Couronne (attribut)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Couronne.

Des couronnes (et diadèmes), dont la forme se rapproche ou se confond parfois avec celle des tiares existent depuis longtemps[Quand ?].

Elles étaient faites de plantes, fleurs, ou métal décoré... Elles sont depuis plusieurs milliers d'années au moins fabriquées à l'occasion de fêtes, comme élément de parure, ou pour marquer la dignité des chefs (rois, princes.. seigneurs).

Symbolique[modifier | modifier le code]

  • La couronne des rois (souvent ornée de trèfles puis fleurs de lys), des seigneurs et princes est symbole d'autorité, parodiée par la couronne du roi d'un jour, désigné par la fève d'une galette des rois, qui semble mélanger une tradition carnavalesque ancienne et le souvenir des rois-mages.
  • la couronne de plume des amérindiens (ornées de perles, épines de porc-épic, coquillages et autres objets) est une parure, un symbole d'appartenance à une tribu et à un rang

Symbole fort de la position sociale de celui qui la porte, la couronne ne pouvait devenir un accessoire de mode en elle-même mais elle a inspiré la création de couvre-chefs ornés parfois de pierres semi-précieuses ou de perles.

Historique[modifier | modifier le code]

Dans l'Antiquité[modifier | modifier le code]

  • Dans l'Europe, la couronne est un symbole de victoire. Par exemple, les Grecs organisaient des concours et les vainqueurs recevaient des prix (de l'huile notamment) ainsi qu'une couronne. Les Romains ont repris cette symbolique pour l'adapter à un contexte militaire (ainsi Jules César est souvent représenté avec une couronne de Lauriers).
  • Jésus de Nazareth fut, selon les Evangiles, coiffé d'une couronne d'épines en signe de dérision (car on l'appelait "roi des Juifs").
  • En Orient, une variante de la couronne est une coiffe cylindrique appelée tiare. Ce genre de coiffe figure notamment parmi les attributs papaux (on parle de "tiare papale").

Au Moyen Âge et sous l'Ancien Régime[modifier | modifier le code]

  • La couronne s'est imposée comme un symbole régalien au cours du Moyen Âge (les mérovingiens ne portaient pas de couronne mais gardaient les cheveux longs, c'est pourquoi on les appelait les « rois chevelus »).
  • La couronne ouverte (un cercle avec éventuellement des ornements : pics, fleurs de lys...) est un symbole régalien.
  • La couronne fermée (un cercle, auquel sont fixés des arcs qui se rejoignent en leur sommet) est à l'origine un symbole impérial, qui a été détourné par les rois à partir de François Ier, au même titre que d'autres attributs impériaux comme le globe.

Les rois sont presque toujours représentés le front ceint d'une couronne, mais il faut savoir qu'il s'agissait en fait d'un objet très désagréable à porter (lourd, inconfortable). Le roi ne la portait donc que lors des cérémonies, et non au quotidien. De plus, cet objet n'était pas porté directement à même la tête, sans quoi il aurait pu être blessant pour son porteur : on plaçait une pièce de tissu entre la tête et la couronne.

Autres usages de la couronne[modifier | modifier le code]

  • On retrouve l'usage de la couronne (ou d'autres coiffes) dans de nombreuses civilisations pour signifier le rang de son porteur.

Héraldique[modifier | modifier le code]

La couronne est un élément très courant dans les blasons, ainsi que dans les ornements extérieurs de l'écu

Compléments[modifier | modifier le code]

Les armoiries municipales sont souvent surmontées d'une "couronne murale" représentant une enceinte fortifiée (tours et murailles).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Pour les images : Wikipedia Commons

Le guide de l'héraldique, par Ottfried Neubecker (multiples rééditions).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :