Némée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Némée (dème)

37° 48′ 32″ N 22° 42′ 37″ E / 37.808962, 22.710279

(Voir la carte topographique)
Némée
Némée
Localisation de la Grèce en Europe
(Voir la carte administrative)
Némée
Némée
Localisation de la Grèce en Europe
Voir l’image vierge
Localisation de Némée en Grèce.

Némée est un ancien site religieux grec antique situé dans le sud de la Corinthie, dans le Péloponnèse, célèbre pour son sanctuaire consacré à Zeus et pour les Jeux néméens organisés en son honneur. Il a donné son nom au dème de Némée du district régional de Corinthie, comprenant les villages actuels de Nemea (auparavant, « Άγιος Γεώργιος », Áyios Yeóryios, Saint-Georges[1]) et Archaia Nemea (autrefois Héraklion ou Koutsomodi[2]) situés à proximité.

Némée est célèbre dans la mythologie grecque pour être le lieu où Héraclès tua le lion de Némée, ainsi que l'endroit de la métamorphose d'Io en vache.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le sanctuaire de Zeus faisait partie du territoire de Cléones en Argolide, avant d'être administré par Argos ; il n'abritait pas d'habitat permanent et ne constituait pas une cité-État.

Un premier sanctuaire fut construit au VIe siècle av. J.-C., puis détruit à la fin du Ve siècle, les jeux étant alors transférés à Argos. Sous l'impulsion des Macédoniens, un nouveau sanctuaire fut reconstruit vers - 330, mais abandonné à partir de - 270. Une nouvelle occupation transitoire eut lieu vers - 235, Aratos de Sicyone y organisant des Jeux concurrents des Jeux néméens transférés à Argos, mais le site ne retrouva pas son activité passée ; lors de sa visite par Pausanias au cours du IIe siècle ap. J.-C., le temple avait ainsi perdu sa toiture et n'abritait plus de statue.

Le site fut occupé aux Ve et VIe siècles par une communauté chrétienne florissante, avant d'être brutalement abandonné après 580 lors des invasions slaves, et déserté pendant plus de 500 ans. Il est habité à nouveau à partir du XIIe siècle, les dernière traces d'occupation datant des débuts de la période ottomane ; la vallée est ensuite abandonnée, car rendue insalubre suite à l'obstruction des gorges du fleuve la drainant au nord. En 1883, des travaux de drainage réalisés par une société française permettent de rendre la zone cultivable, et un village nommé Héraklion (et renommé « Ancienne-Némée » par la suite) construit peu après.

Les jeux néméens hier et aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Stade de Némée, récemment dégagé.
Temple de Zeus.

Les Jeux néméens s'y sont tenus depuis 573 av. J.-C., dans le sanctuaire de Zeus. On y commémorait le décès du fils du roi Lycurgue, Opheltès (également nommé Archémore).

Sous la direction de l'archéologue américain Stephen G. Miller de l'Université de Berkeley, l'anastylose du temple de Zeus, datant du IVe siècle av. J.-C. était en cours en 2011, et neuf colonnes sont actuellement debout. Une palestre et un gymnase ont également été mis au jour. Le stade a été dégagé à 500 mètres au sud-est du temple, et en 2012, des travaux de restauration ont été menés à bien dans la galerie voûtée et enterrée qui conduit au stade. On a procédé à des injections de chaux hydraulique dans les pierres fissurées[3] afin d'enrayer leur dégradation et d’éviter l'effondrement de la voûte. Longue de 37 m et couverte d'une couche de terre de 7 m d'épaisseur, cette galerie est celle par laquelle les athlètes, dans l'Antiquité, entraient dans le stade. C'est encore par cette galerie que les athlètes y pénètrent aujourd'hui.

Une association internationale pour la renaissance des Jeux néméens, présidée par le professeur Stephen Miller, organise en effet des épreuves de course sur 100 m dans le stade et 7,5 km à partir du temple d'Héraclès dans l'antique Cléones jusqu'au stade de Némée. Ces jeux néméens modernes[4] d'une durée de trois jours sont ouverts à tous, sans distinction de sexe ni d'âge, les concurrents et les juges étant vêtus à l'antique. Les vainqueurs reçoivent une couronne tressée dans une espèce de maceron local (le smyrnium rotundifolium) comme ils l'étaient dans l'Antiquité.

Évolution du site[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]