrouve dans les armoiries de nombreux pays, telles celles de l'Allemagne, du Mexique, d'Égypte, de l'Albanie de la Pologne ou encore de l'Autriche.

Il faut noter qu'en héraldique, l'aigle est féminin.

L'« aigle » qui sert de symbole américain est en fait un pygargue, ou aigle pêcheur : le Pygargue à tête blanche.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Wayland, M., Wilson, L.K., Elliott, J.R., Miller, J.E., Bollinger, T., McAdie, M., Langelier, K., Keating, J., Froese, J.M.W., (2003), Mortality, morbidity, and lead poisoning of eagles in western Canada 1986–1998. J. Raptor Res. 37, 8–18
  2. Wayland, M., Bollinger, T. (1999), Lead exposure and poisoning in bald eagles and golden eagles in the Canadian prairie provinces. Environ. Pollut. 104, 341–350
  3. Attention aux appellations et traductions fantaisistes circulant sur l'Internet
  4. Retable de la Crucifixion, Dijon

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]