Thymerais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Thymerais
Région Centre
Départements Eure-et-Loir, Eure,
Orne
Intercommunalités CC du Thymerais
CC de l'Orée du Perche
CC du Plateau de Brezolles
CC du Perche senonchois
CC du Val d'Avre
CC du Pays de Verneuil sur Avre
Ville(s) principale(s) Châteauneuf, Senonches, Brezolles, La Ferté-Vidame
Relief Collines, plateaux, vallées
Production(s) céréales, élevage
Région(s) naturelle(s)
voisine(s)
Drouais, Beauce,
Perche, Pays d'Ouche
Région(s) et espace(s) connexe(s) Normandie

Le Thymerais est une région naturelle d'Eure-et-Loir où l'histoire et la géographie se rejoignent. Ouvert aux influences du Drouais, de la Beauce et du Perche, il constitue une zone de transition au même titre que le Drouais. Ancien pays du Perche sous la dynastie mérovingienne, il tient son nom de son appartenance à Theodemer, prince de la famille mérovingienne. Le pays s'est retrouvé très tôt rattaché à la couronne de France. Le Thymerais est également associé à la Châtellerie de Châteauneuf-en-Thymerais dont le territoire couvrait au XIIIe siècle tout le nord-ouest de l'Eure-et-Loir ainsi que quelques villages du Drouais, de l'Eure et l'Orne et débordait sur les actuels cantons de Courville et de La Loupe. L'appellation Thymerais a été reprise en 2003 pour désigner la Communauté de communes du Thymerais qui rassemble les communes du canton de Châteauneuf dont Châteauneuf-en-Thymerais et Thimert-Gâtelles qui en sont les centres historiques.

Géographie[modifier | modifier le code]

Armoiries du Thymerais

Ouvert aux influences de l'Île-de-France, du Pays Chartrain, de la Normandie et du Perche, le Thymerais est une zone de plateaux et de vallons défrichée au Moyen Âge sur le Perche et couvert de forêts et parsemé d'étangs. Il constitue une zone de transition et est délimité grossièrement par l'Avre au nord qui le sépare du département de Eure et l'Eure au sud et à l'est et par le département de l'Orne à l'ouest.

La région, essentiellement agricole, est un plateau mais possède un territoire vallonné et couvert de forêts vers le sud et l'ouest. Ces massifs forestiers, principalement composés des forêts domaniales de Châteauneuf-en-Thymerais, de Senonches et de la forêt de la Ferté Vidame représentent à eux seuls plus de la moitié de la superficie des massifs forestiers de l'Eure-et-Loir. Le massif de Senonches appartient au parc régional du Perche. Ses sols composés de silex sont propices à la culture des céréales. La région est également connue pour son fer.

Le Thimerais, Theodoremensis ager en latin du Moyen Âge, est un démembrement de la province du Perche et dépendait du gouvernement militaire de l'Île-de-France et dont le centre était la baronnie de Châteauneuf. Ses dimentions étaient de 8 lieues de longueur sur 6 de largeur[1] et comprenait également Brezolles, le marquisat de Maillebois et le comté de Senonches. Le pays fait partie, ainsi que le grand Perche de l'apanage du roi depuis 1771.

Villes principales[modifier | modifier le code]

La capitale historique du Thymerais est Châteauneuf et sa voisine Thimert. Néanmoins, au fil des siècles et de la décomposition de la baronnerie de Châteauneuf à permis l'émergence de nouveaux centres urbains tout aussi important dont l'histoire est lié à celles des premiers seigneurs de la région à l'instar de Senonches, Brezolles ou encore de la Ferté Vidame.

Origine[modifier | modifier le code]

Le Thymerais situé entre Avre et Eure au nord-est de cette carte du Perche

La région semble avoir été longtemps rattaché à la région naturelle du Perche[2] dans le sens où Perche désignait une zone forestière connue avant le VIe siècle à ne pas confondre avec l'ensemble formé par les circonscriptions politiques établies sur l'ancienne silva Pertica. Cette erreur semble perdurer depuis Bry de la Clergerie[3] qui divisait ainsi le Perche en quatre parties :

  • Le Grand Perche, ou Perche proprement dit;
  • Le Perche-Gouet, qu'on confondait avec le Petit Perche;
  • Le Thimerais, ou « Terres démembrées » ;
  • Les Terres françaises, ainsi appelées parce qu'elles suivaient la coutume de France, c'est-à-dire d'Île-de-France, district qui, selon Bry de la Clergerie, comprenait la Tour grise de Verneuil et se rattachait au Thimerais.

Le territoire a été distrait du Perche, au vi°siècle, en faveur d'un prince mérovingien, Théodemer, et c'est de là que lui vient sa première dénomination ; sous Henri H, elle l'ut donnée à Antoine de Bourbon, et reçut pour cette raison le nom de Terres démembrées[4].

Le Thimerais serait ainsi né sur le Perche à la suite de sa déforestation progressive pour les besoins de l'agriculture[5]. Ce nom de Thimerais désignait la région autour du château de Thimert (près de Châteauneuf-en-Thymerais). Le Thimerais forma, au Moyen Âge, la baronnie de Châteauneuf ; il fut appelé « Terres démembrées », parce que, après avoir été réuni à la couronne, il fut séparé de ses domaines et non, comme on croit souvent, de la province du Perche. Au XVIe siècle en faveur d'Henri de Bourbon (le futur Henri IV) et d'Henri de Gonzague. Ce coin de terre, comme toute l'étendue entre l'Avre et l'Eure, faisait partie de la silva pertica.

Les villages de la région ont progressivement perdu leur qualificatif en-Perche. C'est ainsi que Châteauneuf adopta celui d'en Thymerais pour la distinguer d'une localité homonyme et que Verneuil-en-Perche[6] devint Verneuil-sur-Avre. Seul un village a, dans son nom, conservé le mot Perche, offrant un témoignage du recul du Perche : c'est Louvilliers (canton de Brezolles). Après être désigné Lovillare in Pertico dans un pouillé de 1250 environ et dans un autre de la fin du XVe siècle, ce village a cessé de se déclarer à l'intérieur du Perche pour ne plus s'affirmer que près de sa limite, et il a pris le nom de Louvilliers-lès-Perche.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Au niveau hydrographique, le Thymerais est traversé par plusieurs rivières qui s'écoulent selon un axe sud-ouest/nord-est. Les principales sont la Meuvette et La Blaise.

  • Les ruisseaux[7] des Souches, de Buternay, Lamblore et Rueil qui s'écoulent à partir de la région de La Ferté-Vidame vers l'Avre dans l'ouest du Thymerais à la limite avec le département de l'Orne
  • La Meuvette qui s'étend sur une quarantaine de kilomètres, prend sa source dans la forêt de Senonches près du village des Ressuintes, traverse la ville de Brezolles avant de rejoindre l'Avre qui est un affluent de l'Eure, d'une longueur de 72 km et qui servit de frontière entre le Royaume de France et le Duché de Normandie.
  • La Blaise prend naissance près de Louvilliers-lès-Perche, et s'écoule vers le nord sur une quarantaine de kilomètres pour rejoindre l'Eure. Cette dernière s'étire sur près de 230 kilomètres et est l'un des affluents de la Seine.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'origine du Thymerais remonte au VIIe siècle, quand le roi Thierry III donna ce territoire à Theodemer, prince de la famille mérovingienne. Le pays fut donc appelé pagus Theodemerensis « pays de Théodemer » qui est noté Themerensis plus tardivement, c'est-à-dire *Themereis en ancien français, d'où Thymerais en français.

D'après les ouvrages[8],[9] du comte de Romanet, le territoire du Thymerais qui faisait primitivement partie des comtés de Chartres et de Dreux, fut occupés par de puissant seigneurs qui se rendirent assez indépendants pour ne relever que du roi.

D'un point de vue religieux[8], tout le Thymerais était compris dans le diocèse de Chartres dont il occupait la partie nord-ouest. Il était composé de 14 paroisses.

En 1058, Albert Ribaud, seigneur du Thymerais, ayant pris parti contre Guillaume le Conquérant, duc de Normandie et roi d'Angleterre, celui-ci s'empara de Thimert-Gâtelles et y laissa un gouverneur, mais l'année suivante, Henri Ier roi de France, lui reprit ce château fort et le fit raser. Ce fut avec ces débris que Gaston ou Gazon, frère d'Albert Ribaud fit construire à peu de distance, dans une clairière au milieu des bois, un fort nommé Chastel-neuf. Il se forma autour un bourg du même nom, qui devint bientôt la capitale du Thymerais.

D'un point de vue féodal[8], le Thymerais formait dès 1200 un seul et grand fief dont le centre était Châteauneuf-en-Thymerais. Ce fief fut divisé en deux parties, relevant l'une et l'autre de la couronne. D'un côté Châteauneuf, de l'autre Senonches et Brezolles érigés plus tard en comté de Senonches.

Au XVIIIe siècle, La Ferté-Vidame fut distraite de la baronnie de Châteauneuf-en-Thymerais et attaché à la Couronne[8], ainsi que celle de Maillebois et de Blévy de la sorte qu'à la fin du XVIIIe siècle la baronnie de Châteauneuf-en-Thymerais était loin d'avoir la même étendue qu'au XIIIe siècle, et que le Thymerais au lieu d'un seul et même fief en comptait quatre: la baronnie de Châteauneuf, le comté de Senonches, le marquisat de Maillebois et le comté de la Ferté-Vidame[8].

Au point de vue financier et administratif[8], le Thimerais faisait partie de l'élection de Verneuil, comprise dans la Généralité d'Alençon et partagée en quatre subdivisions (outre le Thimerais, cette élection comprenait encore huit paroisses de la province du Perche depuis la suppression de l'élection de Longny en 1080 et un certain nombre de paroisses normandes).

Au point de vue militaire[8], le Thimerais était du gouvernement de l'Île-de-France ; il y avait à Châteauneuf une maréchaussée et des archers.

Administrations et intercommunalités[modifier | modifier le code]

Bien qu'appartenant au Perche, les limites du Thymerais ont toujours été floues et discutables d'un point de vue géographique mais le sont moins d'un point de vue historique notamment du temps de la baronnie de Châteauneuf au XIIIe siècle ou celle-ci couvrait l'ensemble du nord-ouest du département jusqu'au portes de Dreux.

Administrations[modifier | modifier le code]

D'un point de vue administratif[10] le Thymerais appartient à l'Arrondissement de Dreux et s'étend grossièrement sur le Canton de Châteauneuf-en-Thymerais, le Canton de Brezolles, le Canton de Senonches et le Canton de la Ferté-Vidame dans leur totalité, et pour partie sur le sud des cantons de Dreux Ouest et Dreux sud.

Intercommunalités[modifier | modifier le code]

Dans le même temps, plusieurs intercommunalités couvrent le territoire:

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Religieux[modifier | modifier le code]

Abbayes et monastères

Eglises

Chapelles

  • Chapelle Sainte-Madeleine de Grolu à Saint Ange et Torçay
  • Chapelle Saint Thomas de Thimert
  • Chapelle Saint Laurent de Thimert
  • Chapelle Notre Dame de Lorette de Thimert
  • Chapelle de la St Cyr de Senonches

Pèlerinages

  • Pèlerinage régional à la chapelle Notre-Dame des Spasmes de Châteauneuf
  • Pèlerinage régional à la chapelle Notre Dame de Lorette de Thimert
  • Pèlerinage régional à la chapelle Saint-Laurent de Thimert

Militaire[modifier | modifier le code]

Châteaux et manoirs

  • Château de la Ferté-Vidame  Inscrit MH (2007) Logo monument historique Classé MH (1976)[22]
  • Château du Hallier à La Ferté Vidame
  • Château de Senonches - Donjon du XII de Senonches  Inscrit MH (1984) Logo monument historique Classé MH (1923)[23]
  • Château de Maillebois  Inscrit MH (1941) [24]
  • Château du Jaglu à Saint Sauveur Marville
  • Château de Marmousse à Garnay
  • Château d'Angennes du XVIIe à Crucey Villages
  • Château de Belhomert à Belhomert-Guérouville
  • Château du Bois Josse du XIVe Boissy lès Perche
  • Château de Boissard Crucey Villages
  • Château de Boissy lès Perche du XIVe
  • Château du Boulay Saint Clair à Boissy lès Perche
  • Château de la Choltière du XVIe à Crucey Villages
  • Château de la Courangère à Boissy lès Perche
  • Château de Crucey du XIIe à Crucey Villages
  • Château d'Escorpain du XVIe  Inscrit MH (2002) [25]
  • Château de la Gadelière du XIIe à Rueil La Gadelière  Inscrit MH (1992) [26]
  • Château du Gland à Morvilliers
  • Château des Haies du XVIIIe à Boissy lès Perche
  • Château de la Hallière du XVIIIe à Digny  Inscrit MH (1972) [27]
  • Château du Hayer à La Ferté-Vidame
  • Ruines du Château de Jaudrais
  • Château de la Mancelière du XVIIIe
  • Château de Manou du XIIIe à Manou
  • Château de Marcouville à Crucey Villages
  • Château de Montigny sur Avre du XVIIe Logo monument historique Classé MH (1963)[28]
  • Château de Montuel du XVIIIe à Montigny sur Avre Logo monument historique Classé MH (1924)[29]
  • Ruines du Chateau de Petit Parc au Mesnil-Thomas
  • Château de Philmain à Boissy lès Perche
  • Château de la Romphaye à Digny
  • Château de Saint Rémy sur Avre du XVIIIe
  • Château de Sausseux à Louvilliers lès Perche
  • Château de la Saucelle
  • Château de Tardais du XIXe à Senonches
  • Château de Vérigny du XVIe  Inscrit MH (1975) [30]
  • Restes de l'ancien château XIIIe à Tremblay-les-Villages  Inscrit MH (1928) [12]

Fermes fortifiées

  • Ferme fortifiée du Clos Cailleau Guillandru à Thimert
  • Ferme fortifiée de la Balivière à Thimert
  • Ferme fortifiée de la Rouvray à Maillebois (XVI/XVIIe)  Inscrit MH (1963) [31]

Mottes castrales

  • Motte castrale de Châteauneuf
  • Motte castrale arrasée de Thimert

Remparts et fossés

  • Remparts de Brezolles

Civil et industriel[modifier | modifier le code]

Industriel

Energies

  • Parc photovoltaïque de Crucey-Villages, plus grand de France en 2012 avec une puissance installée de 60 MW, soit l'équivalent de 30 éoliennes

Moulins

  • Moulin de Palisay à Saint Ange et Torçay
  • Moulin de Saint-Ange à Saint Ange et Torçay
  • Moulin de Torçay à Saint Ange et Torçay
  • Moulin de Crucey-Villages
  • Ferme des Moulins à Dampierre-sur-Blévy
  • Moulin de la Bellassière à Crécy-Couvé

Lavoirs

  • Lavoirs de Launay ou des Evées à Senonches
  • Lavoir de de Tardais à Senonches
  • Lavoir de Garnay

Greniers à sel

  • Grenier à sel de Brezolles

Glacières

Ponts

  • Pont de Garnay sur la Blaise
  • Pont de la Bellassière à Saulniere (Crécy Couvé) sur la Blaise

Edifices civils

Naturel[modifier | modifier le code]

Forêts

Etangs et lacs

  • Lacs Arthur-Remy et Badouleau de Senonches
  • Etang de Buternay à Marchainville
  • Etang des Baussiots aux Ressuintes
  • Etang de la Benette (forêt de Senonches)
  • Etang de Tardais
  • Etang de Loiseau entre Senonches et Manou
  • Etang de Brezolles
  • Etang d'Hemericourt près deBrezolles

Parc naturel

Rivières

Personnalités liées au Thymerais[modifier | modifier le code]

  • Albert Ribaud, Seigneur du Thymerais
  • Alphonse-Gabriel Foucault né à Senonches en 1843, mort à Saint-Dié en 1930, Archevêque-évêque de Saint-Dié (Vosges) de 1893 à 1930.
  • Berthault Cocalogon, seigneur de Femerez au Perche (Voir Les Granges-le-Roi)
  • Boniface de Castellane, comte de Castellane (1758-1837) colonel de cavalerie au moment de la Révolution - député de la noblesse aux Etats-Généraux de 1789 par le bailliage de Châteauneuf-en-Thymerais
  • Charles Lafosse, poète né à Senonches
  • Charles Pitou, poète mort à Senonches
  • Ducs de Saint-Simon (propriétaires du château de la Ferté-Vidame)
  • Émile Vivier, maire de Châteauneuf, député, sénateur et président du Conseil général d'Eure-et-Loir
  • Ernest Gengenbach, homme d'église, écrivain et poète surréaliste français, mort à Chateauneuf en 1979
  • Etienne Rebaudengo, dramaturge monégasque, qui séjourna à Tardais de 1987 à 2004. Il est inhumé au cimetière de Tardais
  • Famille Humbert à la Ferté-Vidame
  • Famille de Tascher, originaire de Châteauneuf-en-Thymerais, connue pour avoir donné à l'Empire français une impératrice en la personne de Marie-Josèphe Rose Tascher de la Pagerie dite Joséphine de Beauharnais
  • François de Montmorency-Laval, Montigny-sur-Avre,Premier évêque de Québec, il est le fondateur du Séminaire de Québec.
  • Gervais Ier de Châteauneuf , Seigneur du Thymerais
  • Gervais II de Châteauneuf, Seigneur du Thymerais
  • Gilles Leroy, écrivain, prix Goncourt 2007, qui vit près de La Ferté-Vidame à Boissy-lès-Perche
  • Hubert Latham, aviateur, dont le buste est situé sur la place principale de Maillebois (sa famille était propriétaire du château)
  • Hugues Ier de Châteauneuf, Seigneur du Thymerais
  • Hugues II de Châteauneuf, Seigneur du Thymerais
  • Hugues III de Châteauneuf , Seigneur du Thymerais
  • Hugues IV de Châteauneuf, Seigneur du Thymerais
  • Ingulphe Ribaud ou Ribaud (Ribald) de Dreux, Seigneur de Senonches, Brezolles, Sorel et Rémalard
  • Jacques Du Lorens, poète français, président au bailliage de Châteauneuf
  • Jacques Losme de Monchesnay, surnommé le poète de Chartres, est mort en 1714 à Garnay où il s'était retiré à la fin de sa vie.
  • Jean-Baptiste Desmarets, maréchal de France en 1741 (Maillebois)
  • Jean-Joseph de Laborde à la Ferté-Vidame
  • Jean-François Dreux du Radier, né à Châteauneuf en 1714, érudit français et lieutenant particulier au bailliage de Châteauneuf.
  • Jules Edmond Joseph Tarbé des Sablons (1830-93). Auditeur au Conseil d'État en 1854 (Crucey-Villages)
  • Jean-Louis Émile Boudier (1828-1920), pharmacien et mycologue, est né à Garnay.
  • Le père du peintre Henri Foreau est né dans la commune de Brezolles.
  • Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon à La ferté-Vidame
  • Lucien Descaves, romancier senonchois, qui a participé à La Vie senonchoise
  • Madame de Pompadour, à Crécy-Couvé
  • Michel Boisrond, scénariste et réalisateur français (Châteauneuf)
  • M. de Quévrémont[37], personnage fictif du roman Latréaumont d'Eugène Sue présenté comme Seigneur d'Eudreville et Boudeville, gentilhomme de la baronnie de Châteauneuf-en-thymerais
  • Martial Taugourdeau, conseiller général d'Eure-et-Loir pour le canton de Châteuneud-en-Thymerais de 1979 à 2001
  • Maurice de Vlaminck, peintre cubiste et fauve qui habita et mourut à Rueil-la-Gadelière
  • Nicolas Marc-Antoine Maison d'Espinay Saint-Luc
  • Philippe Beaussant, musicologue et nouvelliste, membre de l'Académie française, qui vit au Mesnil-Thomas
  • Rémy Clayes, né à Boulay-les-deux-Églises en 1735, député de Châteauneuf-en-Thymerais à l'Assemblée Nationale en 1789.
  • Théodore Augustin de La Rivière (1700-1750), seigneur de La Choltière (Crucey-Villages)

Médias diffusés dans le Thymerais[modifier | modifier le code]

En plus de la presse nationale, le Thymerais est couvert en entier ou en partie par plusieurs journaux régionaux ou départementaux:

Transports dans le Thymerais[modifier | modifier le code]

Les grands axes de communication évitent le Thymerais. La Route nationale 12 qui relie Paris à Brest et passe à Dreux et Verneuil-sur-Avre la contourne par le nord et l'ouest. L'autoroute A11 qui relie Paris à Nantes dessert Chartres à l'est et Nogent-le-Rotrou au sud.

La D928 (ex Route nationale 828) reliant Dreux à Nogent-le-Rotrou via Châteauneuf-en-Thymerais et La Loupe et la D939 (ex Route nationale 839) reliant Verneuil-sur-Avre à Chartres via Brezolles et Châteauneuf-en-Thymerais sont les seuls axes routiers d'importance moyenne à traversés la région. Ces deux axes sont complétés par la D4 reliant Dreux à Longny-au-Perche via Laons, Brezolles et La Ferté-Vidame et la D24 reliant Senonches à Chartres.

La région n'est plus guère desservie par des liaisons ferroviaires locales depuis la disparition des Tramways d'Eure-et-Loir après la guerre. Ceux-ci étaient présents dans le Thymerais par le biais de quatre lignes :

  • Dreux à Brezolles (23,8 km) ouverte le 8 janvier 1899 ;
  • Saint-Sauveur, sur la ligne Chartres - Dreux, à Châteauneuf-en-Thymerais (4,1 km) ouverte le 22 janvier 1899 ;
  • Brezolles à Senonches (17 km) ouverte le 15 août 1907 ;
  • Châteauneuf-en-Thymerais à Senonches (18,6 km)(en projet) mais s’arrête à Digny (8,8 km) faute de moyens

L'abandon de l'axe transversal de la Ligne de Rouen à Orléans a également donné un coup fatal au transport ferroviaire dans la région. Le dernier tronçon encore en activité est constitué par la Ligne de Chartres à Dreux. Ouverte entre Chartres et Dreux en 1873, la ligne est réservée au fret depuis 1971. La Ligne de Paris-Montparnasse à Brest via Le Mans passe à Chartres à l'est et au sud tandis que la Ligne de Paris-Montparnasse à Brest passe au nord via Dreux.

Les principales gares permettant un accès par train principalement par le biais de TER, dans le Thymerais sont au sud celles de La Loupe, de Courville-sur-Eure et de Chartres, à l'est celle de Maintenon et au nord, celles de Verneuil-sur-Avre et de Dreux

Communes liées au Thymerais[modifier | modifier le code]

La châtellerie de Châteauneuf s'étendait à l'origine sur plus de 100 villages[9] (82 à notre époque) du nord-ouest du département d'Eure-et-Loir, mais aussi de l'Orne et de l'Eure. On peut notamment citer :

Les villes d'Illiers, de Courdemanche, de Neuville, de Pain-Cuit, de Favarolle et de Bardoval, de Croth, de Bosguérard-de-Marcouville (Eure), de Gallardon, de Champrond-en-Gâtine et de Sorel (Eure-et-Loir) sont également liées à la famille des Seigneurs du Thymerais.

Culte dans le Thymerais[modifier | modifier le code]

Le territoire du Thymerais dépend principalement de la Doyenné des forêts[38], l'une des sept doyennées du Diocèse de Chartres. Il recouvre deux des trois paroisses qui en dépendent. La Paroisse Bienheureux François de Laval en Thymerais [39] (Châteauneuf/Brezolles) en intégralité et en partie la Paroisse Saint-Laumer du Perche [40] (Senonches/La Ferté Vidame).

La communauté de communes[modifier | modifier le code]

L'appellation Thymerais est associé depuis novembre 2003, à la Communauté de communes du Thymerais. Celle-ci regroupe 9 600 habitants répartis dans les 14 communes du Canton de Châteauneuf-en-Thymerais. La communauté est une portion congrue du territoire de l'ancienne châtellerie de Châteauneuf-en-Thymerais qui existait au XIIIe siècle.

Références[modifier | modifier le code]

  1. p. 378 Encyclopédie méthodique: ou par ordre de matiéres…
  2. Le Perche par René Musset Annales de Géographie Année 1919 Volume 28 Numéro 155 p. 354
  3. Histoire des pays et comté du Perche, 1620, par Bry de la Clergerie
  4. Jean Felber : histoire d'une famille alsacienne, la guerre franco-allemande... (Édition spéciale au département d'Eure-et-Loir), par A. Chalamet,... -A. Picard et Raan (Paris)-1893 p. 31
  5. Le Perche par René Musset in Annales de Géographie, Année 1919, Volume 28, Numéro 155. p. 356
  6. Épisodes de l'invasion anglaise. La guerre de partisans dans la Haute-Normandie, 1424-1429, de Germain Lefèvre-Pontalis, Bibliothèque de l'école des chartes, Année 1895, volume 56, numéro 56, p. 441
  7. Panorama pittoresque de la France ...: les principales villes, les ports de ... Par Didot and Firmin,Firmin-Didot frères
  8. a, b, c, d, e, f et g Géographie du Perche et chronologie de ses comtes par le vicomte de Romanet, chapitre III
  9. a et b Chartes servant de pièces justificatives à la géographie du Perche par le comte de Romanet
  10. Carte interactive des divisions administratives du département d'Eure-et-Loir
  11. « Notice no PA00097254 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. a et b « Notice no PA00097222 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « Notice no PA00097221 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Notice no PA00096983 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « Notice no PA00097213 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « Notice no PA00097107 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « Notice no PA00097108 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. « Notice no PA00097143 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. « Notice no PA00097207 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. « Notice no PA00097110 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. « Notice no PA00097142 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. « Notice no PA00097106 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. « Notice no PA00097212 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. « Notice no PA00097141 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  25. « Notice no PA28000011 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  26. « Notice no PA00097250 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  27. « Notice no PA00097096 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  28. « Notice no PA00097156 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  29. « Notice no PA00097157 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  30. « Notice no PA00097233 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  31. « Notice no PA00097144 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  32. « Notice no PA00132880 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  33. « Notice no PA00097256 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  34. « Notice no PA00097211 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  35. « Notice no PA00097253 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  36. « Notice no PA00097255 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  37. p. 378 du roman Latréaumont d'Eugène Sue
  38. Doyenné des Forêts Diocèse de Chartres
  39. Paroisse Bienheureux François de Laval en Thymerais Diocèse de Chartres
  40. [1] Diocèse de Chartres

Articles connexes[modifier | modifier le code]