Léto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Léto (homonymie).
Leto enlevée par Tityos (au centre)

Dans la mythologie grecque, Léto (en grec ancien Λητώ / Lêtố, en latin Latona, d'où le nom romain Latone) est une maîtresse de Zeus. Elle est la mère d'Artémis et Apollon.

Étymologie[modifier | modifier le code]

W. Smith a proposé d'interpréter son nom à partir du verbe λανθάνω / lanthánô (« échapper à la connaissance de », la même racine donne lateo en latin). Celui-ci voudrait donc dire « celle qui est cachée »[1]. Pour Jean Haudry, à la suite de Hermann Osthoff, le nom de Léto serait le diminutif en -ố du nom de la « Nuit » représenté par le védique ratri (Râtri est la déesse de la nuit)[2]. L'épithète de Nychia va dans le sens de cette interprétation.

Mythologie[modifier | modifier le code]

D'après Hésiode, elle est la fille du Titan Céos et de sa sœur Phébé. Selon les premiers mythographes, elle est l'épouse de Zeus avant que celui-ci n'épouse Héra. L'un des Hymnes homériques la mentionne ainsi dans l'histoire de Niobé, et Homère la montre amie des Troyens pendant la guerre de Troie, tout comme son fils Apollon.

Des auteurs postérieurs brodent sur cette histoire. Léto devient l'une des nombreuses maîtresses de Zeus encourant la colère d'Héra : cette dernière interdit à la terre d'accueillir la parturiente et décrète que ses enfants ne devraient pas naître dans un lieu où brillait le soleil. Elle fait poursuivre Léto par le serpent Python. Léto erre donc jusqu'à trouver l'île d'Ortygie (ou Astérie, ainsi nommée car fondée par sa sœur Astéria), qui, flottant entre la terre et la mer, n'encourt pas la malédiction d'Héra. Zeus accroche l'île au fond de la mer, et l'île prend le nom de Délos (en grec Δῆλος / Dễlos, « visible, manifeste »). Léto y donne naissance à Artémis-« Lune » et Apollon-« Soleil »[3]. Selon une autre tradition, Astéria voulant échapper à Zeus aurait été transformée en caille par celui-ci (en grec ὄρτυξ / órtux), d'où le nom d'Ortygie pour l'île. Une variante indique également qu'Héra a retenu prisonnière Ilithyie, déesse de l'accouchement. Les autres dieux, usant d'une ruse, finissent par libérer la déesse, permettant ainsi à Léto d'accoucher.

Mais Héra n'arrête pas pour autant ses tourments. Après avoir accouché de ses deux enfants, Léto se rend en Lycie et un jour, elle décide de faire la toilette de ses enfants dans le Xanthe. Mais sur l'ordre d'Héra, les paysans du lieu viennent troubler l'eau pour l'en empêcher. Excédée, la déesse les fait chasser par des loups puis les transforme en grenouilles.

Ses deux enfants lui gardent donc un profond amour filial. Apollon tue le monstrueux serpent Python qui avait persécuté sa mère pendant sa grossesse ou encore massacre, avec sa sœur Artémis, presque tous les enfants de Niobé pour avoir osé se comparer à leur mère.

Son nom est également attaché à celui de Tityos, qui tente d'abuser d'elle, mais est durement châtié.

Culte[modifier | modifier le code]

Léto est vénérée à Délos en même temps que ses deux enfants[4]. Elle y a un petit temple situé entre le temple d'Apollon et le lac sacré. Son culte est également célébré à Argos. Avec Héra, elle préside à la naissance des hommes, et les mères, dans leurs angoisses et leurs souffrances, lui adressent des invocations. Mais son principal sanctuaire, le Létoon, se trouvait en Lycie, au sud-ouest de la Turquie actuelle.

Évocations artistiques[modifier | modifier le code]

Leto et ses enfants Apollon et Diane, par William Henry Rinehart (1874)

Sculpture[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. W, Smith, ed. Dictionary of Greek and Roman Biography and Mythology 1873, at Theoi.com
  2. Jean Haudry, La religion cosmique des Indo-Européens, Arché Les Belles Lettres, Milano/Paris, 1987, p. 112
  3. Jean Haudry, op. cit., p. 112
  4. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bch_0007-4217_1946_num_70_1_2572 Gallet de Santerre Hubert, Héra et Léto à Délos, In: Bulletin de correspondance hellénique. Volume 70, 1946. pp. 208-215
  5. http://versailles1687.free.fr/v3.htm

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :