Cataracte (maladie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cataracte.
Cataracte
Classification et ressources externes
Cataract in human eye.png
Vue agrandie d'une cataracte dans un œil humain prise avec une lumière diffuse
CIM-10 H25-H26, H28, Q12.0
CIM-9 366
DiseasesDB 2179
MedlinePlus 001001
MeSH D002386
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La cataracte est l'opacification partielle ou totale du cristallin, lentille convergente située à l'intérieur de l'œil. Cette opacification est responsable d'une baisse progressive de la vue, au début accompagnée de gêne à la lumière (photophobie). Cette baisse de la vision peut être rapide (quelques semaines) à cause d'un traumatisme.

Historique[modifier | modifier le code]

Cette maladie est connue depuis l'Antiquité aussi bien chez les Chinois, les Sumériens, les Indiens (première description de l'opération extra-capsulaire de la cataracte dans le traité de chirurgie Sushruta Samhita de Sushruta), les Égyptiens (attestée sous les Ptolémées) que chez les Grecs et les Romains où elle est observée chez les animaux et chez l'Homme. Aulus Cornelius Celsus décrit l'opération (pratiquée notamment par le médecin Galien qui se servait d’une aiguille insérée dans l'œil derrière le cristallin) et le traitement de la cataracte, dans son traité de médecine De Arte medica : sur des cachets à collyres, faisant office de tampon, sont inscrits le nom des ingrédients et du médecin oculiste. La chirurgie de l'époque utilise une aiguille non stérile dont l'extrémité pointue perce l'œil au niveau de la pars plana pour basculer le cristallin cataracté dans le corps vitré (technique de l'abaissement du cristallin) et l'extrémité émoussée chauffée à blanc cautérise la plaie[1].

Durant le Moyen Âge, certains chirurgiens arabes introduisent une aiguille creuse pour aspirer les débris de cristallins. Le médecin major des Hôpitaux du Roi, Pierre Brisseau, est le premier, en 1705, à décrire, à partir d'autopsies, la cataracte comme une opacification du cristallin[2].

Jacques Daviel est le père de la chirurgie moderne de la cataracte : il développe à partir de 1745 la technique d'extraction du cristallin qui remplace progressivement la technique de l'abaissement du cristallin, cette dernière restant utilisée jusqu'au XIXe siècle en Occident et est encore pratiquée en Afrique par des sorciers chirurgiens. Georg Joseph Beer développe la technique d'extraction intracapsulaire du cristallin. Albrecht von Gräfe améliore la « Méthode de Daviel » en pratiquant une incision linéaire périphérique désormais adoptée par tous les ophtalmologistes[2],[3].

La cataracte a été décrite sous diverses formes et l'on utilise souvent la peinture de Claude Monet pour illustrer comment elle peut influencer la perception des images et des couleurs : Monet a peint des séries d'un même sujet sur des années alors que sa maladie déformait progressivement sa vue.

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

La cataracte est la première cause de cécité dans les pays en voie de développement : elle explique près de 40 % des 37 millions d'aveugles dans le monde. Il s'agit donc d'un problème de santé publique majeur dans ces pays, d'autant que le traitement est connu et son application n'est limitée que par le problème de coût. Les facteurs favorisants en sont la dénutrition, la déshydratation, l'exposition au soleil. Elle survient alors chez le sujet relativement jeune.

Dans les pays développés, la cataracte est majoritairement observée chez la personne âgée, on la dénomme alors « forme sénile » : des petites opacités existent chez 50 % des personnes à l'âge de 60 ans, 70 % des personnes à l'âge de 70 ans. Néanmoins, elle débute généralement en même temps que la presbytie vers 45 ans et est favorisée par le tabagisme ou la forte myopie[4]. Il existe des cas de cataracte congénitale.

Types[modifier | modifier le code]

Vue en coupe montrant la position du cristallin dans l'œil humain

Les cataractes se différencient par leur localisation : capsulaire ou sous-capsulaire, corticale ou nucléaire, équatoriale ou polaire. Les cataractes peuvent être partielles ou complètes, stables ou évolutives, solides ou molles. Le type principal en relation avec l'âge est une sclérose du nucléus, corticale, et postérieure sous-capsulaire.

La sclérose nucléaire est la forme la plus commune et concerne la partie centrale de la lentille ou nucléus. Avec le temps, celui-ci devient dur et scléreux du fait de la condensation des composants de la lentille avec des dépôts de pigments bruns à l'intérieur de la lentille. À un stade avancé, elle est dénommée cataracte brunescente. Ce type de cataracte peut causer des changements de la vue aboutissant à la myopie et causer des problèmes pour la vision de loin alors que la lecture est moins affectée[5].

La cataracte corticale est liée à l'opacification du cortex de la lentille (couche externe). Elle survient quand un changement apparaît dans le contenu hydrique de la périphérie de la lentille entraînant la formation de fissures. Quand ce type de cataractes est vu à travers un ophtalmoscope ou un autre système grossissant, l'apparence est identique aux rayons blancs d'une roue pointant vers l'intérieur. Les symptômes comportent souvent des problèmes avec des éblouissements et une vision floue la nuit[5].

La cataracte postérieure sous-capsulaire est diffuse à la partie postérieure de la lentille contre la capsule (ou sac) qui maintient la lentille en place.Du fait de la focalisation de la lumière à la partie postérieure de la lentille, elle peut engendrer des symptômes disproportionnés par rapport à leur taille.

La cataracte mature est l'une des cataractes dans laquelle toutes les protéinés de la lentille sont devenues opaques alors que dans la cataracte immature il persiste un certain degré de transparence des protéines. Dans la cataracte hypermature, aussi dénommée cataracte de Morgagni, les protéines de la lentille sont devenues liquides.La cataracte congénitale, qui peut n'être détecté que chez l'adulte, répond à une classification différente et inclut des cataractes lamellaires, polaire, et suturale[6],[7].

Les cataractes peuvent être classifiées en utilisant le LOCS III, de l'anglais : Lens Opacities Classification System III[8]. Les cataractes sont ainsi classifiées selon leur type, cataracte nucléaire, corticale, ou postérieure, puis selon leur sévérité sur une échelle de 1 à 5. Le système LOCS III est très reproductible[9].

Causes[modifier | modifier le code]

Elles se différencient aussi par leur cause :

  • la cataracte sénile : l'immense majorité des cataractes apparaît spontanément avec l'âge, après 70 ans, de façon très progressive, sans cause déclenchante particulière[10].
    Certains facteurs peuvent cependant jouer un rôle aggravant et précipiter l'apparition de la maladie : l'exposition prolongée aux ultraviolets, les rayonnements ionisants, le tabagisme, l'hérédité, certains traitements comme des corticothérapies prolongées, le diabète, certaines maladies métaboliques, certains antidépresseurs[11].
    Avec le passage du temps, les facteurs environnementaux entrainent la dénaturation des protéines du cristallin. Ce sont en particulier les toxines, les radiation et surtout les UV qui ont un effet cumulatif. Ces effets sont majorés par l'absence de protection et de mécanisme de restauration possible dans les cellules du cristallin qui sont énuclées[12] ;
  • la cataracte héréditaire, affection familiale, dont la découverte précoce chez le tout jeune enfant fera porter l'indication d'une intervention chirurgicale plus ou moins rapide selon l'importance de l'opacité du cristallin ;
  • la cataracte traumatique est d'évolution le plus souvent rapide ; les traumatismes par objets émoussés causent des gonflements, des amincissements ou une opacification des fibres de la lentille. Alors que le gonflement se résorbe habituellement avec le temps, la coloration blanche peut rester. Lors des traumatismes sévères ou les plaies pénétrantes de l’œil, la capsule dans laquelle la lentille cristallinienne siège peut être endommagée. Ceci permet à l'eau contenu dans les autres compartiments d'entrer rapidement dans les fibres de la lentille entrainant le gonflement et l'obscurcissement qui gêne le passage de la lumière vers la rétine sur la face postérieure de l’œil. Suite à des décharges électriques, une cataracte peut se développer dans 7 à 8 % des cas[13] ;
  • les radiations : La lumière ultraviolette, et en particulier les UV-B, est connue pour être la cause de cataractes et il existe des preuves que le port des lunettes de soleil dès le plus jeune âge peut ralentir le développement d'une cataracte du sujet âgé[14]. Il faut noter que les fibres de la lentille cristallinienne filtrent la lumière UV, si bien qu'après son ablation chirurgicale, on devient capable de percevoir les rayons UV[15]. Il a été reconnu sur des expérimentations animales et sur des études épidémiologiques chez l'homme, que les micro-ondes peuvent causer des cataractes. Le mécanisme n'est pas clair mais pourrait inclure des changements de la sensibilité des enzymes à la chaleur qui protège habituellement les protéines de la lentille. Un autre mécanisme qui a été avancé est un dommage direct à la lentille par la pression des ondes induites dans l'humeur aqueuse. Les cataractes ont aussi été associées à l'exposition aux radiations ionisantes et aux rayons X. En plus des mécanismes précédemment mentionnés, les dommages sur l'ADN des cellules germinatives du cristallin ont été pris en considération[16]. Finalement, qu'il s'agisse de traumatisme électrique ou thermique, on aboutit à une dénaturation des protéines qui conduisent la lumière avec une opacification de la lentille résultant d'un phénomène de coagulation des protéines[12]. Ceci est le même processus que quand l'albumine de l’œuf devient blanche et opaque lors de la cuisson. Ces types de cataractes sont souvent rencontrées chez les souffleurs de verre et les travailleurs de fours. Les lasers d'une certaine puissance sont connus pour entraîner des dommages pour l’œil et la peau, d’où l'importance des mesures de sécurité (laser à fluorure de krypton) ;
  • la cataracte secondaire à des affections graves de l'œil (uvéites anciennes, décollement de la rétine ancien) ;
  • les cataractes d'origine génétique.
    La composante génétique est marquée dans le développement des cataractes, principalement à travers les mécanismes qui protègent et maintiennent l'intégrité du cristallin. La présence de cataractes dès l'enfance ou les premiers moments de la vie peuvent occasionnellement être à des syndromes particuliers.
    Les exemples d'anomalies chromosomiques associées avec la survenue de cataractes comprennent : le 1q21.1 deletion syndrome (en), la maladie du cri du chat,le syndrome de Down ou trisomie 21, le syndrome de Patau ou trisomie 13, le syndrome d’Edwards ou trisomie 18 et le syndrome de Turner.
    Des exemples de désordre d'un seul gène comprennent : le syndrome d'Alport,le syndrome de Conradi-Hünermann ou chondrodystrophie calcifiante congénitale, la dystrophie myotonique de Steinert , le syndrome oculo-cérébro-rénal ou syndrome de Lowe ;
  • la cataracte congénitale, due à une malformation de type persistance de la vascularisation fœtale ;
  • les maladies de la peau : du fait de la même origine embryologique de la peau et du cristallin, ils peuvent être affectés par des maladies identiques. La dermatite atopique et l'eczéma peuvent occasionnellement se compliquer de cataractes secondaires à des ulcères.
    L'ichtyose est une maladie autosomique récessive associée avec des cataractes cunéiformes et scléroses du noyau. Les névus basocellulaires et le pemphigus peuvent donner lieu aussi à de telles associations ;
  • l'utilisation des drogues : la fumée de cigarette entraîne une augmentation d'au moins deux fois le risque de sclérose du nucleus dans cataractes fibreuse et multiplie par trois le risque de cataracte sous capsulaire postérieur[17]. Il existe une évidence sur l'effet délétère de l' alcool. Quelques études ont montré un lien mais d'autres non chez des patients suivis au long cours[18].

Sémiologie[modifier | modifier le code]

Signes cliniques observés évocateurs de la cataracte :

  • Baisse de l'acuité visuelle caractérisée par son évolution progressive, bilatérale. Par ailleurs le plus souvent asymétrique, elle débute le plus souvent sur la vision de loin, épargnant la vision de près. Cette baisse d'acuité visuelle est chiffrée par les échelles de Monoyer et de Parinaud pour chaque œil. Ces mesures permettent une évaluation objective de la gêne, même si la prise en charge sera majoritairement dépendante de la gêne ressentie.

Des signes moins fréquents peuvent être observés :

L'examen du cristallin à la lampe à fente pose le diagnostic et précise le type de la cataracte : sous-capsulaire, corticale, nucléaire voire cortico-nucléaire, polaire, zonulaire. Celui-ci oriente vers les causes à l'origine de la cataracte.

Le diagnostic est donc clinique.

Examens complémentaires[modifier | modifier le code]

Ils dépendent fortement du contexte clinique et de la prise en charge envisagée. Ils sont néanmoins systématiques lorsque la cataracte est totale ou que la rétine n'a pu être visualisée à la lampe à fente (en contexte d'hémorragie intra-vitréenne par exemple).

Étiologie[modifier | modifier le code]

De nombreuses causes sont à éliminer devant une cataracte, avant de conclure à une forme sénile (si l'âge est compatible) :

Recherche[modifier | modifier le code]

L'origine moléculaire a été récemment découverte, pour un patient, grâce à l'examen de la membrane du cristallin par un microscope à force atomique (AFM). Deux familles de protéines sont étudiées dans les membranes de cristallins sain et pathologique : les aquaporines et les connexons. Les aquaporines (protéines de 5 nanomètres) servent de canaux pour l'eau. Dans le tissu pathologique, le manque de connexons (qui assurent le passage des métabolites et des ions) empêche la formation des canaux assurant la communication entre les cellules. Ces modifications moléculaires expliquent le manque d'adhérence, l'accumulation de déchets dans les cellules et les défauts de transport de l'eau, des ions et des métabolites au sein de ce tissu atteint de cataracte[19].

Traitement[modifier | modifier le code]

Le seul traitement efficace de la cataracte est la chirurgie. L’opération aurait été inventée par le chirurgien Pierre Franco (1505-1578), de Turriers au XVIe siècle[20]. L'intervention consiste à enlever le cristallin opaque, et le remplacer par un cristallin artificiel (implant intra-oculaire) qui prend place dans l'« enveloppe » du cristallin (appelée capsule) laissée partiellement en place pendant l'intervention (extraction extra-capsulaire). Cette intervention se fait classiquement sous anesthésie de contact ou locale[21]. Pour les patients jeunes (moins de trente ans) l’intervention se fait généralement sous anesthésie générale[réf. souhaitée]. L'intervention dure une dizaine de minutes, est indolore, et la vue revient très rapidement, sous réserve de la normalité des autres structures oculaires.

L'intervention se fait le plus souvent en ambulatoire, c'est-à-dire sans hospitalisation, ou alors avec une hospitalisation très courte, selon les cas.

L'implant peut être à focales multiples permettant une vision correcte de près comme de loin[21]. Il peut être jaune, bleu ou depuis quelques années photochromique[22].

La complication la plus fréquente de l'intervention est la cataracte secondaire qui peut apparaître quelques jours à quelques années après l'intervention. Elle correspond à une opacification de la capsule. Cette opacification se traite par capsulotomie, le plus souvent au laser Nd-YAG. Des impacts focalisés sur la capsule vont la déchirer et rendre immédiatement une vue normale. Il arrive également que l'un des points de suture sur la cornée ne soit plus parfaitement étanche. Le chirurgien observe alors le signe de Seidel, qui traduit la fuite d'humeur aqueuse à travers la perforation. La prise en charge doit être rapide et adaptée, l'œil étant exposé à un grand risque septique.

La prudence veut qu'on ne traite jamais les deux yeux au cours de la même séance.

Dans les pays les moins avancés, l'intervention préférentielle (pour des raisons de coût) reste l'extraction intra-capsulaire du cristallin, où l'enveloppe (la capsule) est retirée en même temps que ce dernier. Les résultats sont moins bons que l'extraction extra-capsulaire[23].

L'intervention[modifier | modifier le code]

Remplacement du cristallin malade par un implant synthétique (œil gauche)

En termes chirurgicaux, l'opération d'une cataracte sénile est décrite comme suit : extraction extracapsulaire du cristallin latéralisé (droit ou gauche) par phacoémulsification par ultrasons avec conservation de la capsule postérieure et mise en place d'un implant intracapsulaire.

L'intervention se passe sous microscope opératoire. L'extraction extra-capsulaire consiste à retirer seulement le contenu opacifié du cristallin par une petite incision de 2 à 3 millimètres. Le cristallin est fragmenté par des ultrasons puis aspiré. L'implant est ensuite introduit. Cette technique de phacoémulsification par ultrasons est pratiquée par une toute petite incision en général suturée par un seul fil ou sans suture.

Progrès réalisés dans l'opération de la cataracte[21],[24] :

  • réduction des complications par une meilleure organisation des blocs opératoires, le perfectionnement des machines, les méthodes d'accréditation qui établissent des protocoles précis d’asepsie et l'application de méthodologies préventives de l'infection ;
  • progrès des implants : implants à bords carrés pour la prévention de l'opacification capsulaire secondaire, implants avec filtre à lumière bleue pour la protection de la rétine, implants asphériques pour améliorer la qualité de la vision, l'implant torique pour la correction de l'astigmatisme, l'implant ajustable à la lumière ;
  • correction de la presbytie par un implant progressif associée à l'opération de la cataracte est une option intéressante, l'intervention de la cataracte devenant alors une véritable chirurgie réfractive[25] ;
  • en termes anesthésiques, l'intervention peut facilement être réalisée sous anesthésie locale par topiques[21] associée à une sédation intraveineuse. Dans certains cas, l'intervention peut nécessiter le recours à une anesthésie locorégionale péri-bulbaire voire à une anesthésie générale.

Voir aussi : Implant torique

Traitement médicamenteux[modifier | modifier le code]

Depuis les années 1990, un biochimiste russe propose l'utilisation de la N-actétylcarnosine (en) en collyre, en raison des propriétés anti-oxydatives de cet acide aminé, comme traitement préventif et curatif[26],[27].

Formes cliniques[modifier | modifier le code]

Cataracte dans l'enfance[modifier | modifier le code]

Les causes principales de la cataracte dans l'enfance sont :

Cataracte avant 60 ans[modifier | modifier le code]


Cataracte radio-induite[modifier | modifier le code]

Suggérée dès 1897 par Chalupecky, les effets des rayons X sur le cristallin, sont responsables d'une cataracte, qui apparait différente de la cataracte sénile commune. La première description en revient à Rohrschneider en 1930 qui décrit des opacités sous capsulaires postérieures en "cuivre battu", survenant au décours des traitements radiothérapiques des tumeurs de la face (en particulier des paupières ou des orbites) pour une dose estimée initialement en 1950 à 5 à 15 Gy, puis évalué à l'aide d'un mannequin anthropomorphique par Merriam en 1957 à 2 Gy en dose unique ou 4 Gy en dose fractionnée. Le délai d’apparition est inversement proportionnel à la dose et allongé par le fractionnement des doses délivrées. Il peut varier entre 6 mois et 35 ans ; la moyenne serait environ de 2 à 3 ans. La cataracte radio-induite constitue la 6 maladie professionnelle dans la législation française[28].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jane Elliott, « The Romans carried out cataract ops », sur BBC News,‎ 9 février 2008
  2. a et b Histoire de l'opération de la cataracte
  3. L'histoire de l'ophtalmologie et de la cataracte
  4. Thanh Hoang-Xuan, émission « Pourquoi Docteur ? » sur Europe 1, 5 février 2012
  5. a et b K. E. Bollinger et R. H. Langston, « What can patients expect from cataract surgery? », Cleveland Clinic journal of medicine, vol. 75, no 3,‎ 2008, p. 193–196, 199–196 (PMID 18383928, DOI 10.3949/ccjm.75.3.193) modifier
  6. Spencer R., Andelman S., « Steroid cataracts. Posterior subcapsular cataract formation in rheumatoid arthritis patients on long term steroid therapy », Arch Ophthalmol, vol. 74,‎ 1965, p. 38–41 (PMID 14303339)
  7. Greiner J, Chylack L, « Posterior subcapsular cataracts: histopathologic study of steroid-associated cataracts », Arch Ophthalmol, vol. 97, no 1,‎ 1979, p. 135–44 (PMID 758890)
  8. (en) Chylack LT Jr, Wolfe JK, Singer DM, Leske MC, Bullimore MA, Bailey IL, Friend J, McCarthy D, Wu SY, « The Lens Opacities Classification System III. The Longitudinal Study of Cataract Study Group », Arch Ophthalmol, vol. 111, no 6,‎ 1993, p. 831-6. (PMID 8512486) modifier
  9. Yanoff et Duker 2008, p. 412
  10. (en) Courtney P, « The National Cataract Surgery Survey: I. Method and descriptive features », Eye (Lond), vol. 6, no Pt 5,‎ 1992, p. 487–92 (PMID 1286712, DOI 10.1038/eye.1992.103)
  11. Des antidépresseurs augmentent le risque de cataracte
  12. a et b (en) Duker, Jay S.; Myron Yanoff MD; Yanoff, Myron; Jay S. Duker MD, Ophthalmology, St. Louis, Mo, Mosby/Elsevier,‎ 2009 (ISBN 0-323-04332-1)
  13. (en) SC Reddy, « Electric cataract: a case report and review of the literature », European journal of ophthalmology, vol. 9, no 2,‎ 1999, p. 134–8 (PMID 10435427)
  14. (en) Sliney DH, « UV radiation ocular exposure dosimetry », Doc Ophthalmol, vol. 88, no 3-4,‎ 1994, p. 243–54 (PMID 7634993)
  15. (en) Komarnitsky, « Case study of ultraviolet vision after IOL removal for Cataract Surgery »
  16. (en) Lipman RM, Tripathi BJ, Tripathi RC, « Cataracts induced by microwave and ionizing radiation », Surv Ophthalmol, vol. 33, no 3,‎ 1988, p. 200–10 (PMID 3068822, DOI 10.1016/0039-6257(88)90088-4)
  17. (en) Christen WG, Manson JE, Seddon JM. et al., « A prospective study of cigarette smoking and risk of cataract in men », JAMA, vol. 268, no 8,‎ août 1992, p. 989–93 (PMID 1501324)
  18. (en) Wang S, Wang JJ, Wong TY, « Alcohol and eye diseases », Surv Ophthalmol, vol. 53, no 5,‎ 2008, p. 512–25 (PMID 18929762, DOI 10.1016/j.survophthal.2008.06.003)
  19. La cataracte observée par microscopie à force atomique, Le Quotidien du médecin, no 8238, 17-10-2«  »007, p. 10
  20. Les bibliothèques françoises de Lacroix du Maine et de Du Verdier, sieur de Vauprivas, 1773, Jean-Antoine Rigoley de Juvigny : Pierre Franco, de Turriers en Provence, Chirurgien à Lausanne, a écrit le Traité des Hernies, contenant en cent cinquante-six chapitres, une ample Déclaration de toutes les espèces d'hernies, & autres excellentes parties de la Chirurgie; à savoir de la Pierre en la vessie, de la Cure des cataractes des yeux & autres maladies; avec leurs causes, signes, accidéns, anatomie des parties affectées & leur entière guérison; imprimé à Lyon, in-octavo, par Thibaud Payen, 1561.
  21. a, b, c et d Abouzeid H., « Ophtalmologie. Nouvelles tendances dans la chirurgie de la cataracte [Ophthalmology. New trends in cataract surgery] », Rev Med Suisse., vol. 7, no 278,‎ 2011, p. 128-32. (PMID 21400945, lire en ligne [html]) modifier
  22. (en) Werner L, Mamalis N, Romaniv N, Haymore J, Haugen B, Hunter B, Stevens S., « New photochromic foldable intraocular lens: preliminary study of feasibility and biocompatibility », J Cataract Refract Surg., vol. 32, no 7,‎ 2006, p. 1214-21. (PMID 16857512) modifier
  23. (en) Baltussen R, Sylla M, Mariotti SP, « Cost-effectiveness analysis of cataract surgery: a global and regional analysis », Bull World Health Organ, vol. 82, no 5,‎ 2004, p. 338-45. (PMID 15298224, PMCID PMC2622839) modifier
  24. Timsit M, L'opération moderne de la cataracte sur Ophtalmologie.fr
  25. Timsit M, L'opération associée de la cataracte et de la presbytie sur Ophtalmologie.fr
  26. (en) Babizhayev MA., « Antioxidant activity of L-carnosine, a natural histidine-containing dipeptide in crystalline lens », Biochim Biophys Acta., vol. 1004, no 3,‎ 1989, p. 363-71. (PMID 2758030) modifier
  27. (en) Babizhayev MA, Burke L, Micans P, Richer SP., « N-Acetylcarnosine sustained drug delivery eye drops to control the signs of ageless vision: glare sensitivity, cataract amelioration and quality of vision currently available treatment for the challenging 50,000-patient population », Clin Interv Aging., vol. 4,‎ 2009, p. 31-50. (PMID 19503764, PMCID PMC2685223) modifier
  28. Cataracte et rayonnements ionisants, S. WASSILIEFF, Radioprotection 2009 Vol. 44, n° 4, pages 505 à 517.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Thanh Hoang-Xuan, La Cataracte : Quand la diagnostiquer ? Comment la traiter ?, Odile Jacob,‎ 2011, 176 p. (ISBN 2738127231)
  • (en) Myron Yanoff et Jay S. Duker, Ophthalmology, Edinburgh, Mosby,‎ 2008, 3e éd. (ISBN 978-0323057516)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]