Houlbec-Cocherel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Houlbec.
Houlbec-Cocherel
Le moulin de Cocherel
Le moulin de Cocherel
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Eure
Arrondissement Arrondissement d'Évreux
Canton Canton de Vernon-Sud
Intercommunalité Communauté d'agglomération des Portes de l'Eure
Maire
Mandat
Moïse Caron
2014-2020
Code postal 27120
Code commune 27343
Démographie
Gentilé Houlbecquois
Population
municipale
1 361 hab. (2011)
Densité 117 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 04′ 29″ N 1° 21′ 53″ E / 49.0747222222, 1.36472222222 ()49° 04′ 29″ Nord 1° 21′ 53″ Est / 49.0747222222, 1.36472222222 ()  
Altitude Min. 35 m – Max. 143 m
Superficie 11,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte administrative de l'Eure
City locator 14.svg
Houlbec-Cocherel

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Houlbec-Cocherel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Houlbec-Cocherel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Houlbec-Cocherel
Liens
Site web www.houlbec-cocherel.fr

Houlbec-Cocherel est une commune française, située dans le département de l'Eure en région Haute-Normandie. Ses habitants sont appelés Houlbecquois.

Situation[modifier | modifier le code]

Houlbec-Cocherel est constitué de deux communes, Houlbec et Cocherel, dont la fusion remonterait au XVIIe siècle. Le bourg de Houlbec se compose de deux parties distinctes, l'une située sur le plateau de Madrie, où l'on trouve la mairie, les écoles et la salle polyvalente, l'autre (le Bas Houlbec), en contrebas, le long du ru, où sont situés l'église Saint-Pierre, et le cimetière qui l'entoure. La commune englobe plusieurs hameaux, Cocherel, la Moinerie, la Cailletterie, la Petite Fortelle, la Grande Fortelle, la Poterie et la Côte aux Brebis.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Houlbec (Holbec XIIe siècle) est dérivé du scandinave Holr bekkr signifiant « ruisseau en creux » ou « ravine »[1]. On trouve de nombreux Houlbec, Houllebec en Normandie qui s'appliquent à des cours d'eau et / ou à des villages.

Cocherel est attesté sous la forme latinisée Cocerellus vers 1011. Ce nom est analogue aux Cocherel du sud et aux Coquerel du nord de la ligne Joret. Ces toponymes correspondraient à des moulins à eau ou à vent[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le charme du hameau de Cocherel, au bord de l'Eure, séduisit Aristide Briand (1862-1932) qui en fit sa résidence de prédilection. Cocherel était déjà entré dans l'histoire lorsque Bertrand Du Guesclin y massa ses troupes avant de mettre en déroute les Anglo-Navarrais en 1364.

Article détaillé : Bataille de Cocherel.

Le fief d'Houlbec, au Moyen Âge, et jusqu'à la Révolution, se divisait en deux portions : Houlbec-le-Pré et Houlbec-la-Salle. Leurs manoirs s'élevaient dans le vallon. Celui du Pré a été détruit au début du XXe siècle, il était situé au sud-est du Bas Houlbec. L'autre, celui de la Salle, bâti derrière le chevet de l'église, a été détruit à la Révolution.

Le site formé par l'église de Cocherel, le cimetière, le tombeau d'Aristide Briand et leur environnement est classé le 15 novembre 1934 ; le site formé par l'Eure, le pont et les moulins de Cocherel est classé le 16 août 1977[3]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014 en cours Moïse Caron    
mars 2008 mars 2014 Didier Herbeaux    
mars 2001 mars 2008 Jacques Destiné    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 361 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
460 475 492 531 509 511 508 507 478
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
471 457 472 437 483 506 464 491 492
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
455 460 432 384 383 385 325 331 379
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
341 407 460 859 1 127 1 188 1 343 1 342 1 346
2011 - - - - - - - -
1 361 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5])
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument commémoratif dédié à Bertrand du Guesclin (situé sur la commune d'Hardencourt-Cocherel)
  • La bataille de Cocherel s'est déroulée le 16 mai 1364 sur le territoire actuel des deux communes Houlbec-Cocherel et Hardencourt-Cocherel. C'est sur cette dernière que se trouve la pyramide commémorative, où est gravé :

A
B. DU GUESCLIN
BATAILLE DE COCHEREL
XVI MAI MCCCLXIV

Le lavoir de Cocherel
  • Tombe d'Aristide Briand : Le Président du Conseil a découvert fortuitement, lors d'une partie de chasse, le petit hameau de Cocherel (commune d'Houlbec-Cocherel). Pendant quelque temps, il s'est contenté de louer une chambre à l'auberge Querolle, en face du pont. Il s'y plaisait tant qu'il a petit à petit acheté plusieurs propriétés où il aimait à venir, loin des soucis de la vie politique et où il vivait simplement au milieu des habitants. Il a demandé à être inhumé dans le cimetière attenant à la chapelle de Cocherel, où son tombeau, une sobre et massive dalle de granit, regarde la vallée d'Eure pour l'éternité.
  • Statue d'Aristide Briand (tout près du pont sur l'Eure située aussi sur le territoire de la commune d'Hardencourt-Cocherel)
  • Notre-Dame de Cocherel, cette église[6], dont l'origine est très ancienne, est dédiée à Notre-Dame. Le patronage en revenait à l'abbaye Saint-Ouen de Rouen. La porte d'entrée, en anse de panier, présente une voussure ornée de feuillages et d'animaux rampants, caractéristiques du gothique tertiaire. C'est le seul témoin de la construction primitive. À l'intérieur, se trouvent des statues de sainte Barbe du XVe siècle, saint Sébastien et sainte Anne du XVIe.
Article détaillé : Notre-Dame de Cocherel.
  • Lavoirs anciens : celui du Bas-Houlbec et celui de Cocherel.
L'église Saint-Pierre à Houlbec

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le tombeau d'Aristide Briand
  • Luc-Marie Bayle (1914-2000). Entre à l'école navale en 1932 où il devient officier de marine. En 1935, il effectue une campagne en Chine sur le Balny. Il est nommé peintre officiel de la marine en 1944. Il a commandé la marine française en Polynésie de 1956 à 1958, puis a été nommé directeur du Musée de la Marine de 1972 à 1980. L'œuvre de Luc-Marie Bayle se compose de dessins, d'aquarelles, de tapisseries. Il a illustré de nombreux livres.
  • Marc Eisenberg vit à Houlbec-Cocherel dans le domaine des Bois d'Houlbec. Classé 233ème fortune française, sa famille détient un patrimoine de 280 millions d'euros (en 2011).

Sources[modifier | modifier le code]

  • Adolphe-Georges Poulain, Des rives de la Seine aux bords de l'Eure et de l'Epte. Les environs de Vernon, 1935 ; Éditions Res Universis, 1993 (ISBN 2-7428-0085-9) (ISSN 0993-7129)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. François de Beaurepaire (préf. Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Paris, A. et J. Picard,‎ 1981, 221 p. (ISBN 2-7084-0067-3, OCLC 9675154), p. 129
  2. François de Beaurepaire, op. cit.
  3. Base Mérimée
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  6. souvent improprement nommée chapelle, or l'édifice renferme des fonts baptismaux, ce qui lui vaut l'appellation d'église


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

La mairie