Properce

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Properce et Cynthia à Tibur, par Auguste Vinchon (vers 1815)

Properce, de son nom latin Sextus Propertius, est un poète latin né aux alentours de 47 av. J.-C. en Ombrie, sans doute à proximité de la ville actuelle d'Assise, et mort vers 16/15 av. J.-C.[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Très peu d'informations sur Properce sont connues, en dehors de ses propres écrits. Son praenomen « Sextus » est mentionné par Aelius Donat[2], quelques manuscrits le désignent comme « Sextus Propertius », mais le reste de son nom est inconnu. De nombreuses références dans sa poésie[P 1],[P 2],[P 3] indiquent clairement qu'il est né et a grandi en Ombrie ; la ville d'Assise actuelle revendique l'honneur de l'avoir vu naître[3]. Son père mourut quand il était enfant et sa famille perdit ses terres lors d'une confiscation[P 4], probablement la même que celle qui réduisit les possessions de Virgile lorsqu'Octave distribua des terres à ses vétérans en 41 avant J.-C. Si on ajoute à cela une référence d'Ovide[4] impliquant qu'il était plus jeune que son contemporain Tibulle, une date de naissance au début des années 40 paraît appropriée.

Après la mort de son père, la mère de Properce le lance dans le cursus d'une carrière publique[P 5] — ce qui indique que sa famille avait toujours une certaine aisance financière, de même que certaines allusions mythologiques précises montrent qu'il a reçu une bonne éducation. De nombreuses évocations de ses amis comme Tullus[P 6],[P 7],[P 8],[P 9], le neveu de Lucius Volcatius Tullus, consul en 33 avant J.-C., et le fait qu'il habitait sur l'Esquilin[P 10] indiquent qu'il a dû entrer au cours des années 20 dans un cercle de fils d'hommes riches et impliqués dans la vie politique. C'est à cette époque qu'il a rencontré Cynthia, la femme qui allait l'inspirer et féconder son génie poétique.

Il est possible que Properce eut des enfants, soit avec Cynthia, soit avec une relation postérieure. Pline évoque ainsi un prétendu descendant de Properce[5]. Un poème d'Ovide daté de l'an 2 avant J.-C. montre de manière certaine que Properce était mort à cette époque[6].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Il est l'auteur de quatre livres d’Élégies. Le premier livre fut publié en -25, avec Cynthia pour thème principal ; il est appelé « Cynthia monobiblos ». Ce livre a attiré l'attention de Mécène, qui invita Properce dans le cercle des poètes de cour. Un second livre, plus grand, fut publié peut-être l'année suivante. Il inclut des poèmes adressés directement à Mécène et parle d'Auguste. Karl Lachmann, un scholiaste du XIXe siècle, s'appuyant sur le nombre important de poèmes ainsi que sur la mention dans le texte de « trois livres[P 11] », suppose que le livre II qui nous est parvenu est le résultat d'une compilation tardive de deux livres séparés[7]. Cette hypothèse est plus récemment tombée en défaveur[8].

La publication du troisième livre survint après -23 : la mort de Marcus Claudius Marcellus (neveu d'Auguste), qui eut lieu cette année-là, y est mentionnée[P 12]. Son contenu montre le début chez le poète d'un glissement du simple amour vers des thèmes divers ; certains poèmes[P 13] utilisent Amor comme un point de départ vers d'autres sujets. Le livre montre aussi le poète de plus en plus las de Cynthia, à la fois exigeante et volage[P 14],[P 15] et suggère une fin amère à leur passion amoureuse.

