Évhémérisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Prologue de l'Edda de Snorri présente les dieux d'une façon évhémériste.

L'évhémérisme est une théorie selon laquelle les dieux sont des personnages réels qui auraient été divinisés après leur mort, leur légende étant simplifiée et embellie jusqu'à ce qu'il n'en reste qu'une sorte de symbolisme absolu et universel. Elle tire son nom du mythographe grec Évhémère.

Principes[modifier | modifier le code]

Ce courant de pensée postule que les personnages mythologiques étaient des êtres humains normaux, dont les peuples auraient divinisé le souvenir par admiration ou par crainte. Une telle théorie tomba à point nommé pour satisfaire les esprits cultivés de l'Antiquité, qui ne pouvaient plus prendre les mythes pour argent comptant. Bien que l'évhémérisme fût employé, aux débuts de l'ère chrétienne, comme une arme contre le paganisme et le polythéisme, le Moyen Âge se servit de ces théories, dans le cadre de l'étude, pour préserver les mythes païens dans leur dimension métaphorique en leur ôtant toute dimension surnaturelle.

L'évhémérisme s'inscrit donc dans la tradition médiévale d'interprétation des textes antiques. Celle-ci voyait, dans les mythes de la poésie d'Ovide et de Virgile, un sens métaphorique caché révélant des préceptes chrétiens. Ce vaste projet de rationalisation des mythes a permis, entre autres, de conserver d'importants textes antiques qui, sans cela, auraient certainement disparu : les Pères de l'Église accordaient une supériorité morale aux textes sacrés et condamnèrent très tôt la lecture des anciens poètes païens.

Postérité[modifier | modifier le code]

Ce processus est sans doute à l’œuvre dans bon nombre de légendes de rois fondateurs des cités antiques, tels Romulus et Rémus ou Gilgamesh. Il fut même activement détourné par la propagande des pharaons, désireux d'apporter un lustre divin au moindre de leurs gestes. Ainsi, sur les monuments commémorant leurs victoires militaires, les pharaons étaient régulièrement représentés massacrant, seuls et à mains nues, des armées entières .

Aux XIIe et XIIIe siècle, le mythographe chrétien islandais Snorri Sturluson rédige son Edda de Snorri, qui présente les divinités nordiques comme des personnages historiques, dont la légende aurait été embellie par la tradition païenne.

Salomon Reinach a qualifié La vie de Jésus d'Ernest Renan (écrivain positiviste) d'« évhémérisme naïf ».

Le sociologue français Jean-Bruno Renard a créé le terme « néo-évhémérisme » pour qualifier la théorie des anciens astronautes.