Beaumont-le-Roger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Beaumont-le-Roger
L'église Saint-Nicolas.
L'église Saint-Nicolas.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Eure
Arrondissement Bernay
Canton Beaumont-le-Roger
(chef-lieu)
Intercommunalité Intercom Risle et Charentonne
Maire
Mandat
Jean-Pierre Le Roux
2014-2020
Code postal 27170
Code commune 27051
Démographie
Gentilé Beaumontais
Population
municipale
2 984 hab. (2011)
Densité 82 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 04′ 51″ N 0° 46′ 41″ E / 49.0808333333, 0.77805555555649° 04′ 51″ Nord 0° 46′ 41″ Est / 49.0808333333, 0.778055555556  
Altitude Min. 84 m – Max. 163 m
Superficie 36,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte administrative de l'Eure
City locator 14.svg
Beaumont-le-Roger

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Beaumont-le-Roger

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beaumont-le-Roger

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beaumont-le-Roger
Liens
Site web beaumont-le-roger.fr

Beaumont-le-Roger est une commune française située dans le département de l'Eure en région Haute-Normandie. Elle se limite à la commune de Beaumontel.

Ses habitants sont appelés les Beaumontais. Au dernier recensement de 2011, la commune comptait 2 984 habitants.

Propriété du seigneur local Roger de Beaumont, qui lui a donné son nom au XIe siècle, la ville de Beaumont-le-Roger fut sévèrement endommagée lors de la Seconde Guerre mondiale, ce qui lui valut d'être décorée de la Croix de guerre 1939-1945.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Beaumont-le-Roger est située dans la vallée de la Risle au bord d'une forêt qui porte son nom. La forêt de Beaumont s'étend sur 3 600 ha et sur quatre communes. Elle constitue le plus vaste domaine forestier privé de Normandie.

Trois cours d'eau passent à Beaumont-le-Roger :

  • la Bave,
  • la Risle,
  • la source de l'Abyme.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Beaumont-le-Roger se trouve à environ 30 km d'Évreux par l'ancienne nationale 13, devenu la départementale 613.

Elle se trouve aussi à environ 30 km de l'A28 en passant par Bernay.

La ville est traversée par la voie ferrée Paris-Cherbourg (gare de Beaumont-le-Roger).

Toponymie[modifier | modifier le code]

La ville porte ce nom en hommage à Roger de Beaumont, premier seigneur du bourg au XIe siècle et conseiller de Guillaume le Conquérant.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le prieuré de la Sainte-Trinité.

La ville de Beaumont, avant de prendre le nom de Beaumont-le-Roger, appartenait au seigneur local Roger de Beaumont. Par la suite, la ville s’agrandit autour de Beaumont, comprenant Beaumont-la-ville, le quartier de Vieille et le Bourg-dessus. Il est à l'origine de la fondation du prieuré de la Trinité, de l'église Saint-Nicolas ainsi que d'un château (aucune trace ne subsiste du château à ce jour).

Beaumont faisait d'abord partie du domaine des ducs de Normandie et en fut détaché en 1008 au profit de l'épouse de Richard II, Judith de Bretagne, qui en fit don à l'abbaye de Bernay.

Domaine royal jusqu'en 1310, quand Philippe IV le Bel, roi de France érigea Beaumont en comté-pairie et le donna en apanage à Robert III d'Artois, arrière-petit-fils de Robert Ier d'Artois, frère du roi Louis IX, connu sous le nom de saint Louis.


Du fait de sa proximité avec un important camp d'aviation installé par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale, Beaumont-le-Roger fut bombardée à plusieurs reprises et l’église Saint-Nicolas, très endommagée, dut être en grande partie reconstruite. Plus de la moitié de la ville fut détruite pendant la Seconde Guerre mondiale.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
4 mars 1788 12 février 1790 M. Lucas   Syndic municipal
12 février 1790 14 novembre 1791 M. Chambellan du Clos Girard    
14 novembre 1791 7 août 1794 (2 thermidor an II) M. Hinoult    
12 florial de l’an VIII 29 novembre 1843 M. Duval-Dumenil    
29 décembre 1843 23 janvier 1844 M. Hue   Adjoint, assumant la fonction
23 janvier 1844 4 janvier 1852 Marie-Philippe-Alexandre de Reynal    
4 janvier 1852 1er juin 1858 Alexandre Pattey    
1er juin 1858 22 septembre 1865 Édouard Vittecoq   Meunier
22 septembre 1865 25 septembre 1870 Alexandre Marie de Boisgelin [1]    
25 septembre 1870 7 mai 1871 M. Lebrun   Administrateur provisoire durant l'Invasion allemande
7 mai 1871 18 février 1878 Alexandre Marie de Boisgelin    
18 février 1878 7 mai 1882 Alexandre Pattey    
7 mai 1882 18 mai 1884 Alexandre Marie de Boisgelin    
18 mai 28 septembre 1884 Antoine Fortuné-Lebrun    
28 septembre 9 novembre 1884 Alexandre Pattey    
9 novembre 1884 16 décembre 1888 Gustave Boutrolle    
16 décembre 1888 15 mai 1892 Joseph-Eugène Coignard    
15 mai 1892 20 octobre 1901 Charles Hurel    
20 octobre 1901 15 mai 1904 Gustave Lefèvre    
15 mai 1904 19 mai 1912 Georges de Boisgelin    
19 mai 1912 16 novembre 1934 Azaël Haillard    
16 novembre 1934 27 avril 1944 Jules Cornu    
27 août 1944 15 janvier 1945 Robert Fort   Administrateur provisoire
15 janvier 1945 27 mai 1971 Robert Fort[2]    
27 mai 1971 11 mars 1983 Maurice Vedie    
11 mars 1983 28 mars 2014 Serge Desson DVG Ancien conseiller général,
ancien président de l'Intercom du Pays beaumontais
28 mars 2014 En cours Jean-Pierre Le Roux UDI  

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune de Beaumont-le-Roger est jumelée à deux villes étrangères :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 984 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
949 1 237 1 582 1 768 2 515 2 317 2 063 2 044 2 030
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 044 2 099 2 099 1 985 1 984 1 951 1 909 1 886 1 895
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 915 1 917 2 092 2 201 2 043 2 070 2 020 1 991 2 175
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
2 740 2 871 2 828 2 711 2 694 2 818 2 914 2 942 2 984
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune relève de l'Académie de Rouen. Deux collèges sont situés à Beaumont :

  • le collège Saint-Georges, un établissement privé catholique, situé près du centre-ville.
  • le collège Croix Maître Renault, un établissement public inauguré en 1974, qui fut rénové en 2009-2010. Le 11 septembre 2010, un nouveau bâtiment abritant les salles de classe et les services d'administration fut officiellement inauguré par le maire Serge Desson, le principal du collège Croix-Maître-Renault, Yves Le Bras, le député de l'Eure Jean-Pierre Nicolas, ainsi que le président du conseil général de l'Eure Jean-Louis Destans.

Économie[modifier | modifier le code]

Trois industries sont installées dans la commune :

  • Fabrication de composants électriques ;
  • Scierie Croix Maître Renault ;
  • Meunerie.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jules Prior (1822-1903), grand poète de Beaumont, est né (probablement) en 1822 dans la ville. Lors de la guerre franco-allemande de 1870, Prior, grand patriote, rédigera Le Prisonnier de Metz, dix-huit ans plus tard, en 1888, qui sera une pièce en trois actes faisant état du ressentiment du conflit d'un point de vue local. Il sera récompensé de sa trop peu connue carrière littéraire par le Prix Montbinne de l’Académie française en 1897, puis deux ans plus tard, des Palmes académiques. Décédé en 1903, Prior repose au cimetière de Beaumont-le-Roger. Une rue de Beaumont porte son nom de nos jours.
  • Louis Aston Knight (1873-1948), peintre franco-américain, a vécu avec sa famille à Beaumont-le-Roger, dans une grande propriété style Louis XIII en briques et pierres blanches construit par l'architecte François Mansart, jusqu'en 1940. Durant tout son séjour, il ne cessa de peindre sa chaumière et le paysage local, qu'il trouvait magnifique. La légende raconte que Knight, en compagnie de son épouse, rencontra le peintre Claude Monet, qu'il admirait à l'hôtel du « Lion d'or », à Beaumont. De même, de sorte à inciter les Beaumontais à cultiver un jardin bien fleuri, Knight offrait chaque année 1 000 francs, à l'issue d'un concours, « la Chaumière fleurie ». Lorsque la maison du couple Knight fut détruite par l'American Air Force en 1944, le peintre refusa toute reconstruction et s'exila avec sa femme à New York, ville dans laquelle il mourut quatre ans plus tard.
  • Le saxophoniste Marcel Mule (1901-2001) a passé son enfance à Beaumont-le-Roger. Son père, comptable aux usines Malhère, dirigea la fanfare de Beaumont, jouait du saxophone et donnait à ses heures libre des cours de musique. Devenu instituteur en 1920, Mule enseigna à l'école communale de Beaumont. Le 10 octobre 1964, de sorte à célébrer le centenaire de la Société Musicale de Beaumont-le-Roger, Mule offrit aux Beaumontais un grand concert en compagnie de ses amis Georges Gourdet, Guy Lacour, Marcel Josse, Danièle Perriers (1er prix du Conservatoire National de Rouen) et enfin Nicole Bruyère (directrice actuelle de l’École de musique de Beaumont-le-Roger.
  • L'écrivain Philippe Delerm (1950-), par ailleurs professeur au lycée Marie-Curie de Bernay, réside à Beaumont-le-Roger, dans une belle propriété, en compagnie de son épouse Martine, illustratrice. Son fils, le chanteur Vincent Delerm (1976-) a grandi à Beaumont et s'y rend parfois de nos jours pour rendre visite à ses parents.
  • Jean-Claude Camus (1938-), producteur français, a passé une partie de son enfance à Beaumont-le-Roger. Les obsèques de son père ont eu lieu fin 2006 dans la commune. Par ailleurs, il est le parrain de l'École de musique de la ville qui porte son nom.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Beaumont-le-Roger

Les armes de la commune de Beaumont-le-Roger se blasonnent ainsi :
d'azur semis de fleurs de lis d'or au lambel de quatre pendants d'argent brochant en chef sur le tout

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Capitaine dans la garde mobile de l'Eure. Nommé chevalier de la Légion d'honneur en 1871. Habite également l'hôtel de Masseran à Paris.
  2. Chevalier de la Légion d'honneur.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  5. « Notice no PA00099325 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  6. « Notice no PA00099629 », base Mérimée, ministère français de la Culture