Le livre IV, publié après -16, dévoile le programme ambitieux du poète, et inclut plusieurs poèmes étiologiques qui expliquent l'origine de rites ou de légendes romains ou latins. Sans doute faut-il y voir l'influence de Mécène qui le pousse vers la grande poésie nationale. Il s'en approche avec précaution bien que l'on sente chez lui un désir d'émulation avec Virgile. La 6e pièce de ce livre IV est consacrée à la victoire d'Actium, les autres élégies transportant le lecteur aux premiers temps de Rome, où le poète n'hésite pas à donner vie à des dieux bizarres et parfois oubliés (Vertumne, Jupiter Férétrien) ou à des épisodes peu connus, mais toujours empreints de romanesque (Hercule et Bona Dea). Il ouvre ainsi une voie dans laquelle Ovide s'engagera plus franchement avec ses Fastes. Ce livre, le dernier de Properce, n'égale que de moitié le nombre de poèmes du premier.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Éditions
  • Properce, Élégies, texte établi, traduit et commenté par Simone Viarre, Paris, Les Belles Lettres, 2005 (Collection des universités de France. Série latine)
  • Propertius, Elegies I-IV, edited with introduction and commentary by Lawrence Richardson, Norman (Okla.), University of Oklahoma Press, 2006 [nouveau tirage revu et corrigé de l’édition parue en 1977]
  • Stephen J. Heyworth, Cynthia : a companion to the text of Propertius, Oxford, Oxford University Press, 2007 [commentaire et traduction en anglais de l'ensemble des élégies]
Études
  • Brill's companion to Propertius, edited by Hans-Christian Günther, Leyde, Brill, 2006 (Brill's companions in classical studies)
  • Jean-Paul Boucher, Études sur Properce : problèmes d'inspiration et d'art, Paris, E. de Boccard, 1965 (Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome)
  • Francis Cairns, Sextus Propertius : the Augustan elegist, Cambridge, Cambridge University Press, 2006
  • Éric Coutelle, Poétique et métapoésie chez Properce : de l'« Ars amandi » à l'« Ars scribendi », Louvain-Paris, Peeters, 2005 (Bibliothèque d'études classiques)
  • Jean-Yves Maleuvre, Jeux de masques dans l'élégie latine : Tibulle, Properce, Ovide, Namur, Société des études classiques, 1998 (Bibliothèque d'études classiques)
  • Frédéric Plessis, Études critiques sur Properce et ses Élégies, Paris, Hachette, 1884
  • Claude Rambaux, Properce ou Les difficultés de l'émancipation féminine, Bruxelles, Latomus, 2001 (Collection Latomus)
  • Hans Peter Syndikus, Die Elegien des Properz : eine Interpretation, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2010
  • Paul Veyne, L'élégie érotique romaine : l'amour, la poésie et l'Occident, Paris, Éditions du Seuil, 1983, (ISBN 2-02-006555-X)
  • (en) James L. Butrica, « Editing Propertius », The Classical Quarterly (New Series), vol. 47,‎ 1997, p. 176-208 (lire en ligne)

Références[modifier | modifier le code]

Properce, Élégies
  1. I, 22, 9-10.
  2. IV, 1, 63-66.
  3. IV, 1, 121-126.
  4. IV, 1, 127.
  5. IV, 1, 131.
  6. I, 1, 9.
  7. I, 6, 2.
  8. I, 14, 20.
  9. I, 22, 1.
  10. III, 23, 24.
  11. II, 13, 25 : « tres libelli ».
  12. III, 18.
  13. III, 5.
  14. III, 21.
  15. III, 24.
Autres
  1. Pierre Grimal, « Properce », dans Encyclopaedia Universalis, vol. 18 : phonétique - protestantisme, Paris,‎ 2002 (ISBN 2-85229-550-550-4)
  2. Aelius Donat, Vie de Virgile, V.
  3. (en) « Guided Tours of the Roman Dwelling of Propertius », sur http://www.umbriaonline.com/, UmbriaOnline (consulté le 14 mars 2011)
  4. Tristes, IV, 10, 41-54.
  5. Pline, Correspondance, VI, 125 : « scribit elegos... atque etiam inter maiores suos Propertium numerat. ».
  6. Tristes, II, 465.
  7. (en) O. Skutch, « The Second Book of Propertius », Harvard Studies in Classical Philology, vol. 79,‎ 1975, p. 229-233 (résumé)
  8. (en) Gordon Williams, Tradition and Origin in Latin Poetry, Oxford University Press,‎ 1968, 820 p. (ISBN 978-0-19-814347-5 et 0-198143478), p. 480

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :