Borée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Borée (homonymie).
Enlèvement d'Orithye par Borée, œnochoé apulienne à figures rouges du Peintre de Salting, v. 360 av. J.-C., musée du Louvre

Borée (en grec ancien Βορέας / Boréas, littéralement « le vent du nord »), dans la mythologie grecque, est le fils d'Éos (l'Aurore) et d'Astréos. Il est la personnification du vent du nord, l'un des quatre vents directionnels.

Mythe[modifier | modifier le code]

Borée est le fils d'Éos (l'Aurore) et d'Astréos ; il est le frère de Zéphyr et de Notos, ainsi que de l'étoile du matin, Éosphoros, et des étoiles en général[1]. Il appartient à la race des Titans qui incarnent les forces primaires de la nature. Comme son frère Zéphyr, il réside en Thrace[2].

À la requête d'Achille, Iris vient le chercher, lui et Zéphyr, alors qu'ils sont en train de festoyer, afin qu'ils attisent les flammes du bûcher funéraire de Patrocle[3].

Dans une version de la naissance d'Apollon et Artémis, Borée intervient à la demande de Zeus pour sauver Léto, poursuivie par le serpent Python ; il l'amène à Poséidon qui à son tour, la cache sur l'île d'Ortygie où elle mettra au monde les deux dieux[4]. Une version minoritaire du mythe des Argonautes le rend également responsable de la punition de Phinée[5].

Le mythe le plus connu qui lui est rattaché est l'enlèvement d'Orithye, fille du roi athénien Érechthée[6]. Alors qu'elle cueille des fleurs sur les rives du Céphise[7], Borée l'emporte en Thrace où elle donne naissance à Calaïs et Zétès, les Boréades[8]. C'est le sujet d'une tragédie perdue d'Eschyle, Orithye ; les fragments survivants portent à croire que Borée demande officiellement la main d'Orithie et qu'il l'enlève après qu'on lui a opposé un refus[9].

Sous l'apparence d'un cheval aux crins d'azur, il s'unit avec les juments d'Érichthonios, fils de Dardanos, qui donnent naissance à douze poulains si agiles qu'ils courent sur les épis de blé sans les courber et sur la cime des vagues sans les rider[10]. Un mythe minoritaire lui attribue également la paternité des Harpies[11].

Parmi ses nombreux enfants, figure entre autres Chioné la neige[12].

Culte[modifier | modifier le code]

Borée est un dieu populaire à Athènes, où on lui attribue la sauvegarde de la ville face à la flotte de Xerxès : alors que les vaisseaux perses approchent de la côte magnésienne, l'oracle de Delphes recommande aux Athéniens de demander secours à leur gendre. La flotte athénienne comprend qu'il s'agit de Borée, époux de la fille d'Éréchthée, et lui offre un sacrifice. Le vent du nord répond à leur appel et détruit la flotte perse[13]. En son honneur, les Athéniens lui érigent un temple sur les bords de l'Ilissos et instituent des fêtes annuelles[14].

Représentations artistiques[modifier | modifier le code]

L'enlèvement d'Orithye par le Peintre d'Orithye (vase éponyme), 470-760 av. J.-C., Staatliche Antikensammlungen de Munich

Borée est usuellement représenté comme un homme d'âge moyen, barbu, portant une tunique courte et doté d'une paire d'ailes[15]. Un vase le montre doté d'un double visage, à l'instar du Janus romain[16] — il s'agit probablement de Borée et Antiborée, le double vent qui souffle sur l'Euripe[15]. Le Peintre d'Orithye le représente avec les cheveux et la barbe hérissée, sans doute pour symboliser la rudesse du vent du nord[17].

L'enlèvement d'Orithye par Borée est représenté pour la première fois sur le coffre sculpté de Cypsélos, qui montre le dieu avec des queues de serpent en lieu et place de pieds. C'est l'un des sujets favoris des peintres sur vase athéniens dans le deuxième quart du Ve siècle av. J.-C. : il apparaît sur 42 vases de la recension de John Beazley, et sur une large variété de formes[18]. Il figure également dans la décoration sculptée du Temple des Athéniens à Délos[14].

Borée a inspiré à Jean-Philippe Rameau son dernier opéra, Les Boréades (1755). Alphise, reine de Bactriane, est vouée par une prophétie à épouser l'un des descendants du dieu, les Boréades. Cependant, c'est d'un jeune étranger, Abaris, qu'elle s'éprend, éveillant ainsi la colère de Borée, qui menace de dévaster le royaume. La reine et son fiancé ne sont sauvés que par une flèche magique donnée par L'Amour, qui vainc les Boréades. Apollon survient, reconnaît Abaris pour son fils, et Borée doit se déclarer vaincu.

Étymologie[modifier | modifier le code]

L’étymologie du nom « Borée » est inconnue ; Pierre Chantraine a suggéré l’interprétation « vent de la montagne », mais il ne s’agit que d’une simple hypothèse[19]. Par extension, Borée désigne le nord en général. Son nom entre en composition dans le nom des Hyperboréens, peuple mythique qui, selon l’étymologie ancienne, réside « au-delà de Borée », ainsi que dans celui des Βορείγονοι / Boreigonoi, traditionnellement traduit en « Aborigènes », littéralement « ceux qui sont nés de Borée », nom donné par le poète Lycophron à une peuplade du nord[20].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Hésiode, Théogonie [détail des éditions] [lire en ligne] (378-382).
  2. Homère, Iliade [détail des éditions] [lire en ligne], IX, 4 et XXIII, 229-230 ; Grimal, p. 66.
  3. Iliade, XXIII, 192-218.
  4. Hygin, Fables [détail des éditions] [(la) lire en ligne], CXL.
  5. Apollodore, Bibliothèque [détail des éditions] [lire en ligne], I, 9, 21 et III, 15, 3 ; Gantz 1993, p. 352.
  6. Attesté pour la première fois sur le coffre de Cypsélos (Pausanias, Description de la Grèce [détail des éditions] [lire en ligne], V, 19, 1) et chez Simonide de Céos, fr. 534 PMG ; Gantz 1993, p. 243.
  7. Choerilos, fr. [réf. incomplète] PEG.
  8. Acousilaos, 2F30.
  9. Frag. 281 R ; Gantz 1993, p. 243.
  10. Iliade XX, 223-229.
  11. Phérécyde de Syros, 7B5. Gantz 1993, p. 18.
  12. La Petite Abeille n° 36 ps 8-9
  13. Hérodote, Histoires [détail des éditions] [lire en ligne], VII, 189 ; voir aussi Pausanias, I, 19, 6.
  14. a et b Agard 1966, p. 241.
  15. a et b Grimal, p. 66.
  16. Stamnos du Peintre de Berlin, à Berlin. Agard 1966, p. 242.
  17. Munich 2345. Agard 1966, p. 243.
  18. Beazley, Attic Red-Figured Vase-Painters, Oxford, 1963 ; Agard 1966, p. 241.
  19. Pierre Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, Klincksieck,‎ 1999 (édition mise à jour) (ISBN 2-252-03277-4) à l’article « Βορέᾱς ».
  20. Lycophron, Alexandra [détail des éditions] [lire en ligne], 1253.

Références[modifier | modifier le code]

  • (en) Walter R. Agard, « Boreas at Athens », The Classical Journal, vol. 61, no 6,‎ mars 1966, p. 241-246.
  • (en) Timothy Gantz, Early Greek Myth, Johns Hopkins University Press,‎ 1993 [détail de l’édition], p. 25.
  • Pierre Grimal, Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Grands dictionnaires »,‎ 1999 (1re éd. 1951) (ISBN 2-13-050359-4), p. 66-67.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